> >

[] [ ]

Mort d'Albert Eboss au stade de Tizi Ouzou :...

(Tags)
 
Albert Eboss aurait-il t tu par autre chose quun projectile lanc depuis la tribune ? Emir Abdelkader 0 2014-08-24 01:44 PM
le stade de Tizi Ouzou ferm titre conservatoire Emir Abdelkader 0 2014-08-24 01:11 PM
Dcs du joueur de la JSK Albert Eboss touch par un projectile Emir Abdelkader 0 2014-08-24 11:10 AM
Des milliers de personnes Tizi Ouzou Emir Abdelkader 0 2013-04-21 02:45 PM
Le RCD et le MAK marcheront Tizi Ouzou Emir Abdelkader 0 2013-04-14 02:54 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-08-25
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Mort d'Albert Eboss au stade de Tizi Ouzou :...

Mort d'Albert Eboss au stade de Tizi Ouzou


Faillite mortelle




La fdration, qui a initi le professionnalisme, na pas observ toutes les rgles, surtout celles lies la scurit dans les installations sportives des clubs pompeusement gratifis de ltiquette professionnels.


La tragdie de Tizi Ouzou est venue cruellement mettre nu la faillite du football algrien en matire de scurit dans nos stades. Samedi, les limites de la faillite dans le domaine de lorganisation et de la gestion des comptitions sportives ont franchi les frontires de linacceptable avec pour consquences le tragique dcs dun footballeur professionnel, Eboss le joueur de la JS Kabylie, au moment o il rejoignait le vestiaire en fin de partie.
Sur laire qui spare le terrain des vestiaires, il a reu un projectile sur la tte. Un accident mortel. Cet acte tragique, avec de terribles consquences, est loin dtre un fait isol. Il tait mme prvisible pour tous ceux qui suivent de prs lvolution lamentable du football algrien depuis au moins deux dcades. Cest--dire depuis lapparition du phnomne de la violence dans les stades. Le drame de Tizi Ouzou traduit la faillite des politiques menes dans ce domaine par plusieurs acteurs structurs et non structurs.
Que de temps, dnergie, dargent perdus et engloutis par des apprentis sorciers qui n ont strictement rien voir avec le football, qui se sont appropris des prrogatives qu ils taient incapables dassumer et quon a laiss faire dans ce qui apparat aujourdhui comme une vritable entreprise criminelle qui fauche sans distinction supporters et joueurs. Il y a quelques mois, deux jeunes supporters ont perdu la vie au stade du 5 Juillet o ils suivaient le derby algrois USma-McA.
Mourir dans un stade est une menace qui guette tous les acteurs du football en Algrie. Pour ne pas avoir assez anticip sur ce type de situation, les diffrents acteurs et partenaires du football se partagent la responsabilit de la tragdie survenue samedi. La Fdration, la Ligue, le club (jsk), la direction du stade, le service dordre, chacun son niveau porte une responsabilit dans ce qui est arriv. La fdration, qui a initi le professionnalisme, na pas observ toutes les rgles, surtout celles lies la scurit dans les installations sportives des clubs pompeusement gratifis de ltiquette professionnels.
En effet, nest-il pas spcifi dans le cahier des charges des clubs pros que ces derniers doivent se doter dinstallations de camras de surveillance pour contrler tous les mouvements des supporters dans les stades ? Que dire des places numrotes, de linstallation dorganes chargs dorienter les supporters, c est--dire des stadiers, sans oublier le directeur charg de la scurit. Tout cela est contenu dans le cahier des charges du professionnalisme. Tout a t laiss en jachre. La Ligue de football professionnel a-t-elle un jour pris la mesure de lampleur de ses responsabilits en matire de scurit de ses comptitions ? Pas si sr ! Chaque jour de comptition allongeait la liste des incidents.
Laxisme et bricolage
A terme, elle ne contrlait plus rien et se contentait tout juste de programmer des comptitions dans des installations sportives dnues de tout confort (un luxe) et scurit (un droit et un devoir). Le laxisme a toujours t la posologie prconise face la monte rgulire et constante des prils. Au lieu dtre le fer de lance dans la lutte contre la violence dans les stades, linstar des instances et organes dans les autres pays, en Algrie, la Ligue de football professionnel a totalement abandonn ses prrogatives en la matire au profit dautres parties qui ne manquent pas de la pointer du doigt au lendemain du drame de Tizi Ouzou.
A-t- elle pris toutes les mesures lies la scurit et le droulement de ses comptitions travers sa commission dhomologation des stades ? Lenqute le dira. Sur ce chapitre prcis, beaucoup de choses peuvent tre dites, comme les homologations de complaisance, les passe-droits accords quelques individus et clubs, les sanctions la carte et la tte du client qui exacerbent le chauvinisme et favorisent la monte de la violence.
Un exemple pour illustrer ces propos : la saison dernire, un dirigeant au statut rcent, en colre contre larbitre aprs la dfaite de son quipe, sest point devant le vestiaire des hommes en noir et a profr des insultes et des menaces lendroit de larbitre de premier rang.
Le dlgu a tent dinterfrer et a t expuls manu militari des lieux par des accompagnateurs du dirigeant. Le dlgu a rdig un rapport sur lincident, qui, malheureusement, na pas eu de suite tout simplement parce que larbitre na pas signal lincident et que le rapport du dlgu a fini sa trajectoire dans la poubelle.

Le service dordre peut-il tre exempt de laccident mortel qui a cot la vie Eboss ? Sur la question de sa responsabilit dans ce type dvnement, on ne peut pas labsoudre totalement dans la mesure o elle revendique la totale prise en charge de ce volet lors de manifestations sportives et plus particulirement celles qui drainent les foules. La Direction gnrale de la Sret nationale (DGSN) doit se rendre lvidence et admettre que les politiques et actions quelle a menes dans ce domaine pour radiquer le phnomne de la violence dans les stades ont lamentablement chou sur le terrain. Les statistiques dont elle se gargarise comme des trophes dans la lutte contre ce flau nont jamais traduit la ralit du terrain. Sil faut une preuve cest bien la mort dEboss.
Comment est-il possible que des cailloux et autres objets contondants puissent tre porte de main des semeurs de terreur et de mort dans les stades ? Le pire est peut-tre venir. Qui un jour aurait pens quun footballeur de rang laisserait sa vie sur un terrain ou un stade algriens ? Dans les prochaines heures, des tats-majors vont se mettre en branle qui pour se ddouaner de ce qui est arriv, qui pour perptuer le statu quo. Cest justement ce qu il ne faut plus accepter aprs la mort du jeune Camerounais. La violence dans les stades est une affaire trop srieuse pour tre abandonne aux charlatans de tout poil. LAlgrie peut quand mme faire lconomie dune autre aventure qui a fini par faire delle et de son football la rise dans le monde. 

Yazid Ouahib




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Mort d'Albert Eboss au stade de Tizi Ouzou :...




12:03 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,