> >

[] [ ]

On est la veille dun drapage qui rappelle Octobre 88

(Tags)
 
Yasmina Khadra : lAlgrie est la veille dune insurrection Emir Abdelkader 0 2014-02-23 03:19 PM
La fondation Robert F. Kennedy crit John Kerry la veille de sa visite au Maroc Emir Abdelkader 0 2013-11-08 06:22 PM
Le Maroc rappelle son ambassadeur Alger Emir Abdelkader 0 2013-10-31 03:07 PM
Evenements dOctobre 1988... Emir Abdelkader 0 2013-10-06 03:04 PM
17 octobre 1961 Emir Abdelkader 0 2012-10-18 02:53 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-03-09
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,956 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool On est la veille dun drapage qui rappelle Octobre 88

Rachid Tlemani : On est la veille dun drapage qui rappelle Octobre 88

Rachid Tlemani est enseignant-chercheur la facult des sciences politiques de luniversit Alger. Il revient dans cet entretien sur la conjoncture politique actuelle, le 4e mandat et les scnarios possibles pour lavenir du pays. Il prdit le pire et nexclut pas un drapage tel que celui vcu en octobre 1988.




- En dpit de sa maladie qui lloigne de plus en plus des affaires de lEtat, Abdelaziz Bouteflika rempile pour un nouveau mandat. Contrairement lusage, lannonce a t faite par son Premier ministre. Que signifie cet acte de candidature ? Est-il le fruit dun consensus au sommet de lEtat ? Sagit-il dun passage en force du clan prsidentiel ?

Lensemble de la classe politique a t daccord pour que le Prsident rempile pour un 3e mandat. Tout sest jou en 2008. Les lites politiques, culturelles et militaires ont soutenu, si ce nest pas tapageusement du moins silencieusement, le tripatouillage de la Constitution de 1996. Ce qui est extraordinaire, cest que mme les capitaines de lindustrie, un groupe suppos tre le fer de lance de la libre entreprise et de la dmocratie, ont soutenu une prsidence vie et lautoritarisme oriental. Le pouvoir, durant trois mandats, est parvenu semer le ptrole pour rcolter la paix politique au sein des groupes des affaires et des autres clientles. Des partenaires trangers ont galement bnfici de ses largesses. La machine a toutefois commenc grincer lorsque le prsident Bouteflika tait hospitalis Paris en t 2013. Des groupes disparates ont profit de sa longue absence pour discuter de lapplication de larticle 88 stipulant sa destitution. Mais en entrant au pays, il a russi prendre de vitesse tout le monde en fomentant un coup de force. Il a fait un profond remaniement ministriel. Mais le plus difficile accomplir, ctait la restructuration de larme, notamment le DRS, peru comme un Etat dans lEtat. Lenjeu fondamental de ce coup est laccaparement de la totalit du pouvoir : pouvoir institutionnel et pouvoir occulte.

- Pourquoi le chef dEtat veut-il rester au pouvoir, alors qu il ne semble plus en mesure de gouverner ? Pourquoi veut-on imposer cette candidature, alors quil est totalement effac de la vie politique et protocolaire ?

Lon constate que les chefs dEtat dans les pays arabo-musulmans saccrochent au pouvoir. Ben Ali est rest 24 ans aux affaires, Hosni Moubarak, 30 ans et Mouammar El Gueddafi, 40 ans. Ils ne quittent le pouvoir que dans un cercueil ou chasss par la rue. Lanthropologie culturelle pourrait probablement expliquer ce phnomne que lon ne trouve pas dans les autres rgions. Le prsident Nelson Mandela, par exemple, na-t-il pas quitt le pouvoir la fin de son mandat en dpit du capital de sympathie quil a engrang dans son pays et travers le monde entier ! En Algrie, le chef dEtat na plus les capacits physiques et intellectuelles pour assumer sa fonction. La chane de tlvision publique anime par la mentalit de la guerre froide la finalement desservi en lrigeant en trophe plusieurs reprises. Malgr sa maladie invalidante, il saccroche au pouvoir sans honte bue, telle enseigne que lAlgrie est devenue la rise du monde. Mme sil souhaite se retirer des affaires, il ne lui sera pas facile de le faire. Il est devenu lotage de groupes dintrt et de pressions contrlant les rseaux de limport-import et des affaires occultes. Ces groupes sans scrupule sont prts mettre le pays feu et sang pour prserver et fructifier leurs fortunes mal acquises et pour se mettre labri des poursuites dune justice indpendante. La Cour suprme ne vient-t-elle pas de clbrer son cinquantenaire dans un silence total sur les grands dossiers qui proccupent les Algriens. Les Italiens ont pourtant alert les Algriens sur les commissions et rtro-commissions dans les contrats entre lENI et Sonatrach.

