> >

[] [ ]

Madame la ministre de leducation nationale : Nos enfants vont trs mal

(Tags)
 
Quel est cet ancien ministre franais qui a abus sexuellement d'enfants marocains Marrakech ? Emir Abdelkader 0 2014-04-01 03:52 PM
Non madame la marquise, rien ne va ! Emir Abdelkader 0 2014-03-17 04:15 PM
Le ministre de lEducation envisage le report des examens... Emir Abdelkader 0 2014-02-16 10:29 PM
Le ministre de lducation nationale saisit le tribunal administratif : La grve est illgitime Emir Abdelkader 0 2014-02-04 11:15 AM
Benbouzid quitte lducation nationale Emir Abdelkader 0 2012-09-04 06:40 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-05-09
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Madame la ministre de leducation nationale : Nos enfants vont trs mal

Madame la ministre de leducation nationale : Nos enfants vont trs mal




Cest les yeux pleins de larmes que je me dcide vous crire.
Je suis une maman. Jai trois enfants. Je fus dans une vie antrieure enseignante universitaire. La naissance de ma premire fille et mon obligation de retourner au travail en la laissant recevoir une ducation par autrui, ma fait rflchir. Jai rflchi longtemps A la naissance de ma deuxime fille jai dcid de mettre fin ma carrire. Une dcision difficile prendre. Il a fallu se rsoudre et accepter de sacrifier plusieurs annes de dures tudes et de diviser les revenus du mnage par deux. Mais a ne faisait pas le poids face aux exigences de lducation de mes enfants.
Pendant la priode de la petite enfance de mes filles, je me suis vertue donner le meilleur de moi-mme, les duquant dans le respect de soi-mme et dautrui, leur assurant un sentiment de scurit et damour que jestimais tre ncessaire pour construire une personnalit solide et faire face la vie.
Seulement voil que lge scolaire arrive. Et quelle fut ma chute ! notre chute, la chute de toute la famille Nous nous sommes retrouvs dans lantithse de tout ce qui a t le fondement de notre ducation Nous avons inscrit notre ane lcole Et le cauchemar a commenc Linstruction est un droit pour lenfant, cest ce qui lui permet de souvrir au monde et de sarmer pour lavenir, de construire un socle solide sur lequel il va sappuyer pour devenir un individu utile lui-mme et aux autres Est-ce vraiment cela qui se construit dans nos coles ? Permettez-moi, Madame la Ministre, den douter. Que se passe-t-il rellement dans nos coles ? Je peux essayer ici den faire une description non exhaustive.
En premier lieu, le programme. Il est surcharg, bas presque majoritairement sur la mmorisation. Les enfants se retrouvent apprendre par cur des heures durant : ducation religieuse, ducation civique, histoire, gographie, sciences, rcitations. A retenir des informations bonnes seulement pour permettre de rpondre des questions dexamens et tre oublies juste aprs. Les enfants apprennent donc passer des examens et revenir la maison avec des notes pour calmer langoisse de leurs parents, ou laggraver, selon ces sacro-saints rsultats (les notes). Leur intellect est noy, touff par un flux dinformations quils ne retiendront que pour les rsultats. Ce programme, Madame la Ministre permettez-moi de le penser, reprsente un affront lintelligence humaine et la capacit inne des enfants apprendre.
Capacit qui est mise mal et brise par toutes ces obligations de mmoriser sans arrt et sans relche. Afin dobtenir des rsultats, ces enfants sont pousss lextrme de ce qui est acceptable humainement. Ils sont manipuls par la mise en comptition excessive. Ils sont dresss les uns contre les autres, pousss la haine de lautre. Ils sont surchargs de travail lcole comme la maison. Ils nont plus de temps pour jouer, pour se dtendre, pour vivre leur enfance qui est si importante mais malheureusement phmre.
Pour ces mmes rsultats (ces notes) , et dans nos coles publiques et prives, ils sont quotidiennement humilis, insults, atteints gravement dans leur estime deux-mmes et parfois, que dis-je, souvent, frapps ! Beaucoup dtablissements scolaires se sont transforms en camps de concentration dignes des pires tortionnaires. Et je pse mes mots. Et tout a avec la complicit des parents qui se taisent, pire, qui cautionnent !

Je voulais, pour tayer mes dires, avoir des chiffres concernant la maltraitance dans les coles. Ils existent, ma-t-on dit, mais ils ne sont pas communicables
Pour que les enfants fassent mieux, il faut quils se sentent mieux. Or nos enfants vont mal, ils vont trs mal. Le stress, la pression et la peur sont leur quotidien. Ils sont mis en chec rgulirement et ils vivent dans un sentiment dinscurit affective permanent.

