> >

[] [ ]

[Vido] BHL expuls de Tunisie pour trouble lordre public

(Tags)
 
Iran : coups de fouet pour 5 personnes ayant mang en public durant le ramadan Emir Abdelkader 0 2014-07-27 04:10 PM
une vido pour que Halilhodžić reste Emir Abdelkader 0 2014-07-03 03:17 PM
Un bol doxygne pour la Tunisie Emir Abdelkader 0 2014-05-05 02:15 PM
Tunisie : change de tirs entre les forces de lordre et un groupe arm Ariana Emir Abdelkader 0 2014-02-04 12:49 PM
Syrie: flagellation en public de deux citoyens par les mercenaires islamistes (vido) Emir Abdelkader 0 2013-05-20 03:02 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-11-04
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,948 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Manqool [Vido] BHL expuls de Tunisie pour trouble lordre public

[Vido] BHL expuls de Tunisie pour trouble lordre public




Arriv Tunis vendredi soir, le philosophe franais, Bernard Henri Lvy, devait assister, le dimanche 2 novembre Hammamet une confrence sur la situation en Libye, un sujet qui lui tient coeur depuis quil a milit en faveur de lintervention franco-qatarie sous le rgne de Nicolas Sarkozy. La runion a t organise par le reprsentant dEnnhadha aux Etats Unis, Radwan Masmoudi, prsident de lassociation Islam et Dmocratie . Mais hlas pour BHL, sa diplomatie parallle nest pas du gout du gouvernement tunisien qui la pri de reprendre lavion vers Paris pour trouble lordre public . .

Crdit photo: Tous droits rservs d.r.

Nous voici au coeur des rseaux entre une partie de ladministration amricaine, les Frres Musulmans en Tunisie et en Libye et des hommes daffaires vreux qui arrosent tout ce petit monde. BHL devait assister, le dimanche 2 novembre, une confrence sur la Libye organise Hammamet, la plus grande ville trouristique de Tunisie, par un certain Masmoudi, le reprsentant du mouvement ides islamistes tunisiens, Ennhadha, aux Etats Unis et le prsident de lassociation Islam et Dmocratie.
La runion tait parraine par un homme daffaire douteux, Chafik Jarraya, surnomm la Banane , en raison du monopole dimport-export quil a obtenu sur ce fruit. Cet affairiste multiples bandes est devenu un entrepreneur prospre grace aux contrats quil obtint en Libye lpoque de Kadhafi et avec lappui du clan Trabelsi, du nom de lpouse de Ben Ali, qui regroupait les moins recommandables des familles allies lancien rgime. Et voici la Banane qui, depuis quatre ans, a lanc Tunis deux journaux en arabe pour soutenir les islamistes dEnnhadha et qui est connu pour finnancer les Frres Musulmans et quelques autres candidats aux prsidentielles en Tunisie.
En eaux troubles
Lors de la rsunion dHammamet du 2 novembre, BHL devait notamment rencontrer Adelhakim Belhadj, le chef des Frres Musulmans libyens et lhomme du Qatar, dont le plus fidle alli Tunis sappelleChafik Jerraya. Que du beau monde! Le plus surprenant est que Belhadj est interdit de sjour officiellement en Tunisie. Le ministre tunisien de lIntrieur refuse de lui accorder le moindre visa et sil rentre tout de mme en territoire tunisien, notamment pour se faire soigner, cest avec lappui des dirigeants dEnnahdhamais illgalement. Comment Belhadj peut-il dans ces circonstances assister une confrence officielle Hammamet? Y rencontrer des personnalits tellles que BHL? Et bnficier du soutien des dirigeants dEnnahdha organisateurs de cette runion?
Ce nest pas la premire fois que BHL rencontre monsieur Belhadj. Lors du voyage clair que le philosophe et sauveur de la Libye avait effectu Tripoli le 22 mai 2014 et dont la presse navait pas parl, le niveau de scurit autour de sa personne avait t assur par les milices islamistes qui rgnent sur la ville sous le commandement de Belhadj. Les deux hommes staeint longuement entretenu.
Du neuf avec de lancien
Sans mandat officiel, sauf le sauf conduit que constitue son amiti avec Laurent Fabius, BHL avait jou, lors de ce discret dplacement, aux faiseurs de roi, en proposant la nomination dun gouvernement idal. Le Premier ministre, selon lui, devrait redevenir lancien chef de gouvernement Zeidan. Le ministre de lintrieur qui aurait ses faveurs est Abdelhakim Belhadj, lhomme du Qatar Tripoli qui rgne sur quelques centaines de miliciens islamistes et surveille les principaux lieux de dtention de la capitale libyenne. Rien de tout cela na videmment t suivi deffets.