- Les partisans du 4e mandat martlent que Bouteflika reste le ciment de la stabilit du pays Sy opposer veut-il donc dire que lon tente de dstabiliser le pays ?

Depuis le dbut de la prparation de ce mandat, le discours sur le complot ourdi contre lAlgrie des annes 1960 et 1970 a refait surface. Lorchestration de ce discours a fini par convaincre une large opinion, particulirement au sein de la gnration de tab djenane (notre poque est rvolue). Toute manifestation publique est perue aujourdhui comme une forme de dstabilisation manipule par une main trangre ! Le danger rel ne vient ni de la Libye, ni du Sahel, ni de la France. Cest plutt limmobilisme ambiant dans tous les secteurs dactivit qui constitue en ralit la dstabilisation profonde en cours. Cette dstabilisation ne tardera pas prcipiter lmergence dun printemps arabe lalgrienne. Pour rappel, lAlgrie a dpens en 15 ans plus de 600 milliards de dollars pour finalement produire un systme qui importe tout de lextrieur, y compris lquipe nationale de football !

- Les partis politiques et les nombreuses personnalits publiques ayant appel le prsident de la Rpublique prendre sa retraite politique et quitter le pouvoir dignement en raison de ses soucis de sant restent sans voix aprs lofficialisation de sa candidature. Ont-ils reu cette candidature comme un coup de massue ? Comment interprtez-vous cela ?

Ces groupes et personnalits restent en effet sans voix au sein de lopinion publique. Leurs actions sont beaucoup plus une autre forme de lutte de clans quune lutte politique vritable. La particularit essentielle de cette lutte, cest quelle a dbord dans la rue comme en octobre 1988. Mais cette fois, le pouvoir matrise les trouble- ftes du srail. Par contre, ce qui linquite srieusement cette fois-ci, ce sont les manifestations des jeunes travers le pays. Cest la premire fois que des Algriens manifestent dans les rues et les rseaux sociaux contre la tenue dune lection. Il craint fortement que la contestation lectorale fasse jonction avec la contestation sociale.

- La mise en place dune priode de transition revient dans tous les discours des partis de lopposition. Mais lapproche diverge entre ceux qui demandent limplication de larme et ceux qui veulent son retrait total et immdiat de la vie politique. Quen pensez-vous ?

Cest vrai que la question dune priode de transition est souleve par une forte opinion. Une telle priode risque de durer longtemps, il faut donc dfinir ses termes. Une transition pourquoi faire ? Quels sont ses enjeux, ses acteurs, son objectif ultime ? Il est grand temps pour construire une transition pacifique. Une nouvelle structure, tel quun conseil national, se chargera de conduire le pays vers la seconde Rpublique. La cooptation de ses membres doit se faire dans le vivier de la nouvelle gnration, des hommes et femmes connus pour leur comptence, intgrit et probit. Ce conseil doit dgager, son tour, un gouvernement provisoire, charg de grer les affaires courantes, tandis que les autres membres organisent la tenue dune Assemble constituante. Contrairement aux prcdents gouvernements, celui-ci doit rendre des comptes au terme de son mandat. Quant larme, il nest plus utile de la vnrer dune manire dmagogique et purile et la faire traner par consquent dans la boue, dans une autre sale guerre. Elle doit se consacrer sa fonction prenne et ses nouvelles missions de paix dans la rgion et dans le monde.

- Le changement pacifique espr par tant dAlgriens peut-il venir de lintrieur du systme, comme le claironnent certains ?

