> >

[] [ ]

Les pisteurs de terroristes

(Tags)
 
Qui sont les terroristes !!! ... Emir Abdelkader 0 2014-10-07 11:16 PM
Qatar, le Club Med des terroristes Emir Abdelkader 0 2014-09-30 10:36 PM
Tunisie : qui sont les terroristes ? Emir Abdelkader 0 2014-09-03 12:02 PM
Terroristes abattus Tamanrasset :... Emir Abdelkader 0 2014-05-06 05:11 PM
Terroristes en Syrie :... Emir Abdelkader 0 2014-02-27 02:37 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-10-22
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,966 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Les pisteurs de terroristes

Une journe avec les mharistes de l'ANP Tarat (Illizi) : Les pisteurs de terroristes






Lallure lance, vtu dun treillis militaire, le visage recouvert dun chche vert, la kalachnikov accroche en bandoulire, bien assis sur le dos dun chameau blanc, Ahmed fait partie de lunit de mharistes de larme, se trouvant Tarat, 170 km au sud de la wilaya dIllizi, elle mme situe au sud-est du pays, 1850 km de la capitale.


Ahmed na pas eu la chance de faire des tudes. Normal. Dans son village, la scolarisation relve du luxe. Isole du monde, la seule route qui relie Tarat au chef-lieu de la commune est difficilement praticable en raison du manque dentretien. La plus proche agglomration est Ghat, une ville du sud libyen situe moins de 60 km seulement. Ahmed se rappelle bien des bons moments de son enfance, lorsque sa tribu rejoignait facilement dautres fractions vivant Tazouni, Inehrou, Bordj El Haouas ou Djanet. Elle pouvait traverser tout le sud libyen en faisant une halte Ghat, o le troc tait trs rentable au point dattirer de nombreux jeunes des rgions limitrophes, qui ont trouv dans le trabendo une source de richesse durant les priodes de crise des annes 1980 et 1990. Depuis, les vnements en Libye ont boulevers la rgion. Lautre ct de la frontire sest transform en un immense march darmement lourd o kalachnikov, lance-missiles ou char sont moins chers que les produits alimentaires...

Septuagnaire, Abdelillah Chenkiti, le chef de la tribu, est conscient de la lourde menace qui guette le pays, dit-il. Le patriarche a dailleurs dcid de sdentariser les siens non loin du campement de la compagnie de reconnaissance et de guerre lectronique de lANP dont dpend lunit de mharistes. Celle-ci est compose principalement de jeunes du village, tous de parfaits chameliers et pisteurs avrs, dont larme a besoin pour franchir ces immenses dunes et ces terrains rocheux non carrossables, souvent utiliss aussi bien par les terroristes que par les contrebandiers et les trafiquants de drogue. Ils savent reconnatre les pas des femmes, des jeunes, de moins jeunes, faire la diffrence entre les chaussures quils portent et connatre lheure laquelle ils sont passs.
Ils font des rondes rgulires pour collecter des informations sur tout mouvement suspect sur la bande frontalire. Mme sils sont rmunrs, leur travail reste reintant. Mais cela ne les empche pas dassumer ce quils considrent comme un devoir lgard dune patrie qui ne les a pas gts.
En effet, la vie dans ce village est extrmement difficile. Grace des forages de larme, leau ncessaire lagriculture coule depuis peu. Cela permet aux familles de se nourrir. Dune humilit extrme, Abdelillah refuse de parler des conditions de vie de son village. Devant notre insistance, il nous demande daller discuter avec les femmes, regroupes pour la circonstance de notre visite sous deux tentes, quelques dizaines de mtres.

