> >

[] [ ]

Nigeria : Shekau, le flau de Dieu

(Tags)
 
Un prtre suggre que les chrtiens nomment Dieu Allah Emir Abdelkader 0 2014-07-15 06:02 PM
Dieu na pas ordonn de combattre Isral ! (Groupe terroriste EIIL) Emir Abdelkader 0 2014-07-12 10:55 PM
Algrie-Nigeria :... Emir Abdelkader 0 2014-05-10 07:07 PM
Un salafiste algrien qualifie les mozabites dennemis de Dieu Emir Abdelkader 0 2014-03-28 07:16 PM
John Kerry en guerre contre le Dieu des rabbins? Emir Abdelkader 0 2014-02-09 06:04 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-09-09
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Nigeria : Shekau, le flau de Dieu

Nigeria : Shekau, le flau de Dieu






Les attentats et les massacres commis au Nigeria depuis cinq ans, c'est lui, Abubakar Shekau. L'enlvement des lycennes de Chibok, c'est encore lui. Ivre de violence, le chef du groupe islamiste radical veut tendre son empire toute la rgion.
Que veut-il dire au juste ? Se place-t-il sous l'autorit d'Abou Bakr al-Baghdadi, le matre de l'État islamique (EI), qui, dans la fureur syro-irakienne, s'est proclam calife au premier jour du mois du ramadan ? Ou bien veut-il signifier au monde qu'un deuxime califat a vu le jour plus au sud et plus l'ouest, en de du Sahara, l o nombre de croyants du Moyen-Orient sont persuads qu'on ne pratique pas l'islam comme il se doit ?
Dans une vido diffuse le 24 aot, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, est plus sibyllin que jamais. "Nous sommes dans le califat islamique. Nous n'avons rien faire avec le Nigeria", clame-t-il en arabe, probablement depuis la ville de Gwoza, 200 000 habitants, que ses hommes viennent de conqurir. La gestuelle est la mme que lors de ses prcdentes prestations devant la camra : regard illumin, sourire forc, discours tantt improvis, tantt nonn. Le dcor aussi : autour de lui, des hommes en treillis et en turban, des armes, des pick-up.
Un message d'allgeance Baghdadi

Les spcialistes jugent probable qu'en postant cette vido Shekau ait voulu lancer un message d'allgeance Baghdadi. Le 13 juillet, il avait t le premier (et jusqu' prsent le seul) chef jihadiste fliciter l'Irakien pour sa proclamation du califat. "Il s'agit de se placer sous son autorit, estime l'islamologue Mathieu Guidre. Boko Haram est la premire organisation reconnatre Baghdadi. Ce sont des choses qui ne s'oublient pas."
Pour autant, le doute est permis avec ce sanguinaire chef de meute que les Nigrians ont appris craindre ces cinq dernires annes, mais qui ne s'est rvl au reste du monde que le 5 mai, lorsqu'il a revendiqu, avec une morgue inimaginable, l'enlvement Chibok de plus de 200 lycennes ("J'ai enlev vos filles, je vais les vendre au march, au nom d'Allah").
Dans ce film qui a fait de lui une clbrit mondiale, il a tout l'air d'un dment : il crie, puis parle dans sa barbe ; est pris de dmangeaisons subites, la cuisse, la tte ; gesticule comme s'il tait pris de spasmes incontrlables ; sourit pleines dents quand il profre les pires horreurs.
Celui qui a un temps essay de singer Oussama ben Laden ressemble ce jour-l au Joker, l'ennemi jur de Batman rendu insens par un bain de dchets toxiques. Mais peut-on qualifier de dment un homme qui dirige des milliers de combattants, convainc des femmes de se faire exploser en pleine ville et tient tte l'une des armes les mieux quipes du continent ?
De Shekau, mme les meilleures sources ne connaissent pas grand-chose. "Je ne sais rien, sauf que c'est un fou", dit de lui un Sahlien qui ctoie tout ce que le Sahara compte de jihadistes. L'homme qui livre ce diagnostic n'a pas pour habitude de s'adonner aux analyses simplistes. Jamais il ne dira de Mokhtar Belmokhtar ou d'Abou Zeid, deux des principales figures du jihadisme saharien avec lesquelles il lui est arriv de boire le th, qu'ils sont irrationnels. Mais du Nigrian, si.
Est-il nigrian d'ailleurs ? Selon plusieurs sources, parmi lesquelles les rapports de l'ONU, il serait n dans le village de Shekau, dans l'État de Yobe, tout prs de la frontire avec le Niger. Mais Paris comme dans d'autres capitales, on le pense nigrien. L'anne de sa venue au monde est tout aussi floue. Il serait n en 1965, ou en 1969, ou en 1975... Certains se plaisent mme affirmer que celui qui se fait passer pour Shekau n'est pas Shekau. Le vrai aurait t tu en 2012.
Un professionnel de la rsurrection
Il faut dire que l'homme est un professionnel de la rsurrection. En 2009, il a t donn pour mort avant de refaire surface un an plus tard. Mme chose en 2013. Le fait qu'il ne soit pas apparu en public depuis cinq ans, que mme ses hommes ne le voient quasiment jamais, qu'il fasse passer ses messages par l'intermdiaire d'un petit groupe de lieutenants tris sur le volet, participe de cette lgende.
On signale sa prsence au Nigeria, au Tchad, au Cameroun... Ses seules apparitions se rsument aux vidos qu'il transmet aux mdias.
Si Shekau est bien l'homme qui l'on pense avoir affaire, alors on ne sait de son parcours que quelques bribes. Fils de paysans kanouris (la communaut la plus reprsente au sein de Boko Haram), il serait venu trs tt Mafoni, un faubourg dfavoris de Maiduguri. L, il aurait suivi des cours l'Institut d'tudes juridiques et islamiques et y aurait rencontr un certain Mamman Nur, un Arabe shuwa dont les parents taient venus du Tchad.
C'est Nur qui l'aurait introduit chez Mohamed Yusuf, le fondateur de la secte Jama'atu Ahl as-Sunnah il-Da'awati wal-Jihad (Communaut des disciples pour la propagation de la guerre sainte et de l'islam), qui sera bientt connue sous le nom de Boko Haram.

