> >

[] [ ]

Lhritage colonial continue de miner lAlgrie

(Tags)
 
Voil le vritable hritage de la guerre des Etats-Unis en Irak Emir Abdelkader 0 2014-06-15 03:37 PM
La course larmement continue entre le Maroc et lAlgrie Emir Abdelkader 0 2013-03-12 12:07 AM
Le prsident Hollande reconnat un systme colonial... Emir Abdelkader 0 2012-12-20 02:39 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-08-01
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,973 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Lhritage colonial continue de miner lAlgrie

Lhritage colonial continue de miner lAlgrie






Les mines antipersonnel implantes par la France coloniale continuent de faire des victimes en Algrie. Plus de 4000 Algriens en ont t victimes depuis lindpendance. LArme nationale populaire en a neutralis jusque-l 9 millions. Le chantier est en cours et stale jusquen 2017.


La France, ce pays civilis, pays des droits de lhomme, de la justice, de lgalit et de la dmocratie, continue nous offenser dans notre pays. Elle a bris nos rves et mis obstacle notre avenir. Les victimes de mines antipersonnel ont totalement perdu le got la vie. Certains veulent mme en finir. Semes par la France entre juin 1956 et le 18 mars 1962, la veille du cessez-le-feu, prs de 9 millions de mines antipersonnel ont t neutralises par lArme nationale populaire depuis 1963. Plus de 4000 mines sont dtruites chaque mois. 60 000 hectares ont t nettoys jusque-l. Les chiffres sont vertigineux et dmontrent la nature sanglante de loccupation franaise.
Plus de 4000 Algriens en ont t victimes, sans compter ceux qui en sont morts, ainsi que ceux qui nont pas pu justifier leur handicap pendant les premires annes dindpendance, affirment certaines associations algriennes des victimes de mines. La dernire victime remonte avril 2011. Il sagit dun enfant de 10 ans de Zeribet El Oued, dans la wilaya de Biskra. A lindpendance, lAlgrie sest retrouve livre elle-mme. Elle ne possdait ni les effectifs spcialiss ni les techniques de dminage et aucun plan na t remis avant 2007 par la France permettant lidentification des zones mines. Une seule information tait la disposition des autorits algriennes : les zones mines se trouvent sur les deux lignes, Challe et Morice. Ctait comme chercher une aiguille dans une botte de foin.
Colonisation sanglante
Afin de scuriser ses frontires, notamment aprs la leve du protectorat sur le Maroc et la Tunisie en 1956, la France a inond dexplosifs les frontires algriennes lEst comme lOuest. Cest avec laide de lUnion sovitique que les combattants de lALN, convertis en militaires de lANP, que lAlgrie a form ses deux premiers bataillons spcialiss dans le dminage, affirme un cadre du ministre de la Dfense. Lopration a dur 25 ans, durant lesquels lANP a neutralis prs de 8 millions de mines, avant que les deux bataillons en question ne soient dissous en 1988. Depuis, les oprations ont t geles.
LAlgrie, plonge dans la dcennie noire, tait proccupe par la lutte antiterroriste. Les oprations de dminage nont repris quen 2004, aprs la ratification de la convention dOttawa par lAlgrie le 17 dcembre 2001. Depuis, le dminage est devenu une opration humanitaire. Cette convention, initie par les Nations unies (ONU), adopte le 18 septembre 1997 Oslo, compte aujourdhui 164 Etats membres, dont lAlgrie et la France. Elle interdit aux membres lemploi, le stockage, la production et le transfert des mines antipersonnel. Elle les oblige procder au dminage sur leur territoire et dtruire leurs stocks, ce qui a t ralis par lAlgrie le 21 novembre 2005, conformment larticle 4 de ladite convention. Le problme de cette convention est quelle ne pnalise pas les pays responsables de ces mines, dnonce le mme cadre du MDN.
Reconnaissance
Les victimes vivent mal leur handicap. Elles nont pas tout fait le statut de victime, car la France ne reconnat toujours pas ses massacres en Algrie. Elles nont reu aucune aide de sa part, elle qui continue ignorer ses carnages qui font encore des dgts jusqu aujourdhui. La souffrance continue tre ressentie du ct algrien 52 ans aprs lindpendance. Ils ressentent de la haine envers la France, car leur vie a soudainement bascul ; elle sest arrte depuis leur accident. Certains ont pu surmonter leur cas, mais beaucoup dentre eux ont perdu la vie, les pieds, les mains et mme les yeux. Difficile pour eux de digrer une telle situation, explique Mohamed Djouadi, prsident de lAssociation nationale de dfense des victimes de mines (ANDVM) implante Biskra.
Les psychologues chargs du suivi des victimes partagent les mmes conclusions. Nalia Hamiche, psychologue au CHU de Bab El Oued, charge du programme dcoute et de suivi de victimes dans les sept wilayas concernes (Tlemcen, Nama, Bchar, Biskra, Souk Ahras, Tbessa, El Tarf) nous livre son tmoignage : Les victimes, en particulier les personnes dun ge avanc, restent encore envahies par les images en lien avec la scne de la dflagration. Dailleurs, dans leur discours, la notion du temps est fige puisquelles racontent la scne comme si elle venait davoir lieu ! Les victimes continuent faire des cauchemars de la scne, tre envahies par des motions. Dans leurs propos, on ressent un besoin vital dtre reconnu comme tel. Pour elles, la reconnaissance du statut de victime devrait se faire par lagresseur et non par lEtat algrien. Les victimes expriment cela clairement : Cest la France de nous ddommager. Cest elle qui a fait que je sois handicap vie, que mon avenir soit sap et non pas lAlgrie ; ce sont l les propos dune victime rencontre Souk Ahras.
