> >

[] [ ]

Echec du systme ducatif : le politique a tu l'cole

(Tags)
 
Benflis, lchec recommenc Emir Abdelkader 0 2014-04-30 02:47 PM
Les raisons de lchec de Ali Benflis Emir Abdelkader 0 2014-04-22 03:32 PM
Benflis : Notre systme politique met en pril la stabilit de lEtat et la cohsion de la nation Emir Abdelkader 0 2014-03-23 02:57 PM
Ce sont les enfants du systme qui enterreront le systme Emir Abdelkader 0 2014-03-01 03:08 PM
Repre : un terrible chec Emir Abdelkader 0 2013-04-21 02:52 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-07-23
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Echec du systme ducatif : le politique a tu l'cole

Echec du systme ducatif : le politique a tu l'cole

Les recommandations de la Confrence sur lducation souligne lchec de la rforme du systme ducatif entame il y a dix ans. Les travaux ont conclu lurgence de mettre labri lcole des interfrences rptes. Lide de crer trois instances techniques a t retenue.


En deux jours de conciliabules, les acteurs du secteur de lducation, runis dimanche et lundi Alger, ont finalement russi sentendre sur un constat : la rforme du systme ducatif entame il y a plus de 10 ans na pas atteint ses objectifs. Autrement dit, un chec. Pour prendre la mesure de ce constat, il faut couter parler les cadres du ministre de lEducation nationale, appels remplacer la ministre Nouria Benghebrit qui est alle assister une runion gouvernementale, lundi soir, lors dune confrence de presse sanctionnant les deux jours de travaux.
Linspecteur gnral du ministre, Farid Benramdane, coordinateur de ces deux journes, ny est pas all de main morte pour pointer du doigt les maux qui rongent le secteur de lducation. Tous les prsents cette confrence sont daccord pour dire que les rformes nont pas atteint leur objectif, a-t-il affirm avant de souligner : Nous ne pouvons plus attendre 10 ans pour une rforme. Et les 10 ans dont parle linspecteur gnral du ministre de lEducation nationale sont le temps pris pour appliquer une infime partie des recommandations de la commission nationale de rforme du systme ducatif.
Pour toucher du doigt les dysfonctionnements qui ont marqu le secteur de lducation ces dernires annes, le directeur des programmes, Farid Adel, est sorti de limplicite pour parler des interfrences qui ont chang la trajectoire des rformes. Lhomme, charg donc de chapeauter les programmes des rformes, a cit des exemples concrets. Comme le cas du cycle primaire, parti pour durer six ans a t rduit 5 ans suite des interfrences den haut. Pis, le programme dducation islamique a t prolong suite des interfrences venues dune autorit suprieure. Rsultat des courses : De 2003 2007, nous avons labor 207 programmes, dit M. Adel, qui estime que cela est norme et que les dlais quon nous demande de respecter sont tout simplement impossibles.
Quand le directeur des programmes se lche !
Mais lchec de cette politique nest pas d quaux programmes. La formation des personnels et, surtout, la conception que se font les Algriens de lcole ont particip ce climat. Je minscris en faux contre ceux qui disent que les programmes sont surchargs. Cest le volume horaire qui est plutt rduit. Nous sommes face une situation o ce sont les lves qui dcident du calendrier scolaire. La situation doit changer, scrie Farid Benramdane.
Lautre verrou que les responsables de lducation veulent faire sauter est lcart des rsultats entre les rgions du Sud et celles du Nord. Les rgions du Sud et des Hauts-Plateaux sinstallent dans lchec, fait remarquer Messeguem Medjadi, inspecteur gnral du ministre de lEducation nationale. Cette situation ne peut plus durer, fait-il remarquer, proposant au passage des solutions qui peuvent aller de lencouragement des enseignants travailler dans ces zones jusquaux internats et llargissement de lenseignement prscolaire.
Sur le plan global, les deux journes de travail ont permis, selon M. Benramdane, de faire des recommandations concrtes. Il sagit dabord de la cration dun conseil national de lducation et de la formation, dun conservatoire de lducation et dun conseil des programmes. Ces instances viseront, selon le responsable, mettre fin aux interfrences dans la conduite de la rforme.
Les participants la confrence se sont galement penchs sur la formation des enseignants. Le terrain dapplication de la rforme est la classe. Il faut donc prparer les enseignants aux nouveaux programmes et non linverse, a plaid Farid Benramdane, qui estime que lcole devra avoir comme vocation de former un citoyen conscient et critique et non un citoyen qui assimile. Les trois responsables ont galement insist sur la modernisation de lcole dans tous les domaines tout en gardant le fond, qui est lalgrianit.
Dautres consultations auront lieu ds la rentre prochaine, elles sarticuleront autour de lenseignement moyen et le prscolaire.


