> >

[] [ ]

Immersion dans des barrages de police durant liftar

(Tags)
 
Immersion dans la presse de la grande bouffe en Algrie Emir Abdelkader 0 2014-05-29 01:34 AM
Belaiz: Les Ibadites et malikites ont salu le professionnalisme de la police durant les vnements Emir Abdelkader 0 2014-01-28 08:28 AM
Annulation de lenqute de police dans la dlivrance du passeport biomtrique Emir Abdelkader 0 2014-01-26 10:47 AM
Sahara Occidental : Une manifestation pacifique dlves rprime par la police marocaine dans la vi Emir Abdelkader 0 2013-12-13 06:40 PM
Un jeune manifestant tu Tunis dans les heurts avec la police Emir Abdelkader 0 2013-05-19 08:00 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-07-17
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Immersion dans des barrages de police durant liftar

Rupture du jene avec les policiers

Immersion dans des barrages de police durant liftar




La DGSN est lune des plus imposantes institutions du pays. Une organisation tentaculaire. Tant dhommes qui remplissent les rues quotidiennement mais qui demeurent si difficiles dapproche.


Soyons clairs, ds le dpart, dans ce reportage, il ne sera pas question darrestations sensationnelles ou de filatures intrpides, il ne sera pas question non plus dimmersion palpitante dans un Alger pseudo-chaotique. A priori, cest une histoire ordinaire, la rupture du jene dans un barrage de police, pour en savoir un peu plus sur ces hommes en bleu souvent inaccessibles. Rencontres.
Vendredi 13, 19h. ramadhan 1435 : Barrages de police douled ouchayeh
Les visages ne sont pas crisps, malgr linluctable fatigue dune fin de journe de travail dans les conditions ramadhanesques. Une ambiance plutt dcontracte rgne. A 1 heure 30 de la relve et 1 heure 13 de la rupture du jene, le lieutenant Mouhfid, 42 ans, supervise aujourdhui 66 barrages de police tablis sur Alger. Il arbore une mine sereine, un sourire contagieux et une disponibilit sans faille, ce sera notre hte pour ce reportage. Le citoyen, est au centre de notre proccupation, notre mthode passe par la prvention, la sanction dans le cadre de la loi et le dernier recours, rassure le lieutenant Mouhfid. Il se dirige vers Achraf, le chef du barrage, qui lui fait son rapport : RAS - Tout va bien ? - Oui, chef, rien signaler. - On vous a apport le ftour ? - Oui, chef, ils viennent de le dposer. - Les rations sont compltes et chaudes, tout va bien, donc ? - Oui, chef, tout va bien, rien signaler ! - Pouvons-nous contrler ? - Oui, chef, bien sr ! Cest dans le fourgon de police gar en amont du barrage que se trouve le prcieux ftour. Un plateau-repas compos de boulettes de viande, une salade, une chorba, du riz, une banane, du pain et une bouteille deau, tout a conditionn par un traiteur. Le ftour contrl, laction continue. Le lieutenant propose de se rendre un autre barrage : nous allons voir le barrage de An Naadja, cest un grand point de contrle. Vous laurez compris, limmersion est rigoureusement tlguide.
Un tour dans le 4X4 de la police nationale
Dans les quartiers, on lappelle lemwechma (la tatoue) en rfrence aux insignes sur la tle des 4x4 de la police, de leur couleur bleue qui rappelle les tatouages faits en prison. A bord, les hublots proposent une autre vision de la ville, une fascinante sensation de supriorit se propage dans le vhicule, les routes souvrent, les automobilistes cdent le passage. Parfois, ils le forcent, ils crent le dsordre sur leur passage lance une automobiliste rencontre quelques mtres du barrage dEl Mouradia, quelques heures plus tt. Une automobiliste presse et pas trs conciliante avec les forces de lordre.
Pourtant, face des embouteillages interminables, cest souvent le seul moyen darriver bon port et dans les dlais. La loi la prvu : les vhicules de police sont prioritaires. Dans le 4x4 qui roule toute allure, on parle peu. Le devoir de rserve sur certaines questions sen ressent. En ce mois de Ramadhan, les tensions sur la route sont leur summum. La radio raisonne fort, les messages des talkies-walkies paraissent inaudibles tant le son est mauvais. Aprs quelques minutes, loreille intgre le rythme et le vocabulaire utilis se banalise, au fil des minutes qui passent, les messages deviennent clairs, on parle daltercation entre automobilistes. Au mois de Ramadhan, ce genre de problmes sont rcurrents, lagent de lordre, dans ce cas, essaye toujours de rgler les choses lamiable. Dans 80% des cas, cest rgl sur place, explique de manire pdagogique le lieutenant Mouhfid, assis lavant.
Il est entr dans la police, il y a neuf ans aprs avoir achev ses tudes en droit et pass son CAPA. De son avis, il continue de pratiquer le droit, sa manire. Je me suis enrl dans la police par amour du terrain, je me sens plus utile en pratiquant le droit sur le terrain confie-t-il. La visite guide se poursuit, le 4x4 arrive au point de contrle de An Naadja. Ici, le superviseur en chef explique quil gre trois points de contrle simultanment. Au mois de Ramadhan, les contrles dautomobilistes ont une vocation prventive, il est trs rare de dresser des procs-verbaux. Effectivement, quatre heures dimmersion, aucune arrestation, pas mme un PV. Le lieutenant Mouhfid prcise quil y a un briefing gnral des troupes de forces de lordre, avant quelles rallient leurs positions. La consigne au mois de Ramadhan est
claire : punir moins, prvenir plus. Toujours souriant, il entreprend de poursuivre la tourne. Direction vers le barrage de police de Chevalley, prs du stade du 5 juillet.