Le but du cycle primaire est dapprendre lire, crire et compter. Est-ce vraiment le prix payer ? De plus, ce but est-il vraiment atteint ? Vous ntes pas sans savoir Madame, quarrivs luniversit ou au sein des tablissements de formation professionnelle, les jeunes se retrouvent souvent avec des indigences intellectuelles plus que handicapantes : incapables de raisonner, de compter ou de rdiger des textes simples. Mais ils auront nanmoins vcu durant toute leur scolarit des affres inhumaines. Force est de constater quils sortent de leur scolarit indigents, chargs de violence et de haine accumules des annes durant.
Que nous est-il arriv ? Quel avenir et quelle socit sommes-nous en train de construire ? Toutes les rvolutions possibles, dans quelque domaine qui soit, sont inutiles et vaines tant que nous continuons et persistons meurtrir lenfance. Est-ce pour cela que nos pres et nos aeux ont donn leur vie et leur sang ? Est-ce pour voir leur descendance prive de la dignit pour laquelle ils ont livr un dur combat ?
Et les parents ? De quel mal sont-ils atteints ? Quest-ce qui fait quils acceptent et quils se font mme complices de tout a ? Quattendons-nous pour nous mobiliser et pour crier lurgence dun changement ? Bien au contraire, nous livrons nos enfants docilement un supplice quotidien, insupportable et inhumain.
Certains parents en demandent mme davantage : la requte dajouter des matires de mmorisation lexamen de fin de cycle primaire na-t-elle pas t mise par des collectifs de parents ? Veulent-ils assner un coup de grce lducation si ceci na pas dj t fait ?
Beaucoup de pays et de familles de par le monde ont expriment des pdagogies qui exaltent les aptitudes innes des enfants pour en faire des personnes bien construites et aptes embrasser lavenir. Dans la plupart des pays modernes, une palette de choix en matire de pdagogie soffre aux parents. On y trouve une myriade dalternatives lducation nationale essentiellement dans le secteur priv. Et si la diversit des coles qui soffre eux ne leur convient pas, ils peuvent prendre linitiative de se charger eux-mmes de linstruction de leurs enfants soutenus par leurs gouvernements. Cest le cas au Canada o les parents qui font ce choix se voient allouer un soutien financier par un Etat conscient que ces parents le dchargent dune lourde responsabilit et contribuent au bon fonctionnement de la socit.
En Algrie, des initiatives de diversification de lducation en matire de pdagogie ne peuvent mme pas tre envisages face la volont de standardisation/uniformisation de lducation officielle. Nous persistons dans ce qui ne marche pas, pire, dans ce qui est destructeur.
Madame la Ministre, je suis une maman et jai du mal accepter quon continue voler lenfance, la joie de vivre et le bien-tre de mes enfants sous prtexte de leur apprendre lire et compter.
Jestime en tant que mre avoir la responsabilit et le droit de dire non ! Non au malheur de mes enfants. Non une ducation qui ne rpond pas mes exigences de respect, damour et de scurit. La Dclaration universelle des droits de lHomme men donne le droit dans son article 26, alina 3 : Les parents ont, par priorit, le droit de choisir le genre dducation donner leurs enfants. Dans ce mme article, il est stipul que lducation doit viser au plein panouissement de la personnalit humaine et au renforcement du respect des droits de lHomme et des liberts fondamentales.
Je peux dire en mon me et conscience que les prisonniers dans les pnitenciers sont mieux traits que la chair de notre chair lest dans nos coles. Ils nont pas se retenir quand un besoin naturel se fait ressentir. Ils nont pas ingurgiter des informations pour lesquelles rien nest fait pour en faire quelque chose dagrable apprendre. Ils nont pas subir des svices psychologiques et physiques tous les jours que Dieu fait Et jen passe
Non Madame la Ministre, les droits de lHomme ne sont pas respects dans les tablissements scolaires et lenfance na pas le temps dattendre la lourdeur des rformes et des dcisions gouvernementales qui tardent trop. Il est urgent de remdier tout a et dagir. Il est grand temps de redonner aux enfants la joie de vivre et dapprendre.
Il y a des comptences dans notre beau pays et je vous demande solennellement, Madame la Ministre, de les laisser agir en collaboration avec les nombreux parents qui le souhaiteraient et qui sont prts se constituer en collectif dans le but de mieux agir pour le bien de nos enfants.



Mme H. S.
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source





 

()


: 1 ( 0 1)
 

Madame la ministre de leducation nationale : Nos enfants vont trs mal




12:11 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,