Nos filles ne vont pas lcole et nos malades sont privs de soins
Habilles de leurs belles toffes aux couleurs chaudes, elles nous accueillent au son des tambours et de chants. De nombreux enfants, pieds nus, courent devant nous, dautres nous prennent la main comme pour nous souhaiter la bienvenue. Cela fait longtemps que nous navons pas vu les gens du Nord. Pourtant, nous avons plein de choses vous dire. Nos filles ne vont pas lcole faute de collge, les femmes qui accouchent meurent souvent avant leurs nouveaux-ns. Les moyens de transport nexistent pas et pour se soigner, il faut qumander les mdicaments de chez les militaires, lance Fatma, la cinquantaine, mre de huit enfants.
Elle nous prend la main et nous implore de faire quelque chose pour la centaine de familles qui vivent proximit du campement de Tarat. Toutes ces jeunes filles qui vous entourent nont pas la chance de poursuivre leurs tudes, aprs le cycle primaire, parce que les parents ne les laissent pas aller au collge, situ Illizi. Elles ne peuvent rien faire, mme pas une petite formation. Les centres nexistent mme pas aux alentours de Tarat. A part ceux qui travaillent avec larme, en tant que mharistes, nos jeunes garons ne font rien. Ils nont pas de travail et ne peuvent pas accder des mtiers. Ils dsesprent de loisivet. Larme ne peut pas recruter tous les jeunes du village, lance Fatma, avant dtre apostrophe par sa sur, Acha : Parle-lui des nombreux enfants qui souffrent de maladies ophtalmiques. Ici nous navons quun centre de sant dpourvu de tout. Ni seringues ni mdicaments. Les soins sont assurs par un infirmier qui a du mal grer la structure. Nous navons mme pas de mdecin et chaque fois nous nous rabattons sur linfirmerie de larme o, Dieu merci, nous sommes pris en charge. La majorit des femmes accouchent sous la tente et si par malheur, il y a une complication, nous navons pas dambulance pour lemmener jusqu lhpital dIllizi. A chaque fois quil y a une urgence, nous sommes obligs de solliciter les moyens des militaires.
Leau que nous buvons nest pas traite. Elle provient directement des puits, ce qui a engendr de nombreuses maladies et intoxications. Nous voulons tre considrs comme tous les Algriens du Nord. Nous ne demandons pas le ciel. Nous voulons juste bnficier des bonnes conditions pour une vie dcente, semporte Acha, la voix pleine colreuse. Quelques adolescentes nous apostrophent, elles veulent lancer un appel aux autorits locales : Nous voulons que les autorits nous construisent un collge afin que nous puissions poursuivre nos tudes et un centre de formation pour apprendre des mtiers. Nous ne voulons pas tre maries 16 ou 17 ans, lge o nous commenons peine voir la vie. Nous avons droit une scolarit, alors faites en sorte que notre cri soit entendu

Les actions des militaires sont humanitaires, le village manque de tout
Abdelillah, le chef du village, arrive avec les officiers de lANP en poste au campement. Un lieutenant, mdecin de carrire, insiste sur laide apporte cette population. Lunit existe depuis longtemps, mais son effectif a t renforc en raison des vnements en Libye, notamment depuis la fermeture de la frontire. Mais vu la situation difficile des villageois, les actions des militaires sont plus humanitaires. Ce village manque de tout. Nous assurons la prise en charge sanitaire des malades, auxquels nous fournissons des mdicaments. Les habitants nous sollicitent quotidiennement pour leau, llectricit, les soins, le transfert Illizi par ambulance, etc. Nous faisons ce que nous pouvons pour allger leurs souffrances, nous dit-il.Lui-mme mhariste malgr son ge, Abdelillah, prend entre les mains les rnes de son chameau.
Dun seul geste, il paralyse lanimal et saute sur son dos, puis redescend rapidement en voyant le photographe pointer son appareil sur lui. Attendez-moi quelques minutes. Les militaires sont tous en treillis, moi je vais mettre ma tenue dapparat. Je veux que les Algriens sachent quil y a des hommes qui protgent leur pays, sans rechigner sur les conditions dans lesquelles ils assument cette mission. Nous ferons en sorte que nos frontires ne soient jamais franchies par les faiseurs de malheur, prcise-t-il.
Au loin, quelques chameaux se reposent dun long voyage dans le dsert, en attendant une autre mission de reconnaissance. Grce eux, de nombreux terroristes ayant franchi la frontire ont t arrts ou abattus et leurs armes rcupres ; autant de contrebandiers et trafiquants de drogue ont subi le mme sort. Pour lANP, ils constituent une force considrable qui permet davoir linformation en temps rel sur tout ce qui bouge au sud-est dIllizi, tout le long de la frontire avec la Libye. Leur engagement pour la patrie na vraiment pas de prix et leur abngation na pas dgal.

Salima Tlemani




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Les pisteurs de terroristes




05:35 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,