> >

[] [ ]

IRAK. A Erbil, "il est maintenant impossible de vivre avec des musulmans"

(Tags)
 
IRAK. "Les Kurdes font face un Etat islamique organis militairement" Emir Abdelkader 0 2014-08-14 05:49 PM
IRAK. Paris va acheminer des armes "dans les heures qui viennent" Emir Abdelkader 0 2014-08-13 02:29 PM
IRAK. Les Etats-Unis "contraints et forcs" d'agir Emir Abdelkader 0 2014-08-09 09:53 AM
Irak : qui est Abou Bakr al-Baghdadi, le nouveau "calife" ? Emir Abdelkader 0 2014-07-15 12:58 PM
Égypte : les Frres musulmans appellent au "soulvement" contre l'arme Emir Abdelkader 0 2013-07-08 03:52 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-09-12
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
IRAK. A Erbil, "il est maintenant impossible de vivre avec des musulmans"

IRAK. A Erbil, "il est maintenant impossible de vivre avec des musulmans"

Alors que Franois Hollande est attendu ce vendredi au Kurdistan, des milliers de rfugis chrtiens ou yazidis s'entassent dans des camps de fortune. Reportage de notre envoy spcial.

Il ignore encore l'identit du dignitaire qui s'apprte lui rendre visite, dans son refuge de bton. "Un ministre ?" "Un ras" ? Quelqu'un d'important, en tout cas, au vu du dispositif scuritaire mis en place depuis la veille au soir Ainkawa, un faubourg d'Erbil. Routes coupes. Barrages. Patrouilles. Des peshmergas, des soldats kurdes en uniforme beige, sont dploys tout autour du chantier, un vaste centre commercial en construction, o l'homme bivouaque avec prs de 400 personnes. Tous des chrtiens, comme lui, chasss de la plaine de Ninive par les djihadistes de "Daech", l'Etat islamique (EI).
Il fait partie des organisateurs de ce campement de fortune rparti sur deux tages de ciment, ouvert tous les vents. A Karam Lech, petite bourgade prs de Mossoul, il servait de chauffeur l'glise chaldenne. Avec son minibus, il a vacu, en six aller-et-retours, quelques 200 personnes dans la nuit du 6 au 7 aot, jusqu'aux premires positions kurdes. Quand on lui demande ce qu'il attend du mystrieux visiteur tranger attendu dans l'aprs-midi, sa rponse fuse : "J'espre qu'il va craser les terroristes sous les bombes !" Son voisin l'arrte : "Mais, il y a encore des familles nous l-bas".
Manque d'eau, de pain, de couvertures

Franois Hollande vient alors d'arriver Bagdad pour des entretiens avec son homologue irakien, Fouad Massoum, et le tout nouveau Premier ministre Hadar al-Abadi. Le programme de son voyage est rest secret jusqu'au dernier moment. Sa prochaine tape ? Erbil, la capitale de la rgion autonome du Kurdistan et ses centaines de milliers de rfugis chrtiens ou yazidis. Des familles entasses dans des camps de toile, plus l'ouest, Zakho et Dohouk, ou ici, dans l'enclave chrtienne d'Ainkawa, autour de leurs glises aux multiples dnominations, chaldennes, nestoriennes, syriaques orthodoxes et autres.
Dans l'immeuble rduit l'tat de squelette, dress en face de l'glise Saint Joseph, tous attendent une aide de l'extrieur. "On manque d'eau minral, de pain, de couvertures", numre Ziyad Tarek, un jeune volontaire qui a fui la ville de Qaraqosh. "On doit acheter ce dont on a besoin, mais les gens n'ont pas d'argent." Au sous-sol, des tentes sont dresses entre les piliers. De l'eau sale croupit sur la dalle de bton. "Ce n'est pas une vie. Ici, nos enfants tombent malades", s'exclame une femme devant son abri. Faute de matelas, elle dort par terre dans un petit carr dlimit par des bches frappes du logo des Nations Unies, avec cinq autres membres de sa famille.
Des visas pour seul salut

Ils attendent du prsident franais un soutien militaire et, plus encore, des visas. "Sans une protection internationale, nous ne pourrons pas revenir chez-nous", prvient Saad Najin, qui jusqu' la fin juillet enseignait la gologie l'universit de Mossoul. Et de demander : "Faut-il rester ici ou partir ?". Le pre Wahed Kiriakos Thomas, un prtre chalden, ne croit pas qu'il regagnera un jour sa ville de Qaraqosh : "Nous avons eu de la chance. Nous avons pu nous enfuir. Qui nous dit que la prochaine fois, nous aurons le temps ?"
Un leitmotiv. "Il est maintenant impossible de vivre avec des musulmans", s'crie le pre Salem Saka devant Saint-Joseph, une glise ocre jaune, en forme de pyramide degrs. "Ce sont nos voisins arabes qui nous ont attaqus. Nous les avons duqu, nourri, et la premire occasion, ils nous ont trahis. Une fois la crise termine, le mieux pour nous sera de partir dans l'honneur".
Tous les jours, devant les services d'tat civil, Erbil, ils sont des milliers faire la queue pour obtenir des passeports. Les rares consulats occidentaux prsents dans la ville sont pris d'assaut. "Tous veulent migrer", confirme le pre Salem Saka. Nous sommes nous-mmes pris partie. On nous accuse de faciliter le dpart de nos ouailles et de rien faire pour les autres". "L'immigration n'est pas la solution", prvient, cependant, le pre Daniel, un prtre syriaque catholique cette fois. "Ou alors il faut que l'on puisse partir tous ensemble et nous sommes 400.000".


Christophe Boltanski, envoy spciale Erbil - Le Nouvel Observateur





 

()


: 1 ( 0 1)
 

IRAK. A Erbil, "il est maintenant impossible de vivre avec des musulmans"




02:43 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,