> >

[] [ ]

Le gaspillage des niveaux inquitants

(Tags)
 
le Ramadhan 2013 aura t un mois de gaspillage par excellence Emir Abdelkader 0 2013-08-07 12:12 AM
Criminel gaspillage Emir Abdelkader 0 2013-07-14 01:20 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-07-07
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Le gaspillage des niveaux inquitants

Le gaspillage des niveaux inquitants






Si, habituellement, les mnages consacrent en moyenne 40 46% de leurs dpenses pour lalimentation selon la dernire enqute de lOffice national des statistiques (ONS) sur la consommation des mnages, durant le mois de Ramadhan ces dpenses prennent lascenseur et dpassent souvent les revenus des familles avec des achats qui se chiffrent quotidiennement 2000 DA en moyenne, soit
60 000 DA pour tout le mois. Des dpenses auxquelles se grefferont celles de lAd. Certaines vont mme jusqu sendetter pour soffrir les plaisirs dune table bien garnie au moment de la rupture du jene et ouvrir par la suite la porte au gaspillage et lentassement des ordures.



En effet, la frnsie de consommation qui sempare des Algriens en cette priode de lanne nest pas sans effet sur le budget des mnages, sur lenvironnement et sur les importations. La consommation immodre, un phnomne ancr au sein de la socit algrienne, prend de plus de lampleur, alors que paradoxalement on parle de la dgradation du pouvoir dachat en dpit des hausses de salaires appliques dans plusieurs secteurs.
Au cours de ce mois de Ramadhan qui commence chaque anne avec des augmentations de prix des produits alimentaires, les achats des citoyens se multiplient et se diversifient, que ce soit en qualit ou en quantit. Pain sous toutes ses formes, fruits, lgumes, viandes, boissons, sucreries et autres friandises sont achets outrance sans tre totalement consomms, mais jets au moment o des familles entires restent dpourvues des aliments les plus lmentaires. Les chiffres disponibles dans ce cadre sont effarants et donnent rflchir sur la ncessit dadopter une politique anti-gaspillage.
Les produits subventionns, objet dimportantes pertes
A titre illustratif, lUnion gnrale des commerants et artisans algriens (UGCAA) avance le chiffre de 4 milliards de baguettes achetes pendant le Ramadhan 2013 dont 120 millions perdues. 120 millions dunits, cest lquivalent de 1200 millions de DA ( raison de 10 DA la baguette en moyenne), soit le cot dun ou de plusieurs projets dintrt gnral. De quoi rduire la facture des importations. Ceci, rien que pour le pain, un produit subventionn par lEtat.
En ajoutant les autres produits gaspills, la facture sera encore plus lourde, que ce soit pour les familles ou pour les pouvoirs publics. Lesquels, faut-il le noter, importent une bonne partie des besoins en crales utiliss pour la fabrication de ce pain. Idem pour le sucre et le lait. Rien que pour ce dernier produit, les achats de lAlgrie ont augment de 61% au cours des cinq premiers mois de lanne en cours par rapport la mme priode de lanne dernire, selon les chiffres du Centre national de linformatique et des statistiques (CNIS). Paralllement, 12 millions de litres se retrouvent dans les poubelles, selon lUgcaa qui value les achats des Algriens en lait 150 millions de litres au cours de ce mois.
Mme constat pour les viandes, fruits et lgumes avec des achats qui dpassent largement ceux effectus au cours des autres mois de lanne. Ce qui fait quau total, selon ltude de lUnion, le montant du gaspillage atteint les 5 milliards de DA. Cest lquivalent du montant ncessaire pour la ralisation des infrastructures de base ou pour dvelopper des projets de recherche scientifique, notamment dans le secteur agricole o les besoins sont importants eu gard au dfi de la scurit alimentaire que lAlgrie est appele relever. Cest aussi un moyen susceptible de permettre lAlgrie de contribuer la lutte contre la faim dans le continent africain, o 26 pays ont besoin dune assistance extrieure pour faire face aux effets combins des conflits, des pertes de rcoltes et des prix alimentaires levs selon la dernire note de la FAO.
