> >

[] [ ]

Pouvoir et opposition : Le difficile consensus

(Tags)
 
Le FFS veut construire un consensus national avec le pouvoir et lopposition Emir Abdelkader 0 2014-08-10 05:38 AM
Le MDS renvoie dos dos le pouvoir et lopposition Emir Abdelkader 0 2014-06-14 07:39 PM
le pouvoir redoute le boycott de lopposition Emir Abdelkader 0 2014-05-12 03:41 PM
Une vieille revendication de lopposition ignore par le pouvoir Emir Abdelkader 0 2014-05-12 02:16 PM
Mokri: La participation de lopposition au pouvoir est un dilemme Emir Abdelkader 0 2014-04-27 11:27 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-08-11
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,930 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Pouvoir et opposition : Le difficile consensus

Pouvoir et opposition : Le difficile consensus






Si lopposition radicaux et modrs montre des dispositions dialoguer dans la perspective dun changement, le pouvoir campe sur sa position de statu quo qui pourrait savrer fatale pour le pays.


Les dmarches politiques inities par lopposition en vue denclencher un processus de changement dmocratique butent sur lhostilit du pouvoir, obstin maintenir le statu quo. Le foss qui spare les deux camps est si vaste quil est difficile de rapprocher les points de vue. Une divergence profonde oppose un pouvoir qui se barricade dans ses certitudes une opposition tiraille, qui milite pour linstauration dun nouvel ordre politique.
Le consensus auquel appellent les forces politiques en vue dun changement dmocratique peine stablir. Entre le pouvoir et lopposition, cest une guerre ouverte qui rend le dialogue difficile, voire impossible en ltat actuel des choses. Sil est admis que les opposants, radicaux et modrs, montrent des dispositions au dialogue dans la perspective dun changement, le pouvoir campe sur sa position qui pourrait savrer fatale pour le pays.
Pour le sociologue Nacer Djabi, qui scrute la vie politique, le consensus entre le pouvoir et lopposition autour de lide de changement nest pas vident. Je dirais mme quil est impossible. Le pouvoir, sestimant en position de force, considre que le pays est stable ; il soppose lide de changement. Les dcideurs font une grave erreur danalyse. Nous sommes dans une fausse stabilit, un statu quo prilleux pour le pays.
Seule une volution dangereuse de la situation pourrait amener le pouvoir discuter avec lopposition, prdit-il.
Poursuivant sa stratgie daveuglement, le rgime joue sur le temps et retarde lchance dun changement. Le choix de maintenir Abdelaziz Bouteflika la Prsidence envers et contre tout en est lclatante dmonstration. Cependant, le passage en force du 17 avril a contraint les forces de lopposition la rvision de leurs stratgies et limprieuse ncessit de faire bloc face un rgime autoritaire qui refuse dabdiquer.
Une leon semble tire des tiraillements du pass. Sous les coups de boutoir du rgime et les manuvres dilatoires de la police politique, les partis de lopposition sont pris dans une treinte asphyxiante, rduisant nant toute capacit de forger des convergences et de construire dans la socit un rapport de force mme dimposer un changement dmocratique. Et cest en ce sens justement que la confrence de Zralda marque la renaissance dune classe politique avec une forte initiative pour le changement.
Lopposition recolle ses morceaux
Cette confrence de Zralda, qui a vu dfiler lensemble des acteurs politiques et de la socit civile sous la bannire de la Coordination nationale pour les liberts et le changement dmocratique (CNLCD), constitue une tape essentielle dun bloc national dopposition en formation. Un vnement politique majeur qui a branl les certitudes dun rgime qui maintient le pays dans une impasse historique.
En disputant au pouvoir le monopole de linitiative pour se regrouper autour dune table de discussion, les acteurs politiques de diverses tendances, qui se regardaient en chiens de faence, ont russi secouer le statu quo pour dpasser limpasse du rgime et inaugurer de nouvelles traditions politiques, a relev Arezki At Larbi, journaliste et ancien dirigeant du RCD, dans une tribune parue dans El Watan.
Certes, lexercice tait difficile mais il a rvl, au grand dam du pouvoir, que la possibilit de forger des consensus politiques existe.
Le rendez-vous de Zralda ne devrait pas tre un objectif en soi. Ses initiateurs sont appels lui ouvrir de nouvelles perspectives pour lincarner sur le terrain politique. Face la sourde oreille oppose par les dcideurs, occups laborer une nouvelle Constitution factice, les animateurs de la CNLCD agitent la menace de descendre dans la rue au cas o le pouvoir sopposerait leur dmarche. Cependant, le facteur qui risque de handicaper la dmarche ne Zralda est la multiplication des initiatives. Il faut rompre avec la plthore dinitiatives car elle nest pas de nature favoriser la convergence, prvient lopposant Djamel Zenati.
Si toute la classe politique de lopposition sest rendue la confrence de Zralda, certains des acteurs politiques nont pas affich une volont dy faire un long chemin, prfrant lancer leur propre initiative. Cest le cas de lancien candidat la prsidentielle, Ali Benflis. Fort du soutien que lui ont apport quelques partis et personnalits politiques durant la campagne prsidentielle, il saisit lopportunit pour sinstaller la tte du Ple des forces du changement. Si Ali Benflis partage lesprit de la confrence de Zralda, il exprime nanmoins une divergence quant la stratgie ; oppos une rupture avec le rgime, il table sur lespoir dune volution progressive lintrieur du systme.
Le FFS, qui ne veut ni couper avec lopposition ni fcher le pouvoir, appelle une confrence nationale de consensus sans clarifier son contenu. Une vague dmarche qui, pour linstant, ne suscite pas dadhsion. Se plaant au-dessus de la mle, le chef de file des rformateurs, Mouloud Hamrouche, qui transcende les clivages politiques, travaille un nouveau consensus national. Sentant le chaos menacer le pays dans ses fondements, lancien chef de gouvernement multiplie les alertes, interpelle les dcideurs, prpare lopinion et montre la voie.
Pour Nacer Djabi, cest la premire fois quun consensus au sein des lites politiques prend forme, mais lenjeu essentiel rside dans la possibilit le transformer en une alliance solide et la capacit rallier la majorit des Algriens ce projet. En somme, les initiatives de sortie de crise qui se multiplient et se superposent sont les signes dun rveil et dune vitalit politiques. Il nen demeure pas moins que leur chance daboutir est tributaire de leur capacit faire jonction et gagner la bataille de lopinion.

Hacen Ouali




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Pouvoir et opposition : Le difficile consensus




10:11 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,