> >

[] [ ]

La Libye risque lclatement

(Tags)
 
LIrak face au risque de chaos Emir Abdelkader 0 2014-07-13 02:15 PM
Zeidan : La Libye risque de devenir une base terroriste Emir Abdelkader 0 2014-03-26 02:55 PM
Le MNLA au bord de lclatement Emir Abdelkader 0 2014-02-09 03:31 PM
Pourquoi Sadani risque la prison Emir Abdelkader 0 2014-02-07 07:43 PM
Le risque de guerre civile est rel Emir Abdelkader 0 2013-12-27 07:03 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-07-31
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
La Libye risque lclatement

La Libye risque lclatement








La population subit le diktat de seigneurs de la guerre mus par le seul souci de prendre le contrle des leviers du pouvoir et de sassurer une part de limmense rente ptrolire de la Libye.


Lhorizon sobscurcit pour la Libye. Le maigre espoir de conscration dun semblant de lgitimit institutionnelle suscit par les lections lgislatives du 25 juin dernier a vite fait de fondre comme neige au soleil avec les combats fratricides qui opposent, depuis le 16 juillet, des milices rivales Tripoli et le climat de guerre qui prvaut en Cyrnaque aprs loffensive mene, un mois avant le scrutin, par des fidles du gnral Khalifa Haftar et des units de larme libyenne contre de puissantes milices pro-islamistes.
Dans le reste du pays, la population subit le diktat de seigneurs de la guerre mus par le seul souci de prendre le contrle des leviers du pouvoir et de sassurer une part de limmense rente ptrolire de la Libye. Le sud du pays, devenu entre-temps un sanctuaire pour groupes terroristes de tout acabit, nest galement pas pargn par les troubles puisque des affrontements qui opposent les Toubous aux tribus arabes locales ont lieu rgulirement. Le pays sengouffre irrmdiablement dans le chaos. Et rien ne semble pouvoir larrter.
La responsabilit de la situation est imputer en grande partie au Conseil national de transition (CNT) qui a lamentablement chou fdrer, au lendemain de leffondrement du rgime de Mouammar El Gueddafi, les Libyens autour dun projet politique viable. Ses membres taient bien trop occups, lpoque, se prparer des asiles dors. La faute incombe bien videmment aussi aux Occidentaux, qui nont rien fait pour favoriser une transition pacifique dans le pays.
Leur seul objectif, en 2011, tait de rgler son compte El Gueddafi. Les luttes dinfluence font aujourdhui le reste. Face au dchanement de violence inou de ces derniers jours, lannonce faite hier par un dput frachement lu, voquant linstallation du nouveau Parlement libyen, samedi prochain Tobrouk, parat anecdotique tant plus personne ne semble avoir le pouvoir dinfluer sur le cours des vnements. Cela ne peut pas tre le cas de cette nouvelle Assemble qui na t lue que par 10% des lecteurs et ne dispose daucun moyen pour imposer un semblant dordre. Pour cela, il faudrait dj que ses membres arrivent sentendre sur un smig politique. Ce qui est loin dtre vident. La ralit est que la Libye est aujourdhui un pays sans Etat, qui va la drive.
Le conflit sinstalle dans la dure
Certains observateurs estiment que lissue la crise pourrait provenir du gnral Khalifa sur lequel une bonne partie du courant dit libral libyen fonde tous ses espoirs. Pour mmoire, il avait t nomm, aprs le renversement dEl Gueddafi, chef dtat-major de larme, provoquant la colre des islamistes qui le considraient alors comme lhomme des Amricains. Ntant pas arriv unifier les nombreux groupes arms qui refusaient de se placer sous lautorit de larme rgulire, il avait fini par crer sa propre force arme. Bien quappuy aussi par des units de larme libyenne naissante, il nest cependant pas assur de parvenir ramasser le pouvoir et dviter lex-Jamahiriya de connatre le mme sort que la Somalie.
Pour le moment, on na pas limpression que cet ancien proche du guide libyen dchu est sur le point de gagner la guerre quil a dclare le 16 mai dernier aux groupes islamistes de Benghazi. Des islamistes quil qualifie de terroristes et quil sest promis dcraser.
Au vu du rapport de force militaire sur le terrain, la victoire des libraux si victoire il y a ne se dessinera pas facilement ; en tmoigne la prise mardi soir, aprs plusieurs jours de combats, du QG des forces spciales de Benghazi par le Conseil de choura des rvolutionnaires de Benghazi, une coalition de groupes islamistes et djihadistes.
Une source militaire a confirm la chute de la base aux mains de ces groupes dont Anar Al Charia, class organisation terroriste par Washington. Depuis samedi, les combats dans plusieurs secteurs de Benghazi ont fait 90 morts. Et il ne sagit l que dun bilan provisoire. A moins dun miracle, les informations en provenance aussi bien de Tripoli que de Benghazi accrditent toutes lide que le conflit complexe qui caractrise la Libye va sinstaller dans la dure.
Les populations civiles libyennes commencent dailleurs fuir en grand nombre vers la Tunisie. Le gouvernement tunisien, qui redoute de ne pas pouvoir faire face un important afflux de rfugis en raison de la prcarit de son conomie, ncarte dailleurs pas lide de fermer sa frontire avec la Libye. Ce constat, extrmement inquitant au regard galement du nombre impressionnant darmes de toutes sortes qui y circulent et des rivalits tribales et rgionalistes qui sy expriment, na pas chapp aux capitales occidentales. Elles ont toutes pris la dcision radicale, cette semaine, de fermer provisoirement leurs ambassades et de rapatrier leurs ressortissants.
LAlgrie appelle la mobilisation internationale
LAlgrie qui est situe, avec la Tunisie et lEgypte, en premire ligne dans le cas dun embrasement gnral, a saisi aussi la gravit de la situation qui risque, si rien nest fait, de dstabiliser encore davantage la rgion. Hier, dans une dclaration la presse, le ministre des Affaires trangres, Ramtane Lamamra, a dailleurs tir la sonnette dalarme. Il a appel lensemble de la communaut internationale se mobiliser face la dtrioration de la situation en Libye et aider ce pays relever tous les dfis qui lassaillent. Les dures preuves infliges au peuple libyen frre ces derniers jours, concidant avec lAd el fitr el moubarek, assombrissent lavenir immdiat du pays et inspirent une inquitude lgitime en ce qui concerne les perspectives de sortie de crise rapide travers lavnement de la Libye nouvelle, dmocratique, en paix avec elle-mme que nous appelons de tous nos vux, a encore insist M. Lamamra.
Difficile dtre plus clair. Mais l nest pas vraiment la question. La vraie question est de savoir si lappel du chef de la diplomatie algrienne sera entendu. Des doutes srieux subsistent. Mme si les Occidentaux font mine de suivre de prs la situation et dtre trs inquiets, plusieurs indices laissent penser quils ne bougeront pas le petit doigt dans limmdiat. Rien nindique en effet que la Libye est pour eux une priorit, surtout que beaucoup dentre eux sont dj engags dans dautres thtres de crise. Au besoin, largument de la crise conomique et des restrictions budgtaires pourrait mme tre brandi en guise dexcuses.
Fatalement, le problme libyen retombera un jour ou lautre dans les bras de lAlgrie, de lEgypte et de la Tunisie. Avec le Mali, le Sahel et les menaces auxquelles ces trois pays font face sur leur propre territoire, cela risque de faire beaucoup trop pour eux.

Zine Cherfaoui




 

()


: 1 ( 0 1)
 

La Libye risque lclatement




07:48 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,