> >

[] [ ]

Lettre de DEDWY PLENEL adresse au Prsident franais

(Tags)
 
lettre ouverte monsieur le prsident de la Rpublique Emir Abdelkader 0 2014-07-13 09:37 AM
Lettre de l'historien franais natif de Constantine... Emir Abdelkader 0 2014-06-22 12:54 AM
Lettre dun Snateur amricain au Prsident al-Assad: ... Emir Abdelkader 0 2014-06-03 02:46 PM
Quand le site Mediapart dEdwy Plenel se fait lavocat du roi ... Emir Abdelkader 0 2014-04-11 08:02 PM
Affaire Mehdi Ben Barka : lettre ouverte au Prsident de la Rpublique Franaise Emir Abdelkader 0 2013-10-27 11:25 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-08-05
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Lettre de DEDWY PLENEL adresse au Prsident franais

Lettre de DEDWY PLENEL adresse au Prsident franais Franois Hollande





Il est intressant de la faire prcder par une introduction, dans une vido publie sur YouTube ce jeudi, dEric Cantona : Si cela n'est pas encore fait je vous invite vivement, expressment, lire la lettre d'Edwy Plenel, sur le site Mediapart, qui vous est adresse. Si vous aussi comme moi avez t sensibles cette lettre, faites-la circuler, faites-la partager, filmez-vous, pour demander au prsident Franois Hollande de la lire expressment . La lettre en question c'est "Palestine, monsieur le prsident, vous garez la France" signe Edwy Plenel, directeur de Mediapart. Elle recense les sept erreurs commises par le prsident de la Rpublique depuis le dbut des bombardements sur Gaza.
_____________________

