> >

[] [ ]

Bouteflika divise les Algriens

(Tags)
 
Bouteflika appelle les Algriens participer massivement llection Emir Abdelkader 0 2014-03-02 05:48 PM
Le 4e mandat de Bouteflika divise les Algriens Emir Abdelkader 0 2014-02-26 05:52 PM
Les Algriens et la candidature de Bouteflika :... Emir Abdelkader 0 2014-02-25 02:23 PM
Algriennes, Algriens, allez-vous voter Bouteflika Emir Abdelkader 0 2014-02-25 12:03 PM
Les Algriens sinterrogent sur un retrait anticip du prsident Bouteflika Emir Abdelkader 0 2014-01-16 08:23 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-04-07
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,943 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Bouteflika divise les Algriens

Bouteflika divise les Algriens




Au 15e jour dune campagne prsidentielle insipide et aux consquences improbables, le langage lectoral, et aprs les provocations, vire aux insultes et aux menaces, ouvrant la voie la violence.


Le niveau des discours, souvent enclins aux diatribes et linvective, reflte une tension vive et insoutenable lie au sens mme donn cette lection coup de force qui se prpare difficilement pour ce 17 avril.
Le coup de force sign le jour de lannonce de la candidature de Bouteflika par les tenant du pouvoir, civils et militaires, retrouve aujourdhui sur le terrain toute la fragilit du discours dinfliction dun 4e mandat. En sus dune quatrime investiture la tte de lEtat, aprs un bilan catastrophique de 15 annes dexercice, la campagne lectorale veut vendre aux Algriens un mandat par procuration, sans prsident, ce qui est en lui-mme un coup de force dans le coup de force. Telles des poupes russes, le pack du 4e mandat comporte une anomalie dans une autre, plus grande, senchevtrant et sentremlant jusqu faire de lopration lectorale un cirque o il nest mme pas permis de rire.

Le climat entourant cette lection est tel quil incite craindre que le jour du scrutin les mcontents de tous bords laissent parler leur colre. Une colre qui a commenc dailleurs sexprimer par le recours la violence. Alors que la grande majorit des Algriens refusent de simpliquer dans une illusion dlection, des actes de violence accompagnent certains meetings tenus par les reprsentants du candidat absent, donnant plus de sens aux risques que comporte ce scrutin.
Au fur et mesure que le rendez-vous du 17 avril approche, le rejet du 4e mandat se fait plus audible et plus muscl, ce qui, dans le langage politique, est un signe dinstabilit. Harkis, fascistes, voleurs sont autant dadjectifs peu amnes que se lancent les candidats et leurs reprsentants les uns aux autres ainsi qu ladresse des boycotteurs, jetant de lhuile sur un brasier prt senflammer. Lgitimer aujourdhui lusage de la violence, cest ouvrir la voie une violence plus grande qui sera difficilement matrisable et ne pourra que servir, une fois de plus, les tenants du statu quo qui lgitimeront leur tour la rpression au nom du maintien du contrle sur la situation. Je mexpliquerai avec eux aprs le 17, menace un des porte-voix du prsident-candidat, Amara Benyouns en loccurrence, ladresse des opposants au 4e mandat, ne cachant pas un ton agressif inopportun.
La premire violence verbale a commenc lorsque les reprsentants du prsident avaient assimil statu quo stabilit. Une confusion de termes qui cache peine une menace de dstabilisation si le projet de quatrime mandat nest pas retenu. Ce discours incendiaire et irresponsable jette Sellal, le duo Benyouns-Ghoul, en passant par Ouyahia, Saadani et dautres, la vindicte populaire.
Mais la campagne lectorale, qui sapparente pour eux un parcours intenable, tend servir la crdibilisation de llection et faire croire que les jeux ne sont pas encore faits. Cette phrase lance par celui qui est prsent comme loutsider du prsident-candidat, son ancien chef de gouvernement, Ali Benflis, disant que des armes de citoyens me soutiennent, nest pas non plus pour rassurer sur ce quil adviendra au lendemain du 17. Ce recours un ton de menace est-il fait pour donner de la crdibilit une lection ferme ? Veut-on faire croire une lection ouverte o rien nest jou davance et que lurne dcidera la place des dcideurs ?
Le DRS est-il rellement neutre au point de laisser le directeur de cabinet de la Prsidence se faire lyncher et lex et prochain Premier ministre chasser dune ville comme un indsirable ? Est-ce l une preuve de sa neutralit et, ou, de son manque dimplication dans le quatrime mandat, qui fait dire dautres candidats quils ont des chances de gagner ? Ou bien nest-ce pas l juste une nouvelle trouvaille dans la bote ides du systme pour crdibiliser llection ? La colre citoyenne contre le 4e mandat nest plus dmontrer, elle est mme visible dans des salles de meeting vides, dans la tideur de la campagne en dehors de ces petits espaces dexpression rservs aux candidats. Mais le soudain recours la violence fait craindre le pire et invite sinterroger : de quoi sera fait le 17 avril ?

Nadjia Bouaricha




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Bouteflika divise les Algriens




12:54 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,