> >

[] [ ]

Les Egyptiens assis sur une bombe sociale

(Tags)
 
Le document choc sur la bombe atomique en Algrie, Vrits sur une horreur! Emir Abdelkader 0 2014-02-16 08:28 AM
Le document choc sur la bombe A en Algrie Emir Abdelkader 0 2014-02-15 03:53 PM
Urgent : Deux personnes tues dans lexplosion dune bombe Bordj Menail Emir Abdelkader 0 2014-02-04 01:07 PM
Visite de Hollande au Vatican : une bombe artisanale explose prs dune glise franaise Rome Emir Abdelkader 0 2014-01-24 05:54 PM
LAlgrie doit encore 19 millions deuros la Scurit Sociale franaise Emir Abdelkader 0 2014-01-23 02:51 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-03-16
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Les Egyptiens assis sur une bombe sociale

Les Egyptiens assis sur une bombe sociale




Sous le pont du 6 Octobre, en face de lanarchique rue Ramss, la file est longue devant lhpital gouvernemental Gala. Une salle dattente y a t improvise : les plus chanceux trouvent encore une chaise en plastique de libre leur arrive. Les autres occupent un bout de trottoir.



Tous les jours, des centaines dEgyptiens affluent vers cet hpital connu pour tre lun des plus grands tablissements spcialiss dans laccueil denfants. Il est midi. Cest lheure des visites. Le docteur Ahmed Yousri, reconnaissable sa blouse bleue, arpente les larges couloirs grandes enjambes. Comme sil voulait viter dtre arrt dans sa course par les familles des patients. La seule horloge du service affiche 8h25. Il est plus de 13h. Pourtant ,on ne peut pas dire que le temps ne marque pas les murs et le mobilier de lhpital : des commodes sans roulettes, des carcasses de lit et des planches samoncellent au bout du couloir.

Depuis le 8 mars dernier, les mdecins, rejoints par les dentistes et les pharmaciens, ont lanc une grve ouverte. En cause, un dcret adopt le mois dernier par le prsident Adly Mansour prvoyant laugmentation des primes dans le secteur de la sant. Or, les mdecins demandent, depuis janvier dernier, un geste plus fort de la part du nouveau gouvernement : laugmentation du salaire de base. Cest la premire fois que des mdecins de plusieurs spcialits font cause commune et dcident dune grve, se flicite le prsident du comit charg de conduire la grve, Ahmed Chocha.Quand nous demandions plus de justice sociale pendant la rvolution, cela comprenait une sant publique de qualit pour tous les Egyptiens.
Le manque dinvestissement de lEtat dans le secteur de la sant, environ 4% du budget national, est la colonne vertbrale des griefs formuls par le comit de grve. De l dcoule, selon les grvistes, la dgradation des soins prodigus dans les tablissements publics, une capacit daccueil en de des besoins rels et la dprciation dun secteur dlaiss depuis des dcennies par son principal employeur, lEtat.
Le chaudron social
Les mdecins ne sont pas les seuls souffrir de ce dsengagement : des mouvements de grve ont t lancs par les conducteurs de bus, les ouvriers du BTP, les boueurs. Tous rclament une revalorisation de leur salaire. Ces demandes ne sont pas nouvelles. En 2008, laugmentation des salaires faisait dj partie des dolances des ouvriers de Mahalla. En commenant ses tudes de mdecine luniversit dAin Shams, au Caire, Omar Naguib nimaginait pas que le secteur de la sant tait aussi dmuni.
Aprs sept annes de travail acharn, il a intgr lhpital gouvernemental Sidnaoui situ entre la place Ramss et la bouche de mtro Attaba. Son salaire mensuel, 900 guins (environ 93 euros). Je sais que je gagne plus que les instituteurs du public, admet Omar. Mais je ne comprends pas que nos salaires soient si bas. Dans tous les pays du monde, les mdecins gagnent bien leur vie. George, son collgue, fait un signe dapprobation. Lui aussi est novice. Ce qui ne lempche pas davoir un regard lucide sur ltat de sa profession. Au quotidien, ces deux jeunes mdecins sont confronts aux besoins croissants des malades. Nous sommes leurs interlocuteurs directs, raconte George. Lorsque je dis mes patients quil ny a plus de lits, ils pensent que cest de la mauvaise volont. Ils snervent. Or, nous manquons cruellement de lits. Cest la ralit.
Une question de moyens
Plus quune revalorisation de salaire, les grvistes rclament une augmentation du niveau des soins proposs dans les hpitaux gouvernementaux. Or, cela demande une rforme profonde du secteur de la sant. Le gouvernement intrimaire est-il prt prendre cette direction ? Aucune dclaration ne semble aller dans ce sens. A peine nomm, le nouveau Premier ministre, Ibrahim Mehleb, a affirm quil pariait sur le patriotisme des travailleurs gyptiens.
Autrement dit, larrt des grves qui menacent, selon la rhtorique du gouvernement, la stabilit conomique et politique du pays. Dans les faits, la crise conomique pse sur lactuel gouvernement. Elle serait lune des causes de la dmission du gouvernement conduit par Hazem El Beblawy le 24 fvrier dernier. Mais galement lune des principales proccupations de lactuel ministre de la Dfense, Abdelfatah Al Sissi. Bien que donn grand favori de llection prsidentielle qui devrait se tenir en avril, le marchal Al Sissi tarde annoncer sa candidature. Certains interprtent ce retard comme une consquence de la crise conomique, et des ngociations en cours entre lEgypte et son principal bailleur de fonds lArabie Saoudite.
En lespace dun demi-sicle, lEtat gyptien sest progressivement dsengag de ses missions publiques. Comment expliquer que les coles et les hpitaux gouvernementaux soient dserts par la classe dirigeante ? Le docteur Omar connat dj la rponse : Les gens du gouvernement se font soigner ltranger et dans des hpitaux privs ou militaires. Ils savent pertinemment que nous navons pas de moyens. Le comit de grve des mdecins a rcemment propos que les fonctionnaires de lEtat se fassent soigner dans les hpitaux publics. Un remde efficace.

Nadra Bouazza




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Les Egyptiens assis sur une bombe sociale




06:51 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,