> >

[] [ ]

Comment lOS prparait le 1er Novembre 1954

(Tags)
 
1 1954 Emir Abdelkader 1954 3 2016-10-28 08:41 PM
1er novembre 1954 : le texte intgral... Emir Abdelkader 0 2014-11-01 11:42 AM
Rponses Bio N 5 - Novembre-Dcembre 2013 fooka19 0 2014-02-24 11:27 PM
Le monde a enregistr en 2013 son mois de novembre le plus chaud depuis 1880 Emir Abdelkader 0 2013-12-18 03:04 PM
De grce, noublions pas les principes du 1er novembre Emir Abdelkader 0 2013-10-31 03:22 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-11-01
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,930 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Comment lOS prparait le 1er Novembre 1954

Comment lOS prparait le 1er Novembre 1954




Cest un document dune inestimable valeur historique quEl Watan vient dobtenir pour son supplment spcial 1er Novembre, 60e anniversaire du dclenchement de la Rvolution. Ce sont les minutes du procs de lOrganisation Secrte (OS) dont laudience sest droule du 11 au 30 juin 1951 au tribunal correctionnel de Bne (Annaba).


Ce qui est connu sous lintitul Affaire Benzam et 134 autres, - poursuivis pour avoir depuis un temps, dans le dpartement de Constantine, entrepris par quelque moyen que ce soit de porter atteinte lintgrit du territoire franais ou de soustraire lautorit de la France une partie des territoires sur lesquels cette autorit sexerce, reproduit une tranche importante de notre histoire, celle du 1er Novembre 1954, le grand coup de baroud qui a arrach lAlgrie aux mains du colonialisme.
Le procs reproduit dans le document, dont nous avons obtenu une copie, srie certes une somme de faits et dinformations (pour la justice coloniale ce sont autant de charges contre les prvenus) sur la prparation du dclenchement de la Rvolution, mais rafrachit galement la mmoire pour les amnsiques : lindpendance a t gagne par des hommes engags, dcids et prts se sacrifier pour que les Algriens vivent libres.
Mohamed Bezam et les 134 autres prvenus taient donc poursuivis aussi par ladministration coloniale pour dtention sans autorisation darmes et minutions de guerre et dexplosifs dans les mmes circonstances de temps et de lieu. Les minutes du procs, un prcieux document historique, feront ainsi ressortir des noms de ceux qui allaient conduire la Rvolution algrienne.
Le 11 juin 1951, laudience commena au tribunal correctionnel de Annaba. Les juges coloniaux examinaient dune part lorganisation secrte dite OS, notamment le cas des prvenu Belhadj, Ben Mhidi, Didouche, Boudiaf, les autres chefs nayant pu tre identifis, dautre part lactivit dploye par tous les autres au sein des diffrentes sections.
Sur lOS et ses responsables, le compte rendu donne aux historiens un vritable matriau pour reconstituer lhistoire du 1er Novembre et rvle aux Algriens que celui-ci nest pas tomb du ciel, mais tait le fruit dnormes sacrifices consentis par des hommes prts mourir pour lindpendance du pays.
Pour reproduire le langage du document en notre possession : Il ressort des lments de la cause quaprs la naissance du parti politique dit MTLD (Ndlr : Manifeste pour le triomphe des liberts dmocratiques, cr aprs la dissolution du Parti du peuple algrien), un des chefs du mouvement, un certain Madjid non identifi (Hocine At Ahmed) imagina de crer une formation paramilitaire appele dabord Groupe de Choc, puis OS dont le but tait de parvenir la libration de lAlgrie par la force ou la violence.
Laction politique mene jusqualors stant rvle inefficace, ces groupes paramilitaires bien entrans, ajoute la mme source, projetaient en outre de constituer le cadre dune arme de libration qui, en cas de conflit intrieur ou extrieur, sappuierait sur la masse de la population musulmane. On y lit aussi que cette organisation paramilitaire fortement hirarchise et discipline stendit dabord lAlgrois, puis lOranie et au Constantinois. Elle se subdivisa en zones, rgions, sections, groupes, demi-groupes et enfin, lment de base, lorganisation tait secrte avec cloisonnement dans le sens vertical ; les membres de base ne connaissant que leur chef de demi-groupe et de groupe et ainsi de suite.
Quand linsurrection se mettait en place
