> >

[] [ ]

Drogue, sil suffisait de parler

(Tags)
 
le gratin militaire de la coalition va parler stratgie Emir Abdelkader 0 2014-10-14 03:05 PM
Balises : Faire parler les tombes Emir Abdelkader 0 2014-10-13 01:39 PM
Farida Sellal fait parler le silence Emir Abdelkader 0 2014-08-20 04:59 PM
Libye: un colonel, disant parler au nom de larme... Emir Abdelkader 0 2014-05-19 02:13 PM
Bouteflika doit parler Emir Abdelkader 0 2014-02-08 04:00 PM

 
LinkBack
  : ( 1 )  
2014-11-13
 
:: ::

  Emir Abdelkader    
: 11609
: Aug 2011
:
:
:  male
:
: 45,959 [+]
: 3119
: Emir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond reputeEmir Abdelkader has a reputation beyond repute
Drogue, sil suffisait de parler

Drogue, sil suffisait de parler

Alors que la drogue sous toutes ses formes rentre en quantits industrielles sur le territoire national, devenu une passoire, notre vnrable Office national de lutte contre ce phnomne organise tranquillement une grand-messe dans les salons feutrs dun htel de la cte ouest. Non Messieurs, la lutte ne se fait pas dans ces colloques budgtivores o le dbat va dans tous les sens. Et o les vrais intervenants, les psychiatres, les psychologues et les mdecins nont pas voix au chapitre ou si peu.
Il faut en finir avec ces interminables palabres thoriques et acadmiques qui ne rendent pas nos frontires plus tanches, ni nos enfants moins addicts. Lheure est grave et il serait suicidaire de ne pas mesurer la dangerosit du phnomne qui gangrne la socit. On sest longtemps cach derrire ce faux postulat que lAlgrie serait juste un pays de transit de la drogue.
Eh bien, pendant que nous nous gargarisions de cette immunit surfaite, nos jeunes, nos prisonniers, nos tudiants et, aujourdhui mme, nos coliers ont appris rouler le joint. Hlas, soffrir une drogue est aujourdhui plus facile pour nos jeunes dsuvrs que de russir se faire tablir un extrait de naissance ou autre document administratif dans nos mairies. Cest la triste ralit dun pays devenu consommateur de drogue, au grand dam dun discours officiel dcal et chloroform par lobligation de cacher les sujets qui fchent.
Mais au risque de faire ombrage cette loi de lomerta, il faut bien admettre, aujourdhui, que le trafic et la consommation de drogue sont un enjeu de scurit nationale. Le fait est que la chronique algrienne est rythme, ces dernires semaines, par des prises gigantesques opres nos frontires par les forces de lANP. On ne compte plus en kilos ou en quintaux, mais en dizaines de tonnes. On a vritablement affaire du lourd
Et que font les autorits pour, sinon radiquer, du moins juguler ces incursions massives de la drogue ? Elles organisent des sminaires de sensibilisation coups de data show, anims assez souvent par des cadres de la Sret nationale ! Or, il est tabli que lapproche scuritaire, aussi importante soit-elle nos frontires, ne suffira pas pour endiguer le phnomne. Le vrai travail reste faire chez ces enfants, ces coliers qui se shootent sans trop savoir pourquoi. Le vrai travail est de faire en sorte que les drogues et les psychotropes ne puissent pas franchir impunment les murs des prisons. Il va falloir nettoyer grande eau
On comprend dailleurs mieux pourquoi beaucoup de nos dlinquants prfrent retourner dans les geles au lieu de tenter une rinsertion dans la socit. Il est incontestable que lEtat fait beaucoup defforts en matire de sensibilisation et, videmment, de lutte contre le trafic de drogue. Mais il en faudrait nettement plus pour faire face cette stratgie dEtat que mne le Maroc travers le dversement de ses tonnes de cannabis sur le territoire national.
Il nest plus supportable dassister comme cela, impuissants, un phnomne pidmique qui impacte dangereusement la socit. Ce genre de colloques, entre hauts fonctionnaires en costume-cravate, participe plus sa banalisation par leurs accents grandiloquents. Ce dont le pays a besoin, cest dun plan national de lutte cohrent, qui fasse la synergie des efforts de tous les intervenants.

Hassan Moali







 

()


: 1 ( 0 1)
 

Drogue, sil suffisait de parler




07:08 AM

Powered by vBulletin Version 3.8.7 .Copyright 2000 - 2015, Jelsoft Enterprises Ltd
Search Engine Optimization by vBSEO ©2011, Crawlability, Inc.
- - -
Designed & Developed by shababdz.com
2014,