> >

[] [ ]

Emeutes Bjaa contre le 4e mandat

(Tags)
 
L'ONG Avaaz veut manipuler les sit-in contre le quatrime mandat ? Emir Abdelkader 0 2014-03-09 12:10 AM
Un rassemblement contre un 4e mandat de Bouteflika dispers par la police Alger Emir Abdelkader 0 2014-03-01 11:11 PM
Nouvelle manifestation contre le quatrime mandat ... Emir Abdelkader 0 2014-03-01 10:39 AM
Rassemblement samedi contre le 4e mandat de Bouteflika : Emir Abdelkader 0 2014-02-22 06:22 PM
Rassemblement contre le quatrime mandat de Bouteflika : des manifestants arrts Emir Abdelkader 0 2014-02-22 06:15 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-04-06
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Emeutes Bjaa contre le 4e mandat

Emeutes Bjaa contre le 4e mandat




Le reprsentant en chef du prsident-candidat Bouteflika, Abdelmalek Sellal, na pas pu tenir, hier, son premier meeting lectoral programm Bjaa.


Des centaines de jeunes lattendaient de pied ferme devant la maison de la culture, dans un climat de tension qui a dgnr en meute dune rare violence. Trois policiers et un organisateur ont t blesss et vacus, en milieu de journe, vers lhpital de la ville. Un policier sest vanoui sur lesplanade de la maison de la culture, touch par une pierre en plein visage. Il a t admis au service maxillofacial, selon une source hospitalire.
Dans une raction de rejet tout ce qui symbolise le pouvoir, des protestataires ont mis le feu un vhicule de la Tlvision nationale et ont lynch un confrre dEnnahar qui na d son salut qu lintervention de personnes sages. Aprs une journe de bras de fer avec les forces de lordre, vers 18h, les manifestants ont accd lintrieur de la maison de la culture, quils ont incendie.
Ds la matine, lesplanade de la maison de la culture, ceinture par des barrires mtalliques et garde par des policiers, tait interdite daccs. Lentre tait filtre. Pas daccs sans montrer patte blanche. La veille, la direction de campagne de Bouteflika dit avoir distribu 1700 invitations pour une salle qui ne contient pas plus de 500 siges, qui nont pas tous t occups. Dehors, les premires pancartes sont brandies : Dgage Bouteflika. Elles tranchent avec cette curieuse banderole accroche sur une barrire, qui veut faire croire que Les travailleurs du port sont pour le 4e mandat. Elle est arrache furieusement. Le port est larrt, ils ont libr des travailleurs pour tre prsents ce meeting, nous confie un groupe demploys du port de Bjaa. Et lun deux de scrier, sadressant de loin aux occupants de la salle : Vous tes de grands tratres ! La tension monte dun cran et la foule qui sest vite constitue crie en chur : Kedhabine, khedane, sarakine ! (menteurs, tratres et voleurs).
Un jeune, recrut pour le meeting de Sellal cest visible son badge est dans la foule. Je nai jamais vot, ce badge cest juste pour tre pay, tente-t-il de convaincre un groupe de jeunes manifestants qui lui en veut. La police est sur le qui-vive. Face un flic, un jeune exaspr explose : Pendant ses quinze ans de rgne, Bouteflika nest pas venu une seule fois ! Aux cris de Djazar houra democratia, on tente un premier forcing pour faire sauter les barrires. Achour, un membre de Barakat, arrive, mgaphone la main : Yen a marre de ce systme. Cette esplanade est un bien du peuple, cest notre espace, cette bougie (stle) qui est l est celle dOctobre 1988 !, sgosille-t-il. Dautres pancartes se font visibles : Non llection de la honte, Sellal, tes discours sont un poisson davril. Une autre sadresse au chef de la diplomatie amricaine : John Kerry, le peuple algrien est matre de son destin. Une autre encore porte la particularit de la rgion : Bjaa, terre de toutes les luttes. Les portes de la maison de la culture sont gardes fermes par les organisateurs.
A lintrieur, les invits simpatientent. A midi, Sellal nest toujours pas l. Arriv par avion, il est rest laroport, coinc. Le directeur de campagne a patient laroport Abane Ramdane pendant plus de deux heures dans lespoir de pouvoir gagner la maison de la culture et tenir, malgr tout, son meeting. Impossible de le faire face des manifestants qui ont assailli les deux accs possibles au lieu du meeting et sont dtermins y rester. Jai mal au cur de voir la situation de mon pays, nous voulons un changement radical, crie lun deux, perch sur le parapet de la maison de la culture.
Un policier approche pour le faire descendre. La foule vient rageusement la rescousse : Nous sommes dans notre pays ! Nentrez pas dans leur jeu, nous sommes pacifiques. Cest cette provocation qui a fait 126 morts en 2001, crie Achour dans son mgaphone. Les derniers invits du meeting passent sous une pluie de crachats, dinsultes et de projectiles en tout genre. Dans la foule, des journalistes de tlvision sont aussi attaqus. Des confrres photographes, mls la foule, doivent dcliner lidentit de leurs employeurs. O est Ennahar ? Ils nous ont salis, lance un jeune.
Le 4x4 de la Tlvision nationale est caillass avant dtre brl sur lesplanade. Entre-temps, des renforts des forces antimeute prennent position aux alentours. Latmosphre est dltre. La foule, assise par terre, empche les CNS de passer. Instruction est donne de ne pas forcer le passage. Les slogans antipouvoir sont repris : Chmage, harraga, programme Bouteflika. Les CNS rebroussent chemin et rapparaissent de lautre ct de la maison de la culture, au rond-point dAmriw, l o couve un deuxime foyer de tension. Le temps de prendre position et le fameux moustache, le chasse-neige, fonce sur les manifestants. Sensuivent des jets de pierres et de bombes de gaz lacrymognes. Lmeute se propage toutes les rues adjacentes et plonge tout le primtre du quartier dAmriw dans un climat de rvolte, rappelant des scnes du printemps noir de 2001.
A laroport, Sellal renonce finalement tenir son meeting. Les organisateurs en sont informs et dcident de librer leurs invits vers 13h30, aprs 4 heures dattente. Le meeting est annul. Les premiers contingents qui sortent de la maison de la culture sont accueillis par les manifestants par des insultes et des crachats. Certains sont reus avec des applaudissements ironiques, dautres sont agresss.
Lmeute continuait, au moment o nous mettions sous presse, et son primtre sest largi. Sellal, lui, est rentr Alger par un vol tardif. Une question se pose prsent : Ahmed Ouyahia, dont le meeting est programm pour le 11 avril, maintiendra-t-il son dplacement Bjaa ?


Kamel Medjdoub




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Emeutes Bjaa contre le 4e mandat




01:21 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,