Rapidement, les deux hommes gagnent la confiance de l'imam. Ils deviennent ses lieutenants. Dans les cassettes des prches de Yusuf, Shekau est toujours l, au second plan. Mais le guide semble se mfier de son disciple. Alors que Nur, plus pos, est un bon lve, Shekau ne se distingue gure par son savoir.
Il est plus connu pour sa brutalit et son fanatisme que pour ses prches. En 2002, selon un rapport d'International Crisis Group (ICG) publi en avril dernier, Shekau mne une fronde. Avec 200 autres adeptes radicaux, il accuse son guide d'tre trop proche du pouvoir politique. Ce n'est pas faux et, pour Shekau, ces petits arrangements sont inconcevables. Il s'loigne de la secte. Puis revient en force. Sous la pression, Yusuf, qui prnait la non-violence, durcit son discours et fait de Shekau son bras droit.
En 2009, aprs la mort de Yusuf, abattu par la police, Shekau prend la relve. Comme souvent dans ces circonstances, "c'est le plus radical et le plus agressif" (les termes sont d'ICG) qui l'emporte. Donn pour mort en 2009, Shekau se serait en fait rfugi dans l'un des pays voisins : le Cameroun, en l'occurrence.
Selon un homme qui l'a ctoy et dont le tmoignage est cit dans des rapports amricains, Shekau n'a "ni le charisme, ni l'art oratoire, ni l'ducation religieuse" de Yusuf. Mais il a le feu en lui et "n'a peur de rien". Depuis sa prise de pouvoir, il orchestre la terreur, au sein de la nbuleuse jihadiste comme en dehors. Chaque anne qui passe est pour lui l'occasion de monter d'un cran dans l'horreur.
Avant, Boko Haram ne s'attaquait qu'aux reprsentants des forces de l'ordre et de l'État. Avec Shekau, les cibles se multiplient. Ce sont d'abord les "mauvais musulmans" et les chrtiens du Nord. Puis les membres du clerg qui s'opposent la doctrine salafiste, les chefs coutumiers, les "collaborateurs" de l'État et enfin tous les citoyens quels qu'ils soient (premier attentat au centre d'Abuja en juin 2011).
En cinq ans, les attentats et les massacres ainsi que la rpression aveugle des autorits ont caus la mort de prs de 10 000 hommes, femmes et enfants.
Avant de "fliciter" Baghdadi, Shekau avait dj rompu avec la tactique de Yusuf, qui n'avait de vises autres que locales, en courtisant Al-Qada. Plusieurs rapports voquent les liens qu'il aurait tisss avec Al-Qada au Maghreb islamique (Aqmi), avec le Mouvement pour l'unicit et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et avec Ansar Eddine. Selon l'ONU, il aurait envoy certains de ses hommes se former et combattre au Mali en 2012 et 2013. Aqmi lui aurait fourni du matriel et mme, selon Paris, de l'argent issu des ranons d'otages.
Ces hauts faits lui ont valu d'tre inscrit sur la liste noire des terroristes de l'ONU (numro de dossier : QI.S.322.14) depuis deux mois. Sa tte est mise prix, tant par les autorits nigrianes (325 000 dollars) que par Washington (7 millions de dollars). Sa folie meurtrire lui a aussi valu de se faire des ennemis au sein du mouvement. Certes, Shekau est la tte de la faction la plus puissante de Boko Haram.
Mais il ne matrise pas tous les rouages de ce qui s'apparente une hydre plusieurs ttes et qui compte en son sein des chefs locaux trs autonomes. Les spcialistes estiment que quatre six factions composent le mouvement. L'une d'elles, Ansaru, qui a vu le jour en 2012, s'est ouvertement dmarque de Shekau en raison de ses massacres aveugles. "Shekau court un peu derrire ses troupes. Je ne serais pas surpris par une sorte de coup d'État interne moyen terme", indique un diplomate bas Abuja. Mais pour l'heure, c'est lui l'homme fort.

Avec l'enlvement des lycennes de Chibok (qu'une rescape aide ici
identifier), Shekau a acquis une notorit mondiale. Reuters
Ni les moyens financiers ni les moyens militaires de l'État islamique

Sa fureur semble n'avoir aucune limite. En voquant le califat le 24 aot, Shekau a officialis ce que les services de renseignements de la rgion avaient observ ces dernires semaines : fini la gurilla mene depuis la fort de Sambisa. Boko Haram est entr dans une phase de conqute territoriale. "D'un problme local, c'est devenu une menace nationale et rgionale", explique un officiel nigrian.
Ces derniers jours, le mouvement a conquis plusieurs localits du Nord-Est, parfois en combattant l'arme lourde les soldats nigrians, souvent en profitant de leur fuite. Les villes de Damboa, Buni Yadi, Gamboru Ngala et Ashigashiya sont tombes les unes aprs les autres (la dernire le 26 aot). Dsormais, le groupe opre librement dans la zone frontalire avec le Cameroun. "Ils sont quips comme une arme conventionnelle. Ils ont des blinds, des lance-roquettes...
Et ils ont ce que n'ont pas leurs adversaires : le feu sacr", explique un militaire franais qui connat bien la rgion. Toutefois, ajoute-t-il, Boko Haram "n'a pour l'heure ni les moyens financiers ni les moyens militaires de l'État islamique".
Des observateurs prtent Shekau l'ambition de reprendre le flambeau d'Ousmane dan Fodio, le fondateur du califat de Sokoto qui imposa la charia dans tout le nord du Nigeria (et mme au-del) au XIXe sicle. Avant sa mort, Abul Qaqa, un proche de Shekau, avait prvenu : "Notre objectif est de revenir au Nigeria d'avant la colonisation, quand la charia tait la loi applique tous." Si tel est le cas, Shekau, tout fruste qu'il en a l'air, ne peut ignorer que les "rformateurs" de l'poque, quoique infrieurs en nombre et en armement, avaient fini par prendre le dessus. Et que leur rgne avait dur un sicle...
La menace n'est plus locale, elle est sous-rgionale
Le verdict est d'un haut diplomate ouest-africain : "On ne peut plus considrer la menace Boko Haram comme un problme intrieur au Nigeria. Nous sommes tous concerns." Le Cameroun est aujourd'hui une cible privilgie des hommes d'Abubakar Shekau. Ils y bnficient de complicits et leurs incursions sanglantes y sont de plus en plus frquentes, surtout depuis qu'ils contrlent une partie de la zone frontalire.
Le 26 aot, ils ont tent de faire sauter un pont reliant le Cameroun au Nigeria. La veille, 500 soldats nigrians ayant fui les combats s'taient rfugis en territoire camerounais, comme des milliers de civils ces derniers mois. Le Tchad est galement menac, mme s'il est relativement pargn pour l'instant. Le gouvernement a renforc la surveillance de sa frontire dans la rgion du lac Tchad - "difficile de la franchir sans tre repr", note un officier franais - et insiste pour relancer la coopration sous-rgionale en matire de patrouilles et de renseignements. Mi-aot, l'arme tchadienne a libr sur son territoire plusieurs dizaines d'otages enlevs par Boko Haram.
Pour l'heure, le Niger est, des trois pays "en contact" avec l'insurrection jihadiste, le moins expos. Si les civils affluent en nombre dans la rgion de Diffa et si les soldats nigrians ont pris l'habitude de s'y rfugier, les heurts avec des lments de Boko Haram sont rares. Niamey a tout de mme lanc une opration (Bouclier) le 18 juillet, dans le but de rassurer la population et de recueillir du renseignement.




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Nigeria : Shekau, le flau de Dieu




11:02 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,