> >

[] [ ]

La nouvelle dictature citoyenne et... corporatiste

(Tags)
 
La dictature de kadhafi Emir Abdelkader 0 2014-08-20 05:36 AM
Les Palestiniens de Ghaza entre la dictature... Emir Abdelkader 0 2014-07-16 10:09 PM
Moncef Marzouki est pass de dissident contre la dictature supporter de dictateur Emir Abdelkader 0 2014-06-07 06:57 AM
Egypte Un rfrendum entre youyous et souvenirs de dictature Emir Abdelkader 0 2014-01-17 05:04 PM
Nouvelle pice de 200 DA Emir Abdelkader 0 2012-07-03 07:01 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-10-20
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,937 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
La nouvelle dictature citoyenne et... corporatiste

L're des revendications : La nouvelle dictature citoyenne et... corporatiste


On croyait avoir tout vu, tout entendu, tout compris des soulvements populaires, larges ou limits, postindpendance :

Sept annes, barakat !


Les manifestations d'tudiants et de citoyens anti-coups d'Etat du 19 juin 1965!

Les rvoltes alimentaires de Constantine!

Le Printemps berbre!

Octobre 88 !

Et, depuis quelques annes, les continuelles meutes populaires … pour l'eau, pour le gaz, contre les coupures d'lectricit, pour le logement, pour les salaires, pour le travail, pour l'amlioration des conditions de travail…! Au Nord, au Sud, l'Est et (aussi) l'Ouest.

Mais, c'est la premire fois que l'on voit une manifestation (large car partie de Ghardaia, elle s'est tendue quelques autres villes du pays, avec pour halte finale Alger) d'agents de la scurit publique, en l'occurrence les lments des fameux Urs… que les autres manifestants connaissent bien pour leur vigueur.

A Alger, elle a regroup quelques centaines de personnes.

Mais, surtout, c'est la premire fois, qu'en plus des (19) dolances (qui ressemblent fort, pour la plupart, celles que l'on rencontre chez d'autres corporations: logement, salaires, primes, conditions de travail, considration…) il est publiquement demand le dpart d'un grand boss, le Dgsn en l'occurrence, Abdelghani Hamel, un Gnral-major, s'il vous plat ! un enfant de l'Anp (la Gendarmerie nationale en fait partie). Il est vrai qu'un responsable de parti trs proche de l'Etat avait, trs rcemment, ouvert la voie. C'est la premire fois, aussi, que des manifestants se sont rassembls (et ont dormi sur la belle pelouse) juste devant la porte d'entre officielle de la Prsidence de la Rpublique. Une premire. Plus qu'tonnante, pour le manifestant lambda. Car, mme les manifestants du Fis (dissous) n'avaient pas russi, au dbut des annes 90, dpasser le rond -point de la place M-S Benyahia (El Mouradia). Seuls, Abassi Madani et, je crois, deux autres de ses compagnons avaient t autoriss franchir le portail pour discuter avec des conseillers… et, avec pour alibi accept, l'obligation de prire du Dohr, la Prsidence ayant (alors) une petite maala l'entre. C'est dire, aujourd'hui, l'ampleur de l'vnement, marqu par un double drapage:

1 une protestation hautement corporatiste (comme bien d'autres) mais, cette fois-ci, venant de ceux l mme chargs de rprimer les protestations populaires, corporatistes ou simplement citoyennes… ce qui ne s'est jamais vu ici… et trs rarement ailleurs (les gendarmes en France, je crois, mais bien loin de l'Elyse).

2 Une menace directe de la rsidence officielle de l'Institution la plus importante du pays, la Prsidence de la Rpublique en l'occurrence. Un petit rien et les choses auraient pu totalement draper avec l'occupation interne des lieux. Le reste, on n'ose l'imaginer.

Pourquoi cette mutinerie ? Dj explique de long en large tant par la presse que par les concerns eux-mmes… ainsi que par les experts et autres analystes.

Comment ? Dj dcrite.

Reste la grande question ! Les consquences. Non celles politiques, fruits naturels des drives, dpassements, manuvres, manipulations, calculs et autres magouilles de l'ombre, toujours prsentes peu ou prou, mais celles socitales, lies une sorte de nouvelle forme de contestation et d'action des masses… objectivement extrmement dangereuse pour la stabilit de l'Etat et la scurit (et le moral) des citoyens.

Des consquences induites, mon sens, par la (nouvelle) forme de gouvernance politique du pays depuis plus d'une dcennie.

Globalement, les appareils d'Etat, quelque niveau que ce soit, c'est--dire jusqu' la commune, au niveau national (les relations internationales ayant chapp au rouleau compresseur… mais pas la diplomatie), ont t, peu peu, dlibrment ou pernicieusement, zapps… un zapping qui a drap encore plus avec la maladie du Prsident. D'une seule tlcommande, on est vite pass plusieurs, souvent entre des mains malintentionnes ou aux intrts inavouables (dont ceux commerciaux et affairistes…). Un nouveau mal politico-bureaucratique qui a mtastas , permettant tout chacun se comporter en Chef ou en expert… et en cas d'obstacle, de rsistance, pour les plus faibles, d'ameuter le reste des troupes afin de monter au crneau par la manifestation ou la mutinerie… ou , chez les plus grands, les plus puissants du moment, les plus riches, les plus forts, les mieux organiss, les moins respectueux des appareils d'Etat ou de l' Administration… de chercher imposer, tout prix, leur ide, quand ce n'est pas leur idologie. Des demandes foison, des plus justes, lgitimes et srieuses aux plus farfelues. On le voit bien, ces derniers temps, propos de grandes questions comme l'adhsion l'Omc, le gaz de schiste ...

39 millions de citoyens, 39 millions de questionnements et de problmes, chacun voulant passer le premier, seul ou au sein de son club, de son quartier ou de sa corporation. Chacun se prvalant, sinon d'une lgitimit historique (mme certains clubs de football, par la voix de leurs prsidents, s'y sont mis pour rclamer des droits, suivis en cela par leurs supporteurs), du moins de la gravit de son problme.

Chacun voulant une solution quasi-immdiate du problme… choisissant donc la voie la plus directe, la plus courte, la plus rapide, sachant pertinemment qu'en face, il n'y a (presque) pas ou plus d'appareil d'Etat mais seulement des hommes-citoyens (seuls ou en clubs) dtenant une ou plusieurs parcelles de pouvoir. Fini le temps des lettres ouvertes publies par la presse. Finies les dolances adresses directement au Chef de l'Etat, un ministre ou un wali. Dsormais, un combat d'homme homme et/ou de bande bande. On se soulve, on menace, on manifeste ! Enfonce la grve traditionnelle avec pravis lgal. Oublie la lutte syndicale pacifique. On ne lutte plus. On combat. Et, comme au temps des tribus moyengeuses, on ne veut plus discuter qu'avec les chefs, rels ou supposs.

La dictature citoyenne et corporatiste! En raison de ras-le-bol multiples pour une bonne part justifis et d'une trs mauvaise communication interne au sein mme des appareils. Dommage pour la dmocratie participative (celle reprsentative ayant quasi-totalement chou). Danger pour la Rpublique ?

 

()

« | ... »

: 1 ( 0 1)
 

La nouvelle dictature citoyenne et... corporatiste




07:37 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,