> >

[] [ ]

DERNIÈRE SEMAINE DE LA CAMPAGNE ÉLECTORALE Virage dangereux

(Tags)
 
Une semaine dcisive Emir Abdelkader 0 2014-03-08 05:41 PM
Semaine culturelle de l'ANEP Emir Abdelkader 0 2014-02-11 12:21 PM
Repre : Dangereux statu quo Emir Abdelkader 0 2014-02-04 02:36 PM
Deux dangereux mensonges sur la Syrie Emir Abdelkader 0 2013-11-21 02:01 PM
Bonne Semaine Emir Abdelkader | french Forum 0 2013-04-03 04:47 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-04-07
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool DERNIÈRE SEMAINE DE LA CAMPAGNE ÉLECTORALE Virage dangereux

DERNIÈRE SEMAINE DE LA CAMPAGNE ÉLECTORALE
Virage dangereux



Que retenir de la campagne lectorale de la prochaine prsidentielle qui a entam, hier, sa troisime et dernire semaine sinon quelle a t singulire en tout point de vue de celles qui lont prcde. A telle enseigne que tout le monde : candidats, lecteurs, partisans du 4e mandat, votants ou boycotteurs se disent en leur for intrieur : vivement le 17 avril.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Meetings tenus dans des salles moiti vides au point o des candidats ou leurs reprsentants, y compris ceux du Prsident-candidat, ont pitin lthique jusqu faire venir des bambins et des adolescents faire office dauditoires, des prises de parole lapidaires ayant dur, pour certaines dentre elles, pas plus de dix minutes, dautres meetings, tout simplement annuls faute justement dassistance ou empchs par les opposants au 4e mandat pour le Prsident sortant ou par ceux qui rcusent carrment le scrutin en lui-mme et tutti quanti. Telles sont les facettes dune campagne lectorale qui a connu son apoge, son triste apoge, avant-hier Bjaa, avec les meutes qui ont empch le directeur de campagne du Prsident-candidat de tenir son meeting lectoral.
De ce fait, la crainte et la peur que lpisode bjaoui fasse des mules vont crescendo au sein dune opinion publique qui souhaite que le 17 avril prochain arrive pour que cette tension terrible sestompe. Encore que pour bien dobservateurs avertis de la scne nationale, bien de rpliques ne seraient pas exclues au-del de la prochaine prsidentielle.
Avec surtout une classe politique, quelle soit partie prenante de ce scrutin ou quelle le boude, qui sinscrit dans laprs-17 avril prochain.
Do cette guerre de positionnement chez les uns dans la perspective de rcolter le maximum de dividendes, en contrepartie dun soutien le plus souvent zl avec ces carts de langage et autres boutades lorigine de la colre citoyenne, et le souci de se doter dun rapport de force favorable en vue de peser aprs, notamment pour les promoteurs, et ils sont nombreux, dune transition dmocratique mme de constituer une alternative au statu quo dans lequel le pays, selon eux, baigne. Ceci pour dire que cette dernire semaine de campagne lectorale ne risque pas de manquer de piment en termes dchanges damabilits avec ces accusations le moins que lon puisse dire, gravissimes, lancs par les candidats eux-mmes ou par lintermdiaire de leurs reprsentants ou leurs relais mdiatiques.
M. K.