Personnalit sans mandat officiel ni rang institutionnel, Belhadj est aujourdhui lun des personnages les plus puissants du pays. Autrefois honni et traqu, il est aujourdhui incontournable. Aprs avoir t financ et soutenu par le Qatar la veille de la rvolution, il multiplie depuis les dplacements ltranger pour consolider sa position de force lintrieur du pays et laisse entendre quil sest loign de Doha, qui est souponn de financer lEtat islamique.
Trs proche du prsident turc Recep Tayyip Erdogan et des islamistes de Tunisie, notamment de Ghannouchi, le chef dEnnahdha, lami Belhadj a surtout ses entres Washington. Mais ce fin politique sait ne pas tre prisonnier de ses allainces. Plus rcemment, le chef des islamistes libyens a mme t reu par des hauts responsables algriens et par Jacob Zuma, le prsident dAfrique du Sud. Alger et Pretoria comptent sur lui pour contrler, voire rprimer, les jihadistes libyens violents et rtablir un semblant dordre dans le chaos. Retournement de situation tonnant quand on connait le curriculum dAbdelhakim Belhad. A seulement 22 ans, Abdelhakim sexpatriait dans le Peshawar, au nord du Pakistan, o il suivait lentranement militaire et spirituel quorganisent Abdallah Youssef Azzam et Oussama Ben Laden, les deux crateurs dAl-Qaida.
BHL dgage!
La prsence de BHL en Tunisie aura t dautant plus surprenante quil ne sest jamais intress ce pays ni dans ses crits ni dans ses chroniques. Sous Ben Ali, BHL na jamais dnonc les drives du rgime, pas plus quil ne sest pench depuis sur la formidable transition dmocratique tunisienne. Autant son soutien aux gnraux algriens, qui il a consacr deux longs articles dans le Monde bourrs derreurs, est connue, autant son indiffrence la Tunisie est totale. Aussitt connue son arrive Tunis, de nombreux tunisiens se sont masss laroport avec un seul mot dordre: Dgage . En revanche, ce tigre de papier et va-t-en guerre a pris fait et cause pour la guerre en Libye. IL aura t le propagandiste zl de lintervention franco-anglaise, soutenue par le Qatar. Aprs le dpart de Kadhafi, il ne sest illustr que par une volont suspecte de rapprocher le CNT libyen de lpoque, qui luttait contre Kadhafi, de la diplomtie isralienne.
Cet automne, le bide de sa dernire pice de thatre lAtelier lavait rendu amer et silencieux. Lexpulsion de Tunisie nest pas exactement le come back dont il rvait. Philosophe enseign dans aucune unoversit, journaliste mlant le vrai du faux, cinaste de raccroc, crivain sans oeuvre littraire, guerrier sans aucune fait darmes, BHL est juste au nout de ses impostures. La Tunisie ne sy est pas tromp qui sait ce quen matire scuritaire, lincendie allum en Libye par BHL, Sarkozy et le Qatar comporte aujourdhui encore des risques majeurs pour lensemble de la rgion
VIDEO


