> >

[] [ ]

je travaille en Irak, les habitants sont terroriss

(Tags)
 
ce que les habitants de Ghardaa ont dit la ministre... Emir Abdelkader 0 2014-09-07 08:37 PM
Syrie: lEI force des habitants quitter leurs villages Emir Abdelkader 0 2014-07-07 11:34 AM
...On ne travaille pas pour plaire aux gens Emir Abdelkader 0 2014-03-21 12:44 AM
El Islah travaille pour Benflis Emir Abdelkader 0 2014-03-09 02:37 PM
Qui sont les forces spciales qui sont intervenues Tiguentourine ? Emir Abdelkader 0 2013-01-20 03:14 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-09-13
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,971 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool je travaille en Irak, les habitants sont terroriss

"J'ai vu le cadavre de mon fils" : je travaille en Irak, les habitants sont terroriss






LE PLUS. Kirkouk est une ville du nord de l'Irak contrle par les combattants kurdes (les peshmergas) depuis que l'État islamique a envahi le pays. En thorie, elle est scurise. En pratique, la situation est plus critique. Donatella Rovera, conseillre principale sur la raction aux crises Amnesty International, s'y trouve depuis plusieurs jours. Elle tmoigne.

Un ouvrier de 19 ans, un chauffeur de bus de 27 ans, un infirmier de 28 ans, un chauffeur de 30 ans, un chef tribal, un ancien membre de larme, un avocat la liste des victimes ne cesse de sallonger. Ces hommes et dautres ont tous t tus au cours des deux dernires semaines dans la ville ptrolire de Kirkouk, 240 kilomtres au nord de la capitale irakienne, Bagdad.



Des tmoignages glaants

La plupart des victimes sont sunnites, turkmnes et arabes. Beaucoup au sein de leur communaut pensent quils ont t enlevs et tus pour se venger dun triple attentat ciblant les forces kurdes Kirkouk, le 23 aot, revendiqu par lÉtat islamique (EI).

Certains ont t kidnapps prs de chez eux et leurs corps ont t abandonns non loin ; ils avaient reu une balle dans la tte. Dautres ont t abattus depuis un vhicule. Dans les deux cas, ces homicides ressemblent du travail de "professionnels". Un seul coup fatal dans la nuque pour les personnes enleves et une pluie de balles pour les cibles abattues depuis un vhicule.

Le pre de lune des victimes ma confi :

"Mon garon est parti de la maison 21h30 et un peu plus tard, mon autre fils ma appel pour me dire daller lhpital. À mon arrive, jai vu le cadavre de mon fils. Il avait reu une balle dans la nuque. Son corps et ceux de deux autres jeunes hommes ont t dcouverts dans une dcharge, sur la rive sud de loued (cours deau assch), en face du march aux animaux."

Les parents et les proches de deux autres victimes enleves dans le mme secteur peu prs au mme moment mont galement racont que les deux jeunes hommes avaient reu une balle dans la nuque.

Le premier, un chauffeur, a t enlev devant chez lui alors quil rparait son bus. Le second, un infirmier, a t kidnapp alors quil tait en route pour aider un parent malade qui vivait non loin de chez lui. Le pre dune autre victime a dclar quil avait dcouvert le cadavre de son fils la morgue :

"Il avait t abattu dune balle dans la nuque et sur ses poignets, on pouvait voir des marques laisses par des menottes."

Un jeune homme, bless lors dune fusillade qui a cot la vie son oncle et un autre homme dans la soire du 25 aot, ma racont :

"Nous tions devant la boulangerie, en attendant que llectricit revienne, lorsque nous avons t touchs par une pluie de balles tires depuis une voiture. Mon oncle et le boulanger sont morts sur le coup, ma nice et moi-mme avons t blesss."

Dautres hommes ont t enlevs au cours des deux dernires semaines et on est sans nouvelles deux depuis, ce qui laisse craindre le pire.

Vido (non monte) tourne sur place par Donatella Rovera

Les divisions communautaires sont exacerbes par l'EI

Ces enlvements et ces meurtres se droulent dans un contexte de tensions communautaires croissantes entre les diffrents groupes ethniques de Kirkouk les Kurdes, les Turkmnes et les arabes qui luttent depuis longtemps pour prendre le contrle de la ville et de ses importantes ressources ptrolires.

Qui est responsable de ces meurtres cruels ? Quel est le sort rserv ceux qui sont enlevs ?

Les rumeurs et les thories de conspiration quant aux responsables de ces agissements vont bon train. Les divisions communautaires qui existent depuis longtemps en Irak sont exacerbes depuis que lEI a pris le contrle de vastes rgions du nord du pays en juin dernier. Les divisions et la dfiance ne font que se renforcer entre les communauts sunnites et chiites turkmnes et arabes et entre arabes et Kurdes.

On entend frquemment des accusations comme "les sunnites [turkmnes et arabes] cooprent avec lEI" et "les chiites [turkmnes] et les Kurdes cooprent avec les milices chiites soutenues par lIran."

"Cette avance de lEI et la guerre qui en a dcoul empoisonne les relations intra et intercommunautaires. Les sunnites ou les chiites ny accordaient pas dimportance auparavant, mais aujourdhui des gens exploitent la situation et provoquent de dangereuses scissions", ma dit un habitant de la ville.

Pas dtat de droit, aucune protection

En labsence de tout recours en justice, les familles des victimes ont peu despoir de dcouvrir la vrit sur ceux qui se cachent derrire ces attaques. Depuis que larme et les forces de scurit irakiennes ont fui tout le nord de lIrak en juin dernier, Kirkouk se retrouve sous le contrle des forces du gouvernement rgional du Kurdistan (KRG). Le KRG revendique depuis longtemps la souverainet sur Kirkouk et a frquemment ritr cette demande ces dernires semaines.

En thorie, ladministration de la justice demeure la responsabilit du gouvernement central irakien Bagdad. Dans la pratique, il semble navoir ni la volont ni la capacit de faire appliquer la loi Kirkouk. Non seulement les familles des victimes ont abandonn tout espoir dobtenir justice et des rparations, mais elles sont terrorises. "Comment savoir qui sera le prochain ? Il ny a pas dtat de droit, aucune protection", ma dit un proche dune victime.

"Les forces du KRG contrlent Kirkouk, mais elles nont pas stopp les milices chiites armes qui paradaient travers la ville en exhibant leurs armes il y a quelques semaines, tandis que nous, les sunnites, sommes considrs avec mfiance, et traits comme si nous tions tous des membres de lÉtat islamique", ma dclar un autre habitant.

Le taxi m'a demand de ne pas parler arabe

Alors que je disais au-revoir la famille dune autre victime avant de quitter Kirkouk, une bombe a explos dans la ville, triste rappel de la violence dont elle est le thtre.

Nous avons t tmoins dun autre signe plus banal de la gravit des divisions entre arabes et Kurdes, alors que nous approchions dun poste de contrle kurde sur le chemin du retour de Kirkouk Erbil. Le chauffeur de taxi ma rappel :

"Ne parlez pas arabe, sil vous plat, les Peshmerga [les forces du KRG] nous retarderaient."

Iraq: Ethnic Cleansing - YouTube




 

()


: 1 ( 0 1)
 

je travaille en Irak, les habitants sont terroriss




07:09 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,