> >

[] [ ]

l'Algrie et la halalmania, ou l'empire de la bigoterie

(Tags)
 
LEmpire smeut de la mort dun amricain mais garde le silence sur les crimes de lEI en Syrie Emir Abdelkader 0 2014-08-29 10:39 PM
Lempire de lautomobile en Algrie La promesse tenue ! Emir Abdelkader 0 2014-08-11 03:52 PM
LEmpire veut saisir la CPI pour crimes et massacres en Syrie Emir Abdelkader 0 2014-04-09 02:59 PM
Quand le FLN signe la fin de lempire de napoleon !? Emir Abdelkader 0 2014-03-19 03:15 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-10-09
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,943 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool l'Algrie et la halalmania, ou l'empire de la bigoterie

Islam : l'Algrie et la halalmania, ou l'empire de la bigoterie






Si en Algrie l'islamisme politique a t neutralis et le jihadisme circonscrit, dfaut d'tre radiqu, la bigoterie, elle, progresse de manire proccupante.
L'excution, le 24 septembre, d'un ressortissant franais dans le massif du Djurdjura, une centaine de kilomtres l'est d'Alger, est-il le signe d'une radicalisation des esprits, voire d'un renouveau du terrorisme en Algrie ? Rien n'est moins sr, les premiers lments de l'enqute ayant tabli que les ravisseurs ne sont pas de nouvelles recrues jihadistes mais des vtrans des Groupes islamiques arms (GIA), survivance d'un pass pratiquement rvolu depuis l'adoption par rfrendum, en 2005, de la politique de rconciliation nationale engage par Abdelaziz Bouteflika.
Mais la nette diminution des capacits de nuisance des groupes terroristes et le recul de l'islamisme politique qui l'a accompagne contrastent avec le regain de religiosit, voire de bigoterie que connat la socit algrienne.
Premier indice de cette tendance : la croissance exponentielle de l'affluence dans les mosques. Laquelle s'explique en partie par ce que les Algriens appellent avec humour "promotion zelzla" (promotion "tremblement de terre"), dsignant par l "les croyants de la peur", dont la vocation apparat comme par magie la suite d'une catastrophe naturelle. Sismes et rpliques entretiennent ainsi l'assiduit dans les lieux de culte.
Selon les fidles de la vingt-*cinquime heure, le bikini serait le premier responsable de l'activit sismique en Algrie.
"Chez nous, ironise Hanane, tudiante en sociologie Stif, la panique fait le bigot." Le 1er aot, la suite d'un tremblement de terre (six morts et beaucoup de dgts dans le vieux bti de la capitale) dont l'picentre se situait une vingtaine de kilomtres au large d'Alger, les mosques ont accueilli plus de fidles que d'habitude, gnration spontane de pratiquants convaincus que "tout cela est de la faute des femmes qui se dnudent sur les plages et se prlassent au soleil, indiffrentes au regard des hommes".
Ainsi, selon ces fidles de la vingt-*cinquime heure, le bikini serait le premier responsable de l'activit sismique en Algrie. L'indigence de la vie politique n'est sans doute pas trangre au recentrage des dbats sur des thmes socitaux ou, en l'occurrence, sur des tartufferies relayes par les mdias et les rseaux sociaux, et dont l'opinion est devenue friande.
La controverse, jamais innocente
Yadjouz aw la yadjouz ? "Licite ou illicite ?" Chez certains, la controverse n'est jamais innocente et l'arrire-pense politique toujours de mise. On instille le doute, quitte travestir les faits. Exemple : des tlcoranistes (de plus en plus nombreux avec la libralisation de l'audiovisuel) ont ainsi dnonc l'importation par des oprateurs privs de viande rouge prtendument non halal. Et de s'en prendre au laxisme du gouvernement coupable d'autoriser le commerce de viande bovine importe sans vrifier si les conditions d'abattage des btes au Brsil, en Argentine ou en France respectent les prceptes de l'islam.
"Ces carcasses sont-elles halal ?" s'interroge Cheikh Chemsedine, prdicateur vedette de la chane Ennahar TV. Pour tayer son propos, il propose des images non dates tournes dans un abattoir d'Amrique latine. Durant une semaine, le dbat fait rage, jusqu'au jour o l'on s'aperoit qu'il s'agit en ralit d'une guerre entre importateurs.
