> >

[] [ ]

pourquoi les candidats sont-ils aussi nuls... sur internet

(Tags)
 
Jamais la cause sahraouie na t aussi bien place Emir Abdelkader 0 2013-11-02 03:29 PM
pourquoi les Algriens sont violents Emir Abdelkader 0 2013-10-19 02:45 PM
Isral possderait-il aussi des armes chimiques ? Emir Abdelkader 0 2013-09-11 11:54 AM
Mdiocres, nos dputs sont mal-levs aussi ! Emir Abdelkader 0 2013-06-24 02:54 PM
Qui sont les forces spciales qui sont intervenues Tiguentourine ? Emir Abdelkader 0 2013-01-20 03:14 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-03-25
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool pourquoi les candidats sont-ils aussi nuls... sur internet

Prsidentielle algrienne : pourquoi les candidats sont-ils aussi nuls... sur internet






Ce n'est sans doute pas sur internet que se jouera l'lection prsidentielle algrienne. Certes les opposants un quatrime mandat d'Abdelaziz Bouteflika tentent de s'y mobiliser, mais la campagne 2.0 ne dcolle pas, en partie du fait de l'absence de stratgie numrique chez les candidats.
Vous vous rendez sur la page www.bouteflika2014.com, prt visiter le site de campagne d'un candidat la prsidentielle algrienne qui, 77 ans, aurait pris la mesure de l'impact d'internet sur le scrutin. Vous faites fausse route. En ralit, les quipes d'Abdelaziz Bouteflika ont oubli d'acheter les noms de domaine correspondant leur candidat. www.bouteflika2014.com est certes ddi au prsident sortant mais c'est un faux site officiel qui milite pour sa dfaite et pour le boycott de l'lection prsidentielle.
>> Retrouvez toute l'actualit de la prsidentielle algrienne avec notre page spciale
Vous essayez alors d'accder au site de campagne de son principal adversaire, Ali Benflis, en surfant jusqu' l'adresse www.alibenflis2014.com. Nouvelle dconvenue. Cette fois, aucun opposant au candidat n'a pris possession du lieu mais c'est une page quasiment vierge qui vous accueille. Pas de trace d'Ali Benflis.

Capture d'cran du site www.bouteflika2014.com
Anecdotique ? Pas vraiment. Sur les six candidats la prsidentielle algrienne, aucun ne semble avoir rellement de stratgie de campagne sur internet. Certes, Abdelaziz Bouteflika et Ali Benflis disposent de sites officiels, qu'il n'est pas si simple de dnicher, mais leurs adversaires se contentent, au mieux, d'une page Facebook. Rsultat, le combat en ligne six qu'on aurait pu attendre tourne au duel.
Un "match" Bouteflika vs Benflis
Dans cet affrontement numrique, c'est l'quipe de Bouteflika qui remporte la partie. Avec une "web tv", elle russit se dmarquer. Fort d'une interface sobre et efficace, le site www.abdelaziz-bouteflika.com diffuse des informations en direct, l'agenda du prsident et, surtout, communique (tant bien que mal) sur le bilan des "15 ans d'action" du prsident sortant. Il aura tout de mme t pirat vendredi 21 mars, contraignant la direction de la communication le fermer momentnament. Du ct de Facebook, le candidat peut compter sur une page qui culmine 260 000 fans.
>> Lire aussi : "Les capitales africaines de Twitter, quartier par quartier"
En face, Ali Benflis "se contente" de 145 000 fans sur sa page Facebook. Un chiffre honorable tandis que son site de campagne, www.benflis2014.dz, est plus minimaliste que celui de son adversaire principal. Leur seul rival disposant d'une page Facebook officielle, Abdelaziz Belad, candidat du Front El-Moustaqbal, est bien loin, avec ses 2001 fans.
Avec plusieurs actualits par jour, en arabe et en franais, les deux principaux prtendants ont semble-t-il cur d'tre prsents sur le rseau de Mark Zuclerberg. Mais ce n'est pas rellement le cas sur l'autre rseau social amricain, Twitter. Certes Ali Benfils est en tte ici avec le compte @Benflisdz, mais avec 50 tweets pour 377 abonns, il n'a rien d'une machine de guerre. Il peut nnmoins se consoler en se disant qu'il fait toujours mieux que les 8 tweets pour 22 followers de @BOUTEFLIKACOM.
>> Lire aussi : "Pourquoi les dirigeants africains francophones sont-ils si nuls sur Twitter ?"
Anti-Bouteflika, une timide lame de fond sur internet
Pourtant, ces dernires semaines, aprs l'annonce, le 22 fvrier, de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika, les rseaux sociaux se sont fait la caisse de rsonnance du mcontentement de nombreux Algriens.
Sur Twitter, le mouvement Barakat, "a suffit" en franais, a fait parler de lui avec les hashtags #barakat et #bara4 qui sont utiliss plusieurs centaines de fois par jour, souvent associs aux hashtags #Bouteflika et #DZ2014. Mais c'est sur Facebook que la le mouvement de contestation a t le plus populaire. Lanc initialement pour organiser des rassemblements sur le terrain contre le quatrime mandat de Bouteflika, il y est devenu de plus en plus visible : lance le 2 mars, la page Facebook atteint aujourd'hui 28 000 fans et de nombreux groupes ont t crs par la diaspora, Paris, Montpellier ou encore aux États-Unis.

