> >

[] [ ]

Lembrasement de lIrak

(Tags)
 
Partition de lIrak: Cherchez lArabie ! Emir Abdelkader 0 2014-06-19 02:41 PM
Irak: Doha dnonce la marginalisation des sunnites par Maliki Emir Abdelkader 0 2014-06-16 02:34 PM
Qui est ltat islamique en Irak et au Levant ? Emir Abdelkader 0 2014-06-12 02:24 PM
Irak : plus de 50 insurgs tus Ramadi Emir Abdelkader 0 2014-03-04 01:48 PM
Irak: Al-Qaida impose sa loi Falloudja Emir Abdelkader 0 2014-01-21 12:24 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-06-19
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,956 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Lembrasement de lIrak

Lembrasement de lIrak



La foudroyante offensive de lEIIL annonce la partition dfinitive de lIrak en trois Etats et la dstabilisation probable de toute la rgion. Cest la consquence de linvasion colonialiste de lIrak en 2003, de la mise en uvre du projet noconservateur de Grand Moyen-Orient , et de lacclration de ce projet imprialiste avec ce quils ont appel la "rvolution du jasmin", puis le printemps arabe .



Mohamed tue Mohamed, telle est la quintessence du "printemps arabe", pour le grand bonheur des sionistes et des imprialistes.

En semparant le 10 juin de Mossoul, deuxime ville dIrak avec quelque deux millions dhabitants, ainsi que de la province de Ninive, avec ses vastes gisements ptrolifres, les djihadistes (1) de lEIIL [État islamique en Irak et au Levant/ Daash] sont dsormais en passe de raliser le vu le plus cher des noconservateurs de Washington. Ceux-ci entendaient en effet au dbut du XXIe sicle redessiner la carte du Proche Orient en scindant lIrak en trois entits ethnoconfessionnelles : kurde sunnite au Nord, arabe sunnite au centre, arabe chiite au Sud. À prsent, les stratges amricains du chaos constructif se trouvent larrive comme tous les apprentis sorciers du monde, dpasss dans leurs esprances de reconfigurations plantariennes et doivent faire face dans lurgence absolue une raction en chane devenue immatrisable.

Aprs Mossoul, loffensive fulgurante des radicaux a maintenant dpass Tikrit (2), la Ville aux Trois glises (aujourdhui disparues), chef-lieu du gouvernorat de Salaheddine qui porte le nom du Kurde Saladin, et do fut originaire Saddam Hussein, celui-ci aimant sidentifier son illustre devancier. Guerre clair qui sapproche de la ville sainte de Samarra - sanctuaire abritant les tombes du Xe et du XIe Imam, et la chsse de lImam cach des Chiites duodcimains, le Mahdi (3) cens revenir la fin des temps et menace prsent Bagdad o commence stendre lombre sinistre des salafo-wahhabites jusquau cur du bastion ultrascuris appel Zone verte. Les États-Unis et lAustralie rappellent leurs ressortissants. Laffaire est chaude.

Au-del de Bagdad, cest tout lOrient proche qui est menac dimplosion.

Une menace par consquent prise trs au srieux non seulement par les spcialistes de lIrak convulsionnaire, en quasi guerre civile depuis 2004 et o, depuis 2013, lon dnombre une petite moyenne de mille morts par mois dus de sanglants attentats interconfessionnels menace qui inquite aussi et surtout les chefs dÉtats et de gouvernements occidentaux. Lesquels dcouvrent tout trac lampleur dun dsastre quils ont plus ou moins sciemment provoqu. Car la source du drame actuel ne se trouve nulle part ailleurs que dans la guerre dagression du printemps 2003. Or qui peut, au sein de nos lites dirigeantes, prtendre avoir ignor cette poque la nature des monstrueux mensonges diffuss par la machine de guerre amricaine (4)? À part bien entendu les opinions publiques occidentales dsinformes, intoxiques et gaves de propagande !

Cest dans ce contexte, celle dune offensive sunnite fondamentaliste lance sur la capitale - pourtant dominante chiite, mais cur symbolique et gopolitique du Pays des deux Fleuves - que le prsident iranien Rohani a dclar ce samedi 14 juin - avec une certaine jubilation quil avait du mal dissimuler - tre prt intervenir militairement en Irak (5) et si ncessaire, aux cts des forces amricaines. Qui ne voit lironie de la chose et lextraordinaire renversement de situation quelle implique ? Des pourparlers bilatraux sont dj en cours ce sujet