Concernant ltat psychologique des victimes, le docteur Hamiche dresse un bilan dune situation dplorable. Les psychologues des diffrentes associations rapport des situations cliniques dramatiques en sance de supervision. Je ne pourrai pas gnraliser en donnant des pourcentages, car les cas sont toujours singuliers mais avec des intensits diffrentes. Le traumatisme est bien prsent et se dcline sous diffrentes formes. Souvent, les signes du traumatisme sont prsents avec des dcompensations psychiques (dpression, mlancolie, tentatives de suicide) et/ou dcompensations somatiques (HTA, diabte, psoriasis).
Transgnrationnel
La spcialiste explique que le traumatisme ressenti par les ans peut tre aussi transgnrationnel, comme cest le cas pour de nombreux enfants issus de ces zones mines. Nous avons fait ce constat lors dun travail que nous avons entrepris avec les enfants pour llaboration de lalbum de dessins. A travers linterprtation de centaines de dessins denfants habitant dans ces rgions mines, nous avons conclu que le traumatisme est actif, alors que ce ne sont pas des enfants victimes. La transmission transgnrationnelle montre comment un enfant devient le dpositaire dune souffrance qui ne lui appartient pas directement, mais qui rvle la persistance. Nous avons bien vu comment le traumatisme du parent mobilise, par le biais de toutes petites manifestations non verbales, les enfants.
Pour ce qui est du cas des militaires victimes dun accident lors de lopration de dminage, le mme cadre du ministre de la Dfense explique : Ils nont accompli que leur devoir dAlgriens envers leur patrie. Celui de recouvrer nos terrains et scuriser la vie de nos nombreux compatriotes. Pour lAlgrie, ces militaires sont considrs comme victimes daccident de travail. Afin daccomplir cette noble mission, lEtat algrien a constitu une commission interministrielle compose de trois ministres, savoir celui des Moudjahidine, de la Solidarit et de la Dfense nationale populaire qui assure lopration de suivi de dminage.
Lidentification des zones non alignes sur les deux lignes Challe et Morice survient malheureusement aprs que laccident ait eu lieu. Linformation parvient dabord au commandant du secteur de la zone, qui, lui, doit faire le travail dvaluation du danger et de reconnaissance des lieux avant que les units spcialises ne procdent la neutralisation. Nous avons cinq dtachements qui sont actuellement dploys sur le terrain : deux lOuest et trois lEst. Les zones de dminage actuelles sont au niveau de la commune de Marsa Ben Mhidi, Tlemcen, Moghrar Nama, dans la commune de An Kerma El Tarf, de Ouenza Tbessa et de Taoura Souk Ahras, assure Hcene Gherabi, colonel et charg par le ministre de la Dfense nationale du dossier des mines.
Solidarit
Sur ce chantier, lAlgrie collabore avec des associations locales mais aussi avec des ONG internationales comme Handicap International, une organisation de solidarit internationale uvrant au profit de personnes handicapes dans le monde. Nous travaillons en collaboration avec le ministre de la Dfense depuis 2003. Nous intervenons, entre autres, dans le domaine de la sant, la solidarit et la rducation des personnes handicapes, indique Salima Rebbah, chef de projet Mines chez HI, rencontre Alger. En Algrie, environ 15 000 enfants des 63 000 handicaps ne sont pas pris en charge en matire dducation.
Pour adoucir le quotidien des handicaps, HI sest engag mener plusieurs projets pilotes, notamment ceux de la formation et de la sensibilisation au profit des victimes de mines dans les quatre coins du pays. Lobjectif est de crer des ponts de solidarit et de collaboration entre les institutions officielles et la socit civile algrienne. Nous travaillons dessus depuis trois ans dj. Nous uvrons aussi pour que les handicaps puissent bnficier de la formation et soient un lment incontournable dans le monde du travail travers linsertion professionnelle, explique Aude Bumbacher Kellou, chef de mission en Algrie chez HI.
Malgr tous les efforts dploys par lAlgrie afin de prendre en charge les victimes, leur indemnisation reste trs insuffisante. Les victimes touchent une indemnisation allant de 2700 DA seulement 18 000 DA pour ceux qui ont atteint 100% de handicap. Nous remercions quand mme la commission interministrielle pour toute lattention quelle nous porte. Sans elle, nous nen serions pas l, assure le prsident de lANDVM.
Daprs les associations des victimes, Nama et Souk Ahras restent les deux wilayas les plus touches. Au moment o la France, Etat membre de la convention, continue ignorer ce dossier pineux, dautres pays producteurs de mines antipersonnel comme la Chine, la Russie et les Etats-Unis refusent de signer la convention dOttawa. LANP a pu acqurir une exprience riche en matire de dminage, reconnue aujourdhui de par le monde. Cest elle que revient le mrite aprs tant dannes de labeur. Lopration de dminage, quant elle, continue, et ce, jusqu avril 2017.

Meziane Abane







 

()


: 1 ( 0 1)
 

Lhritage colonial continue de miner lAlgrie




12:40 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,