> >

[] [ ]

Le Maroc ne cherche pas la neutralit du Conseil de scurit...

(Tags)
 
La fondation Kennedy interpelle le Conseil de scurit de lONU Emir Abdelkader 0 2014-04-26 02:44 PM
Ban Ki-moon rappelle au Conseil de scurit... Emir Abdelkader 0 2014-04-11 09:16 PM
le Conseil de scurit avis du risque du Maroc... Emir Abdelkader 0 2014-04-09 06:27 PM
La prochaine runion du Conseil de scurit sera dcisive Emir Abdelkader 0 2014-03-12 03:03 PM
Le Conseil de scurit flicite lAlgrienne Leila Zerrougui Emir Abdelkader 0 2014-03-08 01:33 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-08-18
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Le Maroc ne cherche pas la neutralit du Conseil de scurit...

Le Maroc ne cherche pas la neutralit du Conseil de scurit, il cherche le neutraliser



Le caractre trs peu diplomatique et la virulence de la charge de linnarrable reprsentant permanent marocain New York contre le secrtaire gnral de l'ONU et son envoy personnel, lambassadeur Christopher Ross, illustrent aux yeux de tous les observateurs l'tendue du dsarroi des autorits marocaines qui redoutent que le prochain rendez-vous du Conseil de scurit, en avril 2015, ne soit fatal la thse fantasmatique de l'autonomie que le Makhzen veut imposer en violation de la lgalit internationale et au mpris de la doctrine des Nations unies en matire de dcolonisation. Le reprsentant permanent du Maroc, qui n'a de diplomate que le nom, s'est permis, en effet, de sommer, de faon effronte, le systme des Nations unies de se soumettre au diktat marocain (rejet de toute discussion en dehors de l'Initiative d'autonomie propose par le Maroc, pas de rglement en dehors de la souverainet territoriale et de l'unit nationale) et de s'aligner sur ses prtentions coloniales ou, dfaut, de s'attendre des reprsailles, notamment en ce qui concerne le maintien de la Minurso. Ce discours irresponsable, qui alterne les conditionnalits rdhibitoires et les menaces peine voiles, en dit long sur un rgime aux abois qui se trouve contraint de recourir aux gesticulations pathtiques, aux attaques puriles et la surenchre gratuite lencontre de l'Algrie. En fait, une lecture parallle de la communication faite par Mezouar devant le Parlement marocain et de l'entretien accord par son reprsentant, psychorigide et nanmoins permanent la MAP, est clairant sur les raisons de cette fbrilit extrme de la diplomatie marocaine : l'valuation globale du processus politique en avril 2015 par le Conseil de scurit sur la base du nouveau rapport du secrtaire gnral de l'ONU pourrait, en raison de limpasse imputable au Maroc, amener le Conseil reconsidrer toute son approche en sortant la question du Sahara Occidental du chapitre VI (rglement pacifique des diffrends) pour l'inscrire dans le cadre contraignant du Chapitre VII (actions en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix). Outre l'enterrement de premire classe de la prtendue prminence de la thse de l'autonomie, ce repositionnement du Conseil imposerait au Maroc l'organisation d'un rfrendum comportant les trois choix (autonomie, intgration ou indpendance) et c'est l o rside le cauchemar d'une diplomatie marocaine, nagure triomphaliste, et qui reconnat dsormais avec amertume que l'anne 2015 sera cruciale pour sa cause nationale. Ni les manuvres dsespres et outrageantes de Mezouar ni les complaintes larmoyantes et les mystifications grotesques de son envoy peu distingu de New York ne suffiront empcher le Conseil de scurit dassumer, tt ou tard, la plnitude de ses responsabilits. Parmi les mystifications et les impostures les plus criantes de lambassadeur du Maroc New York, pour lesquelles il a franchi allgrement le mur du on, il faut relever sa singulire redfinition du mandat de la Minurso (surveiller le cessez-le-feu, rduire les risques d'explosion de mines, soutenir les mesures de confiance) en occultant, avec une sacre dose de malhonntet, le fait que le r de Minurso signifie rfrendum. Tout comme son faux dmenti formel quil balbutie laborieusement en semmlant les pinceaux : le Maroc ne soppose pas la visite de Ross dans la rgion, mais il faut que ce dernier rponde au pralable un questionnaire unilatral concoct par les officines du palais pour prempter et avoir un droit de regard sur le contenu du rapport que lenvoy personnel aura produire lissue de sa tourne rgionale. Cette manuvre grossire pour bloquer le projet de visite de Ross a beau tre drape dans les oripeaux de la transparence et de la prvisibilit (sic), elle nen constitue pas moins une insulte caractrise et insoutenable lgard de lintgrit du systme des Nations unies, tout comme le sont dailleurs ces jrmiades au sujet de la dsignation de la nouvelle reprsentante spciale du secrtaire gnral de l'ONU, Kim Bolduc. L aussi, les incohrences du reprsentant marocain atteignent le paroxysme de la consternation : il reconnat que la dsignation de la nouvelle reprsentante spciale du secrtaire gnral de l'ONU, Kim Bolduc, est du ressort du secrtaire gnral de lONU, mais il pleurniche sur le fait que son pays nait pas t consult, subodorant par l mme, en tant que stratge de pacotille, un fait accompli avec des rpercussions possibles sur llargissement de facto du mandat de la Minurso ! En vrit, cest la personnalit et lexprience de Mme Bolduc qui ajoutent langoisse existentielle des responsables marocains. Elle aura certainement cur de sacquitter de sa mission sans compromission et de saisir sa tutelle New York de tous les drapages et violations commis par les forces marocaines dans les territoires sahraouis occups. Enfin, le diplomate de lanne spanche copieusement, en surexcitant ses glandes lacrymales, sur la conjoncture rgionale qui est tellement trouble et prilleuse quil faut tordre le cou la lgalit internationale et au droit imprescriptible du peuple du Sahara Occidental sur lautel du fait accompli colonial. Il sagit l dune argutie fallacieuse. Lpouvantail de la conjoncture rgionale et du terrorisme dans le Sahel est mcaniquement et vainement agit par le ministre Mezouar et ses collgues pour en faire un effet daubaine, quitte pousser la communaut internationale commettre une forfaiture et un dni de justice ! En fait, comme une bte blesse, le Maroc senfonce dangereusement dans une nvrose obsidionale. Ses relations avec lensemble de ses voisins sont tendues : Algrie, France, Mauritanie, RASD et Espagne. Cette dernire, qui a une responsabilit politique, morale et historique dans la question du Sahara Occidental, subit ouvertement de nouvelles formes de chantage odieux travers les dysfonctionnements prmdits et les dfaillances scuritaires passagres et soudaines qui autorisent des centaines de pateras aller labordage de ses ctes ainsi qu travers lpouvantail des 3 000 terroristes marocains qui massacrent des innocents en Syrie et en Irak, et dont certains pourraient tre tents daller, le sabre au clair, voir du ct des territoires espagnols.



Karim Bouali




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Le Maroc ne cherche pas la neutralit du Conseil de scurit...




09:07 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,