Le gaspillage plus important dans les zones urbaines
Pour lheure, le plus important est de chercher les causes principales de ce gaspillage outrance et les moyens de freiner cette frnsie la consommation chez les Algriens. Les avis sont nombreux ce sujet. Mais ils convergent tous sur la ncessit de multiplier les campagnes de sensibilisation en impliquant tous les acteurs. Pour le mouvement associatif et pour lUgcaa, il ny a pas lieu dincomber la responsabilit aux consommateurs seulement, mme sil y a lieu dintensifier les oprations de sensibilisation. Cependant, lapproche devrait changer dans ce cadre, estime cet effet Mustapha Zebdi, prsident de lAssociation de protection et dorientation du consommateur et son environnement (APOCE) qui tient prciser que ce sont les produits subventionns, limage du pain, qui sont le plus touchs par le gaspillage.
La Fdration algrienne des consommateurs (FAC) a mme appel laugmentation du prix de la baguette pour limiter le gaspillage. Cela pour dire que les subventions contribuent amplifier le phnomne. Idem pour les campagnes de publicit sur les produits alimentaires de toutes sortes. M. Zebdi notera justement la ncessit dimpliquer les oprateurs conomiques dans ces campagnes de sensibilisation. Les oprateurs ont un grand rle jouer. Ils sont dans de nombreux cas lorigine de cette surconsommation travers tous ces messages publicitaires qui augmentent durant le Ramadhan. Le consommateur est vulnrable et sensible ce genre de messages, dira-t-il et de poursuivre : Limiter le travail aux associations est une grande erreur. Les coles et les mosques ont galement un rle jouer dans ce cadre.
Concernant lorigine de ce gaspillage, il dira que le phnomne est beaucoup plus observ dans les rgions les plus riches. A Alger, par exemple, on constate que les gens gaspillent beaucoup plus Hydra qu Oued Koreiche et la Casbah. Un avis partag par lUgcaa selon laquelle plus de 70% du gaspillage est luvre des mnages aiss. Une tude ralise dans ce cadre par des chercheurs du Centre de recherche en conomie applique pour le dveloppement (CREAD) montre galement quil y a une forte ingalit des Algriens devant la consommation. Dans les zones urbaines o sont concentres les populations les plus aises, la consommation est beaucoup plus importante par rapport aux zones rurales.
Des dchets mnagers qui cotent cher aux collectivits
Le Conseil national conomique et social explique pour sa part cette frnsie de consommation par lamlioration du niveau de vie des Algriens et par cette volont de rattraper les retards cumuls durant la priode du Programme dajustement structurel (PAS). Dailleurs, le CNES value laccroissement de la consommation de manire globale en 2011 dans son rapport sur le dveloppement humain 6,1%, soit 2,5 plus vite que la croissance du Produit intrieur brut (PIB).
Paralllement cette hausse, les dchets mnagers augmentent galement, notamment pendant le mois du jene. Limage des bacs ordures dbordants et de personnes dmunies la recherche des produits intacts aux alentours des marchs est frappante. De mme que les moyens rudimentaires mis la disposition des agents de Netcom pour vider ces bacs. En effet, ces agents sont fortement sollicits en cette priode alors que les moyens ne sont pas toujours disponibles. Si les chiffres ne sont pas encore connus pour cette anne, il est utile de rappeler que durant les 10 premiers jours du mois de Ramadhan 2013, les dchets mnagers ont augment de 30%. En moyenne, rien qu Alger, la quantit est passe de 200 500 tonnes/ jour dans les 28 communes que couvre Netcom, passant ainsi de 2200 tonnes 2500 tonnes. Ce qui gnre des cots trs importants aux collectivits locales.

Samira Imadalou




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le gaspillage des niveaux inquitants




07:29 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,