Abdelmalek Sellal Tizi Ouzou :
Personne ne nous fait peur

De notre envoy spcial Tizi Ouzou, Kamel Amarni
Le pouvoir tait assurment confront hier dimanche sa plus difficile preuve depuis des annes : au lendemain de la cauchemardesque sortie de Bjaa, samedi, o, pour la premire fois dans lhistoire, le candidat du pouvoir pour la prsidentielle sera contraint dannuler son meeting, la sortie de Sellal Tizi- Ouzou devenait, de fait, un test que devait absolument russir le clan prsidentiel, faute de quoi la campagne de Abdelaziz Bouteflika perdrait tout crdit. Or, paradoxalement, la sortie la plus redoute aura t la plus russie pour Sellal depuis le lancement de la campagne.
Bien sr, le dispositif scuritaire qui enveloppait la venue du directeur de campagne de Bouteflika tait le plus important aussi. Mais la tension tant redoute ntait pas au rendez-vous. Du moins, larrive de Abdelmalek Sellal lentre de la ville des Gents o il commencera sa vire par un symbolique dpt dune gerbe de fleurs devant la stle imposante du regrett Matoub Louns.
Au niveau de la Maison de la culture Mouloud Mammeri, lieu du meeting, lorganisation tait, pour la premire fois galement depuis le dbut de la campagne, irrprochable. En tout cas, Sellal sest mme permis de traverser la foule, aisment.
Une fois la tribune, il prononcera par ailleurs son plus long discours jusque-l ! Un discours o tous les symboles si chers la rgion de la Kabylie seront convoqus. Les grands hros seront cits : Matoub Louns, Fatma Nsoumer, Amirouche, Abane, Krim, etc. Mais aussi la revendication de toujours, tamazight, la dmocratie, les liberts, pour le combat desquels Tizi en a toujours constitu le fief. Lmigration aura eu galement sa part de lion, ce dimanche, dans une rgion qui fournit le plus gros des populations de la communaut algrienne ltranger.
Les gens de Bjaa seront aussi souvent cits et lous durant ce meeting. Bref, il fallait bien insister sur tout ce qui pouvait toucher , dans une rgion, Tizi et Bjaa que Bouteflika na jamais visite en dehors des campagnes lectorales en 15 ans de rgne !
Je me rappelle bien quen 2009, et javais les larmes aux yeux, lorsque, rappelez-vous aussi, Bouteflika tait venu ici, et vous disait, mu par laccueil, quaujourdhui, je peux mourir tranquille ! Mais nous, nous lui avons demand de vivre encore avec nous pour poursuivre son uvre. Pour accomplir sa mission.
Abdelmalek Sellal voulait visiblement jouer la fibre de lmotion pour justifier le quatrime mandat. Si vous soutenez cet homme-l, qui a une dernire mission dans sa vie, celle de hisser lAlgrie au rang dune grande nation, nous entamerons un grand projet pour lAlgrie. Il rptera plusieurs fois ce projet dune Algrie dmocratique et moderne, des liberts ( )
Les chouhada et les moudjahidine en ont rv. Bouteflika a vcu avec eux. Il sest sacrifi pour lAlgrie. Il a commenc 16 ans. Cet homme-l ne mrite-t-il pas quon lui fasse confiance ? Moi je vous le dis : Cest le seul, le seul, le seul qui mrite toute notre confiance ! Pour frapper les esprits, Sellal ajoutera : Que lui reste-t-il esprer de la vie ? Sa dernire mission, il veut, avant de quitter ce monde, hisser lAlgrie parmi les grands de ce monde.
Trs soulag Tizi, Sellal sest distingu cette fois par un discours particulirement offensif. Il se lancera dans une multitude dallusions tous les opposants au clan prsidentiel et au quatrime mandat. Tous y passent : la bte noire Ali Benflis bien sr, les partisans du boycott, les partisans du dsespoir, les professionnels du noircissement, quelques diables qui pervertissent toutes nos dcisions ou mesures, etc. Sachez que personne ne nous fait peur ! Aussi, il persiste et signe : Oui ! nous allons maintenir notre soutien pour les jeunes, avec les dispositifs de lAnsej, lAnem, etc. ! Oui ! nous poursuivrons notre politique sociale et tant quil y aura largent, tant quil y aura la rente, elle bnficiera aux plus dmunis () Oui ! je suis un Amazigh, un Chaoui, un Kabyle, un Targui, un homme libre et je dis ce que je veux. Celui qui nest pas content, eh bien, tant pis pour lui ! Moi, en tout cas, mme si quelquun magresse, je viendrai vers lui pour lembrasser!
A lvidence, celui qui concentre sur lui le gros des tirs de tous les opposants au quatrime mandat, sest offert, partir de Tizi, une tribune pour se dtendre un peu dune norme pression, lui qui a pass sa trs longue carrire, non pas au-devant de la scne politique, mais dans la haute administration
K. A.
Benflis ragit aux accusations du clan Bouteflika :
Des propos irresponsables
De nos envoys spciaux, Tarek Hafid et Samir Sid
Le candidat Benflis a ragi, hier matin, partir de Batna aux accusations portes son encontre par Abdelmalek Sellal suite aux violences qua connues la ville de Bjaa. Laprs-midi, In-Salah, le candidat a annonc un plan spcial pour sauver les rgions sud du pays.
Point de presse improvis au salon dhonneur de laroport de Batna. Ali Benflis dcide de ragir aux accusations profres, la veille, par le directeur de campagne de Abdelaziz Bouteflika.
Samedi, suite lannulation du meeting quil devait animer Bjaa, Sellal avait dclar que les violences avaient t provoques par des partisans de Benflis et des militants du FIS.
Pour le candidat indpendant, les propos de Sellal quil ne nomme pas sont des propos irresponsables confirmant une fuite en avant. Je regrette que cette campagne lectorale se droule dans un climat tendu. Je dois la vrit de dire que rien na t fait jusque-l pour quelle se droule dans la srnit et lapaisement. Il faut surtout se garder de lancer des accusations infondes et des propos irresponsables qui ne sont en fait que des fuites en avant. Je souhaite que cette fin de comptition lectorale fasse prvaloir le dbat dides, la confrontation des programmes afin que le peuple algrien puisse librement et sereinement choisir le projet quil juge mme de rpondre ses aspirations, a dclar Benflis. Il a par ailleurs dnonc les violences subies par les reprsentants des mdias. Quelles que soient les considrations qui ont conduit un tel rsultat, jappelle au respect de la libert dexpression en toutes circonstances, cette valeur qui constitue la pierre angulaire de mon projet de renouveau national, ajoutera-t-il.