Autre sujet de controverse entretenue par les tlcoranistes : les crdits Ansej, du nom de l'Agence nationale de soutien l'emploi des jeunes, un dispositif mis en place par le gouvernement pour promouvoir l'autoentrepreneuriat chez les jeunes. Certains imams ont dnonc ce systme en invoquant le caractre illicite du riba ("l'usure"), les prts tant assortis de versements d'intrts.
"C'est une attitude totalement hypocrite, dplore Mohamed Assa, ministre des Affaires religieuses. Ces pseudo-imams encouragent la fraude fiscale, qu'ils prsentent comme une ruse commerciale et non comme une atteinte la loi. Tout comme ils dclarent licite le paiement de pots-de-vin pour faire passer un conteneur de marchandise contrefaite, voire avarie. Bien sr, il s'agit d'une infime minorit de nos fonctionnaires, dont le comportement menace la longvit professionnelle."
Les enseignements de la "tragdie nationale"
Selon lui, le regain de religiosit ne saurait effacer les enseignements tirs de la "tragdie nationale", savoir l'insurrection islamiste des annes 1990. "La dcennie noire n'est pas un simple accident de l'Histoire, mais le fruit d'une agrgation de dysfonctionnements au sein de deux institutions de la Rpublique : l'cole et la mosque. Rsultat : dilution de l'islam ancestral au profit d'un islam import totalement tranger aux valeurs de cohabitation religieuse pacifique qui ont, de tout temps, caractris la socit algrienne."
Paralllement au traitement militaire et politique du phnomne jihadiste, un effort de rflexion a t engag au dbut des annes 2000 pour prmunir la socit contre toute tentation de rcidive. Premier chantier, l'cole. Pour le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, il s'agit de revoir de fond en comble les programmes en matire d'ducation islamique : "Les livres scolaires semblent destins former des muftis [hommes de religion nonant des avis juridiques] plutt que des citoyens."
Instruction a t donne au dpartement de Nouria Benghebrit, ministre de l'Éducation nationale, de rviser en profondeur la teneur des cours d'ducation islamique afin de s'assurer que l'cole, le collge et le lyce soient totalement impermables "l'idologisation de la religion".
Dficit en cadres abyssal
Pour Mohamed Assa, l'instrumentalisation de la religion des fins politiques a engendr deux perceptions antagonistes de l'islam, l'un, officiel et au service de l'État, l'autre, revendicatif.
"L'islam n'est ni l'un ni l'autre, et l'extrmisme est le rsultat de ces errements. Il faut rhabiliter notre islam ancestral. Celui de Cordoue. Un islam accept par l'autre et acceptant l'autre. Notre rfrent religieux national ? Nous sommes des sunnites de rite malkite ouverts aux autres rites - ibadite, caractristique de la rgion du M'Zab, hanafite, fruit de la longue prsence [cinq sicles] ottomane et l'coute de l'exgse hanbalite -, car notre socit doit s'adapter au temps et l'espace. Notre islam cohabite pacifiquement avec les autres cultes, hritage de notre histoire."
Comment dbarrasser le rfrent religieux national de l'tiquette d'islam officiel ? "C'est toute la difficult de la tche. Comment l'État doit-il grer le culte, sans interfrer dans sa pratique ?" D'abord en faisant en sorte que les lieux de culte ne soient pas confis de faux prdicateurs et de vrais charlatans. "Notre islam est celui des Lumires, pas celui de la roqia ["exorcisme"]. Notre imam n'a pas vocation interdire ou autoriser, mais tre un modle de rectitude."
Mais le dficit en encadrement est abyssal. "Nous ne disposons que de 23 000 cadres pour grer nos 17000 mosques, explique Mohamed Assa, et la majorit des 120 diplms annuels en sciences islamiques se rvle incapable de diriger la prire. Pis, nombre d'entre eux constituent des vecteurs de propagation d'ides radicales, car la gestion des salles de prire des campus universitaires chappe notre vigilance." Vigilance dont fait heureusement preuve l'crasante majorit d'une population vaccine par la dcennie noire.






 

()


: 1 ( 0 1)
 

l'Algrie et la halalmania, ou l'empire de la bigoterie




04:24 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,