LETTRE DEDWY PLENEL. Palestine : Monsieur le Prsident, vous garez la France
____

De lalignement pralable sur la droite extrme isralienne linterdiction de manifestations de solidarit avec le peuple palestinien, sans compter lassimilation de cette solidarit de lantismitisme maquill en antisionisme, Franois Hollande sest engag dans une impasse. Politiquement, il ny gagnera rien, sauf le dshonneur. Mais, coup sr, il y perd la France.
Monsieur le Prsident, cher Franois Hollande, je naurais jamais pens que vous puissiez rester, un jour, dans lhistoire du socialisme franais, comme un nouveau Guy Mollet. Et, vrai dire, je narrive pas my rsoudre tant je vous croyais averti de ce danger dune rechute socialiste dans laveuglement national et lalignement international, cette prtention de civilisations qui se croient suprieures au point de sen servir dalibi pour justifier les injustices quelles commettent.
Vous connaissez bien ce spectre molletiste qui hante toujours votre famille politique. Celui dun militant dvou son parti, la SFIO, dun dirigeant aux convictions dmocratiques et sociales indniables, qui finit par perdre politiquement son crdit et moralement son me faute davoir compris le nouveau monde qui naissait sous ses yeux. Ctait, dans les annes 1950 du sicle pass, celui de lmergence du tiers-monde, du sursaut de peuples asservis secouant les jougs colonisateurs et impriaux, bref le temps de leurs librations et des indpendances nationales.
Guy Mollet, et la majorit de gauche qui le soutenait, lui opposrent, vous le savez, un dni de ralit. Ils saccrochrent un monde dhier, dj perdu, ajoutant du malheur par leur enttement, aggravant linjustice par leur aveuglement. Cest ainsi quils prtendirent que lAlgrie devait tout prix rester la France, jusqu engager le contingent dans une sale guerre, jusqu autoriser lusage de la torture, jusqu violenter les liberts et museler les oppositions. Et cest avec la mme mentalit coloniale quils engagrent notre pays dans une dsastreuse aventure guerrire Suez contre lÉgypte souveraine, aux cts du jeune État dIsral.
Mollet ntait ni un imbcile ni un incomptent. Il tait simplement aveugle au monde et aux autres. Des autres qui, dj, prenaient figure dArabes et de musulmans dans la diversit dorigines, la pluralit de cultures et la plasticit de croyance que ces mots recouvrent. Lesquels sinvitaient de nouveau au banquet de lHistoire, sassumant comme tels, revendiquant leurs fierts, dsirant leurs liberts. Et qui, selon le mme rflexe de dignit et de fraternit, ne peuvent admettre quaujourdhui encore, linjustice europenne faite aux Juifs, ce crime contre lhumanit auquel ils neurent aucune part, se redouble dune injustice durable faite leurs frres palestiniens, par le dni de leur droit vivre librement dans un État normal, aux frontires sres et reconnues.
Vous connaissez si bien la suite, dsastreuse pour votre famille politique et, au-del delle, pour toute la gauche de gouvernement, que vous laviez diagnostique vous-mme, en 2006, dans Devoirs de vrit (Stock). Une faute, disiez-vous, qui a t chrement paye : vingt-cinq ans dopposition, ce nest pas rien ! Sans compter, auriez-vous pu ajouter, la renaissance cette occasion de lextrme droite franaise clipse depuis la chute du nazisme et lavnement dinstitutions dexception, celles dun pouvoir personnel, celui du csarisme prsidentiel. Vingt-cinq ans de pnitence , insistiez-vous, parce que la SFIO, lanctre de votre Parti socialiste daujourdhui, a perdu son me dans la guerre dAlgrie .
Vous en tiez si conscient que vous ajoutiez : Nous avons encore des excuses prsenter au peuple algrien. Et nous devons faire en sorte que ce qui a t ne se reproduise plus. Nous ne sommes jamais srs davoir raison, de prendre la bonne direction, de choisir la juste orientation, criviez-vous encore. Mais nous devons, chaque moment majeur, nous poser ces questions simples : agissons-nous conformment nos valeurs ? Sommes-nous srs de ne pas altrer nos principes ? Restons-nous fidles ce que nous sommes ? Ces questions doivent tre poses tout moment, au risque sinon doublier la leon.
Eh bien, ces questions, je viens vous les poser parce que, hlas, vous tes en train doublier la leon et, votre tour, de devenir aveugle au monde et aux autres. Je vous les pose au vu des fautes stupfiantes que vous avez accumules face cet nime pisode guerrier provoqu par lenttement du pouvoir isralien ne pas reconnatre le fait palestinien. Jen dnombre au moins sept, et ce nest videmment pas un jeu, ft-il des sept erreurs, tant elles entranent la France dans la spirale dune guerre des mondes, des civilisations et des identits, une guerre sans issue, sinon celle de la mort et de la haine, de la dsolation et de linjustice, de linhumanit en somme, ce sombre chemin o lhumanit en vient se dtruire elle-mme.
Les voici donc ces sept fautes o, en mme temps qu lextrieur, la guerre ruine la diplomatie, la politique intrieure en vient se rduire la police.
Une faute politique double dune faute intellectuelle
1. Vous avez dabord commis une faute politique sidrante. Rompant avec la position traditionnellement quilibre de la France face au conflit isralo-palestinien, vous avez align notre pays sur la ligne doffensive outrance et de refus des compromis de la droite isralienne, laquelle gouverne avec une extrme droite explicitement raciste, sans morale ni principe, sinon la stigmatisation des Palestiniens et la haine des Arabes.
