> >

[] [ ]

Projet de rvision de la constitution :...

(Tags)
 
La rvision de la Constitution agite les tats -majors des partis politiques Emir Abdelkader 0 2014-05-11 12:31 AM
Consultations autour de la rvision de la Constitution : Le PT prt participer Emir Abdelkader 0 2014-05-09 06:49 PM
Lopposition refuse la rvision de la Constitution par Bouteflika Emir Abdelkader 0 2014-05-06 06:04 PM
La rvision de la Constitution, un chantier de diversion Emir Abdelkader 0 2014-05-03 02:03 PM
L'galit entre "citoyens et citoyennes" inscrite dans le projet de Constitution tunisienne Emir Abdelkader 0 2014-01-07 12:16 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-05-11
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Projet de rvision de la constitution :...

Projet de rvision de la constitution : large implication de la classe politique et de la socit civile




LAlliance nationale rpublicaine, le Front des forces socialistes, le mouvement En-Nahda et le Front El-Moustakbal, par la voie de leurs responsables politiques, ont embot le pas en formulant, leur tour, des apprciations concernant leur participation aux prochaines consultations nationales en vue de la rvision de la loi fondamentale du pays.
LANR appelle toutes les parties participer aux consultations
Le secrtaire gnral de lAlliance nationale rpublicaine (ANR) a indiqu, hier Alger, que son parti entamera, ds cette semaine, lactualisation de ses propositions concernant la rvision de la Constitution, afin de les adapter la situation politique actuelle du pays. Sexprimant loccasion de la clbration du 19e anniversaire de la cration du parti et la rlection du Prsident de la Rpublique, Abdelaziz Bouteflika, pour un nouveau mandat la tte du pays, Belkacem Sahli a salu les dcisions prises par le Chef de lÉtat, lors du dernier Conseil des ministres, notamment celles qui concernent la rvision profonde de la Constitution. Il a rappel que son parti avait dj prsent ses propositions en 2011 la commission charge des rformes politiques, et au Premier ministre Abdelmalek Sellal, en janvier 2013. Des propositions que le parti va actualiser partir de cette semaine, afin quelles soient jour avec les derniers dveloppements sur la scne politique en Algrie, a-t-il tenu rappeler.M. Sahli a lanc, cette occasion, un appel tous les partis politiques et la socit civile prendre part cette rvision, prcisant quune Constitution consensuelle ne signifie pas mettre le pays entres des personnes sans lgitimit au nom dune priode de transition. Nous sommes contre une priode de transition, mais pour louverture du dialogue avec toutes les parties quelles soient du camp de lopposition ou celui des partisans, a-t-il ajout. Concernant les propositions du parti pour la prochaine Constitution, M. Sahli adhre la dmarche en insistant cependant sur le fait que le caractre rpublicain de lAlgrie doit tre raffirm avec force. La sparation des pouvoirs doit tre galement consacre, prconise-t-il encore, en proposant un largissement des prrogatives du Conseil de la nation.
Il plaide galement pour un rgime semi-prsidentielle, avec la prservation du caractre pluraliste dmocratique.
Le SG de lANR parle aussi longuement de limportance de lhistoire en invitant lever les tabous pour une criture objective qui intgre toutes les dimensions de lAlgrie depuis les Numides ce jour.
Le parti propose galement la ncessit de la constitutionnalisation des positions souveraines de la diplomatie algrienne, compte tenu que certains partis politiques adoptent des positions diplomatiques contraires aux positions de lÉtat algrien, ce qui reprsente une menace pour le pays, a-t-il soutenu, sans donner plus de dtails.
