> >

[] [ ]

Les principales supercheries idologiques

(Tags)
 
Benghabrit rsistera-t-elle aux interfrences politiques et idologiques ? Emir Abdelkader 0 2014-06-03 03:35 PM
les principales propositions du projet de rvision de la Constitution Emir Abdelkader 0 2014-05-15 03:17 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-07-20
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,947 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Les principales supercheries idologiques

Les principales supercheries idologiques




Pendant 15 jours, nous avons vibr sur un non-sens : One, two, three, viva lAlgrie. Nulle part, il ny a la langue arabe. Alors, quest-ce que cela situe au plan identitaire sachant que la langue est une identit ? Cette interrogation, ctait au lendemain de lhomrique match Algrie-Allemagne. Mohamed Miliani, didacticien, y a eu recours pour illustrer ltendue de la faillite de ce qui a tenu lieu de politiques denseignement des langues dans notre pays.


Ctait loccasion dun dbat sur la question, organis par lInstitut de dveloppement des ressources humaines (IRDH Oran). Dans sa communication, lintervenant fait la dmonstration que ces politiques taient lestes de tares qui les condamnaient lchec. Ainsi, les multiples approches inities taient dcides en haut lieu, centralises, plus ou moins cohrentes, non systmiques (pas de continuum entre les diffrents paliers), non stables et non durables.
A ce constat du confrencier, il y a lieu dajouter quil sest greff une arabisation accompagne par une stigmatisation linguistique de tamazight comme du franais. Depuis cette politique, il sest install un dbat biais parce que charriant des mystifications qui polluent toute perspective dvolution de la situation. Pourtant, depuis les annes 1990, la socit sest quelque peu dsinhibe par rapport la question des langues, cette dernire ntant plus sous tendue par des enjeux de pouvoir avec la cessation de lopposition francophones/arabophones. En effet, libralisme conomique oblige, les conflits de pouvoir se sont dplacs vers le terrain des affaires et de lconomie en gnral, celui-ci favorisant pour ses besoins lacquisition des langues. Do lmergence dcoles prives de langues et dun march des langues o mme le chinois a trouv sa place.
La darija, langue nationale ?
Srions les principales supercheries propos des trois langues en usage en Algrie et passons-les au crible de la critique. Commenons par cette ide de vouloir remplacer lapprentissage de larabe dit classique par celui de larabe algrien au motif de la diglossie, cest--dire de cet cart entre la darija et la fosha qui ferait de cette dernire une langue trange pour ne pas dire trangre. Pourtant, entre cette langue classique et le dialectal, il existe bien un arabe moderne ! Quen fait-on ? La confusion et la manipulation prtextent du fait que larabisation lcole a t une catastrophe.
Or, cette dernire nest pas imputable la langue mais plutt au fait quelle ait t escamote par un contenu linguistique inadquat (langue pauvre, pas dcrits authentiques ou textes dauteurs). Par ailleurs, les coliers ont t soumis une violence cognitive par le recours une mthodologie mutilante. Enfin le tout a t servi sur la base dobjectifs idologiques et non pdagogiques, ce que Malika Boudalia a magistralement dmontr dans Lcole algrienne de Ben Badis Pavlov.
Par ailleurs, pour ce qui est de la diglossie, celle-ci nest pas seulement propre larabe puisquelle existe pour toutes les langues du monde ! Cest ce qui explique que tous les bambins de la terre vont lcole apprendre la leur. En effet, et pour simplifier, en toute langue, il existe deux principalement, une orale et une autre crite, la seconde ntant nullement la transcription de la premire. Pour tre plus concret, un colier lors de lexercice scolaire dlocution est soumis lobligation de faire des phrases, cest--dire de produire de lcrit oralis car ce que lon cherche lui inculquer, cest une comptence linguistique. En dfinitive, les promoteurs de la darija comme langue nationale, ne sont-ils pas sur le pendant des tenants de larabisation qui escomptaient remplacer lusage de la darija par la fosha dans la vie quotidienne ?
Concernant le second reproche fait la langue arabe dtre la langue du sacr, cest dvidence un faux problme sachant que si problme il y a avec le sacr, il est dabord dans le fait que le choix dun projet de socit na pas t tranch dans notre pays. A ce propos, Mohamed Bahloul, directeur de lIRDH, cite le cas des sionistes qui, eux, ayant rgl ce problme, optrent la fin du XIXe sicle, dbut du XXe pour lhbreu, langue de la liturgie hbraque au dtriment du yiddish qui tait alors la langue vernaculaire du plus grand nombre, celle des ashknazes (juifs dEurope) mais non des spharades (juifs orientaux).
M. Bahloul rappelle que le mouvement sioniste avait t durablement divis sur le choix dune langue dans la perspective dun Etat-nation isralien : Cest Ben Yehuda Eliezer (1858-1922), ashknaze et athe de surcrot, mais nanmoins philologue, qui imposa lhbreu au motif prcisment que cest la langue de limaginaire biblique et que de ce fait le nationalisme ne peut se faire sans lappui du protonationalisme (le religieux).
Le JO en tamazight
La diffrence, pour nous en Algrie, cest que nous disposons dune autre langue porteuse dun imaginaire, dune histoire et dune culture, tamazight en loccurrence. Pour Hassan Remaoun, historien : Bien sr que tamazight doit tre officialise, bien sr quelle doit tre gnralise. Cependant, il y a des mesures de socit prendre ainsi que des mesures politiques. Et si ces dernires ne relvent pas spcialement des pdagogues, les experts sont en mesure de faciliter lofficialisation de cette langue en montrant que cest possible. Cela, pour peu quils cessent de polmiquer.
Mohamed Miliani qui a t vice-prsident du comit pdagogique de langue et culture amazighes au ministre de lEnseignement suprieur, fustige ceux quil nomme les linguistes militants, gnralement des spcialistes dautres disciplines que les langues et la didactique. Le militantisme a ses limites. Voyez aprs lengouement suite lintroduction de lenseignement tamazight, le nombre de ses apprenants sest drastiquement rduit ! Cest l o nous ont mens les striles querelles. Veut-on une langue officielle limage de ce quest le gallois au ct de langlais au pays de Galles, cest--dire du cosmtique ? A mon sens, une langue officielle, cest celle de toutes les actions que mne un Etat. Cest par exemple, celles des accords internationaux comme du Journal officiel ou du ngoce.
Or est-on en mesure de mettre cela en place maintenant ? Non, car la question de lofficialisation viendra quand le corpus aura t dfini : quelle langue ? Un tamazight unifi ou des tamazights diffrents selon les rgions ? Il y aussi la question des caractres trancher puisque trois sont en concurrence : en tifinagh, latin et arabe. Cest dire si cette langue est mal dfendue par ceux qui la parlent. Quant au politique, lui, il nest pas press. Cest donc luniversit ou une institution scientifique de faire avancer la rflexion.
A ces exigences, il convient subsidiairement dalerter sur la question de la littrature donner tudier aux apprenants de tamazight. Et, de ce point de vue, il apparat que feu Muhend U Yahya (pote et dramaturge, 1950/2004) a t un des trs rares militants consquents de tamazight. Il a crit et traduit en tamazight des uvres du patrimoine mondial. Enfin, ultime interrogation, tamazight lcole, cela signifie-t-il enseigner cette langue ou galement enseigner les matires scolaires dans cette langue ?
Le franais, langlais et les autres
Lapprentissage de la langue maternelle nest pas gn, comme on le croit, par lacquisition dune nouvelle langue. Il est mme admis quelle renforce la matrise des mcanismes de la langue de scolarisation. Par contre, ce qui peut tre contrari, ce sont les fameuses constantes nationales car un esprit ouvert sur dautres langues et donc sur dautres possibilits, aura tendance relativiser le prt penser. Peut-on alors imaginer une ducation plurilingue dans notre pays ? Certainement, si lon fait cesser les stigmatisations de tous bords lendroit de nos deux langues nationales et si corollairement on favorise lempathie envers les langues trangres tant il est vrai que lon ne peut apprendre une ou plusieurs si le refus de laltrit fait cran.
Par ailleurs, dans cette perspective, la cessation de lattitude ambigu des autorits par rapport la langue de lancien colonisateur constituerait un srieux atout dans la valorisation de lacquis dont le pays dispose encore en cette langue. De mme, comme le soulignent les spcialistes, faudrait-il en finir avec un enseignement des langues coupes de leur substrat culturel, des langues perues de faon rductrice comme de simples outils. Ensuite, et si lon suit les didacticiens, il est possible denseigner plusieurs langues un enfant mais la condition de sy prendre le plus tt possible, sachant que lcolier dispose de capacits acoustiques et articulatoires trs tendues avant lge de dix ans. Alors, quand la fin des faux dbats ?

Mohamed Kali






 

()


: 1 ( 0 1)
 

Les principales supercheries idologiques




03:34 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,