> >

[] [ ]

Drones, DRS, rlection de Bouteflika :...

(Tags)
 
Bouteflika prside son premier Conseil des Ministres aprs sa rlection(Vido) Emir Abdelkader 0 2014-05-07 03:29 PM
La rlection de Bouteflika est dans lintrt de Moscou Emir Abdelkader 0 2014-04-22 03:05 PM
la rlection de Bouteflika vue par la presse trangre Emir Abdelkader 0 2014-04-19 03:39 PM
Makri prdit une rlection de Bouteflika au premier tour... Emir Abdelkader 0 2014-04-15 10:46 PM
Surveillance des frontires : Des drones pour lAlgrie Emir Abdelkader 0 2014-01-12 11:31 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-05-08
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,973 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Drones, DRS, rlection de Bouteflika :...

Drones, DRS, rlection de Bouteflika : entretien avec Henry S. Ensher, ambassadeur des USA en Algrie




Barak Obama na pas flicit Bouteflika pour sa rlection pour un quatrime mandat. Comment expliquez-vous ce silence ?

Nous avons toujours dit que le gouvernement amricain va travailler avec le prsident qui sera lu par le peuple algrien. Et nous avons de bonnes relations avec lAlgrie. Le secrtaire dÉtat amricain John Kerry a effectu, quelques jours avant llection, une visite en Algrie. Le secrtaire amricain lÉnergie se rendra Alger dans quelques jours pour participer la Foire internationale dAlger et le prsident Barack Obama a envoy une invitation au prsident Bouteflika pour assister au sommet États-Unis-Afrique. Nous navons pas jug ncessaire de faire une dclaration sur llection prsidentielle.


Ce silence est-il un dsaveu pour Bouteflika ou veut-il dire que cette prsidentielle navait finalement aucun intrt pour les États-Unis ?

Ni lun ni lautre ! Le secrtaire dÉtat amricain a visit lAlgrie trois fois au cours des deux dernires annes (deux visites effectues par Hillary Clinton et une visite effectue par John Kerry). Cela prouve que lAlgrie est un pays important pour les États-Unis. Et encore une fois, le prsident Bouteflika a t invit par le prsident Obama pour assister au Sommet US-Afrique. Il y a aussi un change rgulier de visites et nous jugeons que les relations avec lAlgrie sont trs importantes.


La visite de M. Kerry a t critique par lopposition qui y voyait un soutien au prsident-candidat

Quand le secrtaire dÉtat Kerry sest rendu Alger, M. Bouteflika tait le prsident et il y avait un gouvernement algrien. Des dossiers taient inscrits lordre du jour. Dailleurs je vous renvoie au communiqu final du dialogue stratgique entre les deux pays. Mais bien sr, il y a eu des interprtations politiques concernant cette visite intervenant en pleine campagne lectorale. Nous avions des dossiers discuter durant cette visite dont le report na pas t possible compte tenu de lagenda de M. Kerry.




Les Amricains donnent limpression de soutenir le statu quo

Le peuple algrien avait lopportunit dexprimer son opinion. Il la fait le 17 avril. Le gouvernement algrien sent la ncessit de mener des rformes administratives et gouvernementales. Des rformes que les États-Unis soutiennent. Le peuple algrien et la socit civile aimeraient bien tre impliqus dans ces rformes dune manire transparente et les États-Unis soutiennent ces efforts.


Avez-vous des inquitudes quant la succession de Bouteflika et aux tensions claniques au sommet de lÉtat algrien ?

Il y a pas mal dinterprtations dans cette question. Je vous dirai simplement que les Amricains travailleront avec tout prsident lu de manire lgitime par le peuple algrien, et ils vont continuer le faire quoi quil arrive et tant que le prsident est lu travers un processus constitutionnel.


M. Kerry a souhait des lections transparentes en Algrie lors de sa visite. Est-ce quelles lont t, selon vous?

Finalement, ce nest pas lopinion des Amricains qui compte. Le peuple algrien a choisi son prsident. Un gouvernement a t install et les observateurs internationaux ont jug que le processus lectoral tait bon. À travers mes contacts et mes dplacements en Algrie, jai constat que le prsident Bouteflika est populaire.


Quel est le regard des USA sur les droits de lHomme en Algrie qui font lobjet de critiques de la part des ONG ?

Ce que nous pensons est inclus dans le rapport annuel des droits de lHomme du dpartement dÉtat. Concernant mes apprciations sur le sujet, je pense que les Algriens sont gnralement libres dans le sens o il ny a pas de peur ou de menaces sur leur vie. Chose qui constitue un droit essentiel de ltre humain. Cela ntait pas possible il y a quelques annes. Mais il y a galement la question relative la libert dexpression et dassociation. Si les Algriens veulent changer ou rformer le systme, ils doivent bnficier de la libert de sassocier et de sorganiser de manire efficiente.


Les changements oprs au sein du DRS ont-ils impact la coopration antiterroriste avec lAlgrie ?

Honntement, non. Il ny a pas eu dimpact. Nous avons une coopration entre institutions et il y a des accords entre les deux gouvernements. Ce nest pas une relation qui dpend des personnes. Ainsi, je peux vous assurer que notre coopration et notre relation progressent et se dveloppent. Et le gouvernement amricain soutient les efforts de lAlgrie pour stabiliser et scuriser la rgion. LAlgrie est un pays stable et joue un rle trs important de leadership dans la rgion. Les États-Unis saluent les formations et lassistance offertes aux pays voisins et pas uniquement sur le plan scuritaire. Il y a galement lassistance sur des plans notamment financiers comme cela a t le cas avec la Tunisie.