Votre position, celle de votre premier communiqu du 9 juillet, invoque les attaques du Hamas pour justifier une riposte isralienne disproportionne dont la population civile de Gaza allait, une fois de plus, faire les frais. Purement ractive et en grande part improvise (lire ici larticle de Lenag Bredoux), elle fait fi de toute complexit, notamment celle du duo infernal que jouent Likoud et Hamas, lun et lautre se lgitimant dans la ruine des efforts de paix (lire l larticle de Franois Bonnet).
Surtout, elle est inquitante pour lavenir, face une situation internationale de plus en plus incertaine et confuse. À la lettre, ce feu vert donn un État dont la force militaire est sans commune mesure avec celle de son adversaire revient lgitimer, rtroactivement, la sur-raction amricaine aprs les attentats du 11-Septembre, son Patriot Act liberticide et sa guerre dinvasion contre lIrak. Bref, votre position tourne le dos ce que la France officielle, sous la prsidence de Jacques Chirac, avait su construire et affirmer, dans lautonomie de sa diplomatie, face laveuglement nord-amricain.
Depuis, vous avez tent de modrer cet alignement noconservateur par des communiqus invitant lapaisement, la retenue de la force isralienne et au soulagement des souffrances palestiniennes. Ce faisant, vous ajoutez lhypocrisie lincohrence. Car cest une fausse compassion que celle fonde sur une fausse symtrie entre les belligrants. Isral et Palestine ne sont pas ici galit. Non seulement en rapport de force militaire mais selon le droit international.
En violation de rsolutions des Nations unies, Isral maintient depuis 1967 une situation doccupation, de domination et de colonisation de territoires conquis lors de la guerre des Six Jours, et jamais rendus la souverainet pleine et entire dun État palestinien en devenir. Cest cette situation dinjustice prolonge qui provoque en retour des refus, rsistances et rvoltes, et ceci dautant plus que le pouvoir palestinien issu du Fatah en Cisjordanie na pas russi faire plier lintransigeance isralienne, laquelle, du coup, lgitime les actions guerrires de son rival, le Hamas, depuis quil sest impos Gaza.
Historiquement, la diffrence entre progressistes et conservateurs, cest que les premiers cherchent rduire linjustice qui est lorigine dun dsordre tandis que les seconds sont rsolus linjustice pour faire cesser le dsordre. Hlas, Monsieur le Prsident, vous avez spontanment choisi le second camp, garant ainsi votre propre famille politique sur le terrain de ses adversaires.
2. Vous avez ensuite commis une faute intellectuelle en confondant sciemment antismitisme et antisionisme. Ce serait saveugler de nier quen France, la cause palestinienne a ses gars, antismites en effet, tout comme la cause isralienne y a ses extrmistes, professant un racisme anti-arabe ou antimusulman. Mais assimiler lensemble des manifestations de solidarit avec la Palestine une rsurgence de lantismitisme, cest se faire le relais docile de la propagande dÉtat isralienne.
Mouvement nationaliste juif, le sionisme a atteint son but en 1948, avec laccord des Nations unies, URSS comprise, sous le choc du gnocide nazi dont les Juifs europens furent les victimes. Accepter cette lgitimit historique de lÉtat dIsral, comme a fini par le faire sous lgide de Yasser Arafat le mouvement national palestinien, nentrane pas que la politique de cet État soit hors de la critique et de la contestation. Être antisioniste, en ce sens, cest refuser la guerre sans fin quimplique laffirmation au Proche-Orient dun État exclusivement juif, non seulement ferm toute autre composante mais de plus construit sur lexpulsion des Palestiniens de leur terre.
Confondre antisionisme et antismitisme, cest installer un interdit politique au service dune oppression. Cest instrumentaliser le gnocide dont lEurope fut coupable envers les Juifs au service de discriminations envers les Palestiniens dont, ds lors, nous devenons complices. Cest, de plus, enfermer les Juifs de France dans un soutien oblig la politique dun État tranger, quels que soient ses actes, selon la mme logique suiviste et binaire qui obligeait les communistes de France soutenir lUnion sovitique, leur autre patrie, quels que soient ses crimes. Alors quvidemment, on peut tre juif et antisioniste, juif et rsolument diasporique plutt quaveuglment nationaliste, tout comme il y a des citoyens israliens, hlas trop minoritaires, opposs la colonisation et solidaires des Palestiniens.
Brandir cet argument comme la fait votre premier ministre aux crmonies commmoratives de la rafle du Vl dHiv, symbole de la collaboration de lÉtat franais au gnocide commis par les nazis, est aussi indigne que ridicule. Protester contre les violations rptes du droit international par lÉtat dIsral, ce serait donc prparer la voie au crime contre lhumanit ! Exiger que justice soit enfin rendue au peuple palestinien, pour quil puisse vivre, habiter, travailler, circuler, etc., normalement, en paix et en scurit, ce serait en appeler de nouveau au massacre, ici mme !
Un antiracisme oublieux et infidle
