> >

[] [ ]

Les Occidentaux ne complotent pas, ils exprimentent

(Tags)
 
Les Occidentaux nouveau face au bourbier irakien Emir Abdelkader 0 2014-09-14 01:24 PM
Gaza : pourquoi les mdias occidentaux sont pro-israliens Emir Abdelkader 0 2014-07-22 10:55 PM
Des agents occidentaux sont en contact avec le rgime, selon Damas Emir Abdelkader 0 2014-01-15 12:17 PM
Les mdias occidentaux dcouvrent les dcapitations en Syrie Emir Abdelkader 0 2013-09-14 03:01 PM
Belmokhtar veut ngocier avec lAlgrie et les Occidentaux Emir Abdelkader 0 2013-01-21 03:40 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-09-28
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Les Occidentaux ne complotent pas, ils exprimentent

Les Occidentaux ne complotent pas, ils exprimentent




Les Occidentaux ont lart, dune efficacit de moins en moins probante, de faire des choses qui provoquent des dgts et den rendre les autres responsables. Et on est rellement fatigus de devoir expliquer chaque fois que souligner leur trs grande responsabilit ne relve pas du dni des Daech qui sont en nous ou dune thorie de la conspiration.
Le monde arabe est travaill par des dynamiques contradictoires et celle de la rgression, sans tre irrsistible, est puissante. Cette rgression est soutenue par nos dictatures et nos autoritarismes qui ne cultivent pas louverture mais lenfermement mme si les castes dirigeantes vivent, physiquement, dans les pays occidentaux.
Il y a chez les lites au pouvoir dans le monde arabe un mlange de mpris, de violence et dincapacit prvoir qui ne peut quannoncer les catastrophes. Et ces lites, parce quelles ne sont pas comptables devant des peuples-lecteurs souverains, nont pas de vrais agendas nationaux.
Leur responsabilit est grande dans les dgts qui se commettent avec des pays qui se dfont et se dtruisent. On doit le souligner avec force. Mais cela nest pas une raison docculter la part, dcisive, des Occidentaux dans ce qui arrive dans le monde arabe.
Les Occidentaux sont en train de vendre lide que le Daech est une menace nouvelle , nulle autre pareille, et quelle exige une mobilisation mondiale contre lui. Barack Obama na pas repris le slogan bushien qui nest pas avec nous est contre nous , mais cest tout comme.
On est dans un jeu o plus lassertion est norme et plus on croit quelle passe. Il ny a pas contester que les gens du Daech sont des personnages sinistres et abjects. Et quils sont, au fond, laboutissement dun abrutissement orchestr depuis des dcennies par les grands moyens de lArabie Saoudite et des monarchies du Golfe.
Mais ces constats gnraux, justes, ne dispensent pas de rappeler, de manire factuelle, que la destruction de lEtat irakien par les Etats-Unis tait lacte de naissance futur du Daech. La reconstruction mene sous lgide des Amricains sest fonde, dlibrment, sur une dmarche qui a aliment le sectarisme et les divisions.
Cela fait dix ans que dans ces colonnes, on fait les constats dune entreprise systmatique de destruction de lIrak par linjection du poison sectaire. Les Saoudiens et les autres monarchies lont fait au nom de limpratif de sopposer larc chiite . Al-Maliki, appuy par lIran, a galement jou un rle dacclrateur.
Le grand boulevard ouvert aux djihadistes par les Amricains en 2003 a continu de slargir, au vu et au su de tous.
Daech nest pas une surprise mais une consquence logique, peut-tre non souhaite , dune dmarche politique vicieuse dont la finalit semble bien tre le dmantlement de lIrak.
Cela se fait, aussi, pour la Syrie o les Occidentaux font mine dtre surpris que la bonne opposition est dborde. Et on ne sort dailleurs pas de ces schmas. A la situation, pouvantable, dans laquelle se trouve la Syrie o le Daech a sa direction, que propose le Pentagone ? Il nous faut 12.000 15.000 rebelles syriens pour combattre le Daech ? On fait mine doublier que le Daech ou le Front Al-Nosra sont constitus de ces rebelles soutenus hier et qui sont devenus les ennemis daujourdhui.
On mne une politique qui fabrique le Daech et on uvre fabriquer un traitement qui peut, lui aussi, muter en un autre Daech.
Parlant de la Libye, lcrivain et ancien ambassadeur franais, Jean-Christophe Rufin, a not quil tait dangereux de penser quil faut faire quelque chose sans rflchir ce que lon fera aprs On la fait ces dernires annes en Libye et un peu partout. On fait tomber un dictateur, et on laisse le chaos derrire nous. Cela na pas de sens .
En ralit, cest bien la dmarche. On lance les choses et on ne se soucie pas de ce qui peut arriver, sachant - et cela est historiquement prouv - que les seules dynamiques vertueuses sont celles qui viennent des socits elles-mmes.
Une rvolution, une dmocratie ne sexportent pas. Cela ne relve que de la manipulation et de la violence.
Les Occidentaux ne complotent jamais - ces termes sont rservs aux Russes et aux autres Chinois- mais ils exprimentent . Et quand ils fabriquent un monstre, ils laissent croire que cest de la gnration spontane. Aprs tout, ceux qui souffrent de ces exprimentations, ce ne sont que des femmes, des enfants et des hommes de lointaines contres.
M. Saadoune


