> >

[] [ ]

Des tribus opposes Tripoli et Syrte sur le pied de guerre

(Tags)
 
Libye : 27 tus et 72 blesss dans des affrontements entre tribus rivales Emir Abdelkader 0 2014-01-13 02:43 PM
Repre : une balle dans le pied Emir Abdelkader 0 2013-12-02 02:07 PM
Libye : braquage d'un fourgon Syrte, 54 millions de dollars drobs Emir Abdelkader 0 2013-10-29 02:45 PM
Guerre du Rif, guerre chimique et de la civilisation contre la barbarie Emir Abdelkader 0 2013-10-27 04:51 PM
/ Guerre de Kippour : une guerre truque Emir Abdelkader 0 2013-10-08 03:05 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-03-17
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Des tribus opposes Tripoli et Syrte sur le pied de guerre

Des tribus opposes Tripoli et Syrte sur le pied de guerre

La tension monte aux confins de Syrte avec un stationnement de troupes opposes, au bord de Oued Lahmar, frontire historique de la Cyrnaque.



Sont l, dune part, les troupes officielles de la faction du Centre de Dora Libya (Bouclier de la Libye). De lautre, les forces de lEst, runies autour des milices de Brahim Hadhrane, bras arm du district scissionniste de Barqa. Mme schma antagonique Tripoli avec, dune part, les milices Kaka, proches de la tribu de Zentane et opposes au prsident du Conseil national gnral, Nouri Bousahmine, qui sont stationnes sur la route de laroport. A lautre bout de la ville, il y a les troupes du Conseil militaire de Tripoli autour de la base arienne de Myitigua, charges par Bousahmine de dfendre la ville.

Ces deux scnes traduisent la lutte dinfluence que se livrent les deux factions rivales que sont le clan libral dirig par lAlliance des forces nationales et Mahmoud Jibril, contre celui, islamiste, du parti de la Justice et du dveloppement et des Frres musulmans. La rivalit se traduit sur le terrain militaire par une opposition entre les milices de Zentane, appuyant Jibril, et ceux de Misrata, appuyant les Frres musulmans.
Les autres forces politiques, tribus et milices, nouent des alliances en rapport avec laxe de cette bipolarisation. Sur le terrain, Hadhrane est parvenu fdrer lEst autour de lui, lorsque les troupes de Misrata (Bouclier de la Libye) se sont avances vers Syrte et approches de Oued Lahmar, frontire historique de la Cyrnaque. Ainsi, les forces des tribus de Zouiya et des Mgharba, installes Ajdabia, ont tourn la page de leurs diffrends avec Hadhrane concernant lexportation du ptrole et se sont ranges ses cts contre la mainmise de Misrata sur le pouvoir et les richesses.
Certaines milices sont mme venues de Beni Oualid et Ghariane pour renforcer Hadhrane et empcher le pouvoir de Misrata de stendre. Mme son de cloche Tripoli. Les milices proches de Zintane ont reu le soutien de celles des tonnerres (Sawak) et des civils (madani), ne laissant au clan Misrata que lventuel soutien des troupes de Abdelhakim Belhaj, stationnes la base arienne de Myitigua la sortie est de Tripoli. Ainsi prsente, la situation libyenne est au bord de lexplosion, en labsence de toute veille de pouvoir central.
Flou institutionnel
Ce dploiement des forces militaires sur le terrain indique que la Libye chappe de plus en plus toute autorit institutionnelle, notamment si lon tient compte de la porte significative du blocus impos, depuis septembre 2013, par les milices sur les terminaux ptroliers. La ligne rouge a t par ailleurs franchie avec lexportation dune cargaison de ptrole partir du port de Sedra, en dehors de lautorit de lEtat, et limpuissance du pouvoir central ragir.
Ctait certes le coup fatal qui a sonn le glas de Ali Zeidan, mais le nouveau gouvernement na pu prendre la moindre dcision sur la leve du blocus sur les terminaux ptroliers. Pis encore, la contagion est passe lOuest avec le blocus du gisement de Chrara par les milices locales qui ont des revendications quasivsimilaires celles de Barqa.
Cette situation de pouvoir dmesur des milices fait craindre le pire en Libye, selon les observateurs. Le politologue Mansour Younes, professeur de droit luniversit de Tripoli et ex-membre du Conseil national de transition, trouve dangereux que ce soient les milices qui dirigent dsormais les ngociations sur lavenir politique de la Libye. Le gouvernement et le CNG nont plus aucun pouvoir rel et ne peuvent plus se prvaloir daucune lgitimit, constate-t-il.
La juge de Benghazi, Nama Jibril, embote le pas au professeur Younes quant au risque de gabegie planant sur la Libye. Il faut retourner le plus rapidement aux urnes et lire de nouvelles institutions reprsentatives, appelle-t-elle. Mais en labsence dun pouvoir central disposant de lgitimit consensuelle, comme ce fut le cas la veille des lections de juillet 2011, qui peut valider la transparence des lections ?, sinterroge le politologue de lEst, Abdelkader Kadora. Il faut imprativement runir un dialogue national la tunisienne pour valider une feuille de route de transition, propose-t-il.

Mourad Sellami


 

()


: 1 ( 0 1)
 

Des tribus opposes Tripoli et Syrte sur le pied de guerre




08:31 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,