> >

[] [ ]

Dans la fabrique des nouvelles terminologies politiques :...

(Tags)
 
Lignoble marque de fabrique Daech Emir Abdelkader 0 2014-09-25 12:44 PM
Tunisie : nouvelles flambe de violence Emir Abdelkader 0 2014-03-30 11:35 PM
Nouvelles manifestations Batna : ... Emir Abdelkader 0 2014-03-16 11:46 PM
Dtrioration de l'tat de sant de dtenus politiques sahraouis dans les prisons marocaines Emir Abdelkader 0 2013-08-19 02:40 PM
Un fondateur du FIS raconte comment il a fabriqu des terroristes Emir Abdelkader 0 2013-01-10 03:11 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-10-04
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,960 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Dans la fabrique des nouvelles terminologies politiques :...

Dans la fabrique des nouvelles terminologies politiques : du printemps arabe Daech








Comment les mdias et intervenants du monde entier se voient-ils reprendre machinalement et instantanment tout nouveau concept prsent par la presse dominante occidentale, sans la moindre possibilit dy opposer leurs propres dfinitions ou leurs propres terminologies ? Comprendre ce phnomne, cest percer le secret de la machine de propagande qui faonne aujourdhui lopinion publique mondiale. Pourtant, cette machine na rien dsotrique. Il suffit gnralement que quelques agences de presse, chanes de tlvision forte audience ou leaders dopinion des journalistes inspirs ou des politiques influents reprennent leur compte un concept, dapparence anodine ou neutre, pour dsigner une image ou un phnomne beaucoup plus complexes et controverss, pour que ce concept soit aussitt adopt le plus normalement par lensemble des mdias dans le monde entier. Ce fut le cas lorsque ces faiseurs dopinion se sont empresss dinventer le concept de printemps arabe pour dsigner des mouvements dinsurrection aussi sanglants que suspects ayant fait leur apparition dans certaines contres de la rgion arabe. Tous les titres de presse, par paresse intellectuelle ou par conditionnement, lutiliseront, mme quand il fallait voquer les aspects ou les vnements les plus obscurs de ce printemps. Cet ancrage est tellement profond dans les esprits que mme ceux qui en sont conscients nont pas dautre parade que de mettre, ostensiblement, cette expression entre guillemets. Dans le printemps arabe, il y a tout un pack de produits drivs qui se vend la fois : milices ou brigades pour dsigner larme du pays cible, rebelles ou thouwar en arabe pour cacher la nature terroriste des insurgs, rgime pour rduire lEtat dsign abattre un conglomrat de mafieux, illgitimes et irresponsables, al-full, un barbarisme gyptien mis en valeur par Al-Jazeera pour parler des soutiens dun rgime dchu... Il sest avr que tout cela participait dun plan pralable visant prparer lopinion dventuelles ingrences occidentales dans ce processus de dsintgration du monde arabe. Ctait le cas, pendant des annes, lors que ces mmes mdias prsentaient le terrorisme en Algrie (et aujourdhui en Syrie) comme une guerre civile (sans les guillemets !), et parlent de terroristes, toujours avec guillemets, mme quand cest un prsentateur tl qui prononait le mot ! Ces fabricants de strotypes ont trouv dans les mdias arabes dominants (Al-Jazeera, Al-Arabiya, Al-Hayat, Al-Charq Al-Awsat) leurs meilleurs relais. Les rares tentatives de rsistance ne dpassent pas le cadre des mdias alternatifs qui, cahin-caha, ont russi, en quelques annes, former une opinion arabe critique et peu permissive la propagande destructrice des mdias lourds. Mais cela reste insuffisant pour contrebalancer une machine qui mobilise les plus grandes entreprises spcialises dans les technologies de linformation et de la communication (Google, YouTube) qui facilitent laccs ces produits de large consommation.
Une gymnastique smantique
Adaptant leur langage aux nouvelles exigences gopolitiques, les mdias dits influents, en France notamment, redcouvrent le concept de terrorisme et de terroristes, depuis que Franois Hollande a annonc la volont de son pays denvahir le Mali, en janvier 2013. L, pour dbusquer les groupes rebelles du nord de ce pays africain, il fallait non seulement focaliser sur ltendue des groupes arms lis Aqmi ou ses dissidents (Mujao, Signataires par le sang, etc.) ainsi que leurs gourous, mais amplifier dans le mme temps les risques quils reprsentaient pour toute la rgion. Dans ce jeu, la presse algrienne dans son ensemble na pas su dmler la part de propagande de celle des vritables enjeux. Incapables de vrifier les informations quils reoivent, nos journaux se sont rduits de simples amplificateurs dune propagande de guerre qui les dpasse. Le concept de terrorisme revient avec encore plus de force, mais beaucoup moins de panache, pour relgitimer des attaques menes en Irak et en Syrie. Inconnu il y a encore quelques mois, le groupe terroriste autoproclam lEtat Islamique en Irak et au Levant (dsign au dbut par ce sigle : EIIL), alors quil activait dj depuis au moins deux ans dans les provinces syriennes, devient tout coup la premire proccupation des gouvernements occidentaux. Pour les faiseurs dopinion internationaux, il y a dsormais en Syrie des terroristes (abrg et devenant lEtat islamique, lEI) et une opposition modre quil faudrait soutenir dans son combat contre le rgime de Bachar Al-Assad (ainsi a-t-on dcid que soit nomm le gouvernement syrien). Toute une gymnastique smantique na pas suffi pour dissimuler une volont manifeste de pervertir la ralit. Aprs avoir mis au dbut sur limpact que pouvait avoir le label Etat Islamique sur une opinion estime largement islamophobe, certains dirigeants occidentaux, comme Hollande, se sont vite raviss, en instruisant tous leurs relais mdiatiques de ne plus utiliser ce nom, et lui substituer le sigle Daech (form partir des initiales de ce groupe en langue arabe, en vogue dans les mdias participatifs arabes), qui rsonne curieusement comme Reich. Et depuis, tous les journaux parisiens, du Monde, aux quotidiens gratuits, en passant par Paris-Match et Les Echos, ne reconnaissent plus lEtat Islamique. La nouvelle mission impartie ces mdias du systme tait damplifier la peur dune dferlante terroriste, et de faire croire une unification de tous les groupes djihadistes sous la bannire de Daech qui serait cent fois pire que son anctre Al-Qada. Lexcution, tout rcemment, dun ressortissant franais en Algrie par un groupe se revendiquant de Daech, est tombe point pour cette presse qui reconnat, enfin, lexistence de terroristes en Algrie, luttant pour linstauration dun califat et hostile toute prsence occidentale sur les terres de lislam. Califat, voil un autre vieux concept exotique qui refait surface pour les besoins de la cause !


R. Mahmoudi

 

()


: 1 ( 0 1)
 

Dans la fabrique des nouvelles terminologies politiques :...




10:36 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,