Avez-vous de nouveaux interlocuteurs dans le domaine de la lutte antiterroriste ?

Je nai pas rentrer dans ces dtails.
Est-ce que les USA sont prts fournir des armes et des quipements militaires larme algrienne dont des drones par exemple ?

Lobjectif des États-Unis est de dvelopper la coopration scuritaire avec lAlgrie et daller vers une coopration en matire de dfense. Cela inclut la vente dquipements militaires. Cest un processus trs complexe parce quil y a des lois qui rgissent le transfert des quipements militaires nos allis. Les États-Unis continuent se concerter avec le gouvernement algrien sur ce sujet.
Le transfert de ces quipements doit se faire en conformit avec les lois amricaines et les lois algriennes, et les États-Unis sont conscients du respect de la souverainet algrienne et de son principe de non-ingrence. Pour les appareils pilots distance (drones, ndlr), les États-Unis ne vendent pas dappareilsarms pilots distance dautres pays. Par contre, ils vendent des appareils non arms pilots distance. LAlgrie est un pays trs vaste et prenant en considration la menace scuritaire pose, le contrle des frontires fait partie du domaine de coopration entre lAlgrie et les États-Unis. Un vhicule pilot distance ne suffit pas pour la surveillance des frontires. Il est ncessaire davoir une approche systmique pour les scuriser.


En quoi consiste cette approche systmique ?

Nous navons pas daccord pour la surveillance conjointe des frontires. Et lutilisation des appareils pilots distance est juste un lment dans cette surveillance qui ncessite un systme arien, un systme de patrouilles mobiles, une coordination entre les diffrents services de scurit, le contrle des mouvements des personnes et des vhicules, etc.


Les États-Unis peuvent-ils vendre des drones non arms lAlgrie ?

Oui, cest possible. Il y a des discussions en cours entre les gouvernements algrien et amricain concernant ce sujet.
Le Conseil de scurit de lONU a prolong la mission de la Minurso au Sahara occidental mais sans largir son mandat aux droits de lHomme, comme rclam par des ONG
Nous avons toujours dit que les États-Unis soutiennent le processus des Nations unies et quils continueront le soutenir. Notre politique est reflte dans notre vote de la rsolution en question. Aussi, il faut avoir une vue globale de la situation au Sahara occidental. Il y a eu un rapport du secrtaire gnral de lONU sur le Sahara occidental o il a parl de la situation des droits de lHomme. Il y a galement un engagement du gouvernement marocain. Et les États-Unis feront attention cet aspect.
En 2013, les Amricains avaient prsent un texte pour llargissement du mandat de la Minurso avant de faire machine arrire
Les États-Unis soutiennent les droits de lHomme des Sahraouis. Et la politique amricaine est claire l-dessus. Il y a des consultations avec toutes les parties concernes y compris avec les ONG, amricaines et celles des autres pays. La rsolution et le rapport (du SG de lONU) font rfrence aux droits de lHomme au Sahara occidental dun ct et dans les camps de rfugis Tindouf dun autre ct. Ceci dit, les États-Unis saluent les efforts de lAlgrie pour linclusion dun mcanisme dans les camps de Tindouf.


Est-ce que la situation au Sahel sest amliore depuis lintervention franaise au Mali ?

La situation a chang aprs lintervention franaise. Les groupes terroristes qui taient prsents au Nord-Mali comptaient aller au centre de ce pays. Le Sahel nest pas stable do limportance de la coopration avec les pays de la rgion et avec lAlgrie.


Les investisseurs amricains ne sont pas trs prsents sur le march algrien. Pourquoi ?

Dabord, il y a 330 millions dAmricains, 180 millions de Mexicains en plus des Canadiens. Les socits amricaines concentrent leurs efforts sur le march domestique qui comprend donc les États-Unis, le Canada et le Mexique. Quand elles envisagent dinvestir outre-mer, elles prennent en considration le choix dun grand pays o il y a dnormes opportunits et un potentiel et cest le cas de lAlgrie. Dans les milieux conomiques amricains, lAlgrie nest pas trs connue. Lambassade et le gouvernement amricains sont en train de la faire connatre. Et nous avons dj des succs quon a pu raliser. Je vous citerai lexemple de General Electric, des socits de construction et des bureaux dtudes et de conseil. Je pense quil y a un intrt croissant pour le march algrien mais certains obstacles linvestissement persistent.


Quels sont ces obstacles ?

Dabord, il y a le systme douanier. Cest extrmement difficile de ramener des quipements ou des produits. La question relative la proprit intellectuelle quil faut respecter. Il y a galement le systme bancaire et les lois sur le transfert des dividendes. Ensuite, la loi 49/51 qui est toujours un obstacle linvestissement. Vu la concurrence au niveau mondial pour attirer les investissements directs trangers, lAlgrie doit rendre son environnement daffaires comptitif. Mais je suis optimiste concernant les investissements amricains en Algrie, parce quil y a un engagement du gouvernement algrien pour rformer son conomie.

TSA-Algrie | Tout sur l'Algrie

 

()


: 1 ( 0 1)
 

Drones, DRS, rlection de Bouteflika :...




12:41 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,