Si vous pensez spontanment religion quand sexpriment ici mme des insatisfactions et des colres en solidarit avec le monde arabe, univers o dominent la culture et la foi musulmanes, cest paradoxalement parce que vous ne vous tes pas rsolus cette vidence dune France multiculturelle. À cette banalit dune France plurielle, vivant diversement ses appartenances et ses hritages, qu linverse, votre crispation, o se mlent la peur et lignorance, enferme dans le communautarisme religieux. Pourtant, les musulmans de France font de la politique comme vous et moi, en pensant par eux-mmes, en inventant par leur prsence au monde, ses injustices et ses urgences, un chemin de citoyennet qui est prcisment ce que lon nomme lacisation.
Cest ainsi, Monsieur le Prsident, quau lieu dlever le dbat, vous en avez, hlas, attis les passions. Car cette rduction des musulmans de France un islam lui-mme rduit, par le prisme scuritaire, au terrorisme et lintgrisme est un cadeau fait aux radicalisations religieuses, dans un jeu de miroirs o lessentialisation xnophobe finit par justifier lessentialisation identitaire. Une occasion offerte aux gars en tous genres.
5. Vous avez surtout commis une faute historique en isolant la lutte contre lantismitisme des autres vigilances antiracistes. Comme sil fallait la mettre part, la sacraliser et la diffrencier. Comme sil y avait une hirarchie dans le crime contre lhumanit, le crime europen de gnocide lemportant sur dautres crimes europens, esclavagistes ou coloniaux. Comme si le souvenir de ce seul crime monstrueux devait amoindrir lindignation, voire simplement la vigilance, vis--vis dautres crimes, de guerre ceux-l, commis aujourdhui mme. Et ceci au nom de lorigine de ceux qui les commettent, brandie la faon dune excuse absolutoire alors mme, vous le savez bien, que lorigine, la naissance ou lappartenance, quelles quelles soient, ne protgent de rien, et certainement pas des folies humaines.
Ce faisant, votre premier ministre et vous-mme navez pas seulement encourag une dtestable concurrence des victimes, au lieu des causes communes quil faudrait initier et promouvoir. Vous avez aussi tmoign dun antiracisme fort oublieux et trs infidle. Car il ne suffit pas de se souvenir du crime commis contre les juifs. Encore faut-il avoir appris et savoir transmettre la leon lgue par lengrenage qui y a conduit : cette lente accoutumance la dsignation de boucs missaires, essentialiss, caricaturs et calomnis dans un brouet idologique dignorance et de dfiance qui fit le lit des perscutions.
Or comment ne pas voir quaujourdhui, dans lordinaire de notre socit, ce sont dabord nos compatriotes dorigine, de culture ou de croyance musulmane qui occupent cette place peu enviable ? Et comment ne pas comprendre qu trop rester indiffrents ou insensibles leur sort, ce lot quotidien de petites discriminations et de grandes dtestations, nous habituons notre socit tout entire des exclusions en chane, tant le racisme fonctionne la manire dune poupe gigogne, des Arabes aux Roms, des Juifs aux Noirs, et ainsi de suite jusquaux homosexuels et autres prtendus dviants ?
Ne sattarder qu la rsurgence de lantismitisme, cest dresser une barrire immensment fragile face au racisme renaissant. Le Front national deviendrait-il soudain frquentable parce quil aurait, selon les mots de son vice-prsident, fait sauter le verrou idologique de lantismitisme afin de librer le reste ? Lennemi de lextrme droite, confiait Mediapart la chercheuse qui a recueilli cette confidence de Louis Aliot, nest plus le Juif mais le Franais musulman (lire ici notre entretien avec Valrie Igounet).
De fait, la Commission nationale consultative des droits de lHomme (CNCDH), dont vous ne pouvez ignorer les minutieux et rigoureux travaux, constate, de rapport en rapport annuels, une monte constante de lintolrance antimusulmane et de la polarisation contre lislam (lire nos articles ici et l). Dans celui de 2013, on pouvait lire ceci, sous la plume des sociologues et politologues quelle avait sollicits : Si on compare notre poque celle de lavant-guerre, on pourrait dire quaujourdhui le musulman, suivi de prs par le Maghrbin, a remplac le juif dans les reprsentations et la construction dun bouc missaire.
Lantiracisme consquent est celui qui affronte cette ralit tout en restant vigilant sur lantismitisme. Ce nest certainement pas celui qui, linverse, pour lignorer ou la relativiser, brandit la manire dun tendard la seule lutte contre lantismitisme. Cette faute, hlas, Monsieur le Prsident, est impardonnable car non seulement elle distille le venin dune hirarchie parmi les victimes du racisme, mais de plus elle conforte les moins considres dentre elles dans un sentiment dabandon qui nourrit leur rvolte, sinon leur dsespoir. Qui, elles aussi, les gare.
6. Vous avez par-dessus tout commis une faute sociale en transformant la jeunesse des quartiers populaires en classe dangereuse. Votre premier ministre na pas hsit faire cet amalgame grossier lors de son discours du Vl dHiv, dsignant la rprobation nationale ces quartiers populaires o se rpand lantismitisme auprs dune jeunesse souvent sans repres, sans conscience de lHistoire et qui cache sa haine du Juif derrire un antisionisme de faade et derrire la haine de lÉtat dIsral .
