> >

[] [ ]

Zeroual et Belkhadem, chacun sa petite musique en sourdine

(Tags)
 
Une petite rvolution dans la vie de tous les jours Emir Abdelkader 0 2013-11-28 02:46 PM
7 ans de prison pour chacun des anciens maires FFS de Tizi Ouzou Emir Abdelkader 0 2013-03-17 02:35 PM
Lassassinat de la petite Chama Emir Abdelkader 0 2012-12-24 03:58 PM
Que chacun prenne ses responsabilits ! Emir Abdelkader | french Forum 0 2012-08-12 04:33 PM
Petite citation pour le Ramadan Anes10 | french Forum 3 2011-08-07 04:30 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-03-20
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Zeroual et Belkhadem, chacun sa petite musique en sourdine

Vu de Paris Paris,


Zeroual et Belkhadem, chacun sa petite musique en sourdine

Cest peu dire que chacun prend des gants vis--vis de cette lection. Les acteurs directs ou indirects, pour des raisons diffrentes, jouent en sourdine pour faire passer les messages qui leur sont chers.
Cest dabord Paris qui, la semaine dernire, sest exprim sur la situation algrienne. Oh ! Pas question de commenter directement la campagne et la perspective de quatrime mandat. Le porte-parole du ministre des Affaires trangres a fait une sortie sur la libert dexpression et de manifestation qui a t suivie deffet puisque le lendemain, le mouvement Barakat! pouvait dfiler dans les rues dAlger sans matraque. Ce rappel du porte-parole du ministre franais a surpris certains observateurs mais assurment, il ne sera pas dit que Paris se laisserait, nouveau, dborder par des mouvements populaires dans le monde arabe.

A lvidence, la diplomatie franaise, par cette position officielle tient marquer son soutien toute forme dexpression publique, alors mme que les acteurs franais restent dans leurs commentaires dune prudence indite ds quil sagit dvoquer cette lection algrienne. Bien sr, la relation Franois Hollande-Abdelaziz Bouteflika, renforce durant le sjour dans les hpitaux parisiens du prsident algrien, cette relation gouverne tous les contacts bilatraux et si Paris entend rappeler les symboles auxquels tient la France, il nest pas question de sopposer la rlection de celui qui incarne la stabilit de lAlgrie, premire exigence franaise au milieu dun Maghreb singulirement chaotique. Mais en public comme dans des propos privs, personne ne se hasarde au moindre commentaire sur le processus lectoral et en cela cest dj indit. Un peu comme si la France tait, galement, ligote par la volont dAbdelaziz Bouteflika de se succder, une fois encore.
Un autre homme est galement appel la prudence dans les propos. Ancien prsident, Liamine Zeroual avait rsist lan dernier, lappel de quelques conseillers mdiatiques, pour revenir dans le champ politique. A trois semaines du scrutin, il a nanmoins pris la parole pour dire son mot. De faon impressionniste, par petites touches mais avec des certitudes. Dabord la ncessit de lalternance au plus haut niveau du pouvoir. Lui, qui avait su quitter la direction du pays dans des conditions dlicates, pour lui permettre de respirer, peut utilement donner la leon sur ce registre et en ce sens cest dj une premire pierre dans le jardin dAbdelaziz Bouteflika.
Pas question galement pour lui dappeler voter pour le prsident. Au contraire, entre les lignes il dessine le portrait de son adversaire numro un, Ali Benflis. Ça nest pas explicite mais cest bien prsent dans les silences et entre les lignes de ses propos. Lancien militaire est trop respectueux des institutions pour dire que la candidature de Bouteflika nest pas convenable, mais assurment, il ne souhaite pas sa rlection, sinon il laurait dit.
Pour sa premire prise de parole depuis son dpart dEl Mouradia, celui que Bouteflika avait qualifi de prsident stagiaire et qui refuse de paraitre toutes les crmonies officielles, aurait pu tre plus vhment. Mais lui aussi est oblig par la candidature de Bouteflika et le rassemblement de tnors politiques autour de lui. Car, cest l encore une situation indite que de voir ces diffrents acteurs que rien ne rassemble par ailleurs et qui dj laissent paraitre leurs diffrences politiques majeures.
Cest ainsi quAbdelaziz Belkhadem sest-il laiss aller faire entendre sa petite musique dans un entretien donn la chane prive Echourouk TV. Il y critique mots plus ou moins couverts Abdelmalek Sellal et surtout Amar Sadani. Belkhadem, priv du pouvoir depuis de nombreux mois ronge son frein. Il est comme Ouyahia qui attend le poste de vice-prsident pour succder Bouteflika, mais il joue, lui, une tout autre partie, celle de succder Sadani la tte du FLN pour reprendre le contrle du parti principal et prparer les chances venir. Le coup daprs. Cet islamo-conservateur sait que bien des tendances du pouvoir algrien lui sont hostiles mais il peut galement incarner une ligne populiste qui demain est susceptible de lui tre prcieuse dans le cadre dun affrontement pour une lection venir. A prsent il bnficie de la confiance de Bouteflika et de ses proches qui lont associ la campagne et cest dj pour lui une forme de renaissance. Lhomme est reconnaissant et ne fera rien qui puisse contrecarrer le prsident. Pour ce qui est de ses lieutenants, Belkhadem est trop libre de sa parole et de ses actions pour rsister sengager ds maintenant dans les batailles contre Sellal et Sadani. Cest en tant que conseiller spcial du prsident et ministre dEtat, un rang quasi similaire celui de Premier ministre quil pse dans cette campagne, contre-emploi du patron du FLN et de lancien Premier ministre.
Paris, Zeroual, Belkhadem, Bouteflika a russi ligoter toute forme de parole et daction autour de lui. Il est, ds lors, inutile de poser les questions qui fchent, sa sant et sa capacit daction relle; personne ne se risque finalement critiquer la posture du prsident algrien. Bien plus encore, celle-ci elle oblige tous ses proches et mme ses adversaires. On na dailleurs pas entendu Ali Benflis critiquer ltat de sant de Bouteflika comme sil sagissait dune ligne rouge ne pas dpasser. Un impens de la politique algrienne qui psera longtemps dans lavenir du pays.




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Zeroual et Belkhadem, chacun sa petite musique en sourdine




01:11 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,