> >

[] [ ]

Net recul de la libert de la presse

(Tags)
 
Et chez nous, la libert de la presse est-elle menace !? Emir Abdelkader 0 2014-10-22 12:25 PM
Sid Ahmed Ghozali au forum de Libert :... Emir Abdelkader 0 2014-03-18 01:31 AM
Sid ahmed ghozali au forum de liberte: Emir Abdelkader 0 2014-03-17 06:08 PM
Turquie: larme sinvite dans le scandale, les marchs en recul Emir Abdelkader 0 2014-01-03 05:47 PM
Colloque international Alger: le recul du soufisme lorigine de la crise culturelle au Maghreb Emir Abdelkader 0 2013-12-20 06:07 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-10-23
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,954 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Net recul de la libert de la presse

Avis largement, partag Net recul de la libert de la presse

Des journalistes, des politiciens, des dfenseurs des droits de lHomme se sont exprims sur ltat de la presse nationale. Ils saccordent tous pour dire quaujourdhui, il nexiste pas de libert de la presse en Algrie.
Hamid Goumrassa, journaliste au quotidien El Khabar : Je ne reconnais pas cette journe, oeuvre de Bouteflika qui na jamais arrt de mettre la pression la presse. Dailleurs, depuis son arrive en 1999, il a affich son animosit en traitant les journalistes de teyabat el hammam (les masseuses de bain maure).
Il a toujours tmoign du mpris envers la presse algrienne et surtout envers celle qui a gard une marge par rapport aux pouvoirs publics. Sil y avait une relle volont des autorits et de Bouteflika, puisque tout est concentr son niveau, pour largir la libert au profit des journalistes, il y aurait eu au moins un indice. Lui qui na jamais tenu ne serait-ce quune seule confrence de presse depuis toutes ces annes passes au pouvoir. Les journalistes ne veulent pas de Journe nationale, ils nont pas besoin dun symbole, car tout cela nest que du folklore. Ils veulent du concret.
Sad Rabia, journaliste au quotidien El Watan : Si vous me posiez la question : estce que le pouvoir respecte la libert de la presse, un des plus importants attributs de la dmocratie, garanti par la Constitution du pays ? Je vous dirais non. Le citoyen a le droit dtre inform, le journaliste a le droit davoir libre accs linformation et le devoir dinformer en respectant les rgles professionnelles du journalisme.
Ce nest pas le cas. Je pense quil ny a pas de libert de la presse en Algrie et les seuls espaces de libert qui restent sont le fruit dpres luttes menes par des femmes et des hommes de la profession, et ils ne sont pas nombreux. Cest, en fait, le fruit dune dure rsistance devant les coups de boutoir dun pouvoir qui naime pas la transparence. Quest-ce quimplique la libert de la presse ? Elle implique la transparence dans la gestion des affaires de lEtat et le fonctionnement dmocratique des institutions du pays.
Ce nest un secret pour personne ; il ny a rien de tout cela. LAlgrie est lun des rares pays o le secteur de laudiovisuel est toujours ferm. Les chanes de tlvision qui existent sont de droit tranger. A une seule exception, elles sont ni plus ni moins des supports mdiatiques du pouvoir, des organes de propagande, moins videmment le respect des rgles dontologiques et professionnelles. Le pouvoir ne peut saccommoder de la libert de la presse qui le drange.
Lorsque le ministre de la Communication, comme le rapportait dernirement le quotidien El Khabar fait pression sur les annonceurs privs pour touffer financirement les seules espaces de libert qui restent, il y a de quoi sinquiter. Le pouvoir ne respecte ni la Constitution, ni la libert de la presse. Je pense quil y a vraiment danger sur les poches de libert qui subsistent.
Djilali Soufiane, prsident de Jil Jadid : La libert dexpression en Algrie est plus un slogan quune ralit. Le pouvoir essaye de museler par tous les moyens la presse indpendante et autonome. Il fait pression sur ses moyens de vie qui est la publicit et encourage tous les mdias qui le soutiennent. Cest un combat entre ce qui reste de la libert dexpression et la volont du pouvoir de tout fermer et de tout contrler.
Mazouz Atmane, secrtaire national charg de la communication du RCD : La libert dexpression et de la presse relvent du mirage sous ce pouvoir. Jamais la presse na connu autant de difficults que sous le rgne de Bouteflika. Nous sommes devant un rgime qui ne peut saccommoder dune quelconque libert, notamment la libert dexpression arrache de haute lutte par des militants et professionnels de la presse auxquels le plus grand hommage doit tre rendu.
Lopinion publique ne doit pas ignorer les multiples atteintes lexercice libre des professionnels de la presse, et entendre parler lactuel ministre de la Communication qualifier les mdias dassists ne peut faire avancer la cause et le mtier dune corporation qui a connu dnormes sacrifices. On ne peut parler de la libert dexpression et de la presse alors que lAlgrie na jamais figur parmi les bons exemples citer en matire des liberts. Le pouvoir na aucun mrite faire valoir dans ce domaine.
Quen est-il du pluralisme, de lindpendance des mdias, du cadre lgal et de la transparence dans le secteur de la communication ? Les indicateurs sont plus quinquitants et catastrophiques .
Nourreddine Benissad, prsident de la LADDH : La libert dexpression est consacre par les conventions internationales. Dans les faits, si ltat durgence a t formellement lev, pour la libert de la presse des garde-fous sont toujours mis en avant.
Le monopole est appliqu sur la publicit, comme il ny a pas aussi de transparence dans sa distribution. Une distribution qui se fait selon la ligne ditoriale du journal. Cest de larbitraire. La concentration tatique dans les moyens dimpression rvle un aspect arbitraire dans le traitement du journal par lEtat qui nest pas impartial. Les moyens coercitifs sont toujours l. Les autocensures continuent par peur des poursuites judiciaires.
Aussi, il est important de signaler que lautorit de rgulation de la presse crite est prside par une personne qui vient dun parti politique. Sans compter labsence dune reprsentation dun syndicat fort des journalistes qui peut accompagner et dfendre les droits moraux de la corporation.


Azzedine At Djoudi, patron de presse et entraneur du club de football NAHD : La presse algrienne a beaucoup avanc. Cest une presse qui a beaucoup combattu et endur des problmes et des malaises. La libert de la presse a connu une bonne volution en Algrie. A la limite, il y a mme ceux qui ont dpass les rgles du jeu. Il y a certaines liberts quon ne trouve pas ailleurs.




Propos recueillis par Rym Nasri
Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source






Emir Abdelkader ; 2014-10-23 04:50 PM
 

()


: 1 ( 0 1)
 

Net recul de la libert de la presse




07:12 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,