Parce que ce serait tort que lon irait simaginer que les Amricains trouveraient loccasion de cette offensive, un prtexte pour revenir en Irak alors quils sont dj bien heureux davoir pu sen extraire sans casse majeure. Parce que grce au ciel, ils en sont partis, presque la cloche de bois, au petit matin glauque du 18 dcembre 2011 la queue entre les jambes 6 comme lavait prdit Scott Ritter ancien officier du corps des Marine, laissant derrire eux la bagatelle dun million et demi de cadavres [ORB28janv08] ! Trois ans aprs le dpart des GIs - Mission accomplie - le chaos rgne en matre sur la Msopotamie. À ce titre, nous pouvons nous occidentaux qui portons au pouvoir et reconduisons dans leur fonctions les responsables politiques de ce navrant pandmonium tre galement, en bout de chane, fiers de nous !

Volens nolens, lAmrique devra assumer le prix de ses fautes et de ses crimes

Cest donc finalement contraint et forc que le Pentagone vient de dpcher dans les eaux du Golfe le porte-avions USS George HW Bush, ceci afin de permettre au commandement en chef de disposer de plus de souplesse daction si une opration militaire amricaine devait tre dclenche pour protger des vies amricaines, des citoyens ou nos intrts en Irak . Des mobiles sans quivoques o il nest plus pour une fois question de dmocratie et de droits de lhomme une rhtorique dsormais aussi inutile que largement dpasse !

Bref le djihadistes ont chass peu de frais du nord de lIrak, une arme gouvernementale bien quipe mais particulirement dmotive. Une victoire spectaculaire qui ouvre, aux djihadistes des perspectives aussi indites quinattendues puisque les fondamentalistes contrlent dsormais, en continuit spatiale, quasiment une bonne moiti du territoire irakien et presque autant en Syrie (7) rcoltant ainsi les fruits dune politique irrflchie, imprudente, inconstante voire insense de lOccident ! Une situation que lon tait pourtant en mesure danticiper si les dirigeants occidentaux avaient bien voulu, entre autres, prendre la mesure de lincohrence et de linconsquence de leur politique syrienne tout autant que de limpuissance et de la corruption du pouvoir chiite de Bagdad.

Car, rptons-le, ce sont les mmes forces islamistes sunnites radicales que les occidentalistes soutiennent en Syrie contre le rgime baasiste de Damas, quils sapprtent contrer en Irak. Nous ne sommes plus l dans le paradoxe et la complexit mais dans un cas de figure de mortelle contradiction. Inutile de chercher ici un super machiavlisme ou de tortueux calculs chez les dirigeants des grandes dmocraties qui se sont pris les pieds dans le tapis, coincs quils sont eux-mmes au cur de forcenes luttes de pouvoir internes, soumis en permanence aux pressions contradictoires de dogmatismes idologiques, de communautarismes sectaires, dintrts financiers et gopolitiques dissonants, le tout dans une infernale cacophonie, mais toujours sous couvert des faux et pernicieux principes directeurs de la Dmocratie ultralibrale.

À Mossoul la pitoyable dbandade des forces gouvernementales

Comment expliquer la dbandade de Mossoul ? Larme gouvernementale pourtant en majorit chiite, a fui tire dailes abandonnant sur place armes, matriels et munitions, notamment des chars et deux hlicoptres dattaque. Des milliers de prisonniers politiques ont t librs et les arsenaux pills Dabord par ltat de dcomposition avance qui caractrise le gouvernement de Nouri al-Maliki. Un gouvernement vomi autant par les chiites eux-mmes, et particulirement par leur influent clerg, cela pour son incurie, trop occup quil tait senrichir plutt qu engager le pays sur la voie du dialogue et de la rconciliation nationale.

Notons ici, parmi les signes avant-coureurs de lactuelle dbcle, la prise et loccupation en janvier dernier de Falloujah 70 Km de la capitale, ville martyre de 326 000 habitants [recensement de 2010] dans la province dAl-Anbar. La Cit des mosques quelque deux cents - a t en effet dtruite en grande partie par les Amricains en avril 2004 (8). Depuis dix ans la population sunnite vit ainsi au milieu des dcombres sans que le gouvernement chiite soit intervenu en quoi que ce soit pour rhabiliter cet habitat dvast la suite des reprsailles amricaines.

