> >

[] [ ]

Les djihadistes du Daash aux portes de Baghdad

(Tags)
 
Le Daash dicte sa loi Nouri Al Maliki Emir Abdelkader 0 2014-06-12 02:22 PM
Tunisie : La nouvelle force terroriste est a nos portes Emir Abdelkader 0 2014-03-30 04:25 PM
500 Sahraouis, dont 21 femmes, sont toujours ports disparus Emir Abdelkader 0 2014-03-12 04:16 PM
Ghardaa, Grogne aux portes du tribunal Emir Abdelkader 0 2014-01-29 11:31 AM
Frontire algro marocaine,Aux portes du crime organis Tlemcen est-elle en passe de devenir la pla Emir Abdelkader 0 2012-09-17 05:59 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-06-14
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Les djihadistes du Daash aux portes de Baghdad

Les djihadistes du Daash aux portes de Baghdad

La clrit avec laquelle les rebelles djihadistes sunnites du Daash (EIIL) ont men leurs attaques ajoute linquitant effondrement de larme irakienne ont oblig le Conseil de scurit se runir et Washington envisager des frappes ariennes.


Aprs avoir renforc leur emprise sur les territoires conquis la semaine dernire, les lments de lEtat islamique en Irak et au Levant (EIIL ou Daash) progressent maintenant en grand nombre vers Baghdad partir de la province dAl Anbar louest, de celle de Salaheddine au nord et Diyala lest. Ils ne seraient plus qu une cinquantaine de kilomtres de la capitale irakienne o linquitude est gnrale. Avec la dbandade des forces armes, le Daash qui dj contrle depuis janvier Fallouja 60 km louest de Baghdad avait, rappelle-t-on, russi prendre depuis mardi Mossoul et sa province Ninive (nord), Tikrit et dautres rgions de la province de Salaheddine, ainsi que des secteurs des provinces de Diyala (est) et de Kirkouk (nord). A Mossoul, les djihadistes continuaient de dtenir une cinquantaine de citoyens turcs pris en otages au consulat, de mme que 31 chauffeurs turcs. Craignant pour leur vie, environ un demi-million dhabitants de Mossoul avaient fui leurs foyers au dbut de la semaine.
Aprs lentre des djihadistes dans Diyala, larme a bien tent de les empcher davancer jusqu son chef-lieu Baqouba, 60 km de Baghdad. Mais cela fut peine perdue. Dautres tmoins ont fait tat de renforts rebelles aux alentours de Samarra (110 km au nord de Baghdad), ville natale dAbou Bakr Al Baghdadi, le leader de lEIIL, des prparatifs semblant augurer dun possible assaut. Il sagit l dune hypothse forte puisque le porte-parole de lEIIL, Abou Mohammed Al Adnani, a exhort les insurgs marcher sur Baghdad et a critiqu le Premier ministre irakien Nouri Al Maliki pour son incomptence, dans un enregistrement sonore dat de mercredi et traduit par le rseau amricain de surveillance des sites islamistes SITE.
Baghdad, tout un symbole
Pourquoi lEIIL veut-il absolument contrler Baghdad ? Myriam Benraad, politologue spcialiste de lIrak et du monde arabe, rattache au CERI-Sciences-po, qualifie dimportant lenjeu de Baghdad dans loffensive des combattants de lEIIL. Dans un entretien accord hier au Nouvel Observateur, elle rappelle que depuis la cration de lEtat islamique dIrak en octobre 2006, Baghdad a t unilatralement proclame comme la capitale de cet Etat. De la mme manire, les provinces prises ces derniers jours font partie de cet Etat qui a pour objectif la restauration du califat. Or, Baghdad tait historiquement la capitale du califat abbasside. La ville est donc, explique-t-elle, un symbole.
Se basant sur des informations rcentes, Myriam Benraad soutient en outre que lEIIL semble trs bien plac pour prendre une partie de la ville. Mais cela ne devrait pas se faire sans difficults. Dores et dj, le gouvernement et lIran derrire a rarm des milices chiites et fait revenir un certain nombre de combattants de Syrie pour faire face cette offensive. On peut donc sattendre une confrontation majeure entre lEtat islamique et les milices chiites, puisque larme rgulire a dsert dans le nord et que ses positions ne sont pas plus solides Baghdad, indique-t-elle.

