> >

[] [ ]

Libye : un leurre nomm Abou Sahmein

(Tags)
 
La libye refuse la cration dune unit pour protger lONU en Libye Emir Abdelkader 0 2013-12-17 02:50 PM
Al Jazeera, la chane qui veut imposer son diktat Un Os nomm Algrie Emir Abdelkader 0 2013-10-14 06:47 PM
Aqmi : pourquoi Abou Sad la place d'Abou Zeid Emir Abdelkader 0 2013-10-09 03:02 PM
Capture d'Abou Anas en Libye ... Emir Abdelkader 0 2013-10-09 02:58 PM
Aqmi : un tueur nomm Abou Zeid Emir Abdelkader 0 2013-03-19 06:26 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-04-02
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,943 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Libye : un leurre nomm Abou Sahmein

Libye : un leurre nomm Abou Sahmein




Chef de l'État de facto, le prsident du Parlement, Nouri Abou Sahmein, semble n'tre qu'un pion avanc par les islamistes dans leur stratgie de conqute du pouvoir. Portrait d'un Berbre reni par les siens.
Du haut du djebel Nefoussa, dans l'ouest du pays, les notables de la ville berbre de Yefren scrutent avec inquitude les soubresauts politico-militaires qui agitent Tripoli. Inflexibles sur la reconnaissance de leur langue et de leurs droits, les Amazighs refusent pour le moment de participer au processus constitutionnel amorc par l'lection de la Constituante le 20 fvrier. C'est pourtant l'un des leurs, Nouri Abou Sahmein, qui occupe la plus haute fonction de l'État en tant que prsident du Congrs gnral national (CGN, Parlement). Mais peine son nom est-il voqu que les critiques fusent l'gard de celui qu'on qualifie ici de "tratre" pour avoir tourn le dos la "cause" et pactis avec les islamistes.
Originaire de la cit ctire berbre de Zouara, non loin de la frontire tunisienne, Abou Sahmein, 57 ans, a fait son entre en politique lors des premires lections libres de juillet 2012. Il est alors lu dput indpendant de Zouara avec plus de 58 % des voix sur une profession de foi volontariste, valorisant le travail et une conomie diversifie, qui cite en exemple la Suisse, laquelle, bien qu'elle "ne cultive pas le cacao, produit le meilleur chocolat du monde". Diplm en droit de l'universit de Benghazi, il avait rejoint en 1978 la Compagnie gnrale pour les industries chimiques (GCCI) Abou Kammash, prs de sa ville natale, en tant que conseiller juridique, avant d'en gravir les chelons jusqu' en intgrer le conseil d'administration en 1990. En 1996, ce musulman de rite ibadite est condamn un an de prison pour avoir autoris le financement d'une mosque adosse l'usine. Son codtenu est un certain Husni Bey, aujourd'hui l'un des hommes les plus riches du pays, avec lequel il noue une solide amiti et qui le recrutera en 2000 comme conseiller juridique personnel avant d'en faire un associ. "Je ne partage pas ses opinions politiques et ses prises de position au CGN, nous a confi Bey, mais il est trs intelligent, honnte et courageux. Qu'importe ses convictions, je crois qu'il essaie d'agir dans l'intrt de la Libye."
"Abou Sahmein a choisi le camp islamiste par intrt"
Affili aucun parti, comme 120 des 200 dputs du CGN, Abou Sahmein rejoint rapidement le "Bloc de fidlit aux martyrs", domin par les salafistes de l'ex-Groupe islamique combattant en Libye (GICL). Mais il rcuse toute appartenance quelque mouvement islamiste que ce soit et raffirme son indpendance politique. "Abou Sahmein est un opportuniste qui roule pour lui-mme et qui a choisi le camp islamiste par intrt", accuse un responsable "libral".
Le vote controvers de la loi d'isolation politique, qui exclut de la vie publique toute personnalit ayant exerc des fonctions sous l'ancien rgime, pousse le prsident du CGN, Mohamed el-Megaryef, la dmission le 28 mai 2013. Les islamistes, soucieux de ne pas apparatre en premire ligne, placent leur "pion", Abou Sahmein, la tte du CGN. Une victoire qui marque un tournant - jusque-l, les postes responsabilit nationale taient essentiellement occups par des personnalits originaires de l'Est, berceau de la rvolution - et qui augure une conqute politique et militaire du pouvoir. Les puissantes milices de Misrata (Tripolitaine), soutien des Frres, et de Zintan (seule ville arabe du djebel Nefoussa), derrire Ali Zeidan, Premier ministre depuis novembre 2012, vont peser de tout leur poids dans la lutte pour le pouvoir. De son ct, Abou Sahmein cre par dcret, le 7 juillet 2013, sa propre milice, la Chambre d'oprations des rvolutionnaires de Libye (CORL), qui chappe rapidement son contrle. Charge par le CGN d'assurer la scurit de Tripoli, la CORL va s'illustrer en kidnappant brivement Ali Zeidan, le 10 octobre 2013. L'arrestation de son nouveau chef, Chaabane Hadiya el-Zway, le 24 janvier, Alexandrie, provoque une vague de reprsailles contre les Égyptiens installs en Libye et la fermeture de l'ambassade Tripoli. Il sera libr trois jours plus tard la suite de ngociations.
"Des millions de dinars pour les salaires des soldats"
Un temps chef des armes, Abou Sahmein est sur la sellette, d'autant qu'il n'a cess de rclamer des centaines de millions de dinars Zeidan pour rgler les salaires de ses soldats. "Abou Sahmein est faible et totalement domin par sa milice et celle de Misrata, ainsi que par les islamistes. Il a t dpossd de ses prrogatives", analyse une source scuritaire.
Le "libral" Ali Zeidan, voil la prochaine cible des islamistes, qui, au CGN, multiplient les votes de dfiance tout en dcidant l'extension de leur mandat jusqu'en dcembre 2014, au grand dam d'une population exaspre, qui en arrive saccager l'Assemble, le 2 mars. Pour court-circuiter un peu plus Zeidan, le CGN dcide d'envoyer Abou Sahmein la confrence des Amis de la Libye, qui se tient le 6 mars Rome. Mais le Premier ministre fera tout de mme le dplacement. De quoi drouter les Occidentaux, lesquels hsitent considrer Abou Sahmein comme un interlocuteur crdible. Avec son sourire la fois charmeur et carnassier, le patron du CGN n'inspire pas confiance aux Amis de la Libye.
Dans l'Est, le chef de milice fdraliste Ibrahim el-Jadhran, qui contrle les terminaux ptroliers depuis aot 2013, voue une haine froce aux islamistes et mprise ouvertement Zeidan. Le 11 mars, il tente pour la premire fois d'exporter du ptrole bord d'un tanker battant pavillon nord-coren - mais proprit d'une socit de Duba. Cet pisode scelle le sort du Premier ministre, aussitt destitu par le CGN et qui s'envole le jour mme pour Dsseldorf, en Allemagne. À l'antenne de Libya Al-Ahrar TV, Zeidan n'aura pas de mots assez durs pour fustiger Abou Sahmein. De leur ct, les milices pro-islamistes de Misrata veulent en dcoudre avec Jadhran, qui Abou Sahmein a donn jusqu'au 27 mars pour lever le blocage des trois terminaux ptroliers de Cyrnaque.
Dsormais, les Frres, avec l'appui du Qatar et de la Turquie, o les responsables libyens aiment se retrouver, sont aux manettes d'un pays qui s'enfonce dans le chaos. Face eux, le camp libral, emmen par Mahmoud Jibril, est aux abonns absents, tandis que des anciens du Conseil national de transition (CNT) tentent de crer une troisime force politique. Dans un tel contexte, la feuille de route de la transition et de la rconciliation semble avoir fait long feu. Du haut de leur montagne, les notables berbres observent, consterns, celui qu'on a prsent comme le nouvel homme fort de Tripoli et qui s'est rvl aussi faible que l'État qu'il est cens *diriger.
Zeidan se lche
Exil involontaire en Europe, l'ex-Premier ministre a rserv sa premire interview depuis sa destitution la chane prive Libya Al-Ahrar TV, qui met depuis Benghazi, le 15 mars. "Quand j'ai t nomm, ce fut la pire soire de ma vie. Devant l'ampleur de la tche, j'ai t extrmement tendu tout au long de ces quinze mois. Le gouvernement a fait de son mieux, mme si les conditions de travail n'taient mme pas runies 10 %." Zeidan nomme ses adversaires : "Les deux forces les plus puissantes du Congrs gnral national [CGN], le Bloc de fidlit aux martyrs et le Parti de la justice et de la construction [PJC, Frres musulmans], ont constamment cherch me dmettre." Il nie d'ailleurs la lgalit du vote de dfiance "qui n'a runi que 113 voix" sur les 120 ncessaires. Abou Sahmein est, selon lui, un personnage "faible et docile, totalement sous la coupe des [islamistes]". Il en veut pour preuve l'attitude "trouble" du prsident du Parlement lorsque des miliciens l'ont enlev en octobre dernier. "Je suis inquiet pour mon pays, car le courant intgriste n'est pas patriote, martle-t-il. Il obit une idologie obscurantiste." Quant l'arme nationale, "ses 200 000 soldats n'apparaissent que sur les fiches de paie".

Youssef At Akdim




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Libye : un leurre nomm Abou Sahmein




06:16 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,