Au reste, cinq cent mille personnes ont fui Mossoul o des corps jonchent les rue de la ville, pour se rfugier dans les villages alentours, tel celui de Karakosh peupl ordinairement de 50 000 syriaques catholiques. Les Chrtiens assyro-chaldens fidles Rome, Nestoriens monophysites, Armniens catholiques et orthodoxes, Syriaques orthodoxes pour ces derniers, autrement appels Jacobites, le sige du maphrianat fut dabord Tikrit puis Mossoul - subissent de cette manire et de plein fouet, la dconfiture de lÉtat fantoche de Maliki. Ainsi le monastre de Mar Behnam (9), bellement restaur par les fonds et la volont comme toutes les glises dIrak de leffroyable dictateur Saddam Hussein. Lieu saint pour les Chrtiens et les musulmans o tous, indistinctement, venaient jusqu ces derniers jours prier tout comme au monastre syriaque orthodoxe de Mar Matti sur les contreforts du Kurdistan o Saddam Hussein stait fait installer son propre hliport et o il disposait dappartements, certes situs lextrieur parce que les musulmans ntaient pas autoriss passer la nuit dans lenceinte sacre(10).

Que laisseront de ce vnrable sanctuaire, joyau mmoriel de lun des berceaux de la civilisation hellno-chrtienne, les no-iconoclastes qui dboulent actuellement sur les villages chrtiens du nord de lIrak ? Anims quils sont par le sombre dsir et la rage de semer la mort parmi les apostats - entendez les chiites et pas seulement les simples mcrants que seraient les Chrtiens Gens du Livre pour les musulmans - lapostasie tant le crime le plus inexpiable et le plus abjecte aux yeux de ces fondamentalistes fanatiques. On sait que lmir de lEIIL, Abou Baker al Bagdadi, a repris lefficace mthode, celle de la terreur, que sut si bien employer contre loccupant amricain son prdcesseur al-qadiste Abou Moussab al-Zarkaoui, dcd de mort violente en juin 2006. Voie et moyen utilis depuis la nuit des temps, diffrents degrs par de nombreux conqurants de toutes obdiences tels les Croiss qui surent aussi la manier mais eux sous forme darme psychologique en rpandant la rumeur terrorisante de pratiques cannibales ! De nos jours les djihadistes se font prcder par londe de choc dune implacable cruaut, mauvaise rputation hlas apparemment pleinement justifie et que dcuple lextraordinaire caisse de rsonance que constitue aujourdhui la Toile et leurs atroces vidos [cf. note 2] !

Le foss confessionnel

À la lecture de ce qui prcde, lon comprendra que le foss interreligieux ne cesse de se creuser en Irak. Que les divisions confessionnelles y sont aujourdhui trs profondes alors quelles staient estompes avant le printemps 1991, la premire Guerre du Golfe et lOpration Tempte du dsert. Dans la foule de la victoire de la coalition laquelle la France comme la Syrie dHafez el Assad participaient - Chiites et Kurdes encourags par Washington crurent leur heure arrive. Hlas, comme dans laffaire de la Baie des Cochons (11), lAmrique laissa froidement craser ceux quelle avait incit dfier le pouvoir central. Depuis la rvolte manque des Chiites, crase Kerbela par la Garde rpublicaine du ras Saddam Hussein, la plaie ne sest jamais referme jusqu devenir un insondable abme de dfiance intercommunautaire.

En 2006 la guerre civile, rpute de basse intensit, atteint un paroxysme et ne sest depuis jamais apaise, Nouri al-Maliki nayant rien fait, au contraire, pour apaiser les passions. Mais le plus grave est qu prsent cet antagonisme virulent entre Chiites et Sunnites prend une autre tournure. Celle dune guerre confessionnelle ouverte susceptible de se dvelopper dans toutes la Pninsule arabique, du Ymen au Kurdistan. Et qui ne devrait, dans lhypothse du pire, npargner ni les ptromonarchies du Golfe, au premier rang desquelles le Bahren, ni lArabie en proie des soulvements chiites endmiques. Au-del cette guerre pourrait toucher le Pakistan o les affrontements intercommunautaires se multiplient dangereusement ces deux dernires annes prs dun millier de chiites ont t tus alors que cette minorit ne reprsente que 20% de la population pakistanaise [AFP 6juin14]. Cela parce quils sont accuss de vouloir pervertir lislam !