Vendredi 13, 19h58. Ramadhan 1435 : Barrage de police du rond-point du 5 juillet
A lapproche du barrage du 5 juillet, une agitation se laisse voir au loin, le lieutenant semble surpris, et pour cause, une dizaine de camras sont brandies, toutes les chanes tlvision locales sont prsentes, des preneurs de son et des photographes de la police remplissent le rond-point eux seuls. Il semble quune couverture mdiatique se prpare. A la question la presse est-elle prsente sur invitation de la DGSN ou sur demande des chanes TV ?, le lieutenant ne rpond pas. Encore le devoir de rserve.
Un peu plus tard, un commissaire principal de la cellule de communication de la DGSN explique que cest une opration organise par les services de la DGSN, afin de sensibiliser lautomobiliste sur les risques de la vitesse aux alentours de lheure de la rupture du jene et de cette nervosit ambiante. Une khama est installe chaque vendredi au niveau des barrages principaux lchelle nationale explique le mme commissaire. Les khamas proposent un iftar (ndlr : dner de rupture du jeune) complet, gracieusement offert et identique celui dont disposent les agents de police ; les retardataires encore sur la route peuvent venir sattabler et profiter paisiblement dun moment convivial.
En effet, depuis quelques jours, divers tmoignages de conducteurs attestent quils se sont vus offrir une ration de lait et des dattes au moment de liftar. La DGSN aurait-elle initi une campagne de communication plus globale ? Dune part, dans un souci de prvention routire, comme le cite le commissaire plus haut ; dautre part et surtout et les camras prsentes le dmontrent pour redorer limage de la police... La stratgie de communication de la DGSN semble avoir chang depuis laccession du gnral Hamel la tte de la DGSN. Ces dernires annes, le foss na cess de se creuser entre la police et les citoyens. Une relation damour-haine se fait ressentir.
Policier, le mal-aim de la famille
Ce sont eux qui crent le dsordre, ils usent de la force pour tout et rien. De plus, ils nont aucun rle dans la scurit de lEtat fustige une Algroise qui avoue tout de mme quelle ne sest jamais faite maltraiter ou injustement verbaliser par un policier. Elle va mme jusqu admettre que je me sens plus en scurit quand un policier est dans les environs. A limage de dizaines dautres tmoignages similaires, lAlgrien semble redouter le policier en tenue, peru comme un censeur qui contrle sans humanit.
LAlgrien semble aussi fascin par leur ct hroque, bravant linscurit mais doute souvent de leur impartialit. Afin dy remdier, la DGSN joue la carte de la psychologie, dans la plupart des tmoignages dagents de lordre, durant ce reportage, laspect psychologique semble tre primordial, briefing et dbriefing rythment leurs rondes. Lautomobiliste algrien est exigeant, il aime quon le respecte et quon le lui explique les choses, beaucoup de qdar (ndlr : considration) est ncessaire, explique le chef de barrages. Les contrles se terminent dans 99% des cas trs bien. Pendant le mois de Ramadhan, il est effectivement plus compliqu de grer les tentions et la nervosit, ajoute-t-il. Cest souvent un rapport de force cordial qui lie le contrleur au contrl.
Vendredi 13, 20h 13. Ramadhan 1435 : Rupture du jene au barrage 5 juillet
Dshydratations et hypoglycmie font du jene de Ramadhan lune des raisons principales de nervosit aussi bien chez les citoyens quau sein de la police. Derrire leurs uniformes, les hommes en bleu nchappent pas aux lois de la nature, ni aux joies de liftar. Une ambiance bonne enfant plane dans la khama, le policier sert le citoyen attabl. Couverts, eau, pain, rien ne manque. Quelques citoyens de passage dgustent. Le travail du policier continue, allant inlassablement dans le sens des besoins dun citoyen en qute de considration lgitime dune police dsormais son service. Et si, et si seulement ce moment pouvait sextrapoler et stendre au-del dune campagne ramadhanesque !



Djaweb Belkhodja






 

()


: 1 ( 0 1)
 

Immersion dans des barrages de police durant liftar




04:54 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,