> >

[] [ ]

A propos de Laroussi Khelifa et des accords ngocis par le GPRA avec la France

(Tags)
 
Ould Khelifa en visite officielle en France partir de mardi Emir Abdelkader 0 2014-06-17 01:04 PM
France-Liban: A propos des Maronites. Emir Abdelkader 0 2014-05-26 02:58 PM
Le Libyen Abdelhakim Belhadj renoue avec la France Emir Abdelkader 0 2014-05-20 03:26 PM
Saadani doit tayer ses propos avec des preuves Emir Abdelkader 0 2014-02-10 02:40 PM
Le jeu de la France: Dfense du pr-carr en tandem avec Isral? Emir Abdelkader 0 2013-04-20 02:31 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-07-22
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,935 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
A propos de Laroussi Khelifa et des accords ngocis par le GPRA avec la France

A propos de Laroussi Khelifa et des accords ngocis par le GPRA avec la France



El Watan du 5 juillet a publi dans ses colonnes une srie darticles intituls La crise de lt 62, des origines la fracture.


Sous ce dernier titre, des raccourcis, des approximations et autres contrevrits regrettables appellent de ma part des claircissements, du moins pour la partie prsentant mon frre, Laroussi Khelifa, sous un angle qui reflte des points de vue de nature polmique, exprims par deux de ses dtracteurs.
Dans la livraison dEl Watan du 25 fvrier 2007, en page 2, javais dj fait une mise au point ce sujet, en rponse au plus virulent de ses dtracteurs, pensant mettre un terme ces ergotages mal contenus. Ds lors que certaines donnes historiques sur cette priode sont classes dans des archives encore inaccessibles, ne devrions-nous pas nous garder de tout parti pris ? Au risque de devenir des colporteurs de biographies mal contrles.

Quant larticle en question, pour intressant quil soit par son ct journalistique, il ne prsente pas moins des scnes montes comme dans un scnario de fiction, o le ct volontiers anecdotique de lhistoire semble prendre le pas sur la vrit historique. Est-il besoin de rappeler que lhistoire qui nest pas crite sur la base de recherches approfondies, de confrontation de documents, dvnements et de faits historiques, ou tout le moins travers des tmoignages contradictoires des hommes, sapparenterait de la compilation historisante Et dans ce cas, on ne parle plus dhistoire, mais de petite histoire.
A. Boukhalfa commence son rcit ainsi : Pour la petite histoire, il convient de signaler quun incident avait oppos les deux hommes, lors de la premire runion des Rousses o Laroussi assistait Dahlab pour les questions dhydrocarbures Le MAE du GPRA affirme, ce propos, quil (Laroussi, nd lauteur) nous avait fait dire des btises, ce qui permit au ngociateur franais de nous tourner en drision Quant Boussouf qui se fait tlphoner par un Dahlab en colre, exigeant de lui le retrait de Khelifa des pourparlers, lhistoire na pas encore dit quon pouvait lui parler sur ce ton ( la rigueur les deux autres B, et encore) pour croire une fable aussi simplette. Net-il pas t plus judicieux, pour placer ces propos dans leur contexte historique vritable, de fouiller davantage et de ne pas se contenter des dclarations de Sad Dahlab (dont A. Boukhelfa reconnat que ctait un polmiste n) pour savoir quelle est la nature de cette btise qui ne figurait pas dans le rapport prsent au CNRA, pas plus du reste que les exigences formules Boussouf par Dahlab au sujet du retrait de Khelifa ? Par ailleurs, il nest fait nulle part mention des raisons pour lesquelles Laroussi Khelifa avait lanc en direction du nouveau MAE : Vous tes en train de brader les richesses ptrolires de lAlgrie.
En tant que frre du mis en cause et de par mon travail douvrier de la plume, je nai pas la prtention de connatre le contenu du PV de cette runion, en revanche jai connaissance de la version de Laroussi Khelifa et son refus de se livrer, de son vivant, toute polmique avec ses dtracteurs dont certains, sans sourciller, se livrrent des arguties de mauvaise foi et des mensonges honts.
La thse dfendue par Laroussi tournait principalement autour de la rcupration des richesses du sous-sol et galement et surtout des pipelines, de la commercialisation, de lassociation pleine et entire de lAlgrie aux permis de recherche entre les mains de socits franaises, etc. ; questions qui ne seront pas rgles avant le 24 fvrier 1971, soit 9 ans aprs la proclamation de notre indpendance, avec la prise de participation 51% par lEtat algrien Et non de la nationalisation du ptrole, comme les Algriens ont tendance le croire encore ce jour : Tamim el ptrol...
Bien sr, chaque runion, la partie franaise prouvait le besoin de faire monter les enchres en pinaillant notamment sur des chiffres en rapport avec certains investissements, ce qui est de bonne guerre, auxquels S. Dahlab donnera une rsonance autant disproportionne quanecdotique Ainsi, M. Boukhalfa se fait lcho de ces vhmentes diatribes contre Khelifa et celui-ci est prsent comme un ingnieur agronome promu sous-prfet par ladministration franaise oubliant (ou ignorant ?!) que cet intellectuel pur jus comptait parmi les quelques rares scientifiques algriens de lAlgrie en lutte pour son indpendance, avant dtre nomm directeur de lEcole des cadres puis directeur de cabinet du MALG. En effet, en tant quingnieur agronome, il fut directeur des tudes lEcole dhorticulture Versailles puis il obtint en France (Bordeaux, Sorbonne, etc.) une licence es sciences et plusieurs certificats de chimie gnrale, biochimie, physiologie, outre un stage de sous-prfet hors cadre ; sujet sur lequel jaurais sans doute loccasion de revenir un jour...
Il faut savoir galement que le choix des dlgus aux ngociations, de mme que celui des candidats lExcutif provisoire en 1962, fut gnralement conditionn par laval des deux parties. A cet gard, la partie franaise mettait gnralement des pralables subtils la participation aux pourparlers de certains Algriens bien bards, mme si la porte aux compromis restait ouverte En vue de la confrence des Rousses de fvrier 1962, concdons M. Boukhalfa que Laroussi Khelifa, en phase totale avec les positions de lEMG dirig par Houari Boumedine (ce qui le mettra en porte--faux vis--vis de son patron Boussouf), avait fait des points voqus plus haut une priorit et un objectif dune imprieuse ncessit, aprs des changes avec son ami Enrico Matei, alors prsident de lENI. Cela dit, M. Boukhalfa aurait d agrger les quations prcites pour comprendre le pourquoi de la dsignation de Laroussi Khelifa la tte du ministre de lEnergie et de lIndustrie (et non en tant que ministre du Commerce, comme avanc par A. Boukhalfa) dans le premier gouvernement de lAlgrie indpendante. En fouillant un peu plus, il aurait eu galement la confirmation quen tant que dput de la premire Assemble algrienne, les pairs de Laroussi llirent prsident de la commission agriculture et industrie, jusqu sa dmission du gouvernement en 1964. Il ne faut pas se mprendre sur le niveau et le courage des dputs de lpoque (beaucoup taient des baroudeurs) qui ne craignaient personne pour dnoncer la btise, si tant est quelle existt rellement...
Notons quune volont unanime se dgageait lpoque en vue de la rcupration de nos richesses, mais les voies et les moyens diffraient en fonction du niveau de connaissance du dossier par les uns et les autres... Ce fut du reste une des raisons qui conduisit la dmission de Laroussi Khelifa du gouvernement, aprs un dsaccord avec A. Ben Bella, notamment au sujet du timing pour la rengociation de la question ptrolire en prvision de laquelle mon frre cra Sonatrach en 1963, comme instrument de concrtisation de loption politique prcite. Cest finalement aprs le renversement de Ben Bella que les Accords dEvian sur les hydrocarbures seront rviss par Boumedine, une premire fois en 1965 et une seconde fois en 1969, avant lavnement de fvrier 1971


