> >

[] [ ]

Un ancien officier du DRS dmystifie le Service du renseignement

(Tags)
 
Un ex-officier de lANP ragit des crits injurieux... Emir Abdelkader 0 2014-09-04 08:04 PM
Pourquoi Bouteflika a-t-il demand Kerry plus de coopration en matire de renseignement ? Emir Abdelkader 0 2014-04-05 03:12 PM
Une enqute de Radio Canada met lourdement en cause lancien service de police judiciaire du DRS Emir Abdelkader 0 2014-04-04 06:50 PM
Attaques contre les services de renseignement, Que sera lAlgrie sans le DRS? Emir Abdelkader 0 2014-02-21 10:09 PM
Les lucubrations d'un officier de la DGSE sur le DRS Emir Abdelkader 0 2013-12-09 10:24 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-11-02
 
:: ::

  Emir Abdelkader   
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,956 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Un ancien officier du DRS dmystifie le Service du renseignement

Un ancien officier du DRS dmystifie le Service du renseignement




Ancien officier du Service du renseignement algrien, la retraite, Mohamed Khelfaoui a le mrite de dmystifier le Service du renseignement, en revenant sur son histoire depuis lantiquit ce jour, en passant par les tapes les plus difficiles de la Rvolution celle des annes 1990. Il prsente ses activits comme un art ou une science qui ne cesse dvoluer selon les conjonctures de lheure.


Intitul Le renseignement, enjeu dune guerre silencieuse et paru aux ditions Sarah, louvrage de Mohamed Khelfaoui nous offre un voyage depuis lantiquit jusqu notre poque, pour comprendre le rle important quont jou les services de renseignements (SR) dans les guerres, les configurations des Etats, la construction de leur hgmonie et la suprmatie de certains sur les autres. Pour lauteur, une surestimation des SR dans la protection dun pays serait une approche juvnile. Larme, dont la mission principale est la protection du territoire, ne constitue que lun des instruments de la scurit.
Prvoyante par vocation, la diplomatie parallle ou secrte, qui souvent lui prpare le terrain et prserve ses relations avec les autres Etats contre les entorses ventuelles au droit international, est en charge de prmunir son pays contre tout isolement qui ne peut que laffaiblir. Ses victoires, bien que jamais dfinitives, peuvent tre hautement stratgiques. Il revient sur la naissance des SR et leur fonctionnement dans plusieurs pays comme lItalie, la Russie, la Grande-Bretagne, lAutriche, la France, lAllemagne et le Japon, avant de sarrter sur les SR en Algrie, que lauteur situe une poque lointaine, puis celle du dbut de la colonisation, avant de mettre laccent sur la cration par le Parti du peuple algrien (PPA), de lOrganisation secrte (OS) le 15 fvrier 1947, et do va merger, le dfunt colonel Abdelhafid Boussouf, pour mettre en place, avec dautres dirigeants de la Rvolution, le service des transmissions, charg dintercepter et de lire le trafic radio de larme coloniale durant la Guerre de Libration.
Khelfaoui raconte la stratgie des SR franais pour tuer dans luf la Rvolution travers des infiltrations et des coups fourrs. Lune des oprations dintoxication les plus meurtrires des SR franais fut la Bleuite. Elle commena avec larrive dAlger dune jeune fille rpondant au nom de Rosa pour tre enrle dans les rangs de lALN en Wilaya III. Son comportement douteux veilla les soupons du capitaine Ahcne Mahiouz qui procda son arrestation. Interroge, elle dclara avoir t charge par le capitaine Leger de contacter certains officiers de lALN () Lalerte fut donne toutes les zones et rgions de la Wilaya III pour arrter les lments venus dAlger partir du mois de janvier 1958, les envoyer Akfadou pour interrogatoire. Cest le complot des Bleus () la psychose de la Bleuite sinstalla et durera plusieurs mois () pour sestomper en mars 1959 lorsque le commandant Mira et Mohand Oulhadj dnoncrent la torture.
Dans les documents retrouvs sur la dpouille du colonel Amirouche on pouvait lire : parmi les 542 jugs, 54 ont t librs, 152 condamns mort et la plupart des 336 restants sont morts sous la torture, dont 30 officiers. Sous la pression des actions des SR franais, et pour une meilleure coordination et un meilleur cloisonnement, le Conseil national de la rvolution algrienne (CNRA) cre en 1959 le ministre de lArmement et des Liaisons gnrales (MALG), dont la direction fut confie Abdelhafid Boussouf. Convaincu que le secret de la russite est le secret, ce dernier, en croire lauteur, va pousser lennemi chercher une issue avantageuse.
Aprs lindpendance, les hommes du MALG, crit Khalfaoui, restructureront les Services spciaux algriens pour les adapter la nouvelle situation du pays, qui dicte en priorit la consolidation de lEtat. Les diffrents services sont regroups au sein de la Direction de la scurit militaire (DSM), qui devient trs tt Direction centrale de la scurit militaire dirige par le colonel Kasdi Merbah. Elle comprend la scurit intrieure, ou le contre-espionnage, et la scurit extrieure, la scurit de larme, le renseignement militaire, le service du chiffre et les services annexes. Elle dispose de son cole et relve du ministre de la Dlgation gnrale pour la prvention et la scurit (DGPS) et sa tte le gnral Lakhel Ayat. Elle deviendra par la suite la Dlgation gnrale de la documentation et de la scurit (DGDS) et son chef, le gnral Mohamed Betchine, sattellera moderniser et informatiser ses structures et faire un bond qualitatif en terme dapproche scuritaire par louverture de bureaux de scurit ltranger, et dans le cadre de la coopration, sera membre part entire dans les organisations internationales de renseignement.
En 1990, le Dpartement du renseignement et de la scurit (DRS) remplace la DGDS. Dirig par le gnral de corps darme, Mohamed Medine, dit Toufik, le dpartement fait face trois mouvements arms, deux indpendantistes activant au nord du Mali et du Niger, et dont il fallait grer les effets immdiats et venir, et un mouvement interne virulent et subversif quincarnait le parti dissous, le FIS. Lauteur relve que malgr lintense activit terroriste et la mobilisation des nergies pour endiguer cette menace, la dtermination moderniser sa composante humaine na pas t relgue. En capitalisant lexprience du SR algrien accumule durant la Guerre de Libration et la lutte antiterroriste, peut-on considrer quil est adapt aux volutions rapides et menaantes du XXIe sicle ? sinterroge lauteur qui affirme que lvolution permanente de la situation internationale continuera dprouver les SR.
Cette arme prenne, qui a rsist aux assauts malveillants ou nafs na pas cess et ne cessera pas dvoluer et de squiper pour sadapter aux nouvelles priorits. Le renseignement, cest--dire la reconnaissance, en prenant sa charge lanticipation, sest rig en fonction stratgique.
Dans cet ouvrage, Mohamed Khelfaoui livre aux lecteurs quelques secrets sur le langage des codes utilis dans le domaine des SR, mais aussi le recours aux agents, agents doubles, agents liquidables, agents vivants, agents indignes, ou alors agents intrieurs. En bref, un livre lire, et qui sera prsent la Foire internationale du livre qui souvre aujourdhui la Safex, Alger, o une vente-ddicace sera anime par lauteur.



Salima Tlemani




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Un ancien officier du DRS dmystifie le Service du renseignement




09:18 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,