Nombre d'utilisations des hashtags #bara4 et #barakat

Nombre d'utilisations du hashtag #dz2014
Une campagne dconnecte
"Les mouvements qui organisent des actions sur le net, comme le mouvement 'Barakat', sont essentiellement initis par des jeunes", explique Lilia Oufella, journaliste chez TSA Algrie. "Mais depuis quelque temps il y a une certaine prise de conscience du rle que jouent les rseaux sociaux, ajoute-t-elle, certains utilisateurs de Facebook et Twitter utilisent des pseudos et commentent beaucoup de publications pour dfendre Bouteflika". À croire que les partisans du prsident ne veulent plus dserter ce terrain de campagne. "En panique, le FLN vient de demander ses militants dinvestir les rseaux sociaux et de dfendre leur champion", expliquait ainsi, fin fvrier, un journaliste du site de partage ChoufChouf.
>> Lire aussi : "#ci225, #kebetu, #Kony2012... ces hashtags africains qui font le buzz"
La riposte reste bien timide cependant. Le hashtag #OuiAUn4eMandat a tout de l'ectoplasme numrique, et le compte @Bouteflika_2014, qui se targue d'tre un des principaux soutiens du prsident sortant, n'a pas beaucoup plus de poids avec ses 74 malheureux followers. Symbolique de cette incapacit fdrer en ligne, la page "Un million de J'aime pour soutenir Bouteflika" reste un chec cuisant avec un score qui plafonne un peu plus de 20 000 fans. Une broutille si l'on compare les scores de l'humoriste Fellag ou du rappeur Lotfi Double Kanon qui rassemblent sur YouTube des centaines de milliers d'internautesautour de leurs textes vilipendant le prsident sortant.
"Internet, cest le flau du pouvoir algrien", expliquait rcemment Lotfi Double Kanon, lors d'une confrence de presse. Impossible, pour le moment, de lui donner raison, mme si le dsquilibre entre les anti et les pro-Bouteflika est rel. Mme du ct de la contestation, on est encore loin d'un printemps algrien numrique et la campagne algrienne reste dsesprment dconnecte.
Les mots du web

"El herda elrabia" : qui signifie "quatrime dsastre", allusion un possible quatrime mandat de Bouteflika.
"Mahzala" : qui signifie "mascarade", pour dsigner le scrutin.
"Barakat" : "a suffit".
"Tab Djnanou" : en rfrence au discours de Stif prononc par le Prsident en 2012, qui avait utilis cette expression pour dire que le temps de sa gnration tait rvolu.



_________________
Par Mathieu OLIVIER









 

()


: 1 ( 0 1)
 

pourquoi les candidats sont-ils aussi nuls... sur internet




02:45 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,