Un plan Marshall pour le Sud
Immdiatement aprs cette mise au point, Ali Benflis sest envol vers le Grand-Sud. Direction In-Salah. Face une assistance jeune, le candidat la prsidentielle a relev les conditions dplorables dans lesquelles vivent les citoyens de la rgion. Vous ntes toujours pas indpendants, lancera-t-il. Il a galement dplor le fait que la ville dIn-Salah approvisionne en eau potable Tamanrasset, le chef-lieu de wilaya, alors que ses habitants sont privs de cette ressource.
Pour Benflis, seule une initiative de grande envergure pourra sauver les rgions du Sud. Il prconise donc le lancement dun plan Marshall pour le dveloppement qui permettra dliminer les diffrences rgionales et consacrer le droit la citoyennet.
Le financement de ce plan sera assur par lEtat travers, notamment, le Fonds de dveloppement du Sud. Benflis ne manquera pas de ritrer son intention de procder un nouveau dcoupage administratif. Une annonce applaudie par lassistance, laccession dIn-Salah au statut de wilaya tant une revendication exprime depuis de nombreuses annes par ses habitants.
Le candidat a poursuivi sa tourne marathon dans le Sud par des meetings Tamanrasset et Djanet.
T. H.
TIZI-OUZOU
Meeting sous haute surveillance
Rien qu voir la frnsie, pour ne pas dire la nervosit dont faisaient preuve des policiers, il tait vident que le scnario vcu 24 heures plus tt Bjaa tait encore frais dans les ttes. Mais en ralit, la tension laquelle tout le monde sattendait ny tait pas, du moins en tout dbut de matine, lorsque les Tizi-Ouziens affichaient plutt une indiffrence totale chez les uns, puis de lexaspration chez dautres, peu enclins accepter le dispositif monstrueux tabli pour scuriser la venue du directeur de campagne de Bouteflika.
Il tait, en effet, peu vident de se mouvoir travers la ville de Tizi-Ouzou tant tout tait boucl. Des policiers perte de vue et, fait peu courant, des contrles didentit tout-va, avec parfois un excs de zle quil tait difficile de comprendre. Si cest ainsi quon escompte inciter les gens aller voter, ce nest pas gagn ! laissera tomber un commerant de la grand-rue, excd au plus haut point par les effets induits par ce branle-bas de combat. Ce nest quune quarantaine de minutes avant lheure prvue du meeting (10 heures) que la tension commenait devenir palpable, lorsque des dizaines de jeunes ayant su passer travers les mailles du filet policier se retrouvaient une centaine de mtres de lentre principale de la Maison de la culture. Ctait ds lors, le dbut des hostilits. Ds que commenaient fuser les habituels slogans anti-pouvoir, les policiers se sont mis sauter au cou des jeunes tmraires, dont une quinzaine, des tudiants pour la plupart, ont t arrts de manire plutt muscle et conduits manu militari au commissariat sis en face du lieu du rassemblement. Des policiers, pris de panique, sen prenaient tout le monde, surtout ceux qui saventuraient sortir leurs tlphones portables ou, pire, un appareil photo, devenus objets de dlit. Des journalistes ny chapprent pas. De longues minutes durant, les nerfs taient fleur de peau, et ni les arrestations ni les charges des policiers nont eu le don de faire reculer les manifestants, qui nont quitt les lieux quune heure aprs la fin du meeting de Sellal.
M. Azedine


