> >

[] [ ]

Aux origines des Touareg

(Tags)
 
quand un ministre franais revendique ses origines algriennes ... Emir Abdelkader 0 2014-04-11 09:00 PM
Les Touareg voquent une collusion... Emir Abdelkader 0 2014-03-16 11:43 PM
30 Touareg massacrs par des Peuls Emir Abdelkader 0 2014-02-08 04:10 PM
Les origines du calendrier berbÈre Emir Abdelkader 0 2014-01-07 05:25 PM
Le nud touareg se resserre Emir Abdelkader 0 2013-03-09 03:19 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-06-19
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Aux origines des Touareg

Aux origines des Touareg




Lorigine de ce peuple amazigh lgendaire est longtemps reste un mystre. Grande passionne, la prhistorienne Malika Hachid, chercheure au Centre national de recherches prhistoriques, anthropologiques et historiques (CNPPRAH) a pu en dvoiler quelques secrets, divulguant lextraordinaire pope de ce peuple altier.


Dans des contres arides, sous le soleil brlant et face aux temptes de sable, le peuple touareg a survcu grand nombre dvnements, faisant montre dune vraie culture dans son mode de vie. Les habitants du dsert sont longtemps rests irrels tant ils ne se laissent pas apprhender facilement. Il a fallu beaucoup de patience la prhistorienne Malika Hachid pour dceler certains secrets. Elle a fait part de certains enseignements de ses recherches lors dune rcente confrence organise lInstitut franais dAlger.Cette partie du monde avait fascin les explorateurs du XIVe sicle par sa richesse. Les textes arabes, rputs pour leur got de la mtaphore et de lexagration, y racontaient que lor y poussait comme des carottes.
Le fait est que les Touareg sont constitus de la sdimentation de deux peuplement amazighs : lun autochtone, dpeint par les gravures rupestres et la tradition orale touareg, lautre allochtone, dont la tradition orale et les auteurs arabes (Ibn Battuta et Ibn Khaldoun) en firent le tmoignage au XIVe sicle. La dcouverte de peintures indites a permis Malika Hachid de confirmer cette thse. Car mme jusquau Moyen-Age, les habitants du Sahara ont tmoign deux-mmes, ornant les parois de leurs abris pour y relater les vnements les plus importants, de la mme manire que lon utilise aujourdhui les mdias.
Pour comprendre lhistoire des Touareg, il faut remonter la nuit des temps, bien avant les pharaons. Les Egyptiens davant les pharaons de lpoque prdynastique ont t parmi les premiers rvler les Berbres, explique Malika Hachid. Sur des images retrouves dans la tombe du pharaon Sethi 1er, les Imazighen sont reconnaissables aux plumes de noblesse dans leurs cheveux, la petite tresse sur le ct appele tresse libyenne ainsi qu leur tunique ouverte. Ils portaient aussi un baudrier crois, qui se maintiendra pendant plusieurs millnaires. Les tatouages quils portaient sur les bras sont pratiquement les mmes quon retrouve aujourdhui sur des bracelets plus rcents, fait remarquer Malika Hachid.
Au cours de la dynastie des Ramss (un millnaire avant J.-C.), ils taient connus en tant que Lebou, repris par les historien grecs pour dsigner toute lAfrique sous le nom de Lybia. Les peintures rupestres ont montr des personnages portant une cape qui leur dgage une paule. Dans le Sud libyen, quand les archologues pouvaient encore y aller, des photos ont t prises de personnages portant des tuniques et un baudrier crois, ayant tous des plumes dans les cheveux, ctaient les cousins des Berbres orientaux qui habitaient le Sahara, prcise Malika Hachid.
Ceux quelle appelle les Libyens sahariens navaient rien de commun avec les sauvages et les monstres dcrits par lhistorien grec Hrodote. Ils portaient des armes en bandoulire comme les fantassins grecs, ce qui fait dire Malika Hachid quil y a eu forcment un contact entre le Sahara central et la Mditerrane (plus proche de ces inventions). Cela tranche avec lide selon laquelle les Berbres taient coups du monde et en retard de toute civilisation. Plus tard, ils volueront encore, acqurant le char et le cheval 1200 ans avant J.-C. Cest cette poque quapparaissent, selon Malika Hachid, les inscriptions libyques au cours du premier millnaire avant J-C. Je me base sur des lments concrets, mais jai beaucoup de mal le faire admettre aux autres chercheurs, sourit-elle.
Les Garamantes (dnomination dHrodote) portaient ainsi une tunique en cuir, la tebetik. Ils adoraient, selon lhistorien grec, la Lune et le Soleil. Ibn Khaldoun le confirmera car certains Amazighs continuaient de pratiquer la mme religion au XIVe sicle.
La prhistorienne prend cur de rectifier certaines contrevrits diffuses par les traditions orales des Touareg de lAhaggar. La lgende raconte que la rgion tait habite par une population amazighe, celle des Issabaten, qui serait, selon toute vraisemblance, une descendance de conducteurs de chars peints au Sahara et qui vivaient tant bien que mal dans un dsert aride mais peupl. Selon les textes anciens, ils parlaient un amazigh grossier ; il navaient pas dcriture, pas de dromadaires ni de chevaux et ils taient paens. La tradition orale dcrit un peuple isol dans un mode de vie infrieur.