La rponse de Boukhalfa Amazit

Monsieur,
Comme vous laurez sans doute remarqu, larticle incrimin ne portait nullement sur la vie et luvre de Laroussi Khelifa, militant de la cause nationale et membre de la dlgation du GPRA aux pourparlers algro-franais qui se sont drouls du 11 au 19 fvrier aux Rousses, proximit de la frontire suisse. Il traitait de la runion du CNRA qui stait tenue Tripoli (Libye), du 22 au 27 fvrier, conscutivement ce round des ngociations.
Le propos tentait de cerner ltat des relations conflictuelles entre le GPRA et ltat-major gnral (EMG), la veille de la signature des Accords dEvian. Ceci dans le but de rappeler aux lecteurs ou dinstruire les plus jeunes dentre eux sur les raisons essentielles de la fracture de lt 1962, autant que peut le faire un article de journal.
Le nom de Laroussi Khelifa a t voqu pour tayer la position des membres de lEMG qui lont invit cette session de lorgane suprme de la Rvolution, alors quil nen tait pas membre.
Tout ce qui a t dit son propos, je dis bien tout, a t extrait de livres que jai cits en rfrence, y compris lerreur, je vous le concde, concernant sa fonction dans le premier gouvernement Ben Bella. Pour cela, jai, en effet, consult le Dictionnaire de la Rvolution algrienne (page 296), par ailleurs excellent, et qui maura induit en erreur... si tant est quelle fut de la gravit que vous relevez.
Ma documentation est une documentation ouverte. Mon travail comme vous le faites remarquer, et jen suis fier, est celui dun journaliste. Un professionnel soucieux de livrer ses lecteurs des pans de lhistoire de notre pays en ltat actuel de nos connaissances.
En revanche, vous affirmez de votre ct des faits qui ne sont ni rfrencs ni sourcs. En tant quouvrier de la plume, vous nignorez pas quune information non source est une rumeur. Cest votre parole contre celle de ceux que vous appelez les dtracteurs de Laroussi Khelifa. Des dtracteurs, lesquels faut-il le rappeler, taient prsents durant les faits. Vous ne ltiez pas. Des dtracteurs qui ont crit des livres... vous ne lavez pas fait. Et parmi eux, Sad Dahlab, ministre des Affaires trangres du GPRA, disparu en 2001. Vous affirmez que votre frre a refus de se livrer de son vivant toute polmique avec sesdtracteurs. Pourquoi selon vous ? Et si jen crois sa biographie, Laroussi Khelifa est dcd (Allah Yarhamou) en 1990, quatre ans aprs la sortie du livre Mission accomplie de Sad Dahlab, en...1986.


(Boukhalfa Amazit)


Kamel Khelifa : frre de Laroussi Khalifa




 

()


: 1 ( 0 1)
 

A propos de Laroussi Khelifa et des accords ngocis par le GPRA avec la France




01:44 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,