> >

[] [ ]

Devinez qui est derrire le projet califat ?

(Tags)
 
Aqmi rejette le califat dcrt par lEtat islamique Emir Abdelkader 0 2014-07-14 11:17 PM
Irak : Le califat de lEIIl dnonc par des idologues djihadistes Emir Abdelkader 0 2014-07-03 02:59 PM
Le chef de lEI appelle les musulmans qualifis migrer vers le califat Emir Abdelkader 0 2014-07-01 10:12 PM
/ Egypte : Le rve fracass du Califat. Emir Abdelkader 0 2013-07-12 11:57 PM
Egypte : Le rve fracass du Califat. Emir Abdelkader 0 2013-07-12 11:55 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-09-24
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,943 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Devinez qui est derrire le projet califat ?

À la poursuite de l'État islamique : Devinez qui est derrire le projet califat ?








On dpeint l'État islamique (EI) comme un ennemi des États-Unis et du monde occidental.


Avec le soutien de la Grande-Bretagne, l'indfectible alli des États-Unis, le prsident Barack Obama a ordonn une srie de bombardements tasuniens sur l'Irak visant apparemment vaincre l'arme rebelle de l'EI.

Nous ne renoncerons pas notre volont de faire face l'État islamique [...] Si les terroristes pensent que nous allons faiblir face leurs menaces, ils ne peuvent pas tre davantage dans l'erreur. (Barack Obama et David Cameron, Strengthening the NATO alliance, lettre d'opinion publie dans le Times de Londres, 4 septembre 2014, c'est l'auteur qui souligne.)

Mais qui est derrire le projet de l'État islamique?

Par une cruelle ironie du sort, les rebelles de l'État islamique, anciennement connu sous le nom État islamique en Irak et au Levant (EIIL) taient jusqu' tout rcemment prsents comme des combattants de la libert de l'opposition en Syrie, dvous au rtablissement de la dmocratie et au renversement du gouvernement lac de Bachar al-Assad.

Et qui tait derrire l'insurrection djihadiste en Syrie?

Ceux qui ont ordonn les bombardements sont ceux qui sont derrire le projet de califat.

Les milices de l'EI, qui sont actuellement la cible prsume d'une campagne de bombardements des États-Unis et de l'OTAN en vertu d'un mandat de lutte au terrorisme , ont t et sont toujours soutenues clandestinement par les États-Unis et leurs allis.

Autrement dit, l'État islamique a t cr par le renseignement tasunien , avec le soutien du MI6 britannique, du Mossad isralien, de l'Inter-Services Intelligence (ISI) pakistanais et l'Al Mukhabarat Al A'amah de l'Arabie saoudite ( ou General Intelligence Presidency (GIP) en anglais). Par ailleurs, selon des sources du renseignement isralien (Debka), l'OTAN, en liaison avec le haut commandement turc, tait impliqu dans le recrutement de mercenaires djihadistes ds le dbut de la crise syrienne en mars 2011.

En ce qui concerne l'insurrection syrienne, les combattants de l'État islamique ainsi que le Front Al-Nosra, des forces djihadistes affilies d'Al-Qada, sont les fantassins de l'alliance militaire occidentale. Ils sont secrtement soutenus par les États-Unis, l'OTAN et Isral. Leur mandat consiste mener une insurrection terroriste contre le gouvernement de Bachar al-Assad. Les atrocits commises par les combattants de l'État islamique en Irak sont similaires celles commises en Syrie.

En raison de la dsinformation mdiatique, l'opinion publique occidentale n'est pas au courant que ds le tout dbut, les terroristes de l'EI ont t soutenus par les États-Unis et leurs allis.

Les meurtres de civils innocents par les terroristes de l'État islamique en Irak sont utiliss afin de crer un prtexte et une justification en faveur d'une intervention militaire tasunienne pour des raisons humanitaires. Les bombardements ordonns par Obama, cependant, ne sont pas destins liminer l'État islamique, qui constitue un atout du renseignement tasunien. Bien au contraire, les États-Unis visent la population civile ainsi que le mouvement de rsistance irakien.

Le rle de l'Arabie saoudite et du Qatar

Fait amplement document, le soutien des États-Unis et de l'OTAN l'État islamique est achemin clandestinement par les plus fidles allis des États-Unis, savoir le Qatar et l'Arabie saoudite. Les mdias occidentaux ont reconnu que Riyad et Doha, agissant en liaison avec Washington et en son nom, ont jou (et jouent toujours) un rle central dans le financement de l'État islamique, ainsi que dans le recrutement, la formation et l'endoctrinement religieux des forces mercenaires terroristes dployes en Syrie.

Selon le Daily Express de Londres : Ils [les terroristes de l'EI] avaient de l'argent et des armes fournies par le Qatar et l'Arabie saoudite.
La plus importante source de financement de l'EI ce jour provient des pays du Golfe, principalement de l'Arabie saoudite mais aussi du Qatar, du Kowet et des Émirats arabes unis , (Selon le Dr Gnter Meyer, directeur du Centre de recherche sur le Monde arabe l'Universit de Mayence, en Allemagne, Deutsche Welle )
Ces fonds ont t achemins aux terroristes de l'EI qui se battent contre les forces gouvernementales en Syrie:
Grce des allis comme l'Arabie saoudite et le Qatar, l'Occident [a] soutenu des groupes rebelles militants qui ont depuis muts en EI et autres milices lies al-Qada. (Daily Telegraph, 12 juin 2014)
Selon Robert Fisk, le projet de califat a t financ par l'Arabie saoudite :
[V]oici la plus rcente contribution monstrueuse de l'Arabie saoudite l'histoire mondiale : le Califat islamiste sunnite en Irak et au Levant, conqurant de Mossoul et Tikrit - et de Racca en Syrie - et peut-tre de Bagdad, humiliateurs ultimes de Bush et d'Obama.