Les minutes de laffaire Benzam soulignait : Lorganisme central envoyait priodiquement aux responsables locaux des contrleurs qui furent successivement dans le dpartement de Constantine : Boudiaf Mohamed dit Tayeb, Ben Mhidi Larbi dit Lakhdar, Brahim et Lakhdar non identifis, et enfin Didouche Mourad dit Abdelkader. Le prvenu Belhadj Djilali, instructeur national sous les ordres de Madjid (le nom de guerre de Hocine At Ahmed) qui a dirig des pelotons dinstruction militaire en prsence de celui-ci et de chefs dpartementaux, effectuait des inspections dans les trois dpartements des sorties en campagne, notamment Chenoua, sortie laquelle participait entre autres Mohamed Benzam, chef de la rgion de Bne.
Belhadj affirmait cette poque dj, trois ans avant le dclenchement de la lutte de Libration nationale, dans ses aveux consigns dans le document que le but final poursuivi tait linsurrection en vue de lindpendance. En ce qui concerne Larbi Ben Mhidi, dit Lakhdar, et Mohamed Boudiaf, dit Tayeb, il apparat dans les documents saisis par les autorits coloniales, et les aveux des personnes arrtes, quils taient tour tour contrleurs du dpartement de Constantine, que le rle de Boudiaf a t prcis. Il a charg Benzam de recueillir des fins trs spciales des renseignements sur le personnel militaire et policier et sur des notabilits europennes et musulmanes.
Pour ce qui est de Didouche Mourad, il tait envoy priodiquement en mission dans le dpartement de Constantine pour contrler les sections locales, sanctionner les manquements la discipline et surtout recevoir, masqu dune cagoule, le serment de fidlit des lments et des chefs. Didouche Mourad, selon le compte rendu de laudience, a procd des distributions darmes, en particulier une mitraillette Benzam et plus de 10 mousquetons et 800 cartouches de guerre Benzam et Boukerma de Philippeville (actuelle Skikda).
Le but de lorganisation, mentionne-t-on, est la cration dune organisation prmilitaire pour un prochain soulvement, parfaire linstruction militaire pour lemployer contre le Franais le jour de la rvolte, le jour de la rvolte attaquer les forces militaires et les services de police. Nabattre les civils quen cas dopposition arme, prparer le soulvement pour la libration de lAlgrie, sentraner pour combattre les Franais par les armes et les chasser. Se basant sur les dclarations des membres de lOS, ladministration coloniale a conclu : Il ny a pas dquivoque sur les buts poursuivis. Ce qui explique, selon elle, le caractre secret et fortement hirarchis de lorganisation.
Lobjectif tait donc dores et dj clair : lindpendance de lAlgrie. Les Didouche, Ben Mhidi, Boudiaf et les autres membres et partisans de la lutte arme mettaient, en effet, en place les conditions de linsurrection. Lors de laudience de juin 1951 Annaba, la justice coloniale a annonc dailleurs la dcouverte dune grande quantit de documents, darmes, de munitions et doutils, documents sur lart de camoufler, de la gurilla, de se dplacer, dutiliser le terrain, sur les tirs, listes de notabilits europennes et musulmanes neutraliser en cas dvnements graves, document sur le service secret SSA de la libration algrienne.
Didouche, Boudiaf, Ben Mhidi, Badji Mokhtar et les autres
Dans les minutes du procs de lOrganisation secrte, dans ce qui est appel lpoque le dpartement de Constantine, on retrouvera aussi le nom de Badji Mokhatar, chef de la section de Souk Ahras, de Zighoud Youcef, chef de la section de Gond Smendou, Bentobal, chef de la section de Mila. Le procs sest termin par la condamnation de ceux qui allaient devenir les chefs de la Rvolution.
Selon le document en notre possession, Bakkouche Abdelbaki, Ben Mohamed, Benmostefa Ben Ali, Guerras Abderrahmane, dit Mokhtar, Zighout Youcef, Ben Sad, Didouche Mourad, dit Abdelkader, Boudiaf Mohamed, dit Tayeb, Ben Mhidi Larbi, dit Lakhdar, Habachi Abdeslam, dit Kebache, Boudjaja Ali Ben Belgacem, Gracha Cherif Ben Leulmi, Rikouah Brahim Ben Mekki, Chougui Youcef Ben Brahim, Gueribi Larbi Ben Ahmed, Gueribi Ali, Hamoudi Larbi, Bitat Rabah Ben Mostapha dit Si Salah, et Bentebal Slimane, ont t tous dclars coupables datteinte la sret de lEtat. Ils ont cop de deux ans de prison et transfrs la prison de Barberousse (actuel Serkadji) Alger. Ce sont eux qui dclencheront le 1er Novembre 1954. La plupart meurent au combat, .

Said Rabia




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Comment lOS prparait le 1er Novembre 1954




02:22 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,