> >

[] [ ]

Nous avons besoin de Bouteflika

(Tags)
 
Nous avons russi ramener le systme la confrontation... Emir Abdelkader 0 2014-03-07 06:31 PM
Pourquoi en sommes-nous l Emir Abdelkader 0 2014-02-20 11:14 AM
Rapprochons-nous de tout ce qui nous unit Emir Abdelkader 0 2014-02-03 11:56 AM
Ça suffit, lEgypte a besoin dun militaire comme Al Sissi ! Emir Abdelkader 0 2014-01-15 02:35 PM
Besoin de votre aide numidia 5 2012-09-25 11:23 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-03-16
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Nous avons besoin de Bouteflika

Nous avons besoin de Bouteflika

Tambour et trompette. Des airs carnavalesques, le charme et le somptueux en moins.


Lance sur des chapeaux de roues, et avant lheure, la campagne du prsident-candidat ne fait surtout pas cas de ce dlai lgal, fixant au 23 mars le dbut officiel de la campagne lectorale. La loi ? Une coquetterie en cette veille de fait accomplie. Hier, la coupole du 5 Juillet (6000 places), les partisans du prsident Bouteflika se sont donns en nime spectacle, reprenant aussi bien leur compte, la scne, le dcorum et les chants ayant servi la veille, au soir, au tournage du prime time de (lmission) Alhan Oua Chabab. Des chabab, il y en avait, hier, profusion, par milliers, venus des quatre coins cardinaux festoyer pour un 4e bail au titulaire du palais El Mouradia. Les parkings du complexe Mohamed Boudiaf affichaient, tt le matin dj, le plein dautobus, tous affrts par les organisations estudiantines satellites organisatrices de la dmonstration de force appele modestement rencontre nationale pour la sensibilisation la participation llection prsidentielle.
Des tudiants, pour la plupart, venus de plusieurs dizaines de wilayas, convoys par un quarteron de ligues et unions estudiantines, dont lUNEA, UGEL, LNEA, SNE, ONEA, toutes acquises et clients assidus du rgime. Arborant tee-shirt et casquette frapps leffigie de son idole Prsident, Illys est tudiant en informatique luniversit de Skikda. Non, on nous avait pas dit quils allaient nous payer, dnonce-t-il comme pour conjurer tout soupon. Je suis venu parce que je crois en Abdelaziz Bouteflika, ajoute-t-il. Etudiante en (master) comptabilit, Houria est arrive avec ses copines, la veille, venues toutes de Relizane. Ils (syndicats tudiants) nous ont invites, nous sommes venues. Cest aussi simple que a, se confie-t-elle. Hob al watan (amour de la patrie), cest ce qui ma amen ici, affirme ce jeune conducteur dengins venu, lui, de la ville de Mascara. A 10h, les entres de la coupole couve par une police rpublicaine aux petits soins sont prises dassaut, littralement submerges.
Les services dordre sont dpasss par les grosses fournes dinconditionnels du ras. Vous navez pas votre badge, on ne vous laissera pas entrer, coupe court un de ces vigiles contrematre du 4e mandat. Je vous dis que je suis un nab erras (un vice-prsident dAPC ? APW ?), vous devez me laisser entrer (), insiste lhomme portant beau et tir quatre pingles. Rien ny fait. Bousculades, vocifrations, insultes et noms doiseaux aujourdhui disparus, fusent, accompagnent les menes et charges pour forcer lhypothtique passage. Nous, nous sommes venus de loin. Une des voitures qui nous accompagnaient a fait un accident : deux morts, tmoigne ce partisan inconsolable. Dans la salle ovale, uvre de Oscar Niemeyer, cest musique et chants plein dcibels. Des chants (patriotiques), du ra, de la posie, un disk-jokey survolt, lorgie du 4e vaut bien quelques danses du ventre transis de faim et despoir. Les tribunes sont pleines. Le terrain de jeu aussi, o sont alignes, soigneusement, des ranges de chaises avant que celles-ci ne finissent, anarchie oblige, en invitable zigzag. Les premires places tant rserves aux VIP. Quelques ministres, anciens ou en exercice (Sad Barkat, Sahli, Melah) ont pris place auprs de pontes notoires du RND (Miloud Chorfi, Sedik Chihab).
Les reprsentants des partis comme TAJ de Amar Ghoul, MPA de Amara Benyouns et/ou du FLN de Amar Saadani, lautre attelage prsidentiel, ont brill par leur absence. Cohue et congestion aux abords de la scne. Un poster gant du prsident Bouteflika lui biffe lhorizon. Notre serment pour lAlgrie, est-il crit en lgende de portrait.
A 11h, Abdelmalek Sellal, flanqu de Tahar Zbiri, vieux maquisard et putschiste malheureux de 1968 (coup dEtat contre Boumedine), montent sur scne. Quelques mots de convenance, une prsentation sommaire mais rvrencieuse de lhomme la canne qui laccompagnait, et Sellal de rejoindre derechef son quipe de campagne. Aux premiers rangs. Les deux crans gants se mettent en mode propagande. Le soft et le hard. Un documentaire retraant, par limage et le son, le parcours de Abdelaziz Bouteflika, est diffus, suivi dans une ferveur et motion quasi mystiques. Lengagement rvolutionnaire, les tats de services, les discours et envoles lyriques, les injazate et ralisations, sont encenss, servies sans modration, un public acquis aussi bien au messie prsum qu lhomme qui se reprsente aujourdhui son nime succession. Jusqu la mi-journe, dans leurs interventions enflammes, les chefs des organisations estudiantines rivaliseront, tour tour, dobsquiosits, dappels et adresses envers le prsident-candidat tantt affubl du titre de pre, de frre, de moudjahid. Le tout sous les sifflements stridents et continus des participants excds eux aussi par tant dentrain, de dploiement grandeur nature de zle de leurs laudateurs et complimenteurs patents.