Les Occidentaux ont lart, dune efficacit de moins en moins probante, de faire des choses qui provoquent des dgts et den rendre les autres responsables. Et on est rellement fatigus de devoir expliquer chaque fois que souligner leur trs grande responsabilit ne relve pas du dni des Daech qui sont en nous ou dune thorie de la conspiration.
Le monde arabe est travaill par des dynamiques contradictoires et celle de la rgression, sans tre irrsistible, est puissante. Cette rgression est soutenue par nos dictatures et nos autoritarismes qui ne cultivent pas louverture mais lenfermement mme si les castes dirigeantes vivent, physiquement, dans les pays occidentaux.
Il y a chez les lites au pouvoir dans le monde arabe un mlange de mpris, de violence et dincapacit prvoir qui ne peut quannoncer les catastrophes. Et ces lites, parce quelles ne sont pas comptables devant des peuples-lecteurs souverains, nont pas de vrais agendas nationaux.
Leur responsabilit est grande dans les dgts qui se commettent avec des pays qui se dfont et se dtruisent. On doit le souligner avec force. Mais cela nest pas une raison docculter la part, dcisive, des Occidentaux dans ce qui arrive dans le monde arabe.
Les Occidentaux sont en train de vendre lide que le Daech est une menace nouvelle , nulle autre pareille, et quelle exige une mobilisation mondiale contre lui. Barack Obama na pas repris le slogan bushien qui nest pas avec nous est contre nous , mais cest tout comme.
On est dans un jeu o plus lassertion est norme et plus on croit quelle passe. Il ny a pas contester que les gens du Daech sont des personnages sinistres et abjects. Et quils sont, au fond, laboutissement dun abrutissement orchestr depuis des dcennies par les grands moyens de lArabie Saoudite et des monarchies du Golfe.
Mais ces constats gnraux, justes, ne dispensent pas de rappeler, de manire factuelle, que la destruction de lEtat irakien par les Etats-Unis tait lacte de naissance futur du Daech. La reconstruction mene sous lgide des Amricains sest fonde, dlibrment, sur une dmarche qui a aliment le sectarisme et les divisions.
Cela fait dix ans que dans ces colonnes, on fait les constats dune entreprise systmatique de destruction de lIrak par linjection du poison sectaire. Les Saoudiens et les autres monarchies lont fait au nom de limpratif de sopposer larc chiite . Al-Maliki, appuy par lIran, a galement jou un rle dacclrateur.
Le grand boulevard ouvert aux djihadistes par les Amricains en 2003 a continu de slargir, au vu et au su de tous.
Daech nest pas une surprise mais une consquence logique, peut-tre non souhaite , dune dmarche politique vicieuse dont la finalit semble bien tre le dmantlement de lIrak.
Cela se fait, aussi, pour la Syrie o les Occidentaux font mine dtre surpris que la bonne opposition est dborde. Et on ne sort dailleurs pas de ces schmas. A la situation, pouvantable, dans laquelle se trouve la Syrie o le Daech a sa direction, que propose le Pentagone ? Il nous faut 12.000 15.000 rebelles syriens pour combattre le Daech ? On fait mine doublier que le Daech ou le Front Al-Nosra sont constitus de ces rebelles soutenus hier et qui sont devenus les ennemis daujourdhui.
On mne une politique qui fabrique le Daech et on uvre fabriquer un traitement qui peut, lui aussi, muter en un autre Daech.
Parlant de la Libye, lcrivain et ancien ambassadeur franais, Jean-Christophe Rufin, a not quil tait dangereux de penser quil faut faire quelque chose sans rflchir ce que lon fera aprs On la fait ces dernires annes en Libye et un peu partout. On fait tomber un dictateur, et on laisse le chaos derrire nous. Cela na pas de sens .
En ralit, cest bien la dmarche. On lance les choses et on ne se soucie pas de ce qui peut arriver, sachant - et cela est historiquement prouv - que les seules dynamiques vertueuses sont celles qui viennent des socits elles-mmes.
Une rvolution, une dmocratie ne sexportent pas. Cela ne relve que de la manipulation et de la violence.
Les Occidentaux ne complotent jamais - ces termes sont rservs aux Russes et aux autres Chinois- mais ils exprimentent . Et quand ils fabriquent un monstre, ils laissent croire que cest de la gnration spontane. Aprs tout, ceux qui souffrent de ces exprimentations, ce ne sont que des femmes, des enfants et des hommes de lointaines contres.


M. Saadoune


legrandsoir.info













 

()


: 1 ( 0 1)
 

Les Occidentaux ne complotent pas, ils exprimentent




12:40 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,