> >

[] [ ]

Gestion de lislamisme politique : Le pouvoir perd la main

(Tags)
 
Gestion de lislamisme politique, Le pouvoir perd la main Emir Abdelkader 0 2014-05-12 08:36 AM
LES SUBTILITES DE BENFLIS : le nationalisme, lislamisme et la dmocratie Emir Abdelkader 0 2014-04-03 06:27 PM
Islamisme en Algrie Une rupture associe une modernit dforme Emir Abdelkader 0 2014-03-03 03:55 PM
Sellal renouvelle la politique de main tendue ... Emir Abdelkader 0 2014-02-26 11:14 PM
la main droite et de la main gauche Emir Abdelkader | french Forum 1 2012-10-12 08:18 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-05-13
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Gestion de lislamisme politique : Le pouvoir perd la main

Gestion de lislamisme politique : Le pouvoir perd la main




Le pouvoir ne semble plus avoir demprise sur les formations politiques islamistes. Tous les partis membres de cette mouvance sont concentrs dans le camp de lopposition.
Les autorits algriennes ont-elles perdu lascendant sur les partis islamistes ? Il semble bien que oui si lon prend comme rfrence la composition du nouvel excutif. Parmi les membres du gouvernement Sellal III, Amar Ghoul est le seul ministre faire partie de cette mouvance. Et encore, lex-militant du MSP refuse, depuis la cration de TAJ, dtre tax dislamiste. Nous sommes donc loin de la priode o les islamistes avaient le statut de partenaire, voire mme dalli.
Durant les annes 1990, un parti comme Hamas qui deviendra le Mouvement de la socit pour la paix aprs ladoption de la Constitution de 1996 avait accept daccompagner politiquement les autorits dans leur lutte contre le terrorisme.
La participation de Mahfoudh Nahnah llection prsidentielle de novembre 1995 puis des lgislatives de juin 1997 entrait dans le cadre de cet engagement. Mais le pouvoir tenait imposer des rgles strictes ce partenariat. Ainsi, Nahnah navait pas russi se prsenter la prsidentielle de 1999 faute de pouvoir justifier sa participation la guerre de Libration. Il fut mme dans lobligation de soutenir le candidat du consensus, Abdelaziz Bouteflika.
Vient ensuite lre de lentrisme, une stratgie applique par le MSP pour justifier lentre au gouvernement puis intgrer, en fvrier 2004, lAlliance prsidentielle. Cette stratgie a finalement provoqu limplosion du Mouvement de la socit pour la paix. Et aux yeux de la base militante des frres musulmans algriens, les dirigeants du MSP perdront tout crdit. A trop vouloir le contrler, le pouvoir a perdu un partenaire crdible qui, aujourdhui, sest rang dfinitivement dans le camp de lopposition. Moins mallable, Abdallah Djaballah, autre leader de mouvance des frres musulmans, aura droit une tout autre forme de contrle : lexclusion.
Ennahda puis El Islah, deux partis politiques quil avait crs et dirigs, lui chapperont totalement. Pour tenter de rcuprer El Islah formation considre en 2002 comme la seconde force politique au sein de lAssemble Djaballah avait d mener une guerre juridique contre ladministration. Peine perdue, le ministre de lIntrieur, alors dirig par Nourredine Yazid Zerhouni, donnera raison son rival Djahid Younsi. Djaballah est revenu sur la scne politique en 2012 avec une nouvelle structure : le Front de la justice et du dveloppement.
Cette formation est actuellement membre de la Coordination pour les liberts et la transition dmocratique aux cts du Mouvement de la socit pour la paix, du Mouvement Ennahda, du Rassemblement pour la culture et la dmocratie, de Jil Jadid et du Rassemblement pour la culture et la dmocratie.
Runies autour dune dmarche de boycott de llection prsidentielle, les formations politiques islamistes et dmocratiques ont dcid de faire front commun contre le pouvoir.

Jeudi dernier, les reprsentants de la CLDT ont rencontr Ali Djeddi et Kamel Guemazi, deux dirigeants du FIS-dissous. Cette runion entrait dans le cadre du processus de consultations initi par la Coordination lapproche de la Confrence nationale sur la transition dmocratique qui doit se tenir Alger les 16 et 17 mai. Reste quune telle rencontre aurait t inimaginable par le pass. Une situation qui prouve que le pouvoir a perdu le semblant demprise quil avait sur les dirigeants locaux de lex-FIS.
Dix ans aprs lentre en application de la Rconciliation nationale, les dispositions de cette loi ont certes permis de grer certains aspects sur le plan scuritaire, mais sont loin davoir rgl les problmatiques dordre politique.
En ce dbut de quatrime mandat, Abdelaziz Bouteflika et son gouvernement nont plus sous la main dislamistes qui serviront de faire-valoir.


T. H.
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Gestion de lislamisme politique : Le pouvoir perd la main




12:07 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,