Sellal et le namous du Printemps arabe

Le carnaval tirant sa fin, Sellal remonte sur selle. Dcid empaler les opposants au 4e mandat assimils, sans coup frir, des agents trangers. Certains nous parlent du Printemps arabe. On ne sait pas do provient had namous, ce moustique. Nous lui avons ferm toutes les issues, il persiste et veut sintroduire chez nous par la fentre. Mais avec le moubid (gaz anti-moustique de fabrication locale, ndlr) et le fly-tox, nous nous dbarrasserons de lui. Un cantique, rappelant ailleurs de sinistres gazages dopposants, et qui a valeur de sommation. Le Prsident sengage, selon lui, continuer lutter contre la marginalisation, contre ceux qui prnent le dfaitisme, ceux qui sont de mauvaise foi Se disant propres et dcids le rester, Sellal prvient les jeunes : Ncoutez pas les auteurs des campagnes calomnieuses contre la dignit des Algriens, les cadres de lEtat () Cet homme (Abdelaziz Bouteflika), nous avons besoin de lui.

Lui qui a tout donn pour son pays. Des promesses de campagnes, Sellal, il en dbitera la pelle. Sous les ovations dun public intress. Emploi : Nous allons continuer, avec notre candidat, multiplier les projets Ansej et CNAC (). Un dispositif spcial, ajoute-t-il, sera ddi exclusivement aux vrais diplms duniversits. Des start-up, dit-il, soutenues et prises en main par les pouvoirs publics. Concernant laccs au logement, lex-Premier ministre annonce que les succs se poursuivront et que dsormais mme les jeunes diplms universitaires ouvriront droit. Sellal voque les prtentions prsidentielles oprer un renouveau politique dans la perspective de louverture dmocratique. Il ritre le vu de la construction dune conomie forte base sur la valeur du travail. En Algrie, il ne nous manque quune seule chose : le bonheur ! Aux Algriens je dis : Aimez-vous les uns les autres.
Sellal finira son speech en mode imam. Ses prires graines en chapelet. Jai toujours dit : laissez les jeunes vivre !, achve-t-il de dire dans lhystrie gnrale. La salle commenait dj se vider. Sellal quittera difficilement la salle, soulev par la mare humaine. Une pluie de confettis et ballons gonfls au CO2 sabat mme la scne. Une scne inonde de monde. Une razzia luvre o seuls les emblmes taient sortis indemnes. 

Mohand Aziri




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Nous avons besoin de Bouteflika




06:50 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,