Verrons-nous bientt les salafo-wahhabites dfiler dans Bagdad comme ils viennent de le faire Mossoul, au volant leurs Humvee gracieusement offerts par larme amricaine ? Tout comme il y a quarante ans, le 17 avril 1975, les Khmers rouges triomphaient dans les rues de Phnom Penh ? En Europe, lEspagne annonce le dmantlement dun rseau de recrutement de djihadistes destination du front syrien tenu par lÉtat islamique en Irak et au Levant. Attendons-nous donc au choc en retour

Lon Camus, 16 juin 2014


Notes

(1) Djihadistes qui comptent dans leur rang nombre de cadres de lancien rgime pass dans la rsistance islamo-nationaliste. Composante laquelle viennent sajouter les tribus ulcres par les perscutions anti-sunnites du gouvernement Maliki. Le fondamentalisme islamique peut de sorte adresser un grand merci Paul Bremer, proconsul amricain qui, en mai 2003, a entrepris den finir avec les forces armes de Saddam Hussein et le Parti Baas. Le dmantlement de larme a ainsi jet sur le pav 500 000 militaires et leur famille, dont beaucoup ont rejoint la rbellion et aujourdhui lEIIL. Quant la dbaassification, elle a eu pour rsultat de dsarticuler compltement une socit auparavant structure par son lite politique. Notons qu examiner lcheveau particulirement complexe des forces salafiste en action celles-ci sont putativement soutenues par lArabie saoudite outre laide indirecte fournie par les services spciaux franais, anglais, turc et jordaniens. Or lArabie est toujours en principe le meilleur alli de Washington dans la rgion À lexception dIsral qui de son ct entretient actuellement des relations suivies avec le royaume wahhabite. Le serpent se mord la queue. Sans commentaire ! Lire ce propos Les Égars Éditions Sigest 2013.

(2) Les djihadistes de lEIIL revendiquent le massacre de 1700 chiites, membres des forces de lArme de lair irakienne, Tikrit dans la province de Salaheddine dont une partie est dores et dj tombe linstar de certains secteurs des provinces de Diyala et de Kirkouk. Leur progression en direction de Bagdad sest toutefois a ralentie ces deux derniers jours alors que le gouvernement annonait une contre-offensive pour dfendre la capitale et que les volontaires chiites affluent de toutes parts pour prendre les armes pour la dfense des villes saintes de Kerbela et de Najaf [euronew16juin14].

(3) La Mosque dOr de Samarra a t difie en 944. Elle abrite les mausoles dAli al-Hadi et dHassan al-Askari, les dixime et le onzime Imams chiites, ainsi que la chsse de Muhammad al-Mahdi, l Imam cach , douzime et dernier Imam du chiisme duodcimain. Le dvoilement du Mahdi, lEnvoy, est nommment assimil par certains chiites fondamentalistes, celui du Christ le Mahdi tant pour ceux-l le Christ lui-mme ! Aprs la chute du rgime bassiste en 2003 et lamorce dune guerre interconfessionnelle en 2004, alors mme qu Washington lon songe prcisment redessiner la carte de lOrient proche, la Mosque dOr va faire lobjet de plusieurs attaques denvergure. Le 22 fvrier 2006 un attentat dtruit le dme crysen, un second dtruit ses deux minarets le 13 juin 2007. Voir Le Courrier de Genve, 27 fvrier 2006 Autopsie dun crime contre la paix .

(4) Ds 1998, tout tait dit. La baudruche des accusations de dtention par lIrak de gaz innervant VX tait dgonfle. En ce qui concerne le nuclaire, le rgime tait galement blanchi, les autorits internationales de surveillance ayant fait passer le pays en contrle continu . Aucune chancellerie ou service de renseignement nignorait ces donnes lmentaires [source : Quai dOrsay].

(5) Les États-Unis sont profondment proccups par les vnements qui se sont produits au cours des dernires 48 heures Mossoul, o des lments de lÉtat islamique en Irak et au Levant se sont empars dune partie importante de la ville. La situation reste extrmement grave. Les États-Unis vont fournir toute laide ncessaire au gouvernement irakien dans le cadre de lAccord-cadre stratgique pour contribuer au succs de ces efforts [Reuter10juin14]. Jen Psaki, porte-parole du dpartement dÉtat, sexprimait ainsi il y a six jours dj. Aujourdhui 16 juin, souvre Vienne une nouvelle session de la Confrence dite 5+1 relative au contrle du programme nuclaire iranien. En marge des discussions, et ce nest un mystre pour personne, États-Unis et Iran vont coordonner leurs moyens et leurs actions pour rduire la pression islamiste sur Bagdad : ncessit faisant loi, frappes ariennes pour Washington, oprations au sol pour les units dlites des Pasdaran, les Gardiens de la Rvolution. Une situation sidrante au regard de ce qutaient encore les relations irano-amricaines il y a seulement un an.

(6) Scott Ritter, ancien officier des renseignements du corps des Marines, ex inspecteur des Nations Unies en dsarmement [UNSCOM], poste dont il a dmissionn en aot 1998 rendant alors public quil y uvrait en ralit pour le compte de la CIA et du Mossad. Celui-ci avait prdit le 25 mars 2003 en des termes assez crus, un dpart amricain dIrak dans la honte et le dshonneur. Certes Ritter prvoyait un chec de loffensive court terme, mais en gros son diagnostic sest rvl exact : Les États-Unis vont quitter lIrak la queue entre les jambes, sur une dfaite. Cest une guerre que nous ne pouvons pas gagner [AFP26mars03].

