> >

[] [ ]

Il y a beaucoup de pression sur ce secteur

(Tags)
 
Irak : assaut dinsurgs sur le dernier secteur de Dhoulouiyah leur chappant Emir Abdelkader 0 2014-07-14 05:00 PM
le Makhzen exploite Abdelkader Secteur... Emir Abdelkader 0 2014-07-07 11:01 PM
Beaucoup de musulmans ont vot pour le Front national Emir Abdelkader 0 2014-06-24 05:12 PM
Bouteflika a beaucoup donne pour la wilaya de chlef : Emir Abdelkader 0 2014-03-21 08:34 PM
Un danger guette le secteur de la culture Emir Abdelkader 0 2012-06-27 03:00 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-09-09
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,944 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Il y a beaucoup de pression sur ce secteur

Il y a beaucoup de pression sur ce secteur

Nouria Benghebrit annonce une batterie de mesures visant une refonte du systme ducatif national qui, selon elle, fait beaucoup de mcontents.


Nouria Benghebrit fait sa rentre et promet le changement. La ministre de lEducation nationale a annonc hier, lors dun point de presse anim Alger, une batterie de mesures visant une refonte pdagogique qui sera en continuit avec la rforme initie dans les annes 2000 par ses prdcesseurs, mais contenant des points de rupture qui concernent lapproche, prcise-t-elle.
Suppression des secondes sessions de lexamen de la 5e anne primaire, introduction dune fiche de synthse pour les lves des terminales, la suppression catgorique du seuil des cours, la rduction du poids du cartable de 30%, entre autres mesures (lire lensemble des mesures ci-contre). Lcole algrienne fait beaucoup de mcontents, lche-t-elle demble. Un aveu, une reconnaissance sur laquelle elle prend appui pour dvelopper sa vision de la refonte pdagogique quelle compte introduire cette anne mme.
Le secteur de lducation regorge de problmes, admet-elle. Les disfonctionnements ont t rpertoris. Nous nirons pas vers une gestion de lurgence. Nous nallons pas jouer aux apprentis sorciers bien que nous soyons trs attentifs au changement radical demand par la socit. Sur un ton mesur, elle tient avertir que lurgence est la pire des politiques, comme pour se ddouaner de ne pas assouvir les nombreuses attentes dans les plus brefs dlais. Elle le prcise dailleurs : Aux nombreux problmes qui se posent, nous navons pas de solutions miracles mais des solutions provisoires que nous voulons appliquer avec beaucoup de prudence.
La ministre a-t-elle les coudes franches ?
En rpondant aux nombreuses questions des journalistes prsents, elle survolera certains aspects de la refonte et en dtaillera dautres. Lessentiel pour elle, dans un premier temps, est de redonner confiance en lcole. Les doutes sur la libert daction quelle peut avoir, dans un secteur aussi sensible que lducation, subsistent. A la question, Nouria Benghebrit rpond : Oui, jai les coudes franches puisque je minscris dans un cadre clair, celui de la lettre de mission du Prsident adresse la commission charge de la rforme en 2001, aux orientations et recommandations de ladite commission mais aussi aux recommandations du Conseil des ministres davril 2002, adopts par lAPN. Il y a beaucoup de pression sur ce secteur, il ny a pas de solutions miracles, ce que nous adoptons comme solutions sont des solutions provisoires qui rpondent des annes de perturbations de la rforme par beaucoup de facteurs sociaux.
Pour la ministre, il y a lieu de revenir lessentiel, en donnant aux Algriens le droit de se demander quel profil intellectuel et de comptence lcole dessine pour leurs enfants. Quen est-il de la menace de grve brandie par les syndicats ? Les revendications des syndicats sont prises en charge par le gouvernement. La question du statut est complexe. Il faut aller vers une dlibration et non une imposition.
Les syndicats ne peuvent pas formuler des revendications et attendre de nous de les appliquer telles quelles. Il faut dabord savoir que toutes les demandes formules par les syndicats ne relvent pas que de nos prrogatives. Je suis pour la ngociation continue et organise, cela prend du temps parce quil faut maintenir lquilibre, rpond-elle sur un ton intransigeant. Il nest pas question, pour elle, que lcole paye. En somme, la ministre semble dentre imposer son style, loin de toute langue de bois. Elle tablit un diagnostic juste du mal qui ronge lcole algrienne. Aura-t-elle pour autant le bon remde ?


Surcharge des classes des lycens lcole primaire

Cette anne, toutes les classes de terminale sont en surcharge. Le problme de la surcharge des classes de terminales enregistr cette anne est principalement d larrive en terminale des deux gnrations touches par la rforme, explique Nouria Benghebrit, ministre de lEducation nationale. Pour contrer le problme, la ministre est contrainte momentanment dadopter le systme des deux vacations partielle et totale. Il est ncessaire de procder un changement de systme travers le recours la double vacation partielle et totale, cette mesure nest pas la solution efficiente mais nous sommes contraints momentanment dy recourir, annonce-t-elle.
A lorigine, un manque dinfrastructures d des retards dans les ralisations prvues. Le ministre a donc t dans lobligation de recourir aux coles primaires pour laccueil dlves de terminales lors de lanne en cours (2014-2015). La non-remise, par les entreprises de ralisation, de certains tablissements ducatifs prvus depuis 2008 est lorigine de ce problme, a-t-elle prcis. Le taux de ralisation des tablissements denseignement moyen et secondaire a atteint 60 70%, tandis quun nombre insuffisant dtablissements primaires ont t rceptionns. Les coles prives ne doivent plus tre diabolises mais au contraire encourages. Elles sont contrles par les inspections du ministre de lEducation, elles appliquent le programme national dducation. Elles sont soumises la mme obligation de rsultat.

(F. B.)


Les nouvelles mesures :

-Rvision de la conception actuelle de lvaluation du travail scolaire des lves, y compris les examens , afin de rhabiliter leur effort par le contrle continu.

-Introduction de la fiche de synthse pour les lves de terminales, un coefficient sera adopt la fin du mois , pour ajouter une note celle du bac et ainsi permettre aux lves ayant fourni des efforts tout au long de lanne dobtenir une meilleure moyenne et ainsi augmenter leurs chances daccder aux tudes quils souhaitent.

-Suppression de la seconde session de lexamen de la 5e anne primaire.

-Rduction du poids du cartable de 30%, pour les coliers des 1re, 2e et 3e annes secondaires.

-Redploiement du calendrier des examens scolaires : le 3 juin pour lexamen de 5e anne primaire, du 8 au 10 juin pour le BEM et du 14 au 18 juin pour le bac.
-Edition dun guide de gouvernance spcifique au secteur.
-Institution du principe dobligation de rsultat auprs de tous les responsables du secteur, et ce, partir dindicateurs internationaux et pas uniquement des taux de russite au bac.
-Instituer la mdaille du mrite ducatif.
-Lancement des cours tlviss pour les candidats au baccalaurat.
-Repre : 8 618 155 lves
-Education prparatoire
(5 ans) : 425 800

-Cycle primaire : 3 929 427

-Cycle moyen : 2 706 873

-Cycle secondaire : 1 556 055.

-668 739 nombre du personnel de lducation, tous statuts confondus. 25 496 tablissements scolaires
-18 273 coles primaires
- 5171 collges
-2052 lyces


Bouredji Fella




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Il y a beaucoup de pression sur ce secteur




04:02 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,