> >

[] [ ]

Des femmes voiles prives de plage Wissous : c'est anormal, pour 3 raisons

(Tags)
 
Elections lgislatives anticipes : Quatre raisons pour dire non Emir Abdelkader 0 2014-05-12 08:49 AM
Quelles sont les raisons de la cration de lAlliance nationale pour le changement ? Emir Abdelkader 0 2014-04-28 03:40 PM
Sellal nira pas Batna pour des raisons de scurit Emir Abdelkader 0 2014-04-06 04:34 PM
Les Egyptiens ont amput Qassaman pour des raisons politiques Emir Abdelkader 0 2014-02-12 02:59 PM
Douze raisons pour garder le sourire Emir Abdelkader | french Forum 0 2012-01-16 08:51 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-07-10
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Des femmes voiles prives de plage Wissous : c'est anormal, pour 3 raisons

Des femmes voiles prives de plage Wissous : c'est anormal, pour 3 raisons

LE PLUS. Trois femmes portant le voile ont t refoules de la plage de Wissous (Essonne) samedi 5 juillet. Le motif : le rglement intrieur de Wissous plage, mis en place par le maire Richard Trinquier (UMP), interdit le port de signes religieux. Le Collectif Contre lIslamophobie en France (CCIF) a t saisi par un collectif de citoyens indigns. Sa porte-parole, Elsa Ray, ne comprend pas cette interdiction.

Comme chaque t, la commune de Wissous (Essonne) a mis la disposition de ses habitants et des vacanciers une plage phmre.

Samedi dernier, une mre de famille accompagne de sa sur ont t refoules de la plage par le maire lui-mme, Richard Trinquier. La raison : elles portaient toutes les deux le voile.

Choques et ne comprenant pas les arguments avancs par la mairie, ses femmes ont t contraintes de rebrousser chemin.

Le Collectif Al Madina de Wissous a alors saisi le CCIF et demand immdiatement un rendez-vous avec M.Trinquier, qui est malheureusement rest camp sur ses positions. Pour nous, les arguments avancs par le maire de la commune sont totalement fallacieux. En voici les raisons.

1- Une "erreur" sur le vocabulaire employ

Le rglement de Wissous Plage stipule que "les signes religieux ostensibles sont interdits". Richard Trinquier a post sur son mur Facebook que cette interdiction concernait notamment les hijab, tchador et khimar. Vraisemblablement, le maire ne sait pas de quoi il parle.

Le "hijab" et le "khimar" dsignent bien le voile que certaines femmes musulmanes portent sur leurs cheveux, laissant le visage apparent. En revanche, le "tchador" dsigne une longue pice de tissu qui recouvre intgralement certaines femmes vivant en Asie centrale (Afghanistan et Iran). Il nexiste pas en France. Or, M. Trinquier a prcis dans son post que les deux femmes quil avait refoules portaient "le tchador".

Les deux femmes en question portaient pourtant un simple foulard qui couvrait leurs cheveux !

Pourquoi utiliser ce terme, quand on sait tout ce quil recouvre ? Pourquoi dformer la vrit ?

2- La plage ce nest pas lcole

Mais cela ne sarrte pas l. M. Trinquier voque dans ses dclarations la loi du 15 mars 2004, le joujou prfr des islamophobes qui sen servent tout va pour justifier leurs actes de discrimination. Or, nimporte qui peut consulter un moteur de recherche et voir que la loi de 2004 dit ceci :

"Dans les coles, les collges et les lyces publics, le port de signes ou tenues par lesquels les lves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit."

Or, jusqu preuve du contraire, Wissous Plage nest pas une cole et les femmes qui y venaient avec leurs enfants ne sont pas des lves.

Le maire de Wissous semmle les pinceaux, pensant justifier un acte de toute faon injustifiable. Il applique une loi qui sadresse aux lves inscrits dans les tablissements du primaire et du secondaire des usagers dun lieu de loisirs. Évoquant videmment a donne toujours du poids un argumentaire creux le principe de lacit qui pourtant na strictement rien voir l-dedans.

Si Wissous Plage est un tablissement recevant du public (ERP) comme il nous lexplique, alors il suffit encore une fois de taper ERP dans nimporte quel moteur de recherche pour constater quun ERP, cest tout simplement un endroit qui reoit du public pour une activit donne. Comme un supermarch, un fast-food, un cinma, etc. Doit-on enlever sa kippa, sa croix ou son voile pour aller faire ses courses M. Trinquier ?

3- Un foulard nest pas un voile intgral

Le maire va encore plus loin puisquil appuie galement sa dfense sur la loi du 11 octobre 2010, qui interdit la dissimulation du visage dans un espace public.

Un foulard recouvre vos cheveux, votre cou, peut-tre vos paules, mais ne cache en rien votre visage qui lui reste dcouvert et parfaitement visible. On ne comprend donc pas bien ce que la loi du 11 octobre 2010 vient faire l-dedans.

Outr par cette manipulation juridique, le Collectif Al Madina a souhait rencontrer le maire de Wissous en dbut de semaine. Ce dernier l'a reu, mais campe sur ses positions.

M. Trinquier stait dj fait remarquer par le pass. En 1996, il soctroyait le droit de porter une arme. En 2005, il rclamait linterdiction du Parti communiste car il avait "trop de sang sur les mains". Aujourdhui, il sen prend au voile.

Et la libert de conscience ?

Jestime que lorsquun maire refuse des citoyens laccs un lieu de loisirs ouverts tous, il se doit dexpliquer correctement sa dcision. Ici, ses arguments ne tiennent pas.

Dans notre Constitution, il existe cette chose trop souvent oublie qui sappelle la libert de conscience. Ce principe fondamental, seul un lgislateur peut le restreindre, non un reprsentant du pouvoir excutif. Et surtout pas dans de telles conditions ou sous de tels prtextes idologiques.

Il est de son devoir de sexcuser

Si le maire reste camp sur ses positions, le CCIF engagera une action en justice pour faire casser ce rglement discriminatoire.

Franois Lamy, dput PS de l'Essonne, a de son ct ragi en invitant "tous les dmocrates de son conseil municipal quitter sa majorit et sopposer cette mesure." "Je soutiendrai bien entendu toute initiative visant faire annuler son arrt par la justice" a t-il ajout.

Tout le monde peut avoir des failles et se tromper, mais lignorance de M. Trinquier, premier magistrat de la commune, a tout de mme un impact sur lensemble des Wissoussiens et sapparente davantage une posture islamophobe outrancire plutt qu une simple erreur.

En est-on revenu au temps de lapartheid ? O certaines catgories de personnes nont pas accs aux mmes lieux, aux mmes services que les autres ? Est-ce normal que des enfants naient pas pu profiter des jeux comme les autres enfants parce que les convictions personnelles de leurs mamans indisposent le maire ?

Cet incident doit servir de leon ! On ne peut pas discriminer des personnes en raison de leurs convictions religieuses en toute impunit, en utilisant la loi comme bon nous semble. A fortiori lorsquon est un lu de la Rpublique.

Lorsque ce rglement aura t invalid, il sera de son devoir de sexcuser. Cest la moindre des choses.


Propos recueillis par Louise Auvitu.




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Des femmes voiles prives de plage Wissous : c'est anormal, pour 3 raisons




10:19 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,