(7) Le 9 avril 2013, Abou Baker al-Bagdadi al-Husseini al-Korachi [ce dernier nom tant celui de la tribu du Prophte] dclare que le Front al-Nosra une branche de lÉtat islamique dIrak en Syrie, il annonce la fusion de EII et du Front al-Nosra pour former lÉtat islamique en Irak et au Levant. Mais le chef dal-Nosra, Abu Muhamad al-Julani, bien quil reconnaisse avoir combattu en Irak sous ses ordres puis davoir bnfici de son aide en Syrie, ne rpond pas favorablement lappel dal-Baghdadi et renouvelle son allgeance lgyptien Ayman al-Zaouahiri, mir dal-Qada.

(8) Le 31 mars 2004, quatre mercenaires de la multinationale Blackwater (honni pour ses exactions) sont tus. Deux des cadavres carboniss sont pendus par les pieds aux poutrelles dun pont aux cris de Falloujah sera le cimetire des forces de la coalition . Dbut avril, larme amricaine met le sige devant la ville, 70 000 femmes, enfants et vieillards sont autoriss quitter la ville, mais non les hommes valides. LOpration Vigilant Resolve [le sige] cotera la vie une quarantaine de Marines et environ 800 Irakiens de larme gouvernementale. La prise de la ville, Opration Phantom Fury , nintervient pas avant novembre grand renfort de bombardements ariens et de recours lartillerie lourde. Les bombes au phosphore blanc furent aussi largement utilises et les librateurs Amricains sillustrrent particulirement en abattant des blesss survivants. Le nombre des morts civils se situerait entre 4 et 6 mille, quant aux combattants limins, mystre et boule de gomme.

(9) Saint Behnan [Mar Behnan], sa sur Sara et leurs quarante Compagnons ont t martyriss au IVe sicle. Ils sont particulirement vnrs par les Églises Syriaque tant orthodoxe que catholiques.
St Behnam est vnr prs du lieu du martyr, non loin du village de Karakosh. Le Monastre qui existe depuis le IVe sicle, abrite le spulcre du saint, et il est tout fait remarquable par ses bas reliefs. La lgende du Saint vaut dtre conte Alors que Behnam, fils de Sennachrib, roi de Ninive, chassait la gazelle avec ses compagnons, il est conduit par lune dentre elles la montagne de saint Matthieu. La troupe y rencontre lermite qui leur annonce lÉvangile. Il promet aussi de gurir Sara atteinte de la lpre si elle se fait baptiser. Or nous sommes dans une steppe aride sans eau lustrale. Quimporte ! Matthieu frappe la terre et fait jaillir une source. Sara purifie, elle et son frre reoivent le baptme. À Ninive, tous se rjouissent de cette gurison, mais le roi en conoit du dpit en raison des conversions !
Sennachrib ivre dire lance ses sbires leur poursuite et les fait gorger. Ayant donn lordre de brler les dpouilles, le sol les lui drobe en les engloutissant. Le roi en perd la raison. Mais le fantme de Behnam lui apparat et convertit son pre. En France, dans lOrne, existe un monastre syriaque, Notre Dame de Misricorde, o nombreux sont ceux qui viennent prier et demander gurison et fertilit par lintercession de St Behnan et de Ste Sara.


(10) Au centre de Mossoul se trouve depuis 1750 un couvent dominicain. La maigre mais vivace communaut est ddie Notre-Dame-de-lHeure, cela cause de limposante horloge qui domine le clocher de lglise. Un don de limpratrice Eugnie en remerciement de lhorloge, une clepsydre sans doute, envoye loccasion dune ambassade, laube du IXe sicle, par le calife Haroun al-Rachid Charlemagne, empereur dOccident. Cest en tout cas ce que rapportent les chroniqueurs. Cf. Msopotamie paradis des jours anciens dEphrem-Isa Yousif. Paris 1996.

(11) Le 17 avril 1961 la CIA et le Pentagone planifirent le dbarquement dopposants au rgime castriste dans la baie des Cochons proximit de la Havane. Les États-Unis ayant en cours de route chang leur fusil dpaule, sans tat dme les opposants cubains furent alors abandonns leur triste sort.


 

()


: 1 ( 0 1)
 

Lembrasement de lIrak




09:14 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,