> >

[] [ ]

Nous sommes dj un eldorado pour les exportateurs du monde

(Tags)
 
Nous sommes sollicits par tous Emir Abdelkader 0 2014-05-20 02:48 PM
Nous sommes gouverns par des rsidus de la France Emir Abdelkader 0 2014-04-08 03:45 PM
LAlgrie, le nouvel eldorado pour les entreprises turques Emir Abdelkader 0 2014-03-24 02:10 PM
Louisa Hanoune : Nous sommes pour le respect de toutes les candidatures Emir Abdelkader 0 2014-03-13 03:09 PM
Pourquoi en sommes-nous l Emir Abdelkader 0 2014-02-20 11:14 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-06-02
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,943 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Nous sommes dj un eldorado pour les exportateurs du monde

Nous sommes dj un eldorado pour les exportateurs du monde

-Le ministre du Commerce a fait de la finalisation du dossier de lOMC une priorit. Y a-t-il rellement urgence en la matire ?
Le dossier de laccession au GATT, puis lOMC est ouvert depuis 1987. La ngociation formelle est engage depuis 1996 avec, chaque fois, des cycles douverture de discussions plus ou moins avances, suivies de priodes plus ou moins longues de totale aphasie. Alors, depuis le temps que cela dure, on peut se dire lgitimement que cest le mme cycle qui recommence, auquel cas il est difficile de parler dune urgence quelconque. Maintenant, on peut considrer votre question sous un autre angle. Vis--vis des partenaires au sein de lOMC, limage que nous renvoyons est totalement dgrade, cest celle dun pays en mal de gouvernance conomique, qui ne sait pas ce quil veut et encore moins o il va.
Aprs 27 annes de ngociations, nous en sommes toujours voquer la question de leur opportunit. Alors, bien sr, pour tous ceux que blesse cette image peu digne de notre pays, il y a une urgence brlante sortir de cette ornire. Cela tant dit, le dossier de laccession lOMC est une priorit vidente pour le ministre du Commerce et le dossier le plus lourd quil a sur sa table. Jose esprer que cette priorit vaut galement pour lensemble du gouvernement, dans la mesure o il est question de, rien moins que de dcider de larchitecture qui va faonner, sur une longue priode, les relations conomiques et commerciales de notre pays avec le reste du monde.
Lobjet nest pas seulement, comme daucuns le pensent, de fixer les procdures applicables limportation de marchandises ; cela, ce nest quune partie du problme. Le cur du dbat, ce sont les rformes qui, plus en amont, devront toucher aux conditions dorganisation de tous les secteurs dactivit au sein de notre conomie. La libralisation commerciale sans les rformes structurelles qui vont avec, cest ce que nous faisons depuis vingt ans et qui nous conduisent perdre sur tous les tableaux : nous perdons nos propres marchs ; nous pnalisons nos entreprises, nous ne crons pas suffisamment demplois durables ; et nous ne produisons pas assez, nous ne sommes pas en tat dexporter. Et le paradoxe, cest que le statut de membre de lOMC nous reste inaccessible, alors que dans la pratique nous sommes lun des marchs au monde parmi les plus ouverts aux fabrications trangres.
-Comment expliquer cela ?
La vrit est que si nos marchs sont ouverts et libraliss, notre organisation conomique est reste ferme, bureaucratique et incohrente. La vrit, cest aussi que nos dsordres internes ne sont pas solubles dans les rgles du commerce mondial. Nous narrivons pas admettre que rentrer dans lOMC, cest connecter lensemble de lconomie algrienne lconomie mondiale et pas seulement quelques marchs dimportation. Notre position actuelle a quelque chose de pathtique : celle dun pays qui frappe la porte dune organisation internationale mais qui ne se dcide pas rellement la franchir, rduit presque saigner son conomie plutt que de faire leffort de quelques rformes que le simple bon sens lui dicte depuis si longtemps. Alors, pour rpondre vraiment votre question, oui il y a une urgence : celle douvrir les yeux et commencer regarder ce dossier de lOMC avec toute lattention quil mrite.
-Lconomie nationale est peu diversifie et exporte trs peu. Dans ces conditions, quavons-nous gagner de cette adhsion ?
Cette manire de poser le problme rend bien compte dune forme de lthargie qui imprgne profondment le regard que nous portons sur lconomie de notre pays. Dune certaine faon, cela suggre que nous sommes presque rsigns devant lide que notre pays est condamn ne vivre que des ressources de son sous-sol et nexporter que de lnergie fossile. Cest une perspective qui est tout simplement suicidaire ; dans un tel cas de figure, notre relation lOMC devient effectivement une hypothse absurde.
Une entre de lAlgrie lOMC na de sens que si elle est couple des changements structurels de politique conomique. Sur le contenu de ces changements, il y a beaucoup de propositions qui sont dj sur la table et qui manent de sources diverses. Il faudra probablement passer par un dbat interne srieux, mais il me semble que les principaux acteurs conomiques et sociaux ne sont pas loin de saccorder sur des questions aussi fondamentales que lacclration des rformes de notre systme financier et bancaire, la rorientation de la politique dinvestissements, la simplification de lenvironnement des producteurs et des investisseurs et mme sur la politique des subventions.
Tous ces thmes sont une partie intgrante de la ngociation dadhsion et je voudrais faire remarquer ce titre quune partie de ce quattendent de nous les membres de lOMC correspond des rajustements que nous aurions d raliser nous-mmes depuis longtemps. Cela concerne notamment la politique en matire dinvestissements, lindustrie aval de lnergie, lorganisation des grands secteurs de services, la rforme du contrle des changes et jusquau dossier des subventions implicites ou explicites.
Jestime que si nous engageons ces rformes ncessaires, sur un registre volontaire, en dehors de toute pression externe, en associant les grands acteurs conomiques et sociaux et en ne prenant en compte que le seul intrt national, nous aurions alors franchi le pas le plus difficile pour aborder une ngociation comme celle de laccession lOMC. En dautres termes, pour se mettre en condition daborder les dfis externes auxquels est confront notre pays, il faut commencer par vacuer nos fausses querelles internes et mettre notre conomie en ordre de bataille. Pour imager cela, comment peut-on demander un producteur algrien de faire face la concurrence mondiale quand il est en butte autant de tracasseries sur son propre sol ?
Je noublie pas, bien sr, que le processus qui conduit rejoindre une organisation comme lOMC est un processus exigeant et redoutable. Mais, si la perception des enjeux quil implique nous aide collectivement faire ce saut qualitatif dans lorganisation de notre conomie, alors ce serait un bnfice considrable pour notre pays.