Aprs les conqutes arabo-musulmanes, des migrants seraient venus sy installer, dirigs par un chef : Tin Hinan. Ils taient originaires de lOuest (Tafilalet, Sud marocain) mais il ny a aucune prcision de la date de leur arrive.
Faux que tout cela !, sexclame la scientifique. Bien sr, les Issabaten taient les habitants autochtones du dsert, mais ils ne parlaient pas lamazigh grossier dcrits dans les rcits oraux. Evidemment, il y eut des conqutes musulmanes et des migrants, les Huwwara, venus sinstaller dans cette rgion ,mais ils ntaient pas originaires du Maroc.

Ibn Battuta, laristocrate sr de son statut, les avait dailleurs rencontrs lorsquil sest intgr une caravane qui remontait du Niger au Maroc en passant par lAhaggar. Dans son rcit, explique Mme Hachid, il les traite de vauriens parce quils rclamaient une taxe due pour toute caravane traversant leur territoire. Il dit nanmoins que ce sont de braves gens et bons musulmans qui ne dtroussent personne pendant la priode du Ramadhan mais il donne trs peu dindications sur ces Huwwara et sur la rgion.
Le texte dIbn Khaldoun est plus analytique : lauteur arabe explique ainsi que durant la conqute musulmane, il y avait des tribus qui portaient le nom gnrique de Huwwara (une dformation de Ihaggaren quest lAhaggar, daprs lui) ayant quitt la Cyrnaque par Gaugau (Gao), une cit marchande trs prospre, pour sinstaller dans le Sahara central, probablement au dbut du Xe sicle. A force de patience, la prhistorienne algrienne a fini par trouver un dessin rupestre qui confirme cette thse. Lon y voit un groupe de guerriers portants des pantalons bouffants et des tuniques en tissu. Ils tenaient un bouclier rond et une pe, nomme keskara, jusqualors absente dans les peintures. Sur limage, ils entourent un homme portant une tunique en cuir et pas de pantalon. Cest, daprs Malika Hachid, lhistoire de la conqute du territoire appartenant aux Assabat par les Huwwara, des Berbres pratiquant le rite ibadite.
Deux cultures vont ainsi saffronter : lune est locale, cest sa terre, lautre est migrante, voulant conqurir le sol.
Les richesses qui venaient de cette partie du monde pour arriver aux portes de la Mditerrane les avaient attirs dans cette partie du monde, souligne la prhistorienne. Elle poursuit : Ils sont partis de Tripolitaine jusquau Sahara afin de sintgrer au grand commerce transsaharien. Ils faisaient ngoce avec une autre communaut ibadite, les Ouarglis. Ils sy taient installs pour sintgrer au grand commerce caravanier au profit des ibadites de Ouargla. Les Huwwara avaient, daprs les prcisions de la confrencire, ralli le kharidjisme et libadisme en raction au pouvoir des conqurants qui, ds leur arrive, ont cherch de lor.

Les Touareg seraient ainsi le rsultat de la sdimentation des deux peuplements : Assabat et Huwwara. A Djanet subsiste encore le dernier minaret quatre pointes des ibadites, qui a fort heureusement pu tre sauv de la modernisation. Il semblerait quils ont continu orner les murs, dans le Sahara, jusqu larrive de lislam. Malika Hachid a montr des photos indites de personnages faisant la prire musulmane. Ds larrive des Huwwara, un processus de dsacralisation a t entam. Il y avait un dambulatoire pour que les habitants puissent effectuer des rites autour de la tombe du mort. Lorsque quils ont t islamiss, le dambulatoire a t combl. Ils leur ont dit, plaisante la prhistorienne, que ctait haramBoko Haram, rappelant ainsi les malheureux vnements qui agitent actuellement la rgion des seigneurs du dsert.


Amel Blidi




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Aux origines des Touareg




04:54 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,