Pourquoi les Iraniens se mlent-ils du conflit ? Pour comprendre les raisons de cet engagement, Myriam Benraad prconise de garder lesprit que le grand gagnant du renversement par Washington de Saddam Hussein est lIran. Et Thran ne peut pas se permettre aujourdhui de perdre lIrak car cest le cur de cet axe chiite que Thran a dessin depuis 2003 et qui part de lIran jusquau Liban en passant par lIrak et la Syrie. LIrak est donc fondamental aux yeux de lIran : cest le cur du Moyen-Orient et cest surtout le pays par lequel transitent les armes et les hommes qui vont combattre en Syrie au ct de Bachar Al Assad.
Thran au secours dAl Maliki
Face limpuissance du pouvoir domin par les chiites et de son arme enrayer lavance de lEIIL, le prsident amricain Barack Obama dont le pays est le plus grand responsable du chaos qui rgne dans la rgion a aussi fait savoir que son quipe de scurit nationale tudiait toutes les options, tout en excluant des troupes au sol. Un responsable amricain a parl de possibles frappes menes par des drones. Sans le vouloir, Washington participera ainsi renforcer laxe chiite au Moyen-Orient, un axe quil a toujours combattu. Ce constat prouve que les Etats-Unis ont essuy une dfaite stratgique en Irak. Quoi quil en soit, le chef de la diplomatie irakienne Hoshyar Zebari a bien admis que les forces armes staient effondres, notamment Mossoul. La nouvelle arme irakienne est mine, limage du gouvernement, par les dissensions confessionnelles, et ses membres, notamment les officiers, sont rgulirement accuss de corruption.
La population la rescousse
Pour pallier justement leffondrement des services de scurit, le Premier ministre chiite Nouri Al Maliki, au pouvoir depuis 2006, a recommand aux tribus de former des units de volontaires pour venir en aide larme. Il a annonc par ailleurs la mise en place dun plan de scurit pour dfendre Baghdad, incluant un dploiement massif de forces de scurit et un renforcement du renseignement. Linfluent grand ayatollah Ali Al Sistani, la plus haute autorit religieuse chiite du pays, a galement appel les Irakiens prendre les armes contre les combattants aguerris de lEIIL qui compte galement dex-cadres et membres des services de scurit du prsident Saddam Hussein. Si effectivement Baghdad na pas dautre choix que de demander laide de la population pour carter le danger, il reste quand mme que des observateurs craignent que ces appels la rsistance fasse le lit dune guerre civile.
Honni par les rebelles sunnites et dnonc comme un autocrate par ses dtracteurs sunnites et mme chiites, Nouri Al Maliki est en grande partie responsable de la grave crise politico scuritaire que connat depuis des mois lIrak. Sa plus grande faute : ne pas avoir cherch intgrer les Kurdes et les sunnites dans le jeu politique. Son gouvernement est dailleurs paralys par les divergences entre forces politiques et la minorit sunnite qui laccuse de la perscuter. Consquence, les djihadistes de lEIIL ont trouv un certain soutien parmi la population sunnite dans les rgions conquises.
Pour tenter de dsamorcer la crise, le secrtaire dEtat amricain, John Kerry, a appel hier les dirigeants politiques irakiens se montrer unis pour faire face lavance des insurgs. Ce doit tre un rel avertissement pour tous les dirigeants politiques irakiens. Le moment est venu pour les dirigeants irakiens de se rassembler et de se montrer unis, a dclar John Kerry lors dune confrence de presse Londres. Il ne faut pas permettre que des divisions politiques bases sur des diffrences ethniques ou religieuses volent au peuple irakien ce qui a suscit tant de sacrifices ces dernires annes, a ajout le secrtaire dEtat amricain. Sans nul doute, lanalyse de John Kerry est pertinente.
Linconvnient est que, dans les faits, les Amricains nont pas fait grand-chose, lorsquils taient aux commandes de lIrak, pour apaiser les tensions entre les communauts et aider la construction dun Etat qui intgre plutt quun Etat qui exclut ses communauts. Et aujourdhui tout le monde dans la rgion risque de payer au prix fort le cynisme de George
W. Bush, car la crise semble bien partie maintenant pour sinstaller dans la dure.


Zine Cherfaoui






 

()


: 1 ( 0 1)
 

Les djihadistes du Daash aux portes de Baghdad




04:15 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,