Je pense que le rgime a atteint ses limites congnitales depuis bien longtemps. Il nest plus rformable de lintrieur, contrairement ce quattestent certaines personnalits dont leur grand souci est de revenir aux affaires, comme si lAlgrie est une proprit prive inalinable. Evidemment le changement pacifique est possible, aujourdhui plus quhier, et il est dans lintrt de tout le monde. Lhomme ne nat pas violent, il le devient au cours de son existence, lorsque toutes les portes du dialogue lui sont fermes. Toutefois, la solution ne se trouve plus entre les mains de la gnration tab djenana qui a pass son temps fomenter des coups de force, mais dans celles de la priode post-coloniale. Pour cela, il faut sentendre sur une priode de transition. LAlgrie na pas besoin dun Zorro ou sauveur. Par contre, elle a besoin immdiatement de louverture de la sphre publique, politique, syndicale et mdiatique, tous les Algriens.

- Comment voyez-vous laprs-17 avril ? Quels sont les scnarios possibles ?

Il est trs difficile dvaluer la situation actuelle. Elle est trs volatile et risque de basculer dun jour lautre. Aucun acteur ne dispose de toutes les cartes. Toutefois, les lments structurants de la crise et de limpasse nous permettent dchafauder trois scnarios plausibles. Le premier est celui du statu quo qui perdurera durant le 4e mandat en dpit du tripatouillage de la Constitution qui aura lieu une nouvelle fois au lendemain de llection. Le nouveau vice-prsident serait simplement en charge de la gestion courante des affaires du pays. Aucune grande dcision remettant en cause limmobilisme ne sera prise. Limmobilisme ambiant appel stabilit politique reste en vigueur. Comme deuxime scnario, un consensus reprsentant des islamistes, des dmocrates et des nationalistes serait concoct dans les arcanes du pouvoir. Par ailleurs, il tait question de ce type de consensus autour des lments du FIS, du FFS et de Mouloud Hamrouche, un deal sous la direction de larme, et non pas sous lhgmonie exclusive du DRS. Ce deal devrait respecter les intrts de particuliers, groupes et communauts. Ce deal, un SantEgidio en 2014, tait sur le point dtre finalis avant lannonce officielle de la candidature de Abdelaziz Bouteflika. Finalement, ce cocktail explosif, appartenant une poque bien rvolue, ne sest pas concrtis pour des intrts gostes. Comme troisime scnario, une intervention militaire nest pas exclure dans un avenir trs proche. Certains ont fait dj appel larme pour sauver le pays du chaos. Lenjeu est la mise en uvre dun scnario lgyptienne. Mais il serait trs difficile de justifier un tel coup de force au sein de lopinion publique internationale. Les islamistes ne constituent plus une force politique dstabilisatrice. Plus important que cette donne, la jeune gnration dofficiers est lgaliste, elle nest pas putschiste.

- Peut-on envisager un autre cas de figure ?

Je pense quon peut thoriquement envisager un quatrime scnario. Rappelons tout dabord quaucune lection prsidentielle na provoqu autant de remous et de problmes comme celle de 2014, soit lintrieur ou lextrieur du rgime. En plus, elle sinscrit, dune part, dans un contexte rgional marqu par une crise scuritaire trs aigu et dautre part, dans un contexte international marqu par une crise financire et conomique indite. Les retombes de cette dernire ont commenc dj peser lourdement sur le budget national et, par consquent, il serait trs difficile de continuer acheter la paix des Algriens, peuple rduit un tube digestif. En bref, on est la veille dun drapage qui conduirait inluctablement un autre type dOctobre. Cette fois-ci, la main invisible ne serait plus en mesure de contrler la direction du mcontentement populaire qui a gagn en maturit entre-temps. Le sursaut national ne peut venir que de la nouvelle gnration qui est en mesure de faire une coupure radicale avec les archasmes de tout bord et le rgne des kleptomanes dans tous les secteurs dactivit. 

Mokrane Ait Ouarabi




 

()


: 1 ( 0 1)
 

On est la veille dun drapage qui rappelle Octobre 88




09:23 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,