Le secrtaire gnral de lAlliance nationale rpublicaine a estim que lamendement de la Constitution entre dans le cadre de la poursuite du processus des rformes politiques inities par le Prsident de la Rpublique, soulignant que latelier de la rvision devra connatre une forte participation de la classe politique et de la socit civile, dautant plus quil sagit du plus important document du le pays.
Il a galement estim que llargissement du cercle de la participation dans la prise de dcision et la pratique de la dmocratie est la meilleure garantie pour la souverainet et lunit nationales.
Salima Ettouahria
---------------------------
Ahmed Betatache, 1er secrtaire national du ffs :
Un large dbat pour un consensus politique
Le premier secrtaire national du Front des forces socialistes (FFS), Ahmed Betatache, a ritr, hier Tizi Ouzou, le soutien de sa formation politique en faveur de lurgence de la reconstruction dun consensus politique national pour la reconstruction dun État de droit.
Sexprimant au Centre de loisirs scientifiques (CLS) de la ville de Tizi Ouzou o sest tenu le 1er forum des lus organis par la fdration du parti, le premier secrtaire national du FFS a indiqu que la construction dune deuxime Rpublique est tributaire de la reconstruction dun consensus politique national exigeant un large et profond dbat entre tous les Algriens. Il faut absolument un consensus politique national en vue dun vritable État de droit avec une justice indpendante comme colonne vertbrale, a-t-il soutenu, en rappelant que le FFS est le premier parti politique appeler la tenue dune confrence nationale pour la construction dune entente nationale en constituant un consensus sur tous les points communs partags par la classe politique nationale.
Évoquant le projet de rvision de la premire loi du pays que compte engager incessamment le premier magistrat du pays, Abdelaziz Bouteflika, pour adopter une constitution consensuelle, M. Betatache a estim que cela ne doit se faire quaprs avoir ralis un consensus politique national sur lensemble des problmatiques poses. Le premier secrtaire national du FFS a, par ailleurs, rappel que la participation de son parti aux lections locales tait un choix stratgique ayant permis au parti davoir un prolongement populaire travers ses lus au sein des Assembles locales. Il a aussi indiqu que son parti a programm trois forums durant lactuel mandat des Assembles locales, dont le premier vient dtre cltur Tizi Ouzou et le deuxime est prvu pour la fin de lanne en cours o le dbut de lanne prochaine.
Il faut rappeler que la fdration FFS de Tizi Ouzou a organis, dans le cadre de ce forum des lus, six rencontres travers le territoire de la wilaya. Ce cycle de rencontres vise lamlioration des capacits de gestion technique et politique des lus locaux, la circulation de linformation transversale et verticale dans les structures, la stabilisation des structures de base pour prparer dans la srnit les futures chances lectorales, lchange dexpriences sur la gestion locale entre autres objectifs assigns ce genre de rencontres, selon les responsables locaux de la fdration.
Bel. Adrar
---------------------------
Le Front
El-Moustakbal adhre au projet
Le parti du Front El-Moustakbal a annonc, hier, sa participation l'enrichissement du projet d'amendement de la Constitution et la mise en place d'une commission nationale de suivi de ce dossier, a indiqu le Front dans un communiqu publi l'issue de la runion de son bureau national. Lors de cette runion, il a t question de l'valuation du bilan lectoral et des rsultats de la prsidentielle du 17 avril dernier. L'organisation d'une vaste campagne nationale d'adhsion ce parti, la poursuite de sa structuration et la mise en place d'une commission de prparation de l'universit d't du Front, prvue du 18 au 20 septembre prochain Alger, figuraient galement l'ordre du jour de cette runion. Le bureau national du Front El-Moustakbal a dcid la cration d'un fonds de solidarit sociale au profit des militants du parti.

---------------------------
En-Nahda dispos y prendre part
Le secrtaire gnral du mouvement En-Nahda, Mohamed Dhouibi, a fait part, hier Alger, de la disposition de sa formation politique participer aux nouvelles consultations sur la rvision de la Constitution qui est une revendication de son parti et de lopposition. Le mouvement En-Nahda est dispos participer aux nouvelles consultations sur la rvision de la Constitution, mais un consensus doit tre dgag au pralable sur les mcanismes adopter pour cette rvision et les personnes habilites oprer cette rvision, a affirm le responsable, louverture dune rencontre nationale avec les lus du parti. Le Prsident de la Rpublique Abdelaziz Bouteflika a annonc, mercredi, lors dune runion du Conseil des ministres, que les partis politiques, les personnalits nationales et les associations seront rendus destinataires, la mi-mai, des propositions damendements dgages par la Commission dexperts sur la rvision de la Constitution, prcisant que par la suite, ces interlocuteurs seront invits des rencontres la prsidence de la Rpublique, qui seront entames au dbut du mois de juin prochain, pour exposer et dbattre leurs vues, commentaires et ventuelles contre-propositions au sujet des propositions quils auront eu le temps dtudier. M. Dhouibi, qui a rappel que la rvision constitutionnelle consensuelle tait une revendication longtemps souleve par lopposition, a rejet le procd adopt en la matire. Selon lui, la commission charge dlaborer le projet de rvision ne revt aucun caractre politique. Laction adopte sur la base de propositions damendements faites par telle commission aux partis politiques qui doivent mettre leurs avis est un moyen dtourn qui dnote labsence dune vritable volont politique daller vers une constitution consensuelle, a-t-il soutenu, soulignant quun tel procd vise surtout garantir le maintien au pouvoir. Il a ajout que sa formation politique refusait dadhrer la rvision de la Constitution si cette voie qui a dj montr ses limites tait adopte. Il a fait savoir par contre que le parti tait dispos oeuvrer dans le cadre dun partenariat politique avec le pouvoir pour ce qui est des rformes, des programmes et de la rvision constitutionnelle, et quil assumera sa part dans la responsabilit collective si ce partenariat politique venait tre concrtis. Le mouvement En-Nahda refuse lemploi politique des partis, a-t-il insist. Il a indiqu par ailleurs que son parti uvrait avec des formations politiques et des personnalits pour la prparation de la confrence nationale sur les liberts et la transition dmocratique prvue dans les prochains jours. Concernant le nouveau gouvernement conduit par Abdelmalek Sellal, le responsable politique a considr que cette quipe navait pas de couleur. Dautre part, il a prconis llargissement des prrogatives des lus en vue de raliser un dveloppement local effectif.

---------------------------
Mohamed Tabi, sociologue : Une dcision vitale **
Dans son analyse, luniversitaire relve que cette mesure programmatique traduit laspect concret du programme lectoral du Prsident Bouteflika, qui est actuellement sa phase de mise en uvre.
Moins dun mois aprs les lections prsidentielles davril dernier, le Chef de lEtat a fait part, lors dun Conseil des ministres tenu, mercredi dernier, de la prochaine rvision de la Constitution. Une dcision vitale, commente Mohamed Tabi, sociologue, sollicit par nos soins pour de plus amples claircissements. Dans son analyse, luniversitaire relve que cette mesure programmatique traduit laspect concret du programme lectoral du prsident Bouteflika, qui est actuellement sa phase de mise en uvre. Et dajouter que le nouveau gouvernement aura comme mission principale dapprofondir les mesures prises par M. Bouteflika, lesquelles rentrent dans une logique dexigence dune puissance go-politique.
Selon les indications de luniversitaire, la russite de ce chantier constitutionnel dpendra, en grande partie, de limagination du nouveau gouvernement apporter un plus ses activits. Les ministres, enchane-t-il ne doivent en aucun cas continuer grer administrativement la chose politique. A titre illustratif, le Dr Tabi explique que le dossier de la jeunesse, contrario de certaines ides, est minemment politique.
Dans ce registre, il y a lieu de rappeler quen runissant le nouveau staff gouvernemental, le chef de lEtat a tabli huit priorits pour mener bon port ce chantier constitutionnel tant attendu. Et qui doivent rpondre aux attentes de la population et limpratif institutionnel. Lors du Conseil des ministres, il a indiqu que les pouvoirs publics devront livrer une vritable course contre le temps dans la mise en place des rponses aux attentes de la population, notamment la jeunesse et dans la construction dune conomie diversifie et comptitive pour assurer une meilleure croissance ainsi que la prennit du dveloppement national et de la politique de justice sociale.
Parmi ces priorits fixes, certaines sont inscrites dans la case des urgences. Lexemple difiant est celui de la prservation des deniers publics.
Lobjectif, explique le Dr Tabi, consiste rquilibrer lacte de gouvernance qui a subi ces dernires annes un essoufflement, selon ses dires, cette mesure est salutaire dans la mesure o elle permettra la moralisation de la vie publique et, par ricochet, la vie politique, ainsi que la consolidation dun Etat de droit. Un acquis, indique le sociologue, qui ne peut tre ralis sans la gestion stricte des deniers publics.
A une question relative la tenue des lections lgislatives anticipes, le sociologue trouve que lurgence est dassainir le contexte politique et prparer le texte juridique, savoir la rvision de la Constitution, afin dviter tout tat de crise.
Ces lections que certaines formations politiques, limage du parti des travailleurs ne cessent de revendiquer, doivent se drouler au-del du facteur temps pour permettre aux acteurs politiques de sengager dans la campagne lectorale. La classe politique, poursuit-t-il, doit disposer datouts incontournables pour pouvoir jouer le jeu. A propos de cette chance, luniversitaire affirme que seul le prsident est habilit se prononcer.
Fouad Irnatene
--------------------------------
Un intrt crucial
La classe politique naura pas attendu longtemps pour ragir la volont du Chef de lEtat leffet dinstaurer dans les plus brefs dlais, un large espace collectif de dialogue, de concertation et de propositions intgr dans le cadre du projet damendement de la loi fondamentale du pays destin la prservation du caractre pluraliste et dmocratique de notre rgime politique.
Les prises de position partisane mergent du fait que la dcision du Prsident de la Rpublique, consacre laffirmation dun chantier qui est de nature susciter un intrt crucial de la part de la classe politique et de la socit civile, qui sexpriment ladresse de ce document fondamental du pays. L'largissement du cercle de participation ce vritable forum de dbats qui donne toute sa signification la conscration de cet minent exercice dmocratique est le meilleur garant de la souverainet nationale. Les partis politiques ont trs rapidement et favorablement rserv un cho encourageant en direction de l'annonce faite par le Prsident de la Rpublique, Abdelaziz Bouteflika, mercredi dernier en Conseil des ministres, portant entame des concertations avec les diffrentes formations politiques, personnalits nationales et associations sur la prochaine rvision constitutionnelle. Et pour cause, un amendement consensuel de la Constitution, tel que voulu par le Prsident Bouteflika, garde toute sa pertinence eu gard ce qui reprsente dun avis unanime, une incontestable priorit compte tenu des exigences de dadaptation aux dveloppements et aux mutations survenus sur la scne nationale et internationale. La classe politique et lensemble des acteurs concerns par ce projet est appel y prendre part avec toute la responsabilit requise afin de confrer leur contribution multiforme, une espce de privilge pouvoir encore une fois, poser une pierre dans l'dification dun Etat de droit dans la mesure o l'amendement de la Constitution ne peut tre quun couronnement des rformes engages par le Prsident de la Rpublique.
Les partis politiques, les acteurs de la socit civile et les personnalits nationales sont donc invits au travers de leurs rflexions, propositions, visions et autres conceptions quant la configuration dfinitive de ce document, dont lobjectif le plus saillant est de dgager un consensus politique inscrit sur les tablettes du Prsident de la Rpublique.
Il nen demeure pas moins que l'laboration de la Constitution est un des soucis affichs par le chef de ltat sur la base dune association effective et entire de la classe politique une dmarche qui se fixe pour but cardinal de consolider le concept de dmocratie participative, balisant inluctablement dans son sillage, le principe de sparation des pouvoirs. Et ce nest pas le seul point de mire. Ladaptation de la Constitution du pays aux volutions en cours au sein de la socit algrienne et dans un monde en pleine volution, en faisant sienne la conscration de la notion du consensus, en tant que cl de vote dun rgime politique dmocratique, traduisant les aspirations du peuple algrien.



M. Bouraib




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Projet de rvision de la constitution :...




05:45 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,