D'Alep, dans le nord de la Syrie, jusqu'aux environs la frontire irako-iranienne, les djihadistes de l'EIIL et autres groupuscules divers pays par les wahhabites saoudiens, et des oligarques kowetiens, rgnent maintenant sur des milliers de miles carrs. (Robert Fisk, The Independent, 12 juin 2014)
En 2013, dans le cadre de son recrutement de terroristes, l'Arabie saoudite a pris l'initiative de librer des condamns mort incarcrs dans les prisons saoudiennes.

Une note confidentielle a rvl que les prisonniers taient recruts" pour rejoindre les milices djihadistes (y compris Al-Nosra et l'EIIL) afin de lutter contre les forces gouvernementales en Syrie.

On aurait offert une entente aux prisonniers - rester et tre excut ou lutter contre Assad en Syrie. Dans le cadre de l'entente, on offrait aux prisonniers un pardon et une allocation mensuelle pour leurs familles, autorises demeurer dans le royaume sunnite .
Les responsables saoudiens leur auraient donn le choix : dcapitation ou djihad? En tout, des dtenus du Ymen, de la Palestine, de l'Arabie saoudite, du Soudan, de la Syrie, de la Jordanie, de la Somalie, de l'Afghanistan, de l'Égypte, du Pakistan, de l'Irak et du Kowet ont choisi d'aller combattre en Syrie. (Voir Global Research, 11 septembre 2013)
Volte-face

Le 11 septembre 2014, concidant avec la commmoration du 11-Septembre, le roi d'Arabie saoudite ainsi que les monarques des pays du Golfe ont annonc leur soutien indfectible la guerre sainte d'Obama contre l'État islamique, laquelle a t et est toujours finance par des fonds du Qatar et de l'Arabie saoudite dans le cadre d'une opration de renseignement soigneusement conue.


Le secrtaire dÉtat John F. Kerry, gauche, parle avec Joseph W. Westphal, lambassadeur tasunien en Arabie saoudite, et le ministre saoudien des Affaires trangres, le prince Saoud Al-Fayal son arrive laroport international du roi Abdulaziz de Djeddah, en Arabie saoudite le 11 septembre 2014 (Photo : Brendan Smialowski, Associated Press)


Alors qu'ils ont activement contribu au financement de l'État islamique, sans compter qu'ils ont recrut et form des terroristes au nom de Washington, l'Arabie saoudite et les États du Golfe ont promis d'appuyer fermement la campagne militaire d'Obama, d'avilir et finalement dtruire l'État islamique.

La dclaration d'appui contenue dans le communiqu, engage les principaux pays arabes travailler avec les États-Unis afin de couper le flux de combattants et les fonds trangers de l'État islamique . Elle confirme galement que les membres ont discut d'une stratgie pour dtruire l'EIIL o qu'il soit, y compris en Irak et en Syrie .

L'Arabie saoudite a fini par comprendre que le groupe État islamique constitue aussi une menace srieuse pour leur pays, et qu'il ne s'agit pas d'un mouvement sunnite traditionnel. L'un des lments du plan d'Obama contre l'EI vise saper les liens idologiques et religieux avec l'islam invoqus par les militants de l'État islamique.
L'administration espre que Riyad usera de son influence parmi les chefs religieux islamiques. (Voice of America, 11 septembre 2014)
Recrutement de terroristes modrs

Dans le cadre de cet accord, la famiile Al-Saoud sera l'hte d'un centre de formation pour des milliers de combattants rebelles syriens qui luttent la fois contre l'État islamique et le rgime du prsident Bachar al-Assad . Cette proposition est fausse et absurde. Jusqu'au 9 septembre, l'Arabie saoudite a officiellement soutenu l'État islamique contre le gouvernement de Bachar Al-Assad, et on lui a maintenant confi le recrutement de djihadistes pour combattre l'État islamique. Les mdias n'ont toutefois pas russi relier les points et dcouvrir le grand mensonge.

Il s'agit d'un projet diabolique : les artisans de l'État islamique ont inform le monde qu'ils se lancent la poursuite de leurs propres terroristes dans le cadre d'une opration de contreterrorisme.

Bien que ces actions soient menes sous la bannire de la guerre mondiale au terrorisme , les États-Unis n'ont pas l'intention de cibler leurs propres brigades terroristes de l'EI, intgres par des forces spciales et les services de renseignement occidentaux. En ralit, la seule campagne crdible et efficace contre les terroristes islamiques de l'EI est mene par les forces gouvernementales syriennes.

Inutile de dire que le financement et l'appui des États-Unis, de l'OTAN, de l'Arabie saoudite et du Qatar continueront. L'objectif n'est pas de dtruire l'État islamique, tel que l'a promis Obama. Il s'agit plutt d'un processus de dstabilisation et de destruction de l'Irak et de la Syrie, men par les États-Unis. La campagne contre l'État islamique est utilise pour justifier le bombardement des deux pays en ciblant principalement les civils.

Le but ultime est de dstabiliser l'État-nation que constitue l'Irak et de dclencher sa partition en trois entits distinctes.

L'objectif stratgique gnral des États-Unis et de l'OTAN consiste dstabiliser toute la rgion du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord, de l'Asie centrale et du Sud, incluant l'Iran, le Pakistan et l'Inde.



Traduction: Julie Lvesque pour Mondialisation.ca

Michel Chossudovsky Global Research
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Devinez qui est derrire le projet califat ?




06:36 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,