Communiqu de lassociation des journalistes et correspondants de Tizi-Ouzou
Inform des actes d'intimidations commis par des policiers l'encontre de plusieurs journalistes en plein exercice de leur fonction ce dimanche 6 avril, loccasion du meeting du directeur de campagne de Bouteflika, le chef de Sret de la wilaya de Tizi-Ouzou a tenu rencontrer, durant cette mme journe du 6 avril, les journalistes victimes, en prsence des reprsentants de l'Association des journalistes et correspondants (AJCTO).
Lors de cette rencontre, le chef de la Sret de wilaya a tenu prsenter ses excuses les plus sincres nos confrres victimes tout en sengageant viter, lavenir, de tels dpassements lencontre des journalistes.
Les journalistes ont alors pris acte de la raction positive et de lesprit de responsabilit du premier responsable de la police Tizi-Ouzou tout en esprant que les agissements enregistrs ce dimanche 6 avril ne se reproduiront plus lavenir.

Face aux tentatives de discrdit
Le front du boycott se dfend
Sans surprise, les incidents qui ont maill la visite de Sellal Bjaa servent de prtexte aux donneurs de leons en tout genre. La direction de campagne de Bouteflika a donn le ton en pointant du doigt les groupuscules fascistes. Sellal avait lui-mme affirm que les manifestants de Bjaa donnaient une trs mauvaise image de la dmocratie dans une tentative de discrditer les adeptes du boycott.

Nawal Ims - Alger (Le Soir)
Les ractions ne se sont pas fait attendre. Aprs le directeur de campagne du Prsident-candidat qui depuis laroport de Bjaa prenait tmoin lopinion publique affirmant que ce qui stait pass Bjaa tait lexpression dune certaine dmocratie, ctait au tour de la direction de campagne du Prsident-candidat de ragir, identifiant les manifestants comme des groupuscules fascistes comportant parmi eux des lments de Barakat et du Mak.
Des dclarations qui npargnent pas les opposants au quatrime mandat ni les adeptes du boycott qui dans la foule risquent de subir les foudres des proches de Bouteflika. Le mouvement Barakat a ds hier ragi dans un communqiu dans lequel il dit dgager toute responsabilit quant aux incidents ayant empch la tenue du meeting dAbdelmalek Sellal, rappelant son caractre rsolument pacifique et dmocratique. Le mouvement appelle tous les citoyens algriens agir pacifiquement pour le changement du systme aux ordres dune caste finissante et davoir de la retenue, car il sagit de lAlgrie.
Le mouvement contre-attaque et tient pour seul responsable le pouvoir en place et ses relais de la dgnrescence du rassemblement pacifique. Il est galement lorigine des affrontements avec la population et de la gravissime tournure des vnements, car lui servant dalibi pour endosser le pourrissement sur les dos les citoyens pacifiques. Ce mouvement nest pas seul se retrouver dans le box des accuss. Le front du boycott est galement en ligne de mire. Ses animateurs rfutent toutes les accusations de manipulation. Djilali Soufiane, prsident de Jil Jadid, estime que comme de tradition, le rgime cherche des coupables aprs avoir point du doigt la main de ltranger. Ils essayent aujourdhui de se victimiser alors quils sont les bourreaux de ce pays. Il est attendu quils crient au loup alors quils ont dvast la bergerie. Pour le porte-parole du MSP, le risque de voir les proches du Prsident profiter de ces incidents pour montrer du doigt le front du boycott est certes grand mais rappelle Zine-Eddine Tebbal le front utilise les moyens pacifiques et non violents mais il y a aujourdhui tentative de discrditer les boycotteurs quand lex-Premier ministre prend la violence utilise comme prtexte pour sattaquer aux politiciens.
Pour le porte-parole du RCD, le vritable discrdit cest eux. Ils ont dj essay de manipuler lopinion. Le vritable discrdit, cest celui du rgime qui ne respecte pas le droit du peuple et lalternance au pouvoir et qui ne veut pas dun processus transparent. Le vritable discrdit est jet sur ceux qui sont partie prenante de ce processus.

N. I.

 

()


: 1 ( 0 1)
 

DERNIÈRE SEMAINE DE LA CAMPAGNE ÉLECTORALE Virage dangereux




06:58 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,