> >

[] [ ]

Hamid grine charg de la sale besogne :...

(Tags)
 
Hamid Grine a propos du chantage ... Emir Abdelkader 0 2014-10-21 12:45 PM
El Khabar accuse Hamid Grine ... Emir Abdelkader 0 2014-10-14 04:53 PM
Les paroles sans actes de Hamid Grine Emir Abdelkader 0 2014-07-10 02:09 PM
Hamid Grine : laffaire du quotidien El Fadjr nest pas politique Emir Abdelkader 0 2014-06-02 05:59 PM
Hamid Grine, un crivain-journaliste ... Emir Abdelkader 0 2014-05-06 05:40 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-11-04
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool Hamid grine charg de la sale besogne :...

Hamid grine charg de la sale besogne : Le pouvoir cible la presse libre






Le ministre est dcrit comme un personnage ructant lambition dmesure. Il est sans foi ni loi et il est capable de marcher sur des cadavres pour atteindre ses objectifs, confie un de ses anciens collgues.


Message aux oprateurs privs, quils soient nationaux ou internationaux : choisissez bien votre support, ne brouillez pas votre image en lassociant aux journaux qui diffament, quel que soit leur tirage. Pathtique appel censure concerte dun ministre de la Communication, Hamid Grine en loccurrence, ne craignant ni le ridicule de lentreprise ni la honte inflige lEtat rpublicain, contraint dsormais dendosser publiquement la mise mort programme de titres indpendants de la presse nationale. Cest un nouveau palier, estime Nasredine Lezzar, qui vient dtre atteint dans le crescendo de la censure et de lintimidation. Pour ce juriste, spcialiste de larbitrage international, lobjectif dun tel appel est clair : instiller un climat de peur au sein des annonceurs.
Prlude une reconfiguration du paysage mdiatique
Les oprateurs privs, dit-il, qui avaient cass le monopole public, sont menacs de reprsailles, sans dire lesquelles, mais elles sont multiples. Elles vont de lexclusion des marchs publics aux redressements fiscaux en passant par les embches administratives et bureaucratiques. Ces manuvres, fait-il observer, interviennent dans un contexte de vide juridique incomprhensible mais voulu, marqu par labsence conjointe dune loi sur la publicit et dun organe indpendant de rgulation.
Pour Hmida Layachi, dont les deux journaux (Algrie News et Djazar News) avaient t les premiers subir les foudres de Hamid Grine et de ses parrains au pouvoir, il sagit l incontestablement du prlude une reconfiguration du paysage mdiatique ; dune fatiha malsaine qui est en train dtre rcite o aucune voix discordante ne devrait subsister. Jusquil y a peu, dit-il, aucun responsable navait voulu assumer la responsabilit de ces intimidations et pressions. Maintenant, cest fait. Aujourdhui, cest bas les masques. Nous sommes bel et bien en prsence dune dcision politique dinterdiction. Et les arguments conomiques de la commercialit invoqus par le gouvernement se sont dsormais effondrs. Cest une interdiction politique excute visage cach.
Pour le journaliste, le scnario cach qui ne dit pas son nom vise reproduire le rgime unidimensionnel des temps rvolus o expression, presse libre, dbat public nont pas leur place. Aprs les pressions et intimidations judiciaires, la clochardisation de la presse, louverture sous contrle de laudiovisuel, cest le chantage la publicit. Cest l, explique-t-il, la consquence de cette alliance contracte entre les noyaux constitus dhommes daffaires, de barons de linformel brassant largent sale et le noyau du systme Bouteflika, ses hommes et proches parlant en son nom.
Pour les cinq prochaines annes de ce 4e mandat prsidentiel, Layachi sattend une volution lgyptienne du paysage mdiatique. Ce dernier ressemblera celui prvalant en Egypte avant la chute de Hosni Moubarak, anticipe-t-il.
Mais qui est ce Hamid Grine ? Ana semitou (cest moi qui lai nomm) ? Le commentaire, jure une source gouvernementale, est celui dun prsident Bouteflika intrigu par les gesticulations de lillustre inconnu.

Le ministre est dcrit comme un personnage ructant lambition dmesure. Il est sans foi ni loi et il est capable de marcher sur des cadavres pour atteindre ses objectifs, confie un de ses anciens collgues. Le prsident Bouteflika pouvait-il rver meilleur excutant, lui dont la haine et le mpris lgard de la presse de son pays sont homriques ?
Ali Yahia Abdenour, lui, ne se trompe pas de cible. Le dfenseur des droits humains, ancien prsident de la ligue ponyme (LADDH), braque ses projecteurs sur la dictature de Bouteflika. En avril 1999, Bouteflika a pris le pouvoir, ensuite tous les pouvoirs. Il a russi a soumettre larme, maintenant il sen prend au dernier rempart : la presse libre, rsume-t-il. Lavocat exhorte les Algriens se mobiliser pour dfendre non seulement la presse libre, mais leur propre libert dexpression plus que jamais menace.

Exil dor
Dix ans dexil dor au royaume de Sa Majest le roi du Maroc. Lhomme qui se gargarise aujourdhui dthique, de dontologie a choisi, en 1993, la fuite au combat men par les meilleurs dentre les professionnels de la presse : Djaout, Mekbel, Ourtilane (suit longue liste) excuts froidement par leurs tueurs de tous acabits. En 1994, rappelle une de ses vieilles connaissances, alors que des Algriens taient expulss du Maroc suite la fermeture de la frontire, notre ministre tait nomm rdacteur en chef dun mdia proprit du makhzen. Arriv en mai 2014 la tte du ministre, lhomme, en lphant dans un magasin de porcelaine, a jur de mettre au pas la presse critique. Je vais les mater, car je les connais tous, cest comme a quil parlait, tmoigne un de ses anciens collgues Rvolution africaine auquel il a collabor la rubrique sportive.
Diplm de sociologie de luniversit dAlger, attach de presse Djezzy (Orascom Tlcom Algrie) dont il grait la fabuleuse cagnotte de la publicit, Hamid Grine a dfendu bec et ongles son ex-patron, Tamer El Mahdi (ancien PDG de Djezzy) et couvert sa retraite. Souponn dorganiser la fuite de capitaux de lentreprise, Tamer a russi quitter le pays. Il tait clair quil navait rien dun journaliste transcendant, dixit Kamel Bouchama, diplomate et ancien ministre, qui se souvient du passage de Hamid Grine au ministre de la Jeunesse et des Sports dont il tait le titulaire. Il se souvient galement dun des premiers ouvrages dits par Grine : LAlmanach des sports individuels algriens, plagi partir de travaux raliss par les services du MJS. Pour un pouvoir chancelant, tous les moyens sont bons pour se maintenir, conclut Bouchama. Grine y compris !


Mohand Aziri




 

()


: 1 ( 0 1)
 

Hamid grine charg de la sale besogne :...




06:18 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,