> >

[] [ ]

4 moyens de le combattre sans rpter les erreurs du pass

(Tags)
 
Libye : les 7 erreurs qu'il ne fallait pas commettre Emir Abdelkader 0 2014-08-08 11:37 PM
Isral : Une arme de merde, sans honneur, et sans loi Emir Abdelkader 0 2014-07-23 11:54 AM
Correction des erreurs sur les registres de ltat civil ... Emir Abdelkader 0 2014-07-10 02:36 PM
Un gouvernement sans me et sans ambition Emir Abdelkader 0 2014-05-06 01:54 PM
Tahar Benjelloun Sans honte et sans pudeur... Emir Abdelkader 0 2014-05-02 08:58 AM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-09-15
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,966 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool 4 moyens de le combattre sans rpter les erreurs du pass

État islamique : 4 moyens de le combattre sans rpter les erreurs du pass






LE PLUS. L'Etat islamique a revendiqu ce samedi la dcapitation d'un nouvel otage, le travailleur humanitaire britannique David Haines. C'est la troisime excution de ce type, et la premire depuis que Barack Obama a prsent sa stratgie de riposte, laquelle la France s'associe. Comment venir bout de cette formation terroriste ? L'analyse de Didier Billion, directeur adjoint l'Iris.

Depuis plusieurs semaines, lattention internationale est polarise sur les exactions de lEtat islamique (Daech selon lacronyme arabe) en Irak et en Syrie. Cette organisation terroriste, qui a proclam un califat en juin 2014, sest illustre par une cruaut et une barbarie absolument condamnables qui suscitent la rvulsion.

Devant lhorreur des crimes commis, il ny a pas dbat sur la ncessit de combattre avec la plus grande dtermination cette hydre djihadiste. Toutefois, pour tre efficace et ne pas rpter les erreurs politiques du pass, la lutte quil convient dorganiser ncessite de dpasser le registre motionnel et de procder une analyse raisonne de la situation.

1- Comprendre les raisons qui ont permis la naissance de l'EI

Il faut, en premier lieu, comprendre les raisons qui ont permis la naissance et le dveloppement de Daech. Les politiques mises en uvre, principalement par les puissances occidentales, depuis maintenant plus de 20 ans lgard de lIrak sont la principale cause de la situation actuelle.

Le terrible embargo organis contre le peuple irakien aprs la guerre de 1991, puis lagression militaire de 2003 orchestre par les Etats-Unis, ont abouti la dislocation de la socit irakienne. On se souvient ainsi que Paul Bremer, le pro-consul nomm par George W. Bush Bagdad aprs la chute de Saddam Hussein, avait dcid de renvoyer tous les cadres de larme irakienne, de dissoudre le parti Bath, de dtruire sa police et son administration. Lobjectif des noconservateurs amricains tait clairement de briser le cadre unitaire de lEtat-nation irakien et de recomposer la socit sur des bases communautaires, ethniques ou confessionnelles.

Les annes suivantes gnrrent une situation de chaos gnralis au sein de laquelle les groupes radicaux djihadistes sunnites prolifrrent et multiplirent les exactions.

Cette guerre de tous contre tous fut en grande partie amplifie par la prtention dune partie des dirigeants irakiens chiites contrler la totalit des affaires publiques et leur dcision dexclure la communaut sunnite de toutes les fonctions de pouvoir. Politique mene sans beaucoup de discernement par Nuri Al-Maliki qui, de facto, sinscrivait dans la logique initie par Washington et qui, en marginalisant les sunnites, conduisent nombre dentre eux rejoindre les groupes djihadistes.

2- Faire un bilan honnte des oprations prcdentes

A ce stade, il convient desquisser des lments de bilan sur les politiques qui ont linsupportable prtention dimposer la dmocratie de lextrieur, le plus souvent par la voie militaire. Linstauration dun systme de type dmocratique ncessite de tenter de dfinir quelles peuvent en tre les principales caractristiques et de ne pas tomber dans lillusion que les systmes parlementaires occidentaux reprsentent, obligatoirement, un modle universel que lon pourrait mcaniquement transposer dans nimporte quelle situation.

Il sagit dun processus qui doit provenir des socits elles-mmes et doit tre assum par elles. Il est, de ce point de vue, pour le moins insupportable que les droits-de-lhommistes, les promoteurs du devoir dingrence et les va-t-en-guerre de toutes sortes, toujours prompts donner des leons de morale dmocratique au monde entier, nont jamais le courage de tirer le bilan des politiques quils ont contribu mettre en uvre.

Les dirigeants qui veulent aujourdhui mettre sur pied une coalition pour dtruire Daech, seraient pourtant bien fonds rflchir au bilan des interventions qui se sont multiplies depuis 2011. Afghanistan, Irak, Libye au-del des diffrences entre ces situations, force est dadmettre que, dans chacun des cas, le bilan est catastrophique : affaissement du rle de lEtat, ngation de ltat de droit, exacerbation des antagonismes communautaires, rgne des milices, etc.

Il apparat donc impratif, dans la situation prsente de lIrak, de penser avant toute chose aux questions politiques fondamentales, de fournir une aide de long terme au nouveau gouvernement dirig par Hadar Al-Abadi, pour ne pas une nouvelle fois retomber dans des erreurs qui amplifieraient le chaos.

De ce point de vue, les rcentes dclarations de Barack Obama ou de Franois Hollande restent dans le vague et manquent singulirement de prcision sur les objectifs politiques prcis quils se fixent. La dnonciation de la barbarie djihadiste est certes ncessaire, elle nest pas suffisante pour reconstruire lEtat irakien et donc asscher les causes des avances militaires de Daech.

3- Avoir l'aval de l'ONU

Il faut imprativement que toute intervention militaire organise contre Daech soit encadre par une claire rsolution vote par lOrganisation des Nations unies, donc avec laccord des membres du Conseil de scurit et des Etats de la rgion, de tous les Etats de la rgion, et que larme irakienne agisse de faon organise sur le terrain.

De ce point de vue on cherche en vain dans le discours du prsident Obama, prononc le 10 septembre, une quelconque rfrence une rsolution de lONU qui irait dans ce sens, pour la seule raison quelle nexiste pas.

Comprenons que si ce sont uniquement les puissances occidentales qui assument les bombardements, cela contribuera une nouvelle fois alimenter la thse du choc des civilisations. Erreur qui serait pour le moins paradoxale, puisque ce sont les peuples de la rgion, de lIrak et de la Syrie en premier lieu, qui sont les principales victimes de la barbarie de Daech. Ce sont avant tout eux qui doivent combattre les terroristes de Daech, ladite communaut internationale ne devant intervenir quen appui, sur la base, rptons-le, dune rsolution des Nations unies et la demande du gouvernement dunion nationale irakien.

Tout autre mthode serait voue lchec et renforcerait le chaos en Irak et dans la rgion.

4- Raffirmer la primaut de lEtat-nation irakien

Cest ces conditions, non exhaustives, que la lutte contre la barbarie des terroristes pourra tre couronne de succs. Les dcisions militaires, les bombardements ariens, doivent dpendre des objectifs politiques.

Le premier dentre eux est de contribuer la restauration de lEtat irakien, sans prtendre dcider la place des peuples concerns. Pour ce faire, il faut raffirmer la primaut du cadre unitaire de lEtat-nation irakien sur toute autre construction fonde sur des bases communautaires ethniques et confessionnelles.

Pour combattre efficacement Daech, il ny a rien de plus urgent que de tout faire pour aider la restauration de lautorit du gouvernement dunion de Bagdad, dans le respect des droits et devoirs de toutes les composantes de la socit irakienne. Cest aussi pourquoi lune des priorits est de rduire le soutien que certaines tribus sunnites fournissent aujourdhui aux djihadistes et de les ramener dans le jeu politique national.

Le dfi est dampleur, terriblement complexe, mais toute autre voie mnerait limpasse et contribuerait renforcer Daech, enfant monstrueux de la politique des noconservateurs tatsuniens et dAl-Qada.


 

()

« | »

: 1 ( 0 1)
 

4 moyens de le combattre sans rpter les erreurs du pass




04:05 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,