Mais qui la abandonne, cette jeunesse, ces dmons ? Qui sinon ceux qui lont dlaisse ou ignore, stigmatise quand elle revendique en public sa religion musulmane, humilie quand elle voit se poursuivre des contrles policiers au facis, discrimine quand elle ne peut progresser professionnellement et socialement en raison de son apparence, de son origine ou de sa croyance ? Qui sinon ceux-l mmes qui, aujourdhui, nous gouvernent, vous, Monsieur le Prsident et, surtout, votre premier ministre qui rinvente cet pouvantail habituel des conservatismes quest lquivalence entre classes populaires et classes dangereuses ?
Une jeunesse des quartiers populaires stigmatise
Cette jeunesse na-t-elle pas, elle aussi, des idaux, des principes et des valeurs ? Nest-elle pas, autant que vous et moi, concerne par le monde, ses drames et ses injustices ? Par exemple, comment pouvez-vous ne pas prendre en compte cette part didal, ft-il ensuite dvoy, qui pousse un jeune de nos villes partir combattre en Syrie contre un rgime dictatorial et criminel que vous-mme, Franois Hollande, avez imprudemment appel punir il y a tout juste un an ? Est-ce si compliqu de savoir distinguer ce qui est de lordre de lidalisme juvnile et ce qui relve de la menace terroriste, au lieu de tout criminaliser en bloc en dsignant indistinctement des djihadistes ?
Le pire, cest qu force daveuglement, cette politique de la peur que, hlas, votre pouvoir assume son tour, alimente sa prophtie autoralisatrice. Invitablement, elle suscite parmi ses cibles leur propre distance, leurs refus et rvoltes, leur rsistance en somme, un entre soi de fiert ou de colre pour faire face aux stigmatisations et aux exclusions, les affronter et les surmonter. On finit par crer un danger, en criant chaque matin quil existe. À force de montrer au peuple un pouvantail, on cre le monstre rel : ces lignes prmonitoires sont dÉmile Zola, en 1896, au seuil de son entre dans la mle dreyfusarde, dans un article du Figaro intitul Pour les Juifs .
Zola avait cette lumineuse prescience de ceux qui savent se mettre la place de lautre et qui, du coup, comprennent les rvoltes, dsirs de revanche et volont de rsister, que nourrit un trop lourd fardeau dhumiliations avec son cortge de ressentiments. Monsieur le Prsident, je ne msestime aucunement les risques et dangers pour notre pays de ce choc en retour. Mais je vous fais reproche de les avoir aliments plutt que de savoir les conjurer. De les avoir nourris, hlas, en mettant distance cette jeunesse des quartiers populaires laquelle, durant votre campagne lectorale, vous aviez tant promis au point den faire, disiez-vous, votre priorit. Et, du coup, en prenant le risque de labandonner dventuels garements.
7. Vous avez, pour finir, commis une faute morale en empruntant le chemin dune guerre des mondes, lextrieur comme lintrieur. En cette anne 2014, de centenaire du basculement de lEurope dans la barbarie guerrire, la destruction et la haine, vous devriez pourtant y rflchir deux fois. Cet engrenage est fatal qui transforme lautre, aussi semblable soit-il, en tranger et, finalement, en barbare et cest bien ce qui nous est arriv sur ce continent dans une folie destructrice qui a entran le monde entier au bord de labme.
Jean Jaurs, dont nous allons tous nous souvenir le 31 juillet prochain, au jour anniversaire de son assassinat en 1914, fut vaincu dans linstant, ses camarades socialistes basculant dans lUnion sacre alors que son cadavre ntait pas encore froid. Tout comme dautres socialistes, allemands ceux-l, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, finirent assassins en 1919 sur ordre de leurs anciens camarades de parti, transforms en nationalistes et militaristes acharns. Mais aujourdhui, connaissant la suite de lhistoire, nous savons quils avaient raison, ces justes momentanment vaincus qui refusaient laveuglement des identits affoles et apeures.
Vous vous souvenez, bien sr, de la clbre prophtie de Jaurs, en 1895, la Chambre des dputs : Cette socit violente et chaotique, mme quand elle veut la paix, mme quand elle est ltat dapparent repos, porte en elle la guerre comme la nue dormante porte lorage. Aujourdhui que les ingalits provoques par un capitalisme financier avide et rapace ont retrouv la mme intensit qu cette poque, ce sont les mmes orages quil vous appartient de repousser, la place qui est la vtre.
Vous ny arriverez pas en continuant sur la voie funeste que vous avez emprunte ces dernires semaines, aprs avoir dj embarqu la France dans plusieurs guerres africaines sans fin puisque sans stratgie politique (lire ici larticle de Franois Bonnet). Vous ne le ferez pas en ignorant le souci du monde, de ses fragilits et de ses dsquilibres, de ses injustices et de ses humanits, qui anime celles et ceux que le sort fait au peuple palestinien concerne au plus haut point.
Monsieur le Prsident, cher Franois Hollande, vous avez eu raison daffirmer quil ne fallait pas importer en France le conflit isralo-palestinien, en ce sens que la France ne doit pas entrer en guerre avec elle-mme. Mais, hlas, vous avez vous-mme donn le mauvais exemple en important, par vos fautes, linjustice, lignorance et lindiffrence qui en sont le ressort.
Edwy Plenel




Cantona : Monsieur le prsident, cher Franois Hollande... - YouTube



 

()


: 1 ( 0 1)
 

Lettre de DEDWY PLENEL adresse au Prsident franais




08:50 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,