http://www.youtube.com/watch?feature...&v=TKWTS82KgK4




Dimanche 2 novembre, dans une interview accorde au Point.fr BHL, sest expliqu :
Voici sa vrit sur son voyage en Tunisie :
Comment un simple aller-retour de Bernard-Henri Lvy Tunis devient une vritable affaire dÉtat Venu pour rencontrer des personnalits libyennes lhtel La Rsidence, le philosophe sest retrouv au centre dun maelström o la rumeur et la malveillance ont pris le pas sur la vrit et la diplomatie. On a dit tout et son contraire sur ce voyage clair BHL rtablit la vrit et stonne dune telle dsinformation
Le Point.fr. : Vous rentrez de Tunisie. On a lu des choses folles dans la presse. Que sest-il vraiment pass ?
BHL : Factuellement, pas grand-chose. Quelques dizaines dislamistes ou, peut-tre dexils kadhafistes, qui mattendaient laroport et sindignaient de voir un sioniste (sic) poser son sale pied sur le sol du pays. Mais lvnement, sil y en a un, cest ce qui a suivi. Et cest ce vent de haine et de folie qui sest mis souffler dans les rdactions, sur la Toile, sur les rseaux sociaux. En quelques heures, jtais devenu, dans le meilleur des cas, je veux dire dans les journaux convenables, un intellectuel juif , ou un agent sioniste , venu semer le dsordre et dstabiliser, moi tout seul, la jeune dmocratie tunisienne. Dans le pire des cas, cest--dire sur certains blogs, jtais un chien , une vermine , un vampire qui se nourrit du sang arabe , un type quil fallait lyncher si on le rencontrait jen passe et des meilleures
Quel tait le but de votre sjour en Tunisie ?
Une chose trs simple. Rencontrer, dans un htel, au vu et au su de tous, dans la plus parfaite transparence, des amis libyens sortis exprs de Tripoli, Benghazi, les villes du Djebel Nefousa, Misrata, Zaouia, afin de poursuivre en terrain neutre, et avec moi, le dialogue de rconciliation nationale. Mais, dun seul coup, dans cette opinion devenue folle et biberonne au conspirationnisme le plus dbile, javais un agenda secret qui tait, pour les uns, de rencontrer les islamistes dEnnadha ; pour les autres, de participer, en compagnie, si jai bien compris, dun des pires islamistes radicaux de la rgion, une confrence dont je navais, videmment, jamais entendu parler ; pour les troisimes, de comploter contre le rgime issu des lections de la semaine dernire et, pourquoi pas, de le renverser. Jtais le complot sioniste moi tout seul. Lincarnation des noirs desseins de ltranger. Jtais, non plus un crivain, mais un agitateur professionnel sur les agissements de qui des groupes de crtins se mettaient rclamer louverture dune enqute judiciaire. Tout a est se tordre de rire. Mais, en mme temps, je nai pas tellement envie de rire. Car ce qui se passe en Tunisie est, par ailleurs, tellement important tellement beau et tellement important quon est triste de voir des braillards, ou des gens srieux, mais devenus dingues, partir dans ce genre de dlires et salir ce que les dmocrates tunisiens ont tant de peine construire.
On dit que vous avez fini par tre expuls
Vous plaisantez ! Vous imaginez un citoyen franais expuls comme a, sans raison, par un pays ami et, de surcrot, dmocratique ? Et o en serions-nous si les autorits tunisiennes, sorties victorieuses de leur bataille lectorale contre les obscurantistes et les nostalgiques de la dictature, cdaient la pression, je ne dis mme pas de la rue, mais de quelques poignes de fanatiques drogus lantismitisme le plus enrag ? Non. Tout cela est grotesque. Je suis parti quand ma runion libyenne sest termine. Et les autorits tunisiennes, pour ce que jen ai vu et su, se sont comportes de faon parfaitement normale.
Dans les ractions hostiles votre venue, il y avait aussi lextrme gauche
Sans doute, oui. Mais lextrme gauche a le mme problme partout. En Tunisie, elle a eu son poque o elle soutenait les islamistes. Puis, celle o la dictature Kadhafi lui semblait un moindre mal. Puis, maintenant, elle a des indulgences pour Bachar el-Assad. Et quant au complotisme antismite Allons. On ne va pas mettre de lhuile sur le feu. Je dirai juste quil y a, dans cette extrme gauche, un vrai problme de culture politique, juste de culture politique et de niveau. Mais comment faire autrement quand on sort assomm de dcennies de tyrannie et de bourrage de crne?
Comment expliquez-vous quune telle polmique soit ne ?
On vit une poque folle. Plus personne ne vrifie quoi que ce soit. Les gens crivent, de plus en plus, nimporte quoi. Y compris en France o un site comme Rue89 a quand mme russi crire, sans prendre la peine de checker leur information en tlphonant, par exemple, lintress, que BHL serait en Tunisie pour voir le Libyen Abdelhakim Belhadj et lislamiste tunisien Rached Ghannouchi cest--dire, si je peux me permettre, ce quil y a de moins frquentable sur les scnes politiques libyenne dun ct, tunisienne de lautre.
Un incident comme celui-ci vous parat-il infirmer lide que la Tunisie est le premier pays des rvolutions arabes avoir russi sa transition dmocratique ?
Bien sr que non. Jai t parmi les premiers, en janvier 2011, saluer lhrosme de ce peuple, qui, en solidarit avec un petit marchand de Sidi Bouzid immol par le feu, sinsurgeait contre un pouvoir que lon pensait invincible. Et je me souviens avoir relay, lpoque, les appels hacker les sites officiels de Ben Ali ! Tout cela, je ne le regrette pas une seconde. Et la Tunisie, encore une fois, va dans le bon sens. Simplement, on constate une fois de plus quune dmocratie, ce nest pas seulement des lections. Cest aussi une culture. Une rvolution lente des mentalits. Des digues contre la boue qui, elle aussi, profite de la libert pour remonter la surface. Et il reste en Tunisie, comme dans le reste du monde arabe, beaucoup faire de ce point de vue.



NICOLAS BEAU

|



 

()


: 1 ( 0 1)
 

[Vido] BHL expuls de Tunisie pour trouble lordre public




11:11 PM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,