-Que risquons-nous vritablement de perdre si nous ne le faisons pas ?
Aujourdhui, il faut le rappeler, notre pays nest pas dans lOMC. Et ce quil faut souligner, cest quau regard des pays membres de cette organisation, une rentre ventuelle de lAlgrie ne leur apportera absolument rien de nouveau en termes davantages commerciaux. Aprs tout, nous sommes dj, en ltat actuel, une sorte deldorado pour les exportateurs du monde entier et nous ne constituons absolument aucune menace sur les marchs internes de chacun de nos partenaires. Cest dailleurs l lune des raisons de ltirement linfini du calendrier de notre ngociation et, contrairement ce qui se dit ici ou l, il ny aucune pression extrieure pour la finaliser. Nous pourrions ainsi continuer indfiniment gaspiller nos ressources les plus rares, tant quelles seront l et tant que nous ne prenons pas conscience du pige dans lequel nous nous sommes enferms. Essayons donc douvrir nos yeux et regardons le monde tel quil est autour de nous.
Dabord, ce rapport au commerce qui consiste exporter des ressources naturelles pour importer des biens manufacturs date du XIXe sicle et est compltement dpass lre des changes mondialiss. Le Maroc, la Tunisie ou lEgypte exportent chacun 20 fois plus de produits industriels manufacturs que nous. Serions-nous donc des bras casss ? On nous dit que cest le lot des pays ptroliers. Savons-nous que mme parmi les pays exportateurs de ptrole et de gaz nous figurons en toute dernire position (avec la Libye et lIrak, des pays en guerre) pour la diversification de nos exportations ? LArabie saoudite elle-mme, qui concentre pourtant les plus grosses rserves mondiales de ptrole, a commenc se diversifier, les hydrocarbures ne reprsentant plus que 80% de ses exportations (alors quelles taient au mme niveau que nous il y a trente ans). Ce mme indicateur est estim 39% pour lIndonsie, 35% pour les Emirats arabes unis et 17% dans le cas du Mexique.
A condition dy travailler srieusement, la diversification nest pas une voie ferme. Ensuite, il ne faut pas oublier quavec lentre lOMC de lArabie saoudite et de la Russie, les intrts du monde ptrolier sont lintrieur du systme commercial multilatral : ceux parmi eux qui restent en dehors sont soit des pays en guerre (Libye et Irak), soit, dans le cas de lIran, en liaison avec une opposition expresse, dessence politique, des grands pays occidentaux. Et hors ces pays ptroliers, il faut dire quil ne reste plus en marge de lOMC que quelques micro-Etats ou des pays ravags par les guerres, la corruption ou la mal-gouvenance. Enfin, peut-tre faudrait-il se souvenir quil fut un temps o lAlgrie assumait un rle de leader dans la dfense des intrts conomiques du monde en dveloppement. Alors que tous les pays dAmrique latine sans exception et quasiment toute lAsie et toute lAfrique sont lintrieur de lOMC, il est vain desprer renouer avec cette tradition tant que notre pays ny prendra pas sa place.



Safia Berkouk






 

()


: 1 ( 0 1)
 

Nous sommes dj un eldorado pour les exportateurs du monde




08:31 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,