> >

[] [ ]

ELECTION PRESIDENTIELLE : constance amricaine et illusions algriennes

(Tags)
 
Election prsidentielle, Sauver la Rpublique Emir Abdelkader 0 2014-02-17 01:40 PM
Election prsidentielle, Sauver la Rpublique Emir Abdelkader 0 2014-02-17 01:23 PM
Un rappeur candidat l'lection prsidentielle! Emir Abdelkader 0 2014-02-10 12:42 PM
Election prsidentielle, Que fera lopposition? Emir Abdelkader 0 2014-01-22 08:25 AM
Election prsidentielle de 2014, Qui sera de la course? Emir Abdelkader 0 2013-12-15 11:15 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-04-04
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool ELECTION PRESIDENTIELLE : constance amricaine et illusions algriennes

ELECTION PRESIDENTIELLE : constance amricaine et illusions algriennes




Commenons par lanecdotique : la traduction de la locution look forwards par linterprte en nous nous rjouissons au lieu de nous attendons . Au pied de la lettre, les deux versions sont possibles. Contextualise, la seconde interprtation est plus conforme lide du chef de la diplomatie amricaine.
Mais est-ce bien l lessentiel ? Une fois de plus, les groopies politico-mdiatiques vont sombrer dans les exgses clientlistes et vacuer le fond.
On semble oublier que les USA, lasss de converser avec un systme protiforme, ne viennent Alger que pour vrifier la fiabilit de leur sous-traitance. Le simple fait que lambassade amricaine ait tenu disposer de son propre interprte est dj le signe dune dfiance o lchange bilatral na de sens pour Washington que dans la mesure o il offre loccasion de dlivrer quelques instructions.

Quel est le contenu de ce message ? Il suffit de relire les dclarations faites directement par le dpartement dEtat ou ses mandants en 2004 et 2009 pour voir que le propos est littralement le mme : les USA souhaitent voir une lection transparente qui reflte la volont du peuple algrien . On voit mal les Etats Unis dire autre chose, en Algrie ou ailleurs, sagissant dun vote. Cela ne les a pas empchs de bnir, par des canaux spcifiques , la reconduction de Bouteflika malgr les conditions scandaleuses de ses passages en force.
Il ny a donc rien de nouveau dans la position amricaine. Tant que lorganisation gnrale du pouvoir reste confine dans le mme systme, Washington jouera le statu quo. Si lon veut connaitre la position de fond des dmocrates amricains sur les lections, elle est donne par lorganisation NDI qui est leur prolongement dans la socit civile et qui a refus de simpliquer dans une lection plombe.
Le reste est superftatoire. Pour linstant, lAlgrie est un levier scuritaire par lequel les USA entendent prserver leurs intrts stratgiques dans la rgion. Et cette mission, faute de pouvoir dpendre dun pouvoir lgitime que les Algriens nont pas su construire, est dvolue aux gnraux Gaid Salah et Toufik. Comme les deux sont, pour des raisons diffrentes, infods Bouteflika, la visite de Kerry ne peut avoir dautre signification quun acquiescement implicite au maintien de lactuel chef de lEtat aux affaires.
A ce positionnement conjoncturel sajoute une considration dordre stratgique. Washington prfre saccommoder dun civil impotent qui a su dmilitariser lEtat, mme sil la par ailleurs tribalis, que de sappuyer sur une oligarchie militaire qui, du point de vue US, hypothque les moyen long termes. Or le handicap des autres candidats est prcisment, au regard amricain, dans ce que ces derniers considrent tre une aubaine pour eux : cest dire le fait de laisser entendre quils auraient le soutien de tout en partie de larme, ce que Washington entend comme un statut dobligs dun systme dont il faut librer les peuples.
Pour limmdiat, lutilit scuritaire du pouvoir algrien est assure par deux officiers asservis par Bouteflika. A terme, tous les think-tanks amricains conviennent que la dstabilisation et la rgression de la rgion MENA est du un dficit dmocratique dont les causes renvoient principalement la nature fodal et/ou militaire des pouvoirs en place.
Linterprtation politique de la position amricaine nest pas rechercher dans une erreur de traduction du propos du secrtaire dEtat US. Elle est donne par le moment choisi par ce dernier pour se rendre Alger et le sens gnral de ses interventions. Celles-ci laissent peu de place au doute. LAlgrie est lun des principaux acheteurs darmes au monde. Cela lui confre le rle de leadership militaire dans la rgion. En substance, Kerry ritre ce que son pays a toujours dit : nous apprcions la coopration ( scuritaire ) algrienne et nous entendons la dvelopper. Le reste, cest dire les choses srieuses qui incluent les perspectives de dveloppement seront abordes dans ltape suivante Rabat o, tort ou raison, les Amricains croient dceler des efforts de rformes en faveur de la modernisation du rgime.
Pour le court terme la messe est dite. Du moins tant que les lites algriennes ne se seront pas mancipes des accointances claniques.
En attendant, les baby-putschs vont sadonner leur sport favoris : la dlgation de leurs aspirations la mthode Couet.


Ali Grachi



 

()


: 1 ( 0 1)
 

ELECTION PRESIDENTIELLE : constance amricaine et illusions algriennes




08:00 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,