Ce quils pensent des recommandations de la Confrence sur lducation

-Idir Achour, secrtaire gnral du Conseil des lyces dAlgrie (CLA) :
Il y a des luttes beaucoup plus idologiques que pdagogiques dans le secteur de lducation. Des confrontations existent entre conservateurs et modernistes dun ct ; et dfenseurs de lcole publique et de lgalit des chances contre ceux qui appellent la totale libralisation et la marchandisation du systme ducatif, de lautre. Le problme, cest que ces luttes se font dans lopacit complte. Les groupes ne sont pas identifis et on a du mal cerner qui est qui et qui veut quoi ! Pour ce qui est de la Confrence nationale sur lducation, je peux dire que jai de lespoir car, pour la premire fois, il y a eu des dbats francs et transparents au niveau des ateliers de travail. On attend toutefois de voir si nos recommandations et nos remarques sont prises en compte. Mais il faut dire que cette confrence tait plus un compte rendu prsent par la tutelle, mme sil y a eu des interventions et des enqutes intressantes.

-Meziane Meriane, porte-parole du Snapest :
Durant la Confrence sur lducation, les travaux des ateliers ont t trs intressants. Les dbats se sont drouls de manire transparente et dmocratique. On espre simplement que les documents remis aprs la tenue des ateliers soient rellement pris en compte et trouvent leur application sur le terrain, en mettant les moyens adquats pour faire avancer le secteur de lducation dans notre pays. Pour cela, il faut dabord une relle volont politique car il y a des contraintes, des divergences et des luttes idologiques au sein du gouvernement et dans lducation aussi. Pour ma part, je prconise linstallation dune commission de suivi de lapplication des recommandations nes des ateliers et de toute la Confrence sur lducation nationale afin que cela ne soit pas seulement une autre opration mdiatique strile.

-Messaoud Amraoui, porte-parole de lUnpef :
Il est impossible dvaluer onze annes dun systme en deux jours de confrence. Je recommande madame la ministre de lEducation nationale de retourner au travail de proximit et aux quelque 450 remarques ngatives que les vritables acteurs de lducation ont consignes durant les confrences rgionales et de wilaya quils ont menes pendant prs dune anne. Pour ma part, je demande galement au pouvoir davoir le courage dter la couverture politique de lcole et de stopper les surenchres syndicales. Il est temps de faire une valuation objective et scientifique du secteur. Il est temps aussi daller vers une ducation de qualit. Et jespre que cette confrence nest pas usage mdiatique simplement.

-Khaled Ahmed, prsident de lAssociation nationale des parents dlves :
Notre association, qui est agre par lEtat, na pas t invite la Confrence nationale sur lducation. Je considre que ce ntait pas le moment dorganiser cette rencontre sachant que la nouvelle ministre nest en poste que depuis deux mois. Elle ne peut pas tre au courant de tout ce qui se passe dans son secteur si elle nengage pas, elle, des concertations et des changes avec la base de lducation, cest--dire : lves, parents dlves, enseignants et autres qui sont rellement au fait de ce qui se passe dans lcole. Il faut six mois au minimum pour connatre un secteur. Pour ce qui est de la confrence, je vois que cest la tutelle qui mne encore les rformes et on ne peut avancer sans un vritable nettoyage du secteur. On ne peut pas faire mieux avec les mmes inspecteurs et directeurs dducation.





Ali Boukhlef


 

()


: 1 ( 0 1)
 

Echec du systme ducatif : le politique a tu l'cole




03:05 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,