> >

[] [ ]

Obama autorise bombarder nimporte qui, nimporte quand

(Tags)
 
Sellal autorise des manifestations pro-Gaza, y compris Alger Emir Abdelkader 0 2014-07-22 08:44 AM
Libye : la Place des martyres de Tripoli seul endroit autoris pour les manifestations pacifiques Emir Abdelkader 0 2014-02-27 09:58 PM
Trvidic autoris enquter en Algrie Emir Abdelkader 0 2013-11-28 02:35 PM
Repre : quand Obama se dgonfle Emir Abdelkader 0 2013-10-02 03:48 PM
Pourquoi lAlgrie a autoris des avions franais traverser son espace arien Emir Abdelkader 0 2013-01-15 03:15 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-09-18
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Obama autorise bombarder nimporte qui, nimporte quand

Obama autorise bombarder nimporte qui, nimporte quand

On pourrait rsumer ainsi le discours du prsident amricain Barack Obama diffus rcemment sur internet : Les USA vont bombarder le territoire syrien sans consulter Damas, parce quon ne peut pas faire autrement . La situation frise en fait labsurde car les frappes ariennes amricaines viseront justement des ennemis qui sont en premier lieu ceux du prsident syrien Bachar al-Assad, et seulement aprs ceux de Barack Obama et dautres pays.




Mais en effet, Obama peut difficilement reconnatre devant le monde entier que les USA se retrouvent de fait allis avec la Syrie et, par extension, indirectement avec lIran. Ce discours du prsident amricain jette ainsi la lumire sur la plus grande faiblesse idologique de lAmrique, qui estime avoir le droit de faire tout ce que bon lui semble mais ne dit pas voix haute des choses videntes.
Lennemi de mon ennemi nest pas mon ami
Dans le texte intgral du discours prsidentiel on peut trouver tout ce quon veut, sauf la rponse cette question : quelles sont les causes de cette guerre qui a dj entran la prise de vastes territoires irakiens par larme extrmiste de lEtat islamique (EI) ?
Ce sont bien les amis et allis des Amricains lArabie saoudite, le Qatar et dautres monarchies du Moyen-Orient qui ont dclench ce processus. Dabord par lincitation aux rvolutions travers toute la rgion, qui ont t suivies de coups dEtat et de guerres. Dans cette affaire les USA participaient dabord mollement, sans dsir, puis les monarchies ont commenc les impliquer dans une vritable guerre, notamment contre la Syrie quelles hassaient tant. Aujourdhui, la situation dans la rgion est devenue trs complique car ceux qui encourageaient les coups dEtat se sont brouills entre eux mais rien de tout cela nest dit voix haute par Obama. Il a un autre problme.
Le fait est que la cration sur le territoire de deux Etats lIrak et la Syrie dun Etat terroriste, o des musulmans dEurope et mme des USA se rendent comme pour un safari, est intolrable. Les Etats-Unis taient tout simplement obligs de soutenir le gouvernement irakien avec des frappes ariennes, loignant un peu le front de la capitale. Mais lEI est bas en Syrie, sur le territoire dun autre Etat souverain do les terroristes ont prcisment dbarqu en Irak aprs avoir chou vaincre le gouvernement dAssad. Et si on ne pouvait pas atteindre ces terroristes l, en Syrie, il serait impossible de vaincre ce mouvement.
Les experts crivent depuis des mois que lAmrique est dans une situation absurde. Lennemi de son ennemi sest avr tre, lui aussi, son ennemi. Une vritable alliance militaire se dessine entre les USA, dune part, et la Syrie et lIran de lautre. Ces deux derniers tant des cibles de toute lopration des anciens amis des USA, les monarchies du Moyen-Orient, appele Printemps arabe . Alors pourquoi ne pas reconnatre que telle est notre nouvelle ralit nous, lAmrique, sommes dsormais amis avec Thran et Damas parce que nous devons faire face une menace commune vraiment terrible ?
Non il semble plus simple pour Obama de bombarder le territoire dun Etat souverain plutt que de briser des modles idologiques quil na mme pas crs lui-mme.
Y a-t-il quelquun au-del des Etats-Unis ?
Le plus intressant dans le discours de M.Obama est ce quil a vit habilement de dire, notamment sur la Syrie : Dans cette guerre nous ne pouvons pas compter sur le rgime dAssad, qui fait rgner la terreur sur son peuple. Ce rgime ne retrouvera jamais sa lgitimit perdue . Et cest tout, en fait.
Mais au fait, qui subit la terreur dAssad ? Prcisment lEI, qui sest dabord empar des deux tiers du pays en y commettant les mmes atrocits quaujourdhui en Irak, puis a t repouss au nord-est do, tant dans lincapacit de prendre Damas, il a mis le cap sur lIrak.
Dans son discours, Obama a dclar quil aiderait une force tierce en Syrie qui pourrait simposer face tout le monde, aussi bien Assad que lEI. Comme si les USA ne les aidaient pas dj. En ralit, lAmrique na pas aujourdhui la tte la Syrie. Ils veulent bombarder lEI sur le territoire syrien, aidant ainsi Assad reprendre les territoires que lorganisation occupe ? De toute faon, ce sera seulement pour demain et dici-l on trouvera bien quelque chose. Si loccasion de renverser le gouvernement de Damas se prsentait, il serait renvers.
En fait, il aurait simplement suffit de faire preuve de respect pour le droit international et de tlphoner Assad pour lui demander : Pouvons-nous liminer votre ennemi sur votre territoire ? Il naurait certainement pas t contre.
En fait, le droit international et le concept de souverainet sont pratiquement absents de lallocution dObama. Sans parler de la lgitimit du gouvernement syrien. Aprs tout, ce nest pas Washington qui dcide qui est lgitime ou non. Plus tard bien videmment, quelque part lOnu, lAmrique dira quelque chose pour la forme. Voire ne dira rien du tout.
Mais dans ce cas, quavons-nous au final ? Admettons que la Russie napprcie pas lUruguay -elle na en ralit absolument rien contre ce pays, au contraire, mais cest juste titre dexemple. Imaginons quune bande sempare dune partie du territoire uruguayen et pntre au Brsil. La Russie veut aider le Brsil et commence bombarder lUruguay tout en disant que son gouvernement nest pas lgitime et quelle fait ce quelle veut. Dailleurs, pourquoi seulement la Russie ? Nimporte qui peut bombarder nimporte qui : Obama la autoris. Aprs tout, le droit international est le mme pour tout le monde.
Le prsident amricain nest pas le seul omettre laspect juridique de laffaire : la plupart des Amricains le font. Dans les premires ractions son discours, on ne trouve pratiquement aucune rflexion ce sujet.
Voici la consultation juridique du Washington Post, dont lexpert nanalyse quun seul thme Obama a-t-il ou non le droit deffectuer des raids sur le territoire syrien, tout en annonant quil na pas demander lautorisation du Congrs dans ces circonstances. Il nest donc bien question que dune chose : lautorisation de le faire ! Lexpert trouve mme des arguments en faveur dObama : un acte du Congrs de 2002 sign avant la guerre en Irak lpoque de Bush, quil analyse minutieusement on ny trouve pas un mot sur le monde en dehors des USA.
Du ct de lopinion publique amricaine, sil y a un an la majorit tait trs oppose une agression contre la Syrie, le soutien des bombardements a doubl aujourdhui : 71% sont favorables aux attaques contre lEI sur le territoire irakien et 65% approuvent ces attaques sur le sol syrien
Mais on nentend absolument rien sur la souverainet et le droit international. Enfin, il y a bien une publication amusante dans le New York Times. Cest un genre part lart du dialogue, le summum de la mdisance de deux intellectuels. Ils commencent par une discussion sur Charles Dickens avant de passer Obama en soupirant, et lun des interlocuteurs lance : Le plus difficile consiste expliquer au peuple amricain ce quest le systme international. Vous le voyez ou le ressentez peine. Bien quil cre un fond subconscient de conduite pour tous, pour les bons et pour les mauvais gars .
Quon se le dise : il ny a plus de droit international ni de droit tout court. Ni de rgles de conduite. La prochaine fois que quelquun en parle, il ne restera qu en rire ensemble et discuter de Dickens.
Dimitri Kossyrev
arretsurinfo.ch







 

()


: 1 ( 0 1)
 

Obama autorise bombarder nimporte qui, nimporte quand




12:39 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,