> >

[] [ ]

Le sort du tlprdicateur Youssef Al Qaradawi en jeu

(Tags)
 
Youssef Al-Qaradhaoui finance larme gyptienne libre Emir Abdelkader 0 2014-04-26 02:55 PM
Qatar : Youssef al-Qaradawi l'indsirable Emir Abdelkader 0 2014-02-21 06:15 PM
La Tunisie sort de lhiver Emir Abdelkader 0 2014-02-08 03:46 PM
Al-Qaradawi dmissionne du haut comit des oulmas dAl-Azhar Emir Abdelkader 0 2013-12-03 02:21 PM
Coupe dAlgrie (tirage au sort des 32e et 16e de finale) Emir Abdelkader 0 2013-11-27 02:05 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-05-16
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Le sort du tlprdicateur Youssef Al Qaradawi en jeu

Arabie saoudite-Qatar : Le sort du tlprdicateur Youssef Al Qaradawi en jeu






I- La mdiation de Rached Ghannouchi (Tunisie) et dHassan Al-Touraby (Soudan)

Paris Le Qatar a souscrit, le 19 Avril 2014, Ryad un arrangement qui sapparente par ces termes et conditions une capitulation en rase campagne, quivalant, en cas de sa complte mise en uvre, au placement sous tutelle de cet mirat turbulent dont la mesure la plus fortement symbolique devrait tre le dgagement du prdicateur octognaire Youssef Al Qaradawi de sa plateforme mdiatique.
Deux dirigeants no islamistes Rached Ghannouchi, chef du parti An Nahda (Tunisie) et le soudanais Hassan Al-Touraby ont offert leurs bons offices, proposant le transfrement -la dportation ?- des dirigeants des Frres musulmans bass Doha vers lAfrique du sud et la Suisse, ainsi quune sourdine la guerre mdiatique mene par le Qatar, via Al Jazira, contre le tombeur de Morsi, le Marchal Abdel Fattah Sissi, candidat llection prsidentielle gyptienne et bnficiaire du soutien des ptromonarchies.
Un premier geste de bonne volont avait t amorc en ce sens par le Qatar: Lancien chef des Frres Musulmans, Youssef Al Nida, est intervenu la mi-avril sur la chaine Al Jazira prconisant une prise de distance de la confrrie des affaires politiques, lui recommandant de se consacrer exclusivement aux affaires spirituelles et religieuses, ainsi qu la bienfaisance sociale. Cela na pas t jug suffisant de la part des voisins du Qatar.
II LAlgrie, possible point de chute de Youssef al Qaradawi ?

Le dtonateur de la dflagration, le tlprdicateur Youssef Al Qaradawi devrait prendre le chemin du Soudan, premire tape de son transfrement ultrieur Tunis vers son confrre no islamiste Rached Ghannouchi. Mais linstallation demeure en Tunisie du trs controvers prdicateur gypto-qatariote fait grincer les dents du prsident tunisien Moncef Marzouki.
Voulant conjurer le mauvais sort, le cheikh octognaire sest livr une mlope sirupeuse, au rythme dun contorsionnement dune danse de ventre, professant son amour pour lArabie saoudite et les Emirats arabes unis, quil a constamment brocard au point de ranger sa hache de guerre, formulant son vu secret dtre enterr au Qatar en signe de reconnaissance lhospitalit de ses commanditaires.
LAlgrie, qui a reu en avril lmir du Qatar, le prince Tamim, avec lequel elle entretient de bonnes relations, a t sollicite par le Kowet pour un rle de mdiation dans le conflit Arabie saoudite Qatar. Selon des informations de presse, sonde quant la possibilit quelle accorde lasile au Cheikh Qaradawi, lAlgrie pourrait faire droit la requte des ptromonarchies en dernier ressort. Aucune confirmation ode cette information na t donne de source officielle algrienne
III Larrangement de Ryad.

Scell sur une base militaire, en prsence des ministres des Affaires trangres des six pays membres du Conseil de Coopration du Golfe, titre de tmoins et de caution, laccord concde un dlai de deux mois au Qatar pour remplir ses engagements, notamment le reprofilage de sa diplomatie dans un sens conforme au consensus rgnant au sein du syndicat ptro-monarchique.
Prs dun an aprs la destitution dguise de lancien Deux es Machina de la rvolution arabe, Hamad Ben Khalifa Al Thani, deux mois aprs le dgagement de son compre saoudien Bandar Ben Sultan, cette clause augure mal de lindpendance stratgique future de la principaut en ce quelle constituerait un soft protectorat impos au petit wahhabite, dans une conjoncture calamiteuse pour le camp islamo atlantiste, matrialise par le double camouflet, le revers militaire de Yabroud en Syrie, la place forte des no islamistes, et le camouflet diplomatique en Crime.
Un double revers accentu de surcrot par le rtablissement spectaculaire des relations russo-gyptiennes et la consolidation de la position de la Russie en Syrie, propulsant lancien Empire des tsars au rang dinterlocuteur fiable au niveau du Monde arabe, aprs avoir t longtemps diabolis du fait de lathisme marxiste sovitique.
Aux termes de cet accord, le Qatar doit cesser son soutien la confrrie des Frres Musulmans, ce qui implique de rduire de facto son partenariat stratgique avec la Turquie, son alli du printemps arabe en Libye et en Syrie, et de se focaliser sur la Syrie plutt que sur les critiques lgard du rgime post Morsi.
De Renoncer en outre soutenir les Think Tank amricains, accuss dattiser les critiques envers les dynasties monarchiques du Golfe, notamment ceux qui ont choisi Doha comme base rgionale- The Brookings Institution et The Rand Corporation. La Rand est lauteur du fameux rapport From confrontation to Containement, prconisant de confier le pouvoir aux Frres Musulmans pour mieux contenir la vague no islamiste dans le Monde arabe.
Libye An III post Kadhafi, Le projet *C*. C de la Rand Corporation – En point de Mire – Actualit et Flashback
Enfin dernire et non la moindre des conditions: Interrompre le processus de naturalisation des opposants islamistes arabes refugis au Qatar, linstar du prdicateur dorigine gyptienne Youssef Al Qaradawi, et retirer son soutien financier au rseau no-islamiste en Europe, particulirement les islamophilistes qatarologues.
Le Qatar a financ dernirement une campagne photo sur les tortures des prisonniers en Syrie, comprenant, par extension, aussi bien le pouvoir baasiste que ses opposants djihadistes. Intervenue le jour de la tenue de la confrence de Genve sur lUkraine, le 17 avril, sa diffusion est apparue comme une opration de diversion visant masquer lchec occidental dans son bras de fer avec la Russie, dans laffaire de Crime, rattache depuis lors Moscou.
Le Qatar devra remplir ses conditions sans garantie de rtablissement des relations diplomatiques avec les trois pays avec lesquels il est en contentieux. A dfaut, le Qatar est menac dun blocus de ses liaisons ariennes et terrestres avec lensemble de la pninsule arabique, et, selon des indiscrtions de la presse arabe, dune grande opration de dstabilisation du clan Al Thani, qui sera matrialise par le soutien des ptromonarchies voisines la branche rivale de la dynastie et limportante tribu Bani Mari, le socle du pouvoir monarchique au Qatar.
IV -Le Qatar, casse-tte des ptromonarchies, lannexion du Qatar, une pe de Damocls.

La dcision du Conseil de coopration du Golfe de mettre au pas le Qatar a t prise dun commun accord entre lArabie saoudite, le Bahren, et les Emirats arabes unis, fortement incommods par ce quils considrent tre les drives du gnome de Doha et qui valurent au prcdent Emir une destitution dguise, sur injonction amricaine.
La fin sans gloire du *Deus ex machina* de la rvolution arabe – En point de Mire – Actualit et Flashback
Outre le manque de confiance dans les dirigeants qatariotes, la raison sous-jacente lintransigeance saoudienne rside dans le fait que la dynastie Al Thani du Qatar peut servir de dynastie de substitution aux wahhabites en cas de dmembrement du royaume saoudien, comme la menace en est rgulirement brandie par les Amricains.
Le Qatar est devenu le casse-tte des ptromonarchies, certains jours un vritable bton merdeux que chacun cherche refiler son voisin pour rsoudre les problmes quil pose.
Certes le Kowet avait t officiellement charg de mener une mdiation entre lArabie saoudite et le Qatar pour mettre un terme la guerre fratricide entre les deux frres ennemis wahhabites. Mais cela ne parait pas suffisant pour calmer le courroux de ses pairs. Au point quAbou Dhabi qui avait accus les Frres Musulmans davoir ourdi un complot contre la dynastie, a avanc une bien curieuse proposition pour rduire la tumeur. Dans ce qui parait comme une manuvre dintimidation lgard du rcalcitrant, le directeur adjoint de la police de lEmirat, Dhafi Al Khalfane, a en effet propos lannexion pure et simple du Qatar la Fdration des sept Emirats Arabes Unis (Abou Dhabi, Douba, Ajman, Sharjah, Oum el Gowein, Ras El Kheyma) et son placement sous lautorit dAbou Dhabi avec octroi de passeports miratis aux anciens ressortissants du Qatar.
Dhafi Al Khalfane sest dfendu toute vise annexionniste. Il a justifi sa requte par le fait que le Qatar tait plac sous lautorit de lEmir dAbou Dhabi avant son dtachement en zone autonome par le colonialisme britannique du temps o la zone se dnommait la Cte des pirates. Laccessoire doit suivre le principal a-t-il dclar selon les propos rapports mardi 1 er avril par le site en ligne Ar rai al Yom.
Connu pour son franc-parler, le responsable mirati est la bte noire des Frres Musulmans depuis quil a ordonn lincarcration de 75 membres de la confrrie sous laccusation de tentative de coup dtat. Il a dailleurs estim que le succs lectoral du premier ministre no islamiste turc Teyyeb Reccep Erdogan est la pire catastrophe politique pour lavenir de la Turquie en ce que le mandat dErdogan pour la Turquie sera comparable celui du no islamiste Morsi en Egypte.
Le Qatar ne veut, visiblement pas, sen laisser compter. Les Frres Musulmans, unique organisation arabe transnationale avec ses ramifications tant au Machreq quau Maghreb, constitue un vritable bouclier dfensif de lEmirat face au gant saoudien. Aprs avoir mobilis le ban et larrire ban de ses allis pour destituer le pouvoir baasiste syrien, obtenant mme lexpulsion de la Syrie de la Ligue arabe, dont elle tait pourtant un membre fondateur, le voil quil cherche se faire pardonner de ses anciens ennemis.
Dans son preuve de force avec lArabie saoudite, Tamim a cherch sadosser sur ses ennemis dhier, notamment lIran, la Syrie et le Hezbollah libanais. Il a ainsi dpch Thran un diplomate de haut rang, le jour mme o Barack Obama atterrissait Ryad, doublant cette dmarche par lenvoi dun missaire Beyrouth pour y rencontrer des responsables du Hezbollah. Et, fait singulier, donner un coup de fil Damas depuis Beyrouth, par application de la thorie du voisinage immdiat selon laquelle lennemi de mon ennemi est mon ami.
Le Qatar a lanc, en outre, un nouveau quotidien arabe Al Arab Al Joudod (Les no arabes), pilot par Azmi Bchara, lancien dput communiste arabe du parlement isralien, et dsormais homme lige du Prince Tamim, pour pallier la chute daudience Al Qods al Arabi, conscutif lviction par la principaut de son fondateur, linfluent ditorialiste Abdel Bari Atwane. M. Atwane a fond un journal en ligne Ar Rai Al Yom (Lopinion aujourdhui), qui revendique, six mois aprs son lancement le chiffre record de 20 millions de visiteurs par jour.
Une vritable course lchalote sest engage entre les ptro-monarques: Pour neutraliser lIran, l Arabie saoudite, a, elle, sorti le grand jeu. Elle a doubl le nombre de visas accord aux Iraniens dsireux deffectuer le plerinage de la Mecque La preuve que La Mecque nest pas un sanctuaire bnficiant de lextraterritorialit, mais la proprit prive de la maison des Saoud, qui dlivre son gr le prcieux visa dentre au paradis.
Le Qatar se voit donc condamn boire la coupe jusqu la lie, lui qui avait puissamment uvr avec la Turquie la propulsion des Frres Musulmans au pouvoir dans les pays du printemps arabes (Tunisie, Libye, Egypte) avec le ciblage de la Syrie et de la Palestine (Hamas), une triplette dont les premires mesures auront t driger les interdits en tant que principe de gouvernement. Erreur fatale leur rayonnement.
Trop dinterdit tue linterdit. Pour avoir nglig cette rgle lmentaire de gouvernement, les no islamistes en paient le prix; aussi bien les wahhabites, que les salafistes, les djihadistes comme les takfiristes. Le jour o la confrrie produira en son sein un clown, un acrobate, voire mme un humoriste, un grand pas vers la dtente sociale arabe aura t accompli et les Frres Musulmans cesseront dtre alors perus comme des croquemitaines.Des barbus barbants. Des barbants barbus.
Pour le lecteur arabophone




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le sort du tlprdicateur